Alienware 19'' / MSI 12'' : Turion 64 et 64 X2

Nerces Nerces sur Twitter Nerces sur Linkedin
Spécialiste Hardware et Gaming
22 août 2006 à 15h30
0
0050000000348509-photo-logo-amd-turion-64-x2.jpg
Depuis déjà de nombreuses années, AMD représente une alternative plus que crédible à Intel. Dans le monde des machines dites de bureau, le fondeur est parvenu à avancer un à un ses pions et si l'arrivée des Core 2 Duo pourrait remettre en question la domination des Athlon 64, ces derniers ont d'ores et déjà réussi une bien belle carrière. Moins heureux, leurs pendants « portables » (les Turion 64) doivent faire avec le rouleau compresseur que représente la plateforme Centrino. Fiable, performante et appuyée par une impressionnante campagne publicitaire, cette dernière a complètement étouffé le produit d'AMD. La firme ne baisse cependant pas les bras et propose depuis peu une déclinaison « X2 » de son processeur nomade.

Profitant du prêt de deux machines, l'une par MSI et l'autre par Alienware, nous avons décidé de faire d'une pierre deux coups. Nous commencerons par vous présenter rapidement ce nouveau processeur de la gamme Turion 64, le « X2 ». Ceci fait, nous nous attarderons quelque peu sur la machine envoyée par Alienware. Non content de troquer le Pentium IV de son précédent « portable poids lourd » (Aurora m770) contre un Turion 64, le constructeur a effectivement décidé de faire dans la démesure. Avec l'Aurora mALX, Alienware propose ni plus ni moins que le premier portable équipé d'un écran 19 pouces. Il l'a épaulé d'une solution graphique à base de GeForce Go 7900 en SLI et de 2 Go de mémoire... Un équipement tout simplement hallucinant.

01F4000000348510-photo-turion-64-introduction.jpg

Turion 64 / Turion 64 X2 : AMD joue le nomade

Baroud d'honneur de l'architecture K8 ?

0118000000348511-photo-turion-64.jpg
Nous le disions en introduction, AMD a remporté son pari des machines dites « de bureau ». En quelques années, le fondeur de Sunnyvale s'est hissé au rang d'Intel, son concurrent direct, et s'est même trouvé en nette position de force peu après la sortie des Athlon 64. Position d'ailleurs confirmée à l'arrivée sur le marché des Athlon 64 X2. Ce seul secteur d'activité ne suffisait cependant pas à AMD qui devait trouver une solution pour contrer la déferlante Centrino d'Intel. L'envolée de la demande en Ordinateurs Portables est indiscutable et AMD restait comme à l'écart de ce gâteau chaque jour plus important. Pour concurrencer Intel, AMD avait cependant besoin d'un nom auquel les acheteurs pourraient se rattacher, une sorte de Centrino « made in Athlon ». L'idée était toute simple : n'ayant sans doute ni l'envie ni les moyens de développer une nouvelle architecture, AMD a tout bonnement rebaptisé les Processeurs Athlon 64 basse consommation en Turion 64.

Le fondeur pouvait dès lors communiquer sur une plateforme spécialement dédiée aux utilisateurs nomades et peut-être grappiller quelques parts de marché. Cela dit, comme nous venons de l'expliquer sommairement, la conception du Turion n'a rien de vraiment nouveau. AMD essaye plus ou moins de nous faire croire qu'il s'agit d'une nouvelle architecture, mais il faut comprendre qu'un Turion 64 n'a pour ainsi dire rien de plus qu'un Athlon 64. De la même manière, un Turion 64 X2 comme celui de notre portable MSI, ressemble comme deux gouttes d'eau à un Athlon 64 X2. Aussi performante soit-elle, cette architecture s'inspire directement de la fameuse « K8 » qui commence à accuser son âge et alors qu'Intel vient de faire un retour tonitruant avec son Core 2 Duo (basé faut-il le rappeler sur l'architecture Pentium M), on se demande tout de même si les Turion 64 / Turion 64 X2 constituent la meilleure réponse possible à la grosse artillerie proposée par Intel.

Le cas plus précis du Turion 64 X2

Certes, le Turion 64 ressemble comme deux gouttes d'eau à l'Athlon 64, mais sans entrer dans d'interminables explications, encore faut-il préciser un peu les choses en s'attardant sur le cas du Turion 64 X2, véritable nouveauté du jour. Ainsi, comme son petit frère, le Turion 64 X2 est un processeur 64 bits. En réalité, il s'agit surtout d'un processeur capable de réunir le meilleur des deux mondes : il exécute nativement aussi bien du code 64 bits que 32 bits, au contraire du Core Duo qui équipe nombre de portables (en attendant le Merom). À côté de cette double compatibilité, AMD a décidé d'ajouter un certain nombre d'instructions à sa nouvelle puce et c'est ainsi que l'on retrouve seize registres de nombres entiers 64 bits ainsi que seize registres 128 bits SSE/SSE2/SSE3. Spécialement conçue par AMD pour améliorer les traitements multimédias dans lesquels ses processeurs n'ont pas toujours brillé, la technologie Digital Media XPress est de la partie, mais le fabricant ne s'étend pas vraiment sur le sujet. AMD préfère insister sur le coeur de son Turion 64 X2.

00A0000000348512-photo-msi-s271-turion-64-x2-cpu-z.jpg
00A0000000348513-photo-msi-s271-turion-64-x2-cpu-z.jpg
00A0000000348514-photo-msi-s271-turion-64-x2-cpu-z.jpg
00A0000000348515-photo-msi-s271-turion-64-x2-cpu-z.jpg

Turion 64 X2 TL-56 : CPU-Z analyse le portable S271 de MSI

X2 oblige, le nouveau Turion d'AMD intègre deux puces dans un seul « boîtier » (ou die en anglais). Boîtier qui au passage change de format et de socket : en lieu et place des 754 broches auxquelles le processeur mobile d'AMD nous avait habitués, on en compte maintenant 638... rien à voir cependant avec les Socket 754 de certains Athlon 64. À l'avenir, AMD devrait passer à la gravure 65 nm, mais le fondeur se contente encore du 90 nm sur le Turion 64 X2 TL-56 intégré à notre portable MSI et sur toute sa gamme. Une gamme qui comporte quatre modèles allant du TL-50 (1,6 GHz, 2x256 Ko de cache, TDP de 31 watts) au TL-60 (2,0 GHz, 2x512 Ko de cache, TDP de 35 watts). Notons qu'AMD reste fidèle à sa technique de cache séparé pour chacun des coeurs alors qu'Intel préfère opter pour un cache commun. En plus de ce cache et comme les processeurs AMD le font depuis un moment, le Turion 64 X2 intègre un contrôleur mémoire. Petite nouveauté, ce contrôleur (double canal) prend en charge la mémoire DDR2 et peut donc être accompagné de barrettes SO-DIMM PC3200 (DDR2-400), PC4200 (DDR2-533) et PC5300 (DDR2-667). Notons à ce sujet, que la DDR2 se distingue par une consommation plus faible que la DDR.

Nous aurons bien sûr l'occasion de revenir sur ces questions de consommation lorsque nous en serons à parler autonomie. Alors que la plateforme Centrino est particulièrement réputée dans ce domaine, AMD était dans l'obligation de soigner les fonctions d'économie d'énergie de son Turion 64 X2. Avant cela, il nous faut toutefois nous attarder sur les portables à proprement parler. Dans un premier temps, nous verrons donc le cas MSI, premier constructeur à opter pour le Turion 64 X2, avant de nous pencher sur l'étonnant Alienware Aurora mALX.

01F4000000348516-photo-turion-64-x2.jpg

MSI S271-W1

MSI S271-W1
ProcesseurréférenceTurion 64 X2 TL56
fréquence / cache1600 MHz, 512 Ko
Mémoirelivrée / maximale1024 Mo / 2048 Mo
slot occupé / libre1 / 1
fréquence166 MHz
GraphismecontrôleurATI Xpress 1150
mémoire vidéo128 Mo partagée
écran / format12,1" / 16:10
résolution native1280x800
Disque durcapacité / cache100 Go / 8 Mo
vitesse de rotation5400 tr/mn.
modèleFujitsu MVH2100AH
GraveurformatsCDRW / DVD±RW DL
lecture / écriture24/24/10 ; 8/8/4/2,4
modèleTSSTcorp TS-L532M
Lecteur cartes mémoiresOui, SD/MMC/MS
Lecteur CardBus / PCMCIAOui, type II
Batterielivrée / baie1 / 1
puissance4400 mAh
SonAC'97, enceintes 2.0
Réseau10 / 100 / 1000
Réseau sans-fil / modem802.11 b/g / V92
USB / FireWire3 / 1 (4 broches)
Sortie VGA / S-Video / Comp.1 / 0 / 0
Prise casque / micro / S/PDIF1 / 1 / 0
Dimensions (LxPxH)303 x 225 x 26/28 mm
Poids1,80 Kg
Garantie2 ans
Prix indicatif1500 euros
S'il figure parmi les grands noms de la carte mère, MSI n'en est encore qu'à ses débuts dans le monde du portable. Le fabricant taiwanais a d'ailleurs choisi la voie de l'innovation pour faire son trou et se trouve parmi les premiers constructeurs à adopter le Turion 64 X2, comme il fût d'ailleurs l'un des premiers à intégrer le Turion 64. Cette « adoption » n'a cependant pas été l'occasion d'une remise en question générale de la part de MSI qui nous propose un portable en apparence très proche des S250 / S260 testés il y a plus d'un an dans nos colonnes.

Turion 64 X2 et ultra-portable

00C8000000348517-photo-msi-s271-w1.jpg
Cette similitude se remarque au premier coup d'oeil puisque la silhouette et la couleur du S271 sont tout simplement identiques à celles des S250 / S260. MSI propose un portable plutôt compact habillé, au choix, de noir ou de blanc. Le constructeur n'a pas fait dans les fioritures et en dehors de son logo brillant sur le dessus, il n'y a rien à signaler d'un tant soit peu clinquant. Ultra-portable oblige, le S271 est un petit format bien que la taille de la batterie en augmente la profondeur. Compte tenu des composants intégrés (nous y reviendrons), MSI aurait difficilement pu faire plus petit tout en restant dans la gamme de prix qu'il s'était fixée (moins de 1500 euros). Il aurait par contre peut-être pu améliorer l'esthétique générale de sa machine. Loin d'être moche, le S271 ne fait aucun progrès sur les S250 / S260, du coup, la version blanche n'a pas l'élégance d'un et la noire est encore loin de la classe d'un Sony.

Par rapport à ces S250 / S260, MSI a également conservé le format 12,1 pouces de l'écran, d'ailleurs identique à celui de ses prédécesseurs : il propose donc une résolution de 1280x800, idéale sur ce genre de machines. Sous Windows (XP Home est fourni), la lisibilité de l'ensemble ne souffre aucune critique, et ce, même s'il faut faire attention à ne pas avoir de lumière directement dirigée sur l'écran. Du côté des angles de vision, on est bien vite rappelé à l'ordre : comme sur la plupart des portables concurrents, il est préférable d'être bien en face pour conserver une luminosité suffisante. Sous l'écran, on retrouve les cinq boutons de fonction qui permettent bien sûr d'allumer la machine, mais aussi d'appeler quelques logiciels. Ces boutons dominent le clavier qui reste lui aussi identique à ce que nous trouvions sur les S250 / S260 : confortable et silencieux, il est bien agencé et seule la position de la touche Fn est critiquable.

MSI n'a pas jugé bon d'intégrer de trackpoint au clavier et comme la plupart des portables actuels, le S271 fait donc appel à un touchpad tout à fait convenable. La forme relativement originale des boutons ne pose aucun problème et la précision de l'ensemble est à saluer... Bien sûr, les fonctions de roulette intégrées au touchpad sont de la partie. C'est sous le touchpad que MSI a choisi d'insérer les différentes LED. Du coup, l'utilisateur n'est pas gêné par leur luminosité quand il regarde l'écran. Enfin, notons l'excellente disposition des différents connecteurs autour de la machine : certains regretteront peut-être l'absence de sortie S-Video, mais en dehors de ça, il n'y a pas grand-chose à ajouter aux informations présentes dans notre tableau. Soulignons tout de même la présence de ports USB sur les deux côtés de la machine : cela peut s'avérer pratique lorsque l'espace est vraiment compté.

0258000000348518-photo-msi-s271-w1-clavier.jpg

Sans doute pas le meilleur clavier que nous ayons eu l'occasion de tester, celui du S271 reste convenable et seule la touche Fn est mal placée

Creusons un peu les choses

Notre article étant consacré aux Turion 64, c'est bien sûr ce processeur que le constructeur a choisi d'intégrer au S271, et c'est plus précisément le modèle X2 TL-56 que nous retrouvons sur la carte mère de fabrication MSI. Cadencé à 1,8 GHz, ce processeur est épaulé par 2x512 Ko de mémoire cache de second niveau et par une barrette unique de 1024 Mo de mémoire cadencée à 300 MHz. L'utilisation d'une seule barrette est regrettable puisqu'elle ne permet pas de profiter du mode double canal du contrôleur mémoire intégré au Turion 64 X2. On regrettera également que MSI n'ait pas jugé bon de rendre sa machine simple d'accès et il n'est par exemple pas évident d'ajouter de la mémoire bien qu'un connecteur soit disponible pour en porter le total à 2 Go. Au coeur du système, on trouve également un chipset ATI Xpress 1150. Récent, il prend en charge la plupart des technologies actuelles (PCI-Express, Serial ATA, USB 2.0, sortie TV...), même si faute de place, certaines d'entre elles ne sont bien sûr pas intégrées au MSI S271.

Il se distingue en particulier par la solution graphique embarquée, loin devant les Intel GMA que nous retrouvons sur l'essentiel des ultra-portables Centrino. Le Xpress 1150 n'est certes pas un monstre de puissance, mais il intègre l'équivalent d'un Radeon X300, un composant graphique à même d'aider au décodage vidéo (en dehors des séquences haute définition bien sûr) et de faire tourner quelques (petites) applications 3D. Inutile d'espérer jouer aux dernières productions Electronic Arts par exemple, mais des titres âgés de trois ans fonctionneront généralement assez bien. On appréciera en outre les progrès réalisés par MSI en matière de disque dur. Si le fabricant n'a pas encore opté pour un 7200 tr/mn, il a enfin laissé de côté les 4200 tr/mn dont la lenteur grevait les performances. Il s'agit ici d'un modèle 5400 tr/mn de 100 Go conçu par Fujitsu et embarquant 8 Mo de mémoire cache. Puisque nous en sommes à parler du stockage, félicitons MSI qui livre un graveur CD/DVD double couche de marque TSSTcorp.

00D2000000348526-photo-msi-s271-w1.jpg
00D2000000348527-photo-msi-s271-w1.jpg
00D2000000348528-photo-msi-s271-w1.jpg

00D2000000348529-photo-msi-s271-w1.jpg
00D2000000348530-photo-msi-s271-w1.jpg

S'il grave à des vitesses très courantes (8x pour les DVD R, 2,4x pour les DL), il remplace avantageusement les combos utilisés sur les S250 / S260. Plus classique, MSI complète les périphériques de stockage avec un lecteur de Cartes Mémoire compatible Secure Digital / MultiMedia Card / Memory Stick et avec un lecteur PCMCIA / Cardbus type II. Le système son n'a rien de très original et même si MSI a employé un composant ALC 882, la qualité des haut-parleurs limite l'intérêt de la chose. Cela dit, ce n'est pas pour la restitution audio que l'on achète un ultra-portable. Les interfaces sont déjà nettement plus convaincantes et le S271 est par exemple compatible Gigabit Ethernet alors que le Bluetooth est intégré et que le Wifi passe par une carte compatible 802.11 b/g. Bien sûr, le traditionnel connecteur RJ11 vient compléter les interfaces disponibles et permettre le branchement d'un bon vieux modem.

00D2000000348531-photo-msi-s271-w1.jpg
00D2000000348532-photo-msi-s271-w1.jpg
00D2000000348533-photo-msi-s271-w1.jpg

Terminons cette présentation du S271 en précisant que MSI propose deux machines avec cette référence. Celle qui nous occupe aujourd'hui, le modèle haut de gamme, est le S271-W1. Il coûte environ 1500 euros, repose sur un Turion 64 X2 TL-56 et emporte avec lui un disque dur 100 Go ainsi qu'un graveur double couche Lightscribe. Le second modèle, le S271-O1 coûte un peu plus de 1200 euros. Il embarque un Turion 64 X2 TL-50, un disque dur de 80 Go et son graveur double couche n'est pas Lightscribe. Ce sont les seules différences qui existent entre ces machines que MSI garantit deux ans et qu'il livre avec une sacoche de transport, une souris filaire et tous les CD / DVD nécessaires, y compris le CD original de Windows XP Home. Ce ne sont certes pas les machines les plus impressionnantes du moment et elles doivent faire avec les lacunes du Turion 64 X2 comme nous ne tarderons pas à le voir, mais MSI a bien rempli son contrat et le rapport qualité / prix des S271 est intéressant.

Alienware Aurora mALX

Alienware Aurora mALX
ProcesseurréférenceTurion 64 ML-44
fréquence / cache2400 MHz, 1 Mo
Mémoirelivrée / maximale2048 Mo / 2048 Mo
slot occupé / libre2 / 2
fréquence166 MHz
Graphismecontrôleur2x GeForce Go 7900
mémoire vidéo512 Mo dédiée
écran / format19" / 16:10
résolution native1680x1050
Disque durcapacité / cache2x 100 Go / 8 Mo
vitesse de rotation7200 tr/mn.
modèleMomentus 7200.1
GraveurformatsCDRW / DVD±RW DL
lecture / écriture24/24/16 ; 8/8/8/6
modèleNEC ND-6750A
Lecteur cartes mémoiresOui, SD/MMC/MS
Lecteur CardBus / PCMCIAOui, type II
Batterielivrée / baie1 / 1
puissance6600 mAh
SonAudigy 2, enceintes 7.1
Réseau10 / 100 / 1000
Réseau sans-fil / modem802.11 b/g / V92
USB / FireWire5 / 1 (4 broches)
Sortie VGA / S-Video / Comp.1 (DVI) / 1 / 1
Prise casque / micro / S/PDIF1 / 1 / 1
Dimensions (LxPxH)476 x 343 x 35 mm
Poids6,80 Kg
Garantie1 an
Prix indicatif4000 euros
Constructeur vraiment à part, Alienware cultive un goût certain pour la différence et il s'est déjà illustré avec sa série des portables m7700 dont les dimensions hors normes ont intrigué nombre d'utilisateurs. Il s'agissait alors pour Alienware de proposer des machines transportables capables de rivaliser avec les plus puissants PC de bureau. S'il fallait faire quelques concessions notamment sur la taille de l'écran (un 17 pouces « seulement »), ces machines disposaient d'atouts indiscutables et Alienware ne pouvait donc pas s'arrêter en si bon chemin. Aujourd'hui, le fabricant profite du Turion 64 pour remplacer ce gourmand Pentium IV et aller encore un peu loin...

Aller plus gros... Aller plus gros !

00C8000000348519-photo-alienware-aurora-malx.jpg
Au premier coup d'oeil, on peut dire que l'Aurora mALX fait sensation : jamais je n'avais reçu pareil carton pour un test de portable et le contenu est à l'image de cet imposant contenant puisque les mensurations de la machine d'Alienware sont absolument sans équivalent. Pensez donc que la bête atteint presque les 7 Kg pour 476 mm sur 343 mm ! Seule l'épaisseur est étonnamment faible puisque les habitués remarqueront une baisse sensible depuis le m7700 (on passe de 53 mm à 35 mm sur ce mALX). Ces mensurations ne sont pas seulement là pour jouer à celui qui a la plus grosse et Alienware a véritablement exploité cet espace pour gâter ses clients. C'est ainsi qu'à l'ouverture, il est difficile de retenir un « wouah » tant la taille de l'écran est impressionnante. Il faut dire que nous avons ici affaire à un modèle 19" ! Alienware n'a pas augmenté la résolution (1680x1050) depuis le m7700, mais cela s'avère tout à fait suffisant.

Au-dessus de cet écran, on notera la présence d'une petite webcam fort discrète de 1,3 mégapixel qui conviendra parfaitement aux amateurs de visioconférence par exemple. Le clavier n'est pas mal non plus puisqu'Alienware a profité de l'espace disponible pour nous proposer un véritable pavé numérique : les plus exigeants souligneront toutefois que le fabricant aurait même pu intégrer un clavier 105 touches complet. Le confort de frappe et l'agencement irréprochable de l'ensemble compensent très aisément ce tout petit défaut. Au-dessus du clavier, on retrouve les classiques boutons de fonction qui permettent notamment d'allumer la machine, d'activer la mise en veille ou de lancer diverses applications. L'intégration très réussie de ces différents boutons mérite un petit commentaire puisque leur chrome se marie avec brio au noir laqué de l'ensemble de la machine.

Il en va d'ailleurs de même avec les haut-parleurs présents de part et d'autre du clavier ou du touchpad. Ce dernier s'avère assez précis même si j'ai rencontré quelques difficultés avec la fonction double clic en tapotant directement sur le pad. Dès lors que l'on utilise les boutons gauche et droit, il n'y a bien sûr plus aucun problème. Rien à redire non plus sur l'agencement des connecteurs tout autour de la bête. Avec les dimensions du mALX, Alienware a bien sûr eu la possibilité d'intégrer de très nombreux ports comme vous pouvez le voir sur notre tableau : en réalité, rien ne manque à l'appel et on compte pas moins de cinq ports USB 2.0 par exemple ! Logique compte tenu de la taille de l'Aurora mALX, la richesse fonctionnelle est encore appuyée par l'esthétique de la machine : on peut ne pas apprécier le noir laqué, mais la finition est exemplaire et si son PC est décidément très imposant, Alienware s'est arrangé pour soigner les apparences.

0258000000348520-photo-alienware-aurora-malx-clavier.jpg

Nous aurions aimé un véritable 105 touches, mais avec son pavé numérique et la taille de ses touches, le clavier du mALX est déjà une réussite

Creusons un peu les choses

Contrairement à MSI, Alienware ne s'est pas intéressé au nouveau Turion 64 X2 pour son imposante machine. Le constructeur s'est contenté du Turion 64 « de base » qu'il a tout de même choisi puissant puisque c'est la version ML-44 qui est embarquée sur la carte mère. Cadencé à 2,4 GHz, ce processeur est équipé de 2x512 Ko de mémoire cache de second niveau et se trouve épaulé par une bonne quantité de mémoire vive : 2 Go de DDR2 PC-3200. Alienware précise que seulement deux barrettes mémoire sont disposées dans l'Aurora mALX et cette information est confirmée par CPU-Z. Ce dernier nous indique qu'il est théoriquement possible de rajouter deux autres barrettes, mais nulle part Alienware ne mentionne cette éventualité et si la machine est très facile à démonter, nous n'avons repéré aucun emplacement mémoire libre. Cela dit, 2 Go de mémoire vive devraient déjà permettre de voir venir et semble approprié compte tenu des autres éléments de la machine.

Ces autres éléments justement vont faire passer la plupart des portables actuels pour des petits joueurs tant Alienware a eu la folie des grandeurs. Tout d'abord et pour reprendre le système déjà mis en place sur ses machines 17 pouces, le fabricant a opté pour un RAID de deux Disques durs 2,5 pouces. Configurable sur le site d'Alienware, cette pile RAID peut être réalisée à l'aide de disques 120 Go 5400 tr/mn. ou 100 Go 7200 tr/mn. pour des performances optimales. Tout semble aller par deux sur ce mALX puisque la solution graphique fait de l'oeil à la technologie SLI de NVIDIA en embarquant pas moins de deux GeForce Go 7900 GTX... Quand je vous parlais de folie des grandeurs ! Bien sûr, chacune de ces deux cartes est épaulée par 256 Mo, soit un total de 512 Mo de mémoire vidéo ! Cela dit, Alienware n'a pas oublié les petits détails qui auraient pu gâcher l'intégration de ce SLI et il nous propose une sortie DVI ainsi qu'une sortie S-Video.

00D2000000348539-photo-alienware-aurora-malx.jpg
00D2000000348540-photo-alienware-aurora-malx.jpg
00D2000000348541-photo-alienware-aurora-malx.jpg

00D2000000348542-photo-alienware-aurora-malx.jpg
00D2000000348543-photo-alienware-aurora-malx.jpg

Plus classique, le lecteur optique n'en reste pas moins de grande qualité puisqu'il s'agit d'un graveur double couche conçu par Nec et capable d'atteindre la vitesse de 6x sur les disques de 8,5 Go. On regrettera tout de même qu'avec toute cette place, Alienware n'ait pas trouvé le moyen d'intégrer un lecteur de Cartes Mémoire compatible Compact Flash et il faudra se contenter des classiques Secure Digital, MultiMedia Card et Memory Stick. Un lecteur de cartes PCMCIA / Cardbus est évidemment là pour compléter le tout et, beaucoup moins anecdotique, Alienware livre en plus de sa machine d'ailleurs une carte son Soundblaster Audigy 2 ZS à ce format. Lorsque le son n'est pas important, on peut se passer de la carte, mais dès lors que le besoin s'en fait sentir, il suffit de brancher la Sound Blaster et ainsi bénéficier d'une sortie audio 7.1 et d'une qualité de restitution en 24 bits / 192 kHz.

00D2000000348544-photo-alienware-aurora-malx.jpg
00D2000000348545-photo-alienware-aurora-malx.jpg
00D2000000348546-photo-alienware-aurora-malx.jpg

00D2000000348547-photo-alienware-aurora-malx.jpg
00D2000000348548-photo-alienware-aurora-malx.jpg

Du côté des interfaces réseau, Alienware a été plus raisonnable. Il faut dire que les portables modernes proposent déjà dans leur très grande majorité, de nombreuses fonctions et à part intégrer deux ports Ethernet, on ne voit pas bien comment Alienware aurait pu se démarquer. Le fabricant reste donc « modeste » et nous propose un port RJ45 compatible Gigabit, la gestion du Bluetooth et du Wifi via une carte compatible 802.11 b/g. Cela suffira à l'essentiel des utilisateurs et complète très bien l'équipement d'une machine vraiment hors normes. Très imposant, l'Aurora mALX conserve, nous l'avons dit, une certaine finesse (35 mm) et s'avère agréable d'utilisation. Enfin, pour enfoncer encore un peu plus le clou, Alienware livre une quantité hallucinante d'accessoires allant du sac à dos de transport (de grande qualité) à la souris USB Razer Diamondback en passant par le stylo Alienware, le porte-clefs Alienware, le DVD de restauration, divers CD de pilotes, un adaptateur S-Video / Composite / YUV, un lecteur de disquettes USB, un casque Alienware Ozma 7 (très convaincant) et même un très joli porte-document. Au final et en faisant abstraction de la question du transport, le mALX n'a qu'un seul défaut : un prix tout simplement pharaonique de plus de 3500 euros... Une bien belle démonstration technologique en tout cas !Moins standards que leurs homologues « de bureau », les Ordinateurs Portables sont toujours plus délicats à tester, au moins en ce qui concerne l'évaluation des performances. Compte tenu de cette relative difficulté et des points communs qui existent entre les architectures Athlon et Turion, nous avons décidé de faire dans la simplicité. Nous avons donc limité nos tests à quelques logiciels bien connus dont l'objectif est de mesurer d'un côté les performances du processeur seul et d'un autre côté les performances du sous-système mémoire. Bien que les fréquences de fonctionnement faussent un peu la comparaison (2,4 GHz pour le Turion 64 contre 1,6 GHz pour le Turion 64 X2), nous avons mis face à face nos deux cobayes du jour et les avons également opposés à un portable Asus équipé d'un Core Duo T2500 (2 GHz).

Les Turion 64 / 64 X2 à l'épreuve

CPUMark 99 / CINEBENCH 2003 / ScienceMark

00348495-photo-portables-turion-64-cpumark-99-sciencemark-cinebench-2003.jpg

Réunis en un seul et même graphique, CPUMark 99, CineBench 2003 et ScienceMark sont évidemment là pour mesurer la puissance brute du processeur. D'entrée, le résultat obtenu sous CPUMark apparaît comme le moins probant : plutôt ancien, ce logiciel n'exploite pas du tout les particularités de nos différents Processeurs et semble directement influencé par leur fréquence de fonctionnement. Du coup, c'est tout naturellement que l'on retrouve en tête, le processeur le moins moderne, le Turion 64. Optimisés double coeur, CineBench 2003 et dans une moindre mesure ScienceMark donnent des résultats autrement plus intéressants. Visiblement très au point, le Core Duo T2500 s'envole littéralement obtenant deux fois la première place. Ensuite les conclusions dépendent du logiciel. CineBench 2003 semble ainsi nettement plus optimisé et le Turion 64 X2 reste au contact du Core Duo alors que le Turion 64 est complètement distancé. Dans ScienceMark en revanche, le X2 est plus à la peine et ne devance son petit frère que de quelques longueurs.

SiSoft Sandra 2005

00348496-photo-portables-turion-64-sandra-2005.jpg

SiSoft Sandra 2005 propose plusieurs séries de tests, mais nous n'avons retenu ici que les outils de mesure processeur et mémoire. Dans le premier cas, les conclusions se rapprochent de ce que nous avions pu voir précédemment, avec un Turion 64 en net retrait. Le duel de double coeur est toutefois beaucoup plus indécis et malgré les 400 MHz qui séparent le Core Duo du Turion 64 X2, ce dernier fait tout simplement jeu égal. La seconde partie de notre test Sandra concerne donc le sous-système mémoire et l'intérêt est ici de voir si le contrôleur mémoire intégré des Turion 64 permet de faire la différence. Pas de suspens cependant et le graphique montre que ce n'est pas véritablement le cas. Certes le Turion 64 X2 fait jeu égal avec le Core Duo, mais le Turion 64 de base ne peut rivaliser une seconde.

FutureMark PCMark 05

00348497-photo-portables-turion-64-pcmark-05.jpg

S'il se propose de mesurer les performances des sous-systèmes disque et graphique, PCMark 05 nous intéressait surtout pour les modules processeur et mémoire, un peu comme Sandra 2005 en fait. Au niveau processeur, le logiciel de FutureMark ne fait visiblement pas la fête aux solutions AMD et le Core Duo T2500 s'impose d'emblée. Les Turion sont en net retrait, mais une fois encore, compte tenu des 800 MHz qui le séparent du Turion 64, le modèle X2 s'en sort plus qu'honorablement, signant des performances 5 % supérieures à celles de son petit frère. Du côté de l'interface mémoire, on ne retrouve pas exactement les résultats obtenus sous Sandra 2005. Tout d'abord, les positions ont changé et si le Turion 64 conserve sa dernière place malgré ses 2,4 GHz, le Core Duo doit pour la première fois céder sa couronne. Cela dit, l'écart avec le Turion 64 X2 est loin d'être probant (à peine 2 %).

FutureMark 3DMark 05

00348498-photo-portables-turion-64-3dmark-05.jpg

Avant de vrais tests graphiques sur la page suivante, nous voulions terminer cette rapide mise à l'épreuve des Turion 64 / Turion 64 X2 avec un petit test 3D et nous avons donc jeté notre dévolu sur le plus classique d'entre eux, 3DMark 05. Ici, il n'est bien sûr plus question de tester élément par élément, mais plutôt de voir le comportement général de la machine. Les aléas des tests étant ce qu'ils sont, nous n'avons pas été en mesure de faire ce test sur l'Asus Core Duo et avons intégré à la place trois nouvelles machines :
- un MSI S260 (Pentium M 730, 1,6 GHz, 512 Mo RAM, chip graphique i915GM)
- un déjà ancien Xbook XB3 CL56 (Pentium M 735, 1,7 GHz, 512 Mo RAM, chip graphique Radeon Mobility 9700)
- un Alienware Area-51m (Pentium IV, 3,6 GHz, 1024 Mo RAM, chip graphique GeForce Go 6800)
Face à de tels concurrents, l'Alienware mALX ne pouvait faire autrement que de l'emporter. Il écrase complètement la compétition et même l'Area-51m est très largement distancé (écart de 82 %). Second cobaye du jour et ultra-portable oblige, le MSI S271 ne se bat évidemment pas dans la même catégorie. Cependant, sa solution graphique intégrée, plus ou moins à base d'ATI Radeon X300, s'en sort avec les honneurs. Elle lui permet de prendre le meilleur sur un ancien de la gamme MSI (le S60), avec un résultat plus de quatre fois supérieur. Elle lui permet même de venir titiller notre Xbook XB3, un portable 15 pouces certes ancien, mais encore très convaincant.

En définitive, on ne peut pas dire que le Turion 64 X2 et plus encore le Turion 64 de base sortent particulièrement grandis de ces quelques tests. Bien sûr les poulains d'AMD se comportent convenablement et permettent de réaliser des portables convaincants, mais sur le seul terrain des performances ils sont presque systématiquement distancés par un Core Duo très impressionnant. Depuis l'avènement de la plateforme Centrino, AMD semble à la recherche d'une solution pour contrer son rival de toujours, en attendant de pouvoir conclure avec les tests d'autonomie et de silence, il ne semble pas encore l'avoir trouvée.Si notre test était essentiellement destiné à voir le comportement du Turion 64 d'AMD, l'occasion de tester un SLI de GeForce Go 7900 était trop belle pour être manquée. Après nous avoir permis de voir la puissance offerte par l'intégration du GeForce Go 6800, Alienware nous donne maintenant l'opportunité de passer à l'étape suivante, le SLI. Bien sûr, pour ces tests purement graphiques nous n'avons pas sollicité le portable envoyé par MSI et il n'est donc absolument pas question de parler du Turion. Les différentes mesures ont été réalisées simplement pour avoir une petite idée de ce que le mALX, un portable vraiment hors normes, est capable.

Tout au long de ces benchs, nous avons uniquement comparé l'Alienware Aurora mALX à l'Alienware Area-51m 7700 que nous avions testé ici.

Le SLI GeForce Go 7900 sur le grill

Return To Castle Wolfenstein : Enemy Territory

00348499-photo-portables-turion-64-enemy-territory.jpg

Unreal Tournament 2003

00348500-photo-portables-turion-64-unreal-tournament-2003.jpg

Débutons ces tests graphiques tout en douceur avec deux vétérans de l'exercice, Return To Castle Wolfenstein : Enemy Territory et Unreal Tournament 2003. Dans un cas comme dans l'autre, le passage d'une GeForce Go 6800 à un SLI de GeForce Go 7900 ne se justifie pas du tout dans le mesure ou la première solution permet d'obtenir quelque chose de parfaitement fluide quelle que soit la résolution. Le SLI permet malgré tout d'obtenir un gain substantiel sous Unreal Tournament 2003 (une bonne vingtaine d'images par seconde en plus) alors qu'il est plus anecdotique sous Enemy Territory (environ cinq images par seconde). Avant d'enchaîner avec les autres tests, notons toutefois que comme ce fût le cas avec l'Alienware Area-51m, le processeur du mALX semble brider les performances du système graphique qui atteint une sorte de plafond.

Doom 3

00348501-photo-portables-turion-64-doom-3.jpg

Far Cry

00348502-photo-portables-turion-64-far-cry.jpg

Half-Life 2

00348503-photo-portables-turion-64-half-life-2.jpg

Pour la suite de nos tests, on ne peut pas dire que nous ayons fait preuve d'une originalité débridée puisque nous avons fait confiance à trois références en la matière : Doom 3, Far Cry et Half-Life 2. Le titre d'id Software profite de manière très nette du changement de sous-système graphique. Le SLI fait véritablement des merveilles et les performances progressent ainsi de 24 % en 800x600 pour littéralement s'envoler en 1280x1024 (+ 67 %). Sous Far Cry si progrès il y a, ils sont tout de suite beaucoup plus discutables. Tout d'abord, on se retrouve encore avec ce phénomène de plafond observé précédemment et qui laisse penser qu'Alienware a vu un peu juste niveau processeur. Ensuite, reconnaissons qu'un gain de 4,46 % en 1280x1024 par rapport à la GeForce Go 6800 n'a rien de vraiment exaltant. Half-Life 2 conduit plus ou moins aux mêmes observations et si le gain est nettement plus conséquent (+ 22,82 % en 1280x1024), l'idée de plafond atteint est encore une fois de mise avec une variation de seulement 3,65 % entre le 800x600 et le 1280x1024.

Doom 3 - FSAA 4x / Aniso 8x

00348504-photo-portables-turion-64-doom-3-fsaa-aniso.jpg

Far Cry - FSAA 4x / Aniso 8x

00348505-photo-portables-turion-64-far-cry-fsaa-aniso.jpg

Half-Life 2 - FSAA 4x / Aniso 8x

00348506-photo-portables-turion-64-half-life-2-fsaa-aniso.jpg

La dernière étape de nos tests graphiques reprend les mêmes logiciels que la précédente, mais dans des conditions sensiblement différentes puisque nous avons ici activé les options d'anticrénelage (4x) et les options de filtrage anisotropique (8x). Comme on pouvait s'en douter, sur Doom 3 ces nouveaux paramètres accentuent encore l'écart entre la GeForce Go 6800 et le SLI de GeForce Go 7900 : de + 67 % en 1280x1024 sur nos précédents tests, nous passons maintenant à + 107,58 %, un résultat qui se passe de commentaire ! Sous Far Cry également, on ressent l'impact des fonctions « avancées », dans une moindre mesure cela dit. Il faut déjà partir sur du 1280x1024 pour que la différence soit vraiment perceptible et même ainsi, on ne passe que de + 4,46 % à + 13,13 %. Enfin, Half-Life 2 tempère encore un peu plus les résultats obtenus sous Doom 3. Là encore, le passage du GeForce Go 6800 au SLI de GeForce Go 7900 est bénéfique, mais alors qu'on observait un gain de 22,82 % en 1280x1024 dans le test précédent, on n'obtient plus qu'une augmentation des performances de 19,96 %.

De manière, on ne peut cependant pas mettre en doute l'efficacité du SLI de GeForce Go 7900. Il apporte de réels gains sur une simple GeForce Go 6800, et ce, d'autant plus que des jeux toujours plus gourmands arrivent chaque jour sur le marché. Signalons également que par souci de compatibilité avec les tests précédents, nous avons plafonné nos tests au 1280x1024, mais l'Alienware mALX fonctionne nativement en 1680x1050, une résolution qui fera logiquement croître encore un peu plus les écarts observés. On regrettera tout de même le choix processeur d'Alienware puisqu'il apparaît très clairement que sur de nombreux tests, ce dernier limite le sous-système graphique. Compte tenu de la difficulté à faire évoluer les Ordinateurs Portables, il aurait été agréable de voir le fabricant nous proposer une machine un petit peu plus homogène.Jusqu'à présent, on peut dire que nos conclusions sont mitigées. Dans le cas de l'Alienware mALX, on est évidemment emballé par l'équipement tout simplement renversant et par les performances graphiques, mais le Turion 64 semble être le principal facteur limitant de cette bête de course et nous n'avons guère d'éléments en faveur du processeur d'AMD. Notre second cobaye, le MSI S271, est une machine bien conçue, plutôt bon marché et très agréable à utiliser, mais là encore le Turion 64, cette fois un X2, peine à convaincre. Plus intéressant que le Turion 64 de base, il reste en retrait par rapport au petit dernier de chez Intel, le Core Duo, et il est donc important de voir si cette dernière partie de nos tests lui permettra de faire la différence.

BatteryMark v4.0.1 (résultats en minutes)

00348507-photo-portables-turion-64-autonomie.jpg

Avant de commenter les résultats d'autonomie obtenus avec BatteryMark, il est une fois encore bon de préciser que ce logiciel simule une utilisation plutôt « gentille » de la machine. Du fait de travaux essentiellement « bureautiques », la puissance brute du portable n'y est pas particulièrement sollicitée et, ce faisant, la batterie dure beaucoup plus longtemps que si la machine servait à jouer ou même à visionner un DVD. Cela dit, les résultats des Processeurs Turion sont intéressants à plus d'un titre. On notera tout d'abord que malgré l'intégration d'un SLI de GeForce Go 7900 et d'un écran 19 pouces, l'Alienware mALX augmente le résultat de l'Area-51m de presque 15 minutes. Malgré ce progrès, la machine dispose toujours d'une autonomie ridicule (moins de 90 minutes) et heureusement que le Turion 64 consomme moins d'énergie que le Pentium IV 560, l'un des plus gourmands dans ce domaine !

Plus intéressant, le cas du Turion 64 X2 intégré par MSI nous permet de revenir sur certaines caractéristiques annoncées par AMD. Au lancement de sa puce, le fondeur avait effectivement précisé que de nouvelles fonctions d'économie d'énergie faisaient leur apparition. Ainsi, à la manière d'Intel sur son Core Duo, le Turion 64 X2 est capable de gérer la mise en veille de chacun de ses coeurs de manière indépendante. Le lien HyperTransport peut également passer par différents états afin d'économiser la batterie et, l'un dans l'autre, ces deux éléments permettent de réduire sensiblement la consommation du processeur. Ainsi et alors qu'à « plein régime » un Core Duo (31W) consomme un peu moins qu'un Turion 64 X2 (entre 31W et 35W), ce dernier reprend l'avantage à chaque étape de la mise en veille. Du sommeil le plus léger (13,1W contre 10W) au sommeil le plus profond (1,8W contre 0,85W), le Turion 64 X2 semble l'emporter à chaque fois.

Il convient maintenant de vérifier cette théorie dans la pratique et à la lecture du graphique, on dirait bien que le Turion 64 X2 l'emporte nettement... au moins sur le Pentium M. À défaut de portable Core Duo comparable, nous avons effectivement été obligés de nous rabattre sur ce bon vieux MSI S260 et son Pentium M 730. Il faisait tourner BatteryMark durant 147 minutes alors que le S271 atteint lui exactement 210 minutes. Sachant qu'en plus MSI a changé de chipset (troquant le triste i915GM pour un ATI Xpress 1150 plus séduisant), le Turion 64 X2 semble vraiment alléchant. Hélas, l'essentiel de ce gain d'autonomie ne vient pas du processeur, mais de la batterie. En effet, le S260 n'était équipé que d'une batterie 2200 mAh quand le S271 est fourni avec un modèle 4400 mAh. De fait, il est plus difficile de trancher, mais à défaut d'être un atout pour l'autonomie d'un portable, le Turion 64 X2 ne semble pas être un désavantage.

Nuisances sonores repos / pleine charge (en dB)

00348508-photo-portables-turion-64-nuisances-sonores.jpg

Comme toujours, nous terminons ce double test de portables avec un petit regard sur les nuisances sonores et thermiques. Compte tenu de la proximité de l'unité centrale d'un portable, la question du bruit est particulièrement délicate, surtout lorsqu'il est question de se concentrer sur son S271 pour boucler un article particulièrement en retard par exemple (NDLR: ça sent le vécu !). A contrario et du fait de son orientation gamer, l'Alienware mALX est moins sensible à cela. Mesurées à l'aide d'un sonomètre placé au niveau de l'oreille de l'utilisateur du portable, les nuisances sonores du MSI S271 et de l'Alienware mALX ont été comparées à celles de leurs prédécesseurs, les MSI S260 et Alienware Area-51m. Il est amusant de constater que dans un cas comme dans l'autre, les nouveaux portables sont à la fois plus discrets au repos et plus bruyants à plein régime. On peut mettre cela sur le compte du changement de solution graphique qui, plus puissante, nécessite bien sûr un refroidissement plus important dès lors que toute la machine est sollicitée.

Ce que le graphique ne montre pas c'est que de manière générale, le MSI S271 est resté très discret : travail de bureautique, compression de données, retouche photo ou visionnage de DVD n'ont pas permis de dépasser les 40 dB. En revanche, il est devenu rapidement très bruyant dès lors que 3DMark 05 était lancé. Le chipset ATI Xpress 1150 permet donc d'augmenter sensiblement les performances de la bête, mais cela se paye par des nuisances sonores très élevées (à 46,6 dB, il est vraiment très bruyant). À côté de cela, nous avons donc le cas de l'Alienware mALX qui ne reste vraiment pas longtemps à 37,7 dB. La moindre sollicitation met en branle certains ventilateurs de la machine et en quelques secondes sous Word on passe déjà à 41 dB. L'étape suivante est franchie avec l'utilisation du lecteur DVD (on frôle les 43 dB), enfin les tests sous 3DMark 05 ont achevé cette « montée en puissance » de la ventilation : à 45,8 dB, on n'est pas gêné sur Far Cry, mais les parties de Civilization IV sont moins agréables.

Avant de conclure, il est important de parler des nuisances thermiques, un point souvent passé sous silence lorsqu'il est question de machines « de bureau », mais tout de suite plus important lorsqu'on parle de portables. Au plus chaud du mois de juillet dernier (28-30°C dans la salle de tests), il faut effectivement savoir que le clavier du mALX pouvait monter jusqu'à 40,8°C et la sortir d'air dépassait elle la barre des 50°C ! Évidemment, ces températures ont été relevées alors que la machine était très sollicitée (durant une partie de Civilization IV), mais c'est une information à ne pas négliger si vous habitez par exemple dans le sud de la France. Nettement plus raisonnable, le petit portable MSI ne dépassait jamais les 33°C à la surface du clavier alors que la sortie d'air était elle mesurée à 43,2°C. Attention toutefois, car un ultra-portable est souvent amené à voyager sur les genoux de son possesseur et à plus de 43°C, on peut trouver ça inconfortable.

Conclusion

0118000000348549-photo-turion-64-x2.jpg
Nous voici maintenant arrivés à la conclusion de ces quelques pages plus particulièrement dédiées à l'intégration du Turion 64, le processeur « mobile » d'AMD. Puisque nous n'avions jamais eu l'occasion d'étudier le cas du Turion 64 de base, nous en avons profité pour faire d'une pierre deux coups, mais le centre de cet article reste malgré tout le nouveau Turion 64 X2 que MSI a décidé d'intégrer à son S271. Enfin nouveau, façon de parler et c'est bien là tout le problème de ce processeur qu'AMD voudrait bien mettre en face du fameux Core Duo. Certes, le Turion est moins cher que son homologue « intellien », mais c'est à peu près le seul avantage que semble avoir cette puce qui arrive « après la bataille ». Le Turion 64 X2 n'apporte finalement rien de vraiment nouveau et, grosso modo, il se contente de reprendre une énième fois cette architecture K8 qui accuse doucement le poids des années. Cela dit, il ne s'agit pas d'un mauvais processeur : les performances sont sympathiques et les fonctions d'économie d'énergie intéressantes, mais rien n'y fait, AMD semble simplement suivre le mouvement.

Alors que depuis des années le fondeur parvient à innover sur le marché des machines dites « de bureau », il ne semble pas encore complètement dans le coup dès lors qu'il est question de portables. MSI nous prouve toutefois que le Turion 64 X2 peut servir de base à des machines intéressantes pourvu que l'on sache l'entourer. Le chipset ATI Xpress 1150 est tout indiqué et pour moins de 1500 euros, il est ainsi possible d'avoir un portable vraiment convaincant. Ce S271 n'est ni le plus beau, ni le plus puissant, ni le plus autonome, mais il ne démérite dans aucun domaine et tous les amateurs d'ultra-portables peuvent donc très sérieusement se pencher sur son cas, même si on regrettera quelques défauts de conception que MSI ne semble décidément pas pressé de corriger. Je pense plus particulièrement au démontage pour le moins malaisé de la bête ou à la disposition perfectible du clavier (ah cette touche Fn). Saluons en revanche l'accompagnement logiciel (Windows est livré sur un vrai CD d'installation en plus du DVD de restauration) et la présence d'une sympathique souris.

À côté de la machine MSI, nous en avons profité pour vous parler d'un ovni dans le monde du portable, le mALX. Après avoir impressionné son monde avec des modèles de 17 pouces, Alienware a décidé d'aller plus loin et son mALX est simplement le portable le plus complet jamais vu... la question étant de savoir si on peut encore parler de portable avec une machine de presque sept kilos ! Cela dit, Alienware ne s'est pas moqué du monde. L'esthétique de la bête est réussie, la finition exemplaire et l'équipement incroyable. Solution graphique et sous-système disque sont les plus performants que l'on peut voir sur un portable et damnent le pion à l'essentiel des machines de bureau. Jeux (même les plus grosses productions actuelles), applications 3D, rien ne fait peur à ce monstre qui nous fait les yeux doux avec un superbe écran 19 pouces. Alienware mettant les petits plats dans les grands, de multiples accessoires sont fournis et en dehors de la question de sa cible (qui a besoin d'une telle machine ?), la seule interrogation qui se pose est celle du prix. Évidemment, un tel niveau d'équipement n'est pas donné et Alienware facture sa machine au moins 3500 euros... Voilà qui en refroidira plus d'un d'autant plus que se pose quand même la question du choix du processeur. La machine est impressionnante, c'est un fait, mais pourquoi ne pas avoir opté pour un Turion 64 X2 ?

MSI MegaBook S271-W1

6

Les plus

  • Performances correctes (2D / 3D)
  • Garantie de deux ans
  • Rapport qualité / prix intéressant

Les moins

  • Nuisances sonores parfois élevées
  • Autonomie un peu en retrait

0

Performances7

Autonomie5

Design7


Alienware Aurora mALX

6

Les plus

  • Excellentes performances graphiques
  • Technologies mises en oeuvre
  • Évolutivité intéressante
  • Richesse fonctionnelle et accessoires

Les moins

  • À peine transportable
  • Nuisances sonores élevées
  • Chaleur au niveau du clavier

0

Performances10

Autonomie2

Design7


L'Aurora mALX n'est disponible que sur le site d'Alienware, mais vous pouvez retrouver les deux versions du MSI S271 dans le comparateur de prix de Clubic.com.
00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Comparer les prix du MSI MegaBook S271-O1
00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Comparer les prix du MSI MegaBook S271-W1
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Le Turion 64 X2 en test sur Clubic : Alienware/MSI
Sony Ericsson présente son z610i
Un graveur USB  autoalimenté chez Plextor
Codemasters éditera  Hospital Tycoon
Insolite : le site de Kevin Mitnick hacké
Le Turion 64 X2 en test sur Clubic : Alienware/MSI
Palit annonce une GeForce 7600 GS AGP
AMD ouvre son centre de R&D de Shanghai
Free inclut l'abonnement pour les non dégroupés
Terratec annonce une clé TNT USB premier prix
Haut de page