Place à l'Intel Pentium Extreme Edition 955 !

27 décembre 2005 à 17h00
0

Intel Pentium Extreme Edition 955 & D 900 : place au Presler

000000A000125442-photo-logo-intel-pentium-extreme-edition.jpg
Avec les premiers Pentium D, beaucoup avait reproché à Intel d'avoir regroupé dans le même noyau deux Processeurs sans chercher à partager certains éléments en vue d'optimiser quelques échanges de données, comme AMD a pu le faire avec ses Athlon 64 X2. En gros, le Pentium D n'était qu'un agglomérat de deux Pentium 4 de type Prescott, partageant en conséquence les mêmes forces mais aussi, et surtout, les mêmes faiblesses. Ainsi avec le Presler, si Intel conserve toujours les vestiges de l'architecture Netburst, le fondeur change son fusil d'épaule et opte pour une approche quelque peu différente en matière de fabrication. À première vue pourtant, le Presler n'est qu'un die-shrink des actuels Pentium D, c'est-à-dire un processeur identique à la génération précédente, mais profitant d'une finesse de gravure supérieure. Oui mais cela serait aller un peu vite en besogne : en effet à l'inverse des premiers Pentium D de type Smithfield où les deux coeurs sont collés sur le même die (enveloppe physique), le Presler comporte deux dies physiquement distincts, posés sur le même substrat. Chacun des coeurs du Presler s'affiche donc dans un die séparé de 140mm² environ.

Pour parvenir à ce résultat, Intel a du adapter son processus de fabrication et le Pentium Extreme Edition 955 profite d'une finesse de gravure en 65nm et comporte dorénavant huit couches d'interconnexions cuivrées avec des isolants low-k. Je vois d'ici certains s'interroger sur l'intérêt de passer d'une seule coquille physique, ou die, regroupant deux coeurs, à deux coquilles physiques hébergeant chacune un cœur. Sur le strict plan des performances il n'y en a pas, Intel ne partageant toujours aucune ressource ni échange entre les noyaux. En revanche, il est plus facile pour Intel d'avoir de bons rendements (ou yields) lors de la fabrication sur deux petites coquilles, plutôt que sur celle d'une seule grosse enveloppe. Tout ne serait donc ici qu'affaire de rendement...

000000F000213241-photo-intel-pee955-cpu.jpg
00208707-photo-intel-presler.jpg

Le Pentium Extreme Edition 955 avec son couvercle métallique (heatspreader) et une vue à nu


Autre point qui avait fait grincer des dents avec le Smithfield, l'utilisation d'un seul et même front-side bus, devenu soudainement on ne peut plus limité, impliquant des arbitrages entre chacun des coeurs, ceux-ci ne pouvant s'échanger des informations sans repasser par le bus système. Ce point demeure malheureusement inchangé avec le Presler qui, dans ses déclinaisons grand public, à savoir les Pentium D de la série 900, se contentera toujours d'un FSB 800 MHz, alors que le modèle Extreme Edition profite pour sa part d'un FSB plus généreux à 1 066 MHz. En revanche, le gros changement introduit par le Presler vient de la présence d'une quantité plus importante de mémoire cache. Quand les Pentium D de la série 8xx voient chacun de leurs cores munis de 1 Mo de mémoire cache de second niveau, le Presler double les doses avec 2 Mo de mémoire cache L2 par core ! Ce point devrait avoir une influence assez intéressante sur les performances du Presler comparé à la génération précédente, et il a pour conséquence directe d'entraîner une inflation au niveau du nombre de transistors. Ainsi, Intel annonce quelques 376 millions de transistors pour son Prelser, un quasi record ! Côté enveloppe énergétique, le Presler est annoncé pour un TDP de 86 Watts, bien en dessous des 130 Watts du Smithfield !

Les caractéristiques du Pentium Extreme Edition 955

Pour ce test, Intel s'est contenté de nous fournir, si l'on peut dire, son processeur haut de gamme à savoir le Pentium Extreme Edition 955. Cadencé à 3,46 GHz, le dernier-né des Pentium Extreme Edition effectue un retour aux sources puisque contrairement à son prédécesseur il nous est proposé avec un bus 1 066 MHz, moins étriqué donc que les 800 MHz du Pentium Extreme Edition 840. Avec son FSB de 266 MHz, le dernier bolide d'Intel affiche logiquement un coefficient multiplicateur de 13x alors que sa tension est comprise entre 1,2 et 1,3375v. Moins glop, la puce est annoncée pour un TDP de 130 Watts, le même que celui du Smithfield, alors même que l'utilisation du noyau Presler permettait d'envisager une bien meilleure dissipation thermique. On pourrait se dire qu'Intel pèche par excès de prudence, mais ce n'est hélas pas le cas ! En effet le Pentium Extreme Edition 955 est facilement monté durant nos tests à plus de 72° C en air cooling, soit plus que notre Pentium 4 qui frisait déjà les 70° C en pleine charge.

000000DC00213239-photo-intel-pee955-cpuz.jpg

Le Pentium Extreme Edition 955 vu par CPU-Z


Se présentant au format Socket LGA 775, le Pentium Extreme Edition 955 dispose de 2 Mo de mémoire cache de second niveau par cœur, soit une quantité doublée face au Pentium Extreme Edition 840, et continue de se distinguer des Pentium D par la présence de la technologie HyperThreading. Cela nous donne donc un processeur dont chacun des deux noyaux fonctionne comme deux processeurs logiques. Du coup, quand un Pentium D ou un Athlon 64 X2 peut traiter deux processus à la fois, le Pentium Extreme Edition 955 est capable d'en traiter le double soit un total de quatre. Reste que, comme cela a été démontré par le passé, Windows XP Professionnel Service Pack 2 n'est pas forcément à même de gérer autant de processus sur un seul et même processeur physique, limitant du coup son attractivité.

000000F000213240-photo-intel-pee955-4-threads-sous-xp.jpg

Quatre processeurs sous le gestionnaire de tâches de Windows XP


Au chapitre des bonnes nouvelles, on notera que la latence du cache de second niveau n'a pas bougé avec le Presler puisqu'elle s'établit toujours à 30 cycles. Côté overclocking, et bien que la carte mère de référence Intel ne soit pas un modèle de souplesse en la matière, nous avons pu atteindre les 4 GHz tout simplement en rehaussant le coefficient multiplicateur du CPU. En passant le coefficient multiplicateur de 13 à 15x, et en conservant une fréquence de bus constante, nous avons pu augmenter la fréquence de notre processeur de quelques 15% pour flirter avec la barrière mythique des 4 GHz.

000000C800213311-photo-intel-pee-955-4ghz.jpg

Un Presler qui tourne à 4 GHz sans sourciller...


En ce qui concerne ses autres caractéristiques, le Pentium Extreme Edition 955 dispose naturellement des instructions SSE3, de la technologie EM64T pour le support du 64 bits, et offre l'Execute Disable Bit afin de protéger matériellement certaines zones de la mémoire en vue d'éviter d'éventuelles attaques de logiciels malveillants. Petite nouveauté, il s'agit ici du premier Pentium à nous passer dans les mains avec la technologie VT d'active. Utilisée conjointement avec le chipset i975X et un environnement logiciel adéquat (VMWare au hasard), la technologie de virtualisation d'Intel doit permettre de faire fonctionner plusieurs systèmes d'exploitation et plusieurs applications au même moment sur des partitions différentes. Enfin, le processeur dispose de l'EIST ou Enhanced Intel Speedstep Technology qui ajuste automatiquement la fréquence et le voltage du processeur en fonction de son taux d'utilisation, et ce dans le but de réduire la consommation énergétique et les nuisances qui l'accompagnent généralement.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
scroll top