Comparatif navigateurs : qui est le meilleur ?

Par
Le 23 mars 2011
 0
Ca y est : après des mois d'attente, Firefox 4 et Internet Explorer 9 sont enfin sortis en version finale. Voilà qui change complètement la donne de notre comparatif de navigateurs web. En face, Google Chrome, Opera et Safari continuent à mettre en avant leurs atouts. Le match des navigateurs web est reparti de plus belle !



0000007803384002-photo-logo-google-chrome-navigateur-web-jpg.jpg
Logiciel central de tout ordinateur qui se respecte depuis les années 90, le navigateur web est redevenu un champ de bataille et d'innovations après des années de stagnation dues à la domination quasi exclusive d'Internet Explorer. A cela rien d'étonnant : le web lui-même est devenu beaucoup plus que ce qu'il était à l'époque. Il ne s'agit plus aujourd'hui d'un simple moyen d'information, mais d'un véritable environnement dans lequel il est possible d'exécuter des applications (webmail, calendrier, suite bureautique...), des jeux via des plug-ins, ou de visualiser des vidéos à la demande. En revenant ne serait-ce que 5 ans en arrière, l'évolution du « marché » est impressionnante : en 2005, IE reignait encore en maître devant un Firefox fraichement finalisé, Opera était encore payant et Safari réservé au Mac. Depuis, la part de marché de Firefox a explosé, Safari s'est ouvert à de nouvelles plates-formes (Windows, iOS) et un concurrent de poids a fait son apparition : Google, avec un Chrome impressionnant par ses performances et son interface minimaliste, mais diablement efficace.

Jusqu'au mois dernier, le paysage des navigateurs web était divisé en deux catégories : d'un côté Google Chrome, Opera et Safari qui menaient la danse en matière de compatibilité et de performances, et de l'autre Internet Explorer et Firefox qui commençaient à accuser un certain retard.

Disons le tout de suite : le paysage vient de changer radicalement : Firefox et Internet Explorer bénéficient en effet de mises à jour qui font plus que les remettre dans la course. Le premier, après de nombreux retards, passe enfin la 4e et redevient le navigateur de pointe qu'il n'aurait jamais du cesser d'être. Pour Internet Explorer, l'évolution était encore plus nécessaire, et on peut dire que Microsoft a fait du bon travail ! Voyons donc de quoi il en retourne sans plus tarder !

Tests de performance

Afin d'évaluer les performances de nos navigateurs, nous les avons soumis à une série de tests. Ceux-ci sont exécutés avec les dernières versions finales des 5 navigateurs, sur un PC équipé d'un Core 2 Duo à 2,25 GHz, de 4 Go de mémoire vive, d'un disque dur de 80 Go à 7200 tours/minute et d'une carte graphique Geforce GT230. Les dernières mises à jour système et pilotes sont installés et le système exécute Windows 7 Edition Professionnelle Service Pack 1, en version 64 bits. En revanche, la version d'Internet Explorer qui apparaît dans les graphiques est la version 32 bits. Nous avons également réalisé les tests sur la version 64 bits et nous indiquons les écarts dans les commentaires. Internet Explorer 9 est le seul navigateur Windows à être disponible en version 32 et 64 bits : tous les autres navigateurs sont 32 bits uniquement.

Il faut tout de même noter qu'il s'agit là de tests synthétiques, qui traduisent des résultats aux écarts parfois minimes si on les traduisait dans le contexte d'une utilisation réelle « standard ». Néanmoins, dans le cadre de sites qui pourraient à l'avenir faire un usage de plus en plus étendu de technologies comme HTML5, Canvas ou Javascript, il est intéressant de tester les navigateurs sur leur rapidité d'exécution.

Rendu Javascript


Le code JavaScript est largement utilisé dans les sites web actuels et notamment dans les applications web. Sa rapidité d'exécution est donc cruciale, et nous avons soumis les 5 navigateurs à deux tests. Le premier est le benchmark SunSpider, créé par les auteurs de Webkit, et exécutant 4 fois une série de petits tests Javascripts censés représenter un usage courant. Le résultat est un total exprimé en millisecondes. Le plus petit chiffre est donc le meilleur.

04108706-photo-graphique-comparatif-navigateurs-sunspider.jpg
Benchmark SunSpider (en ms) : le plus petit est le meilleur


IE9 et Firefox 4.0 font une entrée fracassante : IE9 surclasse tous ses concurrents en s'approchant des 300 ms, tandis que Firefox 4.0 réalise un score légèrement supérieur à celui de Google Chrome 10. Entre les deux on trouve toujours Opera 11. Safari est distancé, mais tient tout de même la route. Les scores de Firefox 3.6 et Internet Explorer 8 permettent de se rendre compte du progrès réalisé par les deux navigateurs. Il faut en revanche noter un écart assez flagrant entre les versions 32 bits et 64 bits d'Internet Explorer 9 : l'exécutable 64 bits obtient des résultats beaucoup plus bas, même en dessous de Firefox 3.6 !

Le second test est la suite V8 de Google, testée pour évaluer les performances de Google Chrome. Celle-ci est composée de 7 tests, auxquels un score est attribué. Le résultat final est la moyenne de ces 7 scores. Le test semble favoriser Google Chrome très nettement, alors que Sunspider ne place pas Safari en tête. Néanmoins, si on sort du résultat hors norme de Chrome, on se rend compte cette fois qu'Internet Explorer 9 est à la traine par rapport à Firefox 4.0 et Opera 11.

04108708-photo-graphique-comparatif-navigateurs-v8.jpg
Benchmark V8 : le plus grand est le meilleur


Test graphique Canvas


Canvas est une bibliothèque d'affichage 2D qui permet, en théorie, de créer du contenu interactif (des jeux, par exemple) sur le web, sans avoir recours à Flash. Afin d'évaluer les performances des 5 navigateurs, nous avons préféré un test indépendant aux démonstrations techniques de Mozilla ou Microsoft qui ne sont vraiment intéressantes à utiliser que pour un navigateur prenant en charge l'accélération matérielle.

04108710-photo-graphique-comparatif-navigateurs-canvas.jpg
Benchmark Canvas (en FPS) : le plus grand est le meilleur


Pour ce test, il faut préciser que Firefox 4 et Internet Explorer 9 bénéficient de l'accélération matérielle. En revanche, lorsque nous avons activé celle de Google Chrome, l'effet était inverse à celui escompté : le framerate était en chute libre ! Au final, Chrome s'en tire malgré tout très bien sans accélération matérielle. Sur d'autres tests comme ceux de Microsoft, nous n'avons pas constaté ce problème : l'accélération matérielle de Chrome fonctionnait, mais offrait tout de même des résultats inférieurs à ceux obtenus par Firefox 4 et Internet Explorer 9. Et quid cette fois de la différence 32/64 bits ? Difficile à dire, puisque sur le test de Man In Blue, on obtient un résultat légèrement supérieur en 64 bits, alors que le test FishIETank de Microsoft favorise la version 32 bits ! Etrange...

Occupation mémoire


Pour mesurer l'occupation mémoire du navigateur, nous ouvrons 20 sites différents dans 20 onglets. Les sites utilisés sont assez lourds et recourent notamment à Flash pour nombre d'entre eux. On remarque tout de même un écart assez net entre les différents navigateurs, et notamment en ce qui concerne Firefox : la version 4 semble beaucoup plus lourde que la 3.6, exécutée avec les mêmes sites sur la même période ! Safari reste également sous la barre des 600 Mo, alors que tous les autres la dépassent allègrement. En revanche, si Chrome, Firefox ou Internet Explorer libèrent assez bien la mémoire à la fermeture de ces onglets, on ne peut pas en dire autant par exemple d'Opera 11 qui reste à plus de 300 Mo !

04108712-photo-graphique-comparatif-navigateurs-memoire.jpg
Occupation mémoire avec 20 onglets ouverts (en Mo) : le plus petit est le meilleur


Respect des standards


Le respect des standards du web est un point délicat. Dans l'idéal, respecter les règles émises par le W3C permet d'obtenir un rendu optimal quelque soit le navigateur utilisé. Ces règles sont néanmoins assez strictes, et dans la pratique, ça peut ne pas avoir d'incidence pour l'utilisateur lambda. Pensez néanmoins que respecter les standards est également un gage d'accessibilité. L'Acid Test 3 a été créé par le Web Standards Project pour évaluer le respect des standards du web dans des conditions extrêmes (donc pas forcément représentatives de la réalité). La série de tests doit se terminer sur une note de 100/100 et sur l'affichage d'un rendu graphique conforme à l'image de référence. Safari 5.0, Google Chrome 10 et Opera 11 obtiennent tous les trois un score de 100%. Firefox 4 et Internet Explorer 9 s'approchent du but, mais butent respectivement à 97 et 95%. Néanmoins, cet écart n'est pas significatif dans la mesure où l'Acid Test ne semble plus être une priorité pour les développeurs. Dans le cas de Firefox, Mozilla affirme que les 3% manquant sont liés aux polices SVG, qui sont en passe d'être écartées des spécifications principales du format. Idem pour Microsoft qui annonce également ne pas souhaiter prendre en charge les animations SVG SMIL, qui comptent pour les 2 autres points.

00c8000003381504-photo-acid-test-3-safari-5.jpg
00c8000003381506-photo-acid-test-3-google-chrome-5.jpg
00c8000003381508-photo-acid-test-3-opera-1060.jpg

Safari 5, Google Chrome 10 et Opera 11 passent le test à 100%

012c000004109856-photo-mozilla-firefox-4-0-acid-test-3.jpg
012c000004109858-photo-internet-explorer-9-acid-test-3.jpg

Firefox 4 et Internet Explorer 9 s'approchent du but


Un second élément, concernant cette fois ci spécifiquement HTML5, réside dans le test de conformité à HTML5 réalisé par le W3C. Cependant, celui ci est basé sur des résultats datant du 10 février 2011 à l'heure où nous écrivons ces lignes, et intègre donc IE9 RC, Firefox 4 Beta 11, Chromium 9.0 et la dernière build de WebKit au moment du test (r70732). La suite de tests est composée de 821 tests regroupés en 7 catégories : Attributes, Audio, Video, Canvas, Foreign Content, getElementsByClassName et XHTML. Au global, IE9 semble se tirer particulièrement bien de ces tests puisqu'il obtient notamment un score de 100% sur la partie Video, contre 92,31% pour Chromium, 85,71% pour Webkit et 76,92% pour Firefox 4. Il se distingue également sur Canvas avec le meilleur score : 95,57%.

0258000004111854-photo-w3c-html-5.jpg


Terminons avec le HTML5 Test, un test indépendant créé par Niels Leenheer. Celui ci teste un certain nombre de fonctionnalités, choisies par l'auteur du test comme étant représentatives, et détecte si chaque propriété est prise en charge par le navigateur (l'auteur du test précise que seule la prise en charge est testée, pas la qualité de son implémentation). Il attribue alors un score pour chaque catégorie, complété de points bonus pour les fonctionnalités prises en charge, mais pas encore standardisées, tels que les codec vidéo. Sur les versions actuelles des navigateurs, Google Chrome 10 se distingue sur ce test avec un score de 293 points, suivi de Firefox 4 (255 points) et Safari 5 (228 points). Internet Explorer 9 est en queue de peloton avec 130 points. Où le navigateur de Microsoft coince-t-il ? Selon le test, sur les formulaires ou la plupart des tests sont négatifs (4/90), sur les applications web (pas de prise en charge du cache d'applications), ou encore sur l'interaction avec l'utilisateur où le glisser/déposer ne semble pas passer.

04111938-photo-graphique-comparatif-navigateurs-html5-test.jpg
Benchmark Html5test.com (le plus grand résultat est le meilleur)


Conclusion


0000006403557546-photo-logo-internet-explorer-9.jpg
Indéniablement, Google Chrome a donné un coup de fouet au marché des navigateurs web, incitant les ténors à revoir leur logiciel en profondeur, et cela se vérifie avec Internet Explorer 9 comme avec Firefox 4.

Un nouveau IE est toujours attendu avec un brin de scepticisme, mais il faut bien admettre que Microsoft a réussi son pari : refaire d'Internet Explorer un navigateur fréquentable qui participe à l'émulation générale plutôt que la suivre. Son ergonomie dépouillée est une réussite, et si sa compatibilité avec les standards (certes en perpétuelle évolution) laisse encore à désirer sur certains points, elle est en très net progrès et il faut le saluer !

0000006403729336-photo-firefox-mobile-android-logo.jpg
Face à IE9, Mozilla dégaine un Firefox 4.0 qui manque peut-être d'originalité (l'influence de Chrome est là encore indéniable sur les choix d'interface utilisateur), mais qui garde tout ce qui a fait de Firefox un succès, tout en le modernisant. On pestera contre l'incompatibilité de certaines extensions pour le moment, ou sur certaines incohérences rencontrées ici ou là, mais dans l'ensemble, Firefox 4 est un grand cru et on reprend plaisir à utiliser le navigateur libre et à le recommander chaudement.

0000007803348008-photo-operalogo.jpg
Enfin, on avait déjà dit tout le bien que l'on pensait d'Opera 11 : malgré la sortie de Firefox 4 et IE9, il demeure un excellent logiciel pour les power users qui en veulent plus en standard, la nouvelle version offrant en plus la prise en charge tardive, mais bienvenue des extensions.

Du coup, qu'en est-il de Google Chrome ? Il reste, dans sa version 10, le meilleur choix pour les utilisateurs néophytes souhaitant le navigateur le plus simple possible, et sans avoir besoin de télécharger le moindre plug-in pour lire des contenus Flash ou des documents PDF. Néanmoins, l'écart entre le navigateur de Google et ses concurrents s'est considérablement réduit, et selon le profil, on pourra lui préférer Firefox 4 ou, pour les utilisateurs les plus exigeants, Opera 11.

Reste Safari dont le cas nous laisse toujours perplexe : un assez bon navigateur, mais dont les atouts par rapport à ses concurrents sous Windows sont désormais bien minces. On imagine qu'Apple ne tardera pas à dégainer une version 6. En attendant, s'il continue à être un des meilleurs navigateurs sur Mac, voire le meilleur, il a bien du mal à se distinguer sous Windows.

Télécharger Internet Explorer 9 pour Windows.

Télécharger Google Chrome pour Windows.

Télécharger Safari pour Windows.
Modifié le 17/01/2019 à 17h40
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités Navigateur Internet

scroll top