Navigateur Web : quel est le meilleur en 2019 ? (comparatif)

23 mars 2011 à 16h49
0
Le navigateur qui monte
Le plus complet
Le plus accessible
+ Centré sur la vie privée
+ Rapidité de navigation
+ Modèle de récompense BAT
+ Stable et fiable
+ Versatile
+ Intégration de l'écosystème Google
+ Fonctionnel et efficace
+ Respect de la vie privée...
+ ...et des standards du web

Depuis la création de Netscape en 1994 et son entrée fracassante à la bourse un an plus tard, le marché des navigateurs n'a jamais cessé d'attiser la convoitise des géants de la high-tech. AOL, Microsoft, Apple, ou encore Google ont tous redoublé d'efforts pour essayer de dominer ce marché aussi stratégique qu'impitoyable. Vingt-cinq après Nestcape qui a fini par faire naufrage après une longue dérive, Google a pris les commandes du web avec son vaisseau amiral Chrome. Avec plus de la moitié des internautes à son bord, Google Chrome fait aujourd'hui la pluie et le beau temps sur le Web. Malgré cette situation de quasi-monopole, Firefox, Microsoft, Apple, Opera Software ou les nouveaux prétendants comme Vivaldi ou Brave ne sont pas prêts à baisser leur pavillon.

Trois décennies de batailles rangées


Après avoir été dominé par Nestcape au milieu des années 90, puis par Microsoft Internet Explorer dans les années 2000, c'est Google Chrome qui règne sur le marché depuis 2010. Lancé deux ans plus tôt, le navigateur du géant du web a redistribué les cartes du marché en se distinguant d'emblée par sa vitesse d'exécution. À moins d'un revers de situation malheureusement peu probable, Google devrait aborder la prochaine décennie très sereinement. Selon les chiffres de de StatCounter du mois de mai 2019, Chrome ne truste pas moins de 62,9 % de parts de marché (toutes plateformes confondues), devant Safari (15,9 % sur macOS et iOS uniquement), Mozilla Firefox (5,1 %), Edge/Internet Explorer (4,7 %), et Opera (2,6 %). Si les parts de marché des autres navigateurs comme Vivaldi ou Brave demeurent anecdotiques, ces derniers ont le mérite de proposer de véritables alternatives aux ténors du marché.

Comparatif Navigateurs 2019

Durant longtemps, une grande majorité des internautes utilisait le navigateur installé par défaut sur leur machine : Chrome sur Android, Safari sur macOS, Edge sur Windows 10, etc. Même si les habitudes ont la vie dure, ils sont de plus en plus nombreux à ne plus hésiter à aller voir ailleurs et utiliser, deux, voire trois ou quatre navigateurs web en fonction de leurs besoins et de leurs terminaux. Il s'agit d'ailleurs souvent de la meilleure solution pour tirer pleinement profit des atouts des différents navigateurs. Ils peuvent se distinguer sur les performances, la sécurité, la protection de la vie privée, la richesse fonctionnelle, ou encore la personnalisation. Pour les confronter, nous les avons notamment soumis à une batterie de tests avec des outils de benchmarks en ligne : Basemark qui analyse la prise en charge des nouveaux standards du web, Jetstream2 qui détermine la capacité à gérer les applications Web les plus sophistiquées, et Speedometer qui teste les performances générales. Au-delà des résultats des benchmarks qui diffèrent de moins en moins d'un navigateur à l'autre, nous avons également comparé leur impact sur la mémoire, leur stabilité, leur ergonomie, leur interface, ainsi que leur niveau de sécurité et de confidentialité.


Les fondamentaux


1. Google Chrome : le plus stable et complet


Google chrome


Les plus
+ Performances
+ Simple et agréable
+ Bien sécurisé
+ Compatible sur de nombreuses configurations
Les moins
- Il reste l'un des outils de récolte de données de Google

Avec Chrome, Google a redistribué les cartes du marché des navigateurs Web. Dès son lancement, les équipes du géant du web ont fait preuve d'une telle capacité d'innovations qu'ils ont littéralement écrasé la concurrence en à peine plus de deux ans. Dix ans après sa création, le logiciel est toujours à la pointe de la technologie grâce notamment au rythme effréné des mises à jour (tous les 15 jours) et d'une évolution quasi constante.

Performances et sécurité


À force d'enrichir ses fonctionnalités, Google Chrome n'est plus aussi léger et véloce qu'à ses débuts, mais il n'a pas à rougir face à ses concurrents en termes de performances. Chrome coiffe en effet tous ses challengers sur le poteau en termes de gestion des nouveaux standards du web. Il gère parfaitement les langages JavaScript et WebAssembly, mais se montre moins performant qu'Opera et Brave en termes de rapidité. Avec Edge, Chrome constitue le meilleur navigateur pour profiter des contenus en streaming sur Netflix ou Prime Video..

Au registre des fonctions très intéressantes, il dispose d'un « Gestionnaire de tâches » permettant de visualiser les ressources utilisées (RAM, UC, Réseau) par les sites Web en cours de consultation et de les fermer au besoin en un clic.

Capable de gérer sans sourciller un très nombre d'onglets ouverts simultanément, Chrome est sans aucun doute le navigateur le plus stable du marché. L'optimisation permanente dont il fait l'objet a porté ses fruits, car le navigateur qui était devenu durant un temps très gourmand en ressources a réussi à réduire considérablement son impact sur le système. Comme Opera, Chrome se montre en outre particulièrement efficace pour le téléchargement de fichiers.

Du fait de son succès, le navigateur de Google constitue depuis plusieurs années la cible privilégiée des hackers
. Des dizaines de milliers d'internautes à travers le monde ont notamment été infectés par des extensions vérolées qui pullulaient sur le Chrome Web Store. La firme a depuis renforcé drastiquement son système de sécurité Chrome Cleanup en collaborant avec l'éditeur d'antivirus Eset pour intégrer son moteur de détection des menaces au sein de la sandbox (bac à sable) du navigateur. Grâce à cette protection de premier plan, Google est désormais capable de détecter et supprimer beaucoup plus d'éléments indésirables que par le passé.

Depuis la version 70 de Chrome (octobre 2018), le géant du Web a décidé d'en finir avec les sites non sécurisés en affichant la mention « Non sécurisé » en rouge sur tous les sites qui ne sont pas en « https ». À noter que le navigateur, dispose d'un module anti-traçage et d'un mode de navigation privé, mais ces derniers sont loin de garantir la confidentialité des utilisateurs. Il ne faut pas oublier que le modèle économique de Google repose quasiment entièrement sur la collecte de données personnelles à des fins de profilage publicitaire.

Utiliser Chrome ou un autre service de Google, c'est accepter de fait que ses données personnelles soient monnayées d'une manière ou d'une autre...

Chrome parametres

Scores benchmark Chrome
  • Basemark : 597.87
  • JetsSream : 80.223
  • Speedomeeter : 38,8

Ergonomie et fonctionnalités


L'une des grandes forces de Chrome réside dans sa capacité à s'adapter aux différents profils des utilisateurs. Son interface minimaliste et ultra simple convient parfaitement aux néophytes, tandis que ses multiples fonctions et extensions avancées font le bonheur des plus expérimentés et même des professionnels du Web (développeurs, référenceurs, graphistes...).

Google ne fait pas les choses à moitié et propose de nombreux tutoriels très bien faits permettant d'apprendre à exploiter toutes les ressources de son navigateur et découvrir les innombrables astuces pour le piloter.

Parmi les autres atouts de Chrome figurent son nuage d'applications maison - Maps, YouTube, Gmail, Drive, etc.- parfaitement intégrées et accessibles d'un clic. Sans oublier le fameux Chrome Web Store et ses dizaines de milliers d'extensions permettant d'enrichir et personnaliser le navigateur. Aucun autre navigateur ne gère aussi bien les extensions que Chrome qui est devenu la référence incontournable en la matière.

En ouvrant un compte Google, il est possible de profiter de la synchronisation automatique du navigateur (signets, extensions, onglets ouverts, mots de passe, historique, thèmes, favoris, paramètres, etc.) d'un terminal à l'autre. Cette fonctionnalité que l'on retrouve également sur Firefox ou Opera marche de façon fluide et totalement transparente pour l'utilisateur. Une option offre également la possibilité de chiffrer les données synchronisées et d'instaurer une phrase secrète de sécurité via les paramètres du navigateur. Chrome propose par ailleurs un outil permettant de caster le navigateur sur un écran de télévision, par exemple.

chrome webstore

Notre avis


Google Chrome étant le navigateur le plus populaire, il est désormais quasiment indispensable de l'utiliser lorsqu'il n'est pas possible d'accéder à certains sites comme des services administratifs avec d'autres navigateurs. Bien qu'il soit capable de fonctionner sur les machines les plus modestes, il est particulièrement impressionnant sur une puissante configuration pour jouer notamment à des jeux vidéo en ligne.

Simple, agréable à utiliser, bien sécurisé et performant, il offre une expérience de navigation optimale. Las, Chrome demeure l'un des principaux outils de récolte de données de Google après son moteur de recherche Web. Pour cette raison, nous lui préférons des navigateurs comme Brave ou Firefox plus respectueux de la vie privée.

Télécharger aussi Chrome pour macOS, Linux, Android, iOS

Retour au menu

2. Mozilla Firefox : la meilleure alternative à Chrome


Firefox Home page


Les plus
+ Un des plus innovants du marché
+ Riche en fonctionnalités pour optimiser l'UX
+ Gère les derniers standards vidéo AV1
Les moins
- Scores un peu décevants en benchmark
- Nécessite une configuration moyenne ou haut de gamme

Après avoir trusté près de 30 % de parts de marché vers la fin des années 2000, le navigateur open source de la fondation Mozilla a vécu ensuite une longue traversée du désert. Selon les derniers chiffres de StatCounter, il ne possède plus aujourd'hui que 4,9 % de parts de marché s(toutes plateformes confondues), mais ces dernières ont néanmoins augmenté cette année sur Windows pour grimper à 9,9 % (soit 0,9 % de plus en un an selon Net Applications).

Une belle performance pour Mozilla qui a revu de fond en comble son navigateur avec la fameuse version Quantum lancée au mois de novembre 2017. Saluée par de nombreux spécialistes pour ses performances, celle-ci n'a toutefois pas rencontré le succès escompté.

Performances et sécurité


Depuis le lancement de Firefox Quantum (version 57), le navigateur de Mozilla se positionne à nouveau comme une véritable alternative à Google Chrome. Grâce à cette mise à jour considérée comme la plus importante jamais réalisée par l'éditeur, Firefox fût un temps plus rapide que Chrome tout en consommant près d'un tiers de moins de mémoire grâce notamment à une nouvelle architecture multiprocessus.

Un peu moins de deux ans plus tard, le navigateur demeure parmi les plus rapides, mais force est de constater qu'il s'est à alourdi au fil du temps. Lors de nos tests, avec le même nombre d'onglets ouverts, il consomme plus du double de mémoire que Chrome et jusqu'à quatre fois plus que Brave ou Edge ! Il obtient par ailleurs des scores un peu décevants aux tests de benchmark que cela soit pour le traitement des nouveaux standards du web (JetStream) ou les langages JavaScript (Basemark). Au fil des mises à jour, l'optimisation de Firefox Quantum (version 67) a pris un peu du plomb dans l'aile.

Malgré tout, le navigateur se montre relativement stable et gère parfaitement le streaming vidéo sur Netflix ou YouTube, par exemple. Mieux vaut toutefois l'utiliser sur des configurations moyennes ou haut de gamme pour exploiter tout son potentiel et éviter les plantages.

Contrairement à de nombreux éditeurs, Mozilla est une fondation à but non lucratif qui n'exploite pas les données de ses utilisateurs. Le navigateur collecte par défaut uniquement des données techniques permettant d'optimiser et stabiliser le navigateur. Trois niveaux de confidentialité sont proposés - Standard, Strict, et Personnalisé - pour bloquer les traqueurs et les cookies. Bien que des nouveaux prétendants comme Brave et Vivaldi viennent jouer sur ses plates-bandes, Firefox constitue l'un des navigateurs grand public les plus respectueux de la vie privée.

Côté sécurité, le logiciel intègre un module de protection contre les contenus indésirables et autres sites malveillants. Il dispose en outre d'une sandbox chargée d'isoler les codes JavaScript nuisibles. A noter qu'il bloque désormais par défaut la lecture automatique des contenus audio/vidéo et les pop-ups. Le navigateur intègre également un gestionnaire de tâches permettant de visualiser et bloquer les modules et extensions les plus gourmandes.

Firefox securité

Scores benchmark Firefox
  • Basemark : 455.8
  • JetStream : 45.918
  • Speedomeeter : 89.1

Ergonomie et fonctionnalités


Avec sa boutique d'extensions et de modules Web, ses options de personnalisation, et sa richesse fonctionnelle, Firefox fait partie des navigateurs les plus modernes et complets du marché. Par défaut, sa nouvelle interface dépouillée est très proche de celle de Chrome, dont il a repris la fameuse barre de recherche/adresse unifiée. Les nostalgiques de l'ancienne version de Firefox peuvent toutefois remettre, via le menu, la seconde barre de recherche si caractéristique du navigateur.

En ouvrant gratuitement un compte, il est possible de bénéficier du service « Sync » permettant de synchroniser les données et préférences du navigateur (marque-pages, historique, mots de passe, onglets ouverts, et modules) sur différentes machines. Une fois en place, le module Sync permet de transférer une page web d'un terminal à l'autre en faisant un clic droit et en sélectionnant « Envoyer l'onglet à un appareil ».

Mozilla propose d'innombrables tutoriels pour découvrir toutes les fonctionnalités et astuces du navigateur comme la recherche dans les onglets ouverts, ou les onglets contextuels (personnels, professionnels, bancaires...), par exemple.

L'un des principaux atouts du navigateur réside dans sa boutique Firefox Add ons. Revue de fond en comble, elle regorge d'extensions web et de thèmes pour enrichir le navigateur. En implémentant des WebExtensions en lieu et place des anciens modules classiques qui plombaient jadis le navigateur, Mozilla a réussi à lui redonner un vrai coup de jeune. Plus qu'un navigateur, Firefox constitue un environnement complet aussi efficace qu'agréable à utiliser.

Parmi les dernières innovations en date, le navigateur est désormais capable de détecter les onglets inactifs et de les suspendre automatiquement pour soulager la mémoire. La protection de la vie privée a été également améliorée grâce à des modules de détection des mineurs de cryptomonnaies et des détecteurs d'empreintes numériques qui servent à traquer les internautes. A noter qu'il faut activer ces modules via le menu « Vie privée et sécurité ».

Firefox securité 1

Notre avis


Avec Firefox Quantum, Mozilla revient de loin. Même si ces efforts (plus de 6 millions de lignes de codes ont été écrites pour cette nouvelle mouture) ne se sont pas avérés très payants jusqu'à présent, la fondation a tout de même réussi à éviter le naufrage annoncé de son navigateur. Agrémenté de mises à jour quasi mensuelles, Firefox ne cesse de s'enrichir de nouvelles fonctionnalités et technologies pour optimiser l'expérience utilisateur.

Il gère parfaitement les derniers standards du web, dont le nouveau format vidéo AV1 développé conjointement avec Google, Microsoft, et Amazon, entre autres. En ouvrant un compte Firefox, les utilisateurs peuvent désormais bénéficier des alertes Firefox Monitor, un nouveau service qui référence toutes les fuites de données les concernants. Firefox est sans nul doute l'un des navigateurs les plus innovants du marché, et le seul vraiment capable de concurrencer Chrome sur tous les fronts.


Télécharger aussi Firefox pour macOS, pour Linux, pour Android

Retour au menu

3. Microsoft Edge : un navigateur en sursis


microsoft edge


Les plus
+ Performances correctes
+ Plus léger, rapide et moderne
+ Capables de tourner sur terminaux mobiles
Les moins
- Interface vieillissante
- Délaissée progressivement par Microsoft

Après la sortie de Microsoft Edge, Internet Explorer qui fut longtemps le navigateur le plus populaire de la planète a définitivement tiré sa révérence. Incapable de faire évoluer son navigateur, la firme de Redmond s'est laissée complètement dépasser par la concurrence avec un IE à l'interface et aux fonctionnalités vieillissantes. Microsoft a donc voulu profiter du lancement de Windows 10 en 2015 pour proposer un nouveau navigateur à la fois plus léger, rapide et moderne et qui soit surtout capable de tourner sur les terminaux mobiles. Des objectifs qui se sont avérés difficiles à concrétiser.

Microsoft Edge menu lateral

Performances et sécurité


Lors de son lancement, Edge a surpris d'emblée par son interface et ses fonctionnalités minimalistes. Microsoft s'est focalisé sur les performances de son navigateur aux dépens des fondamentaux chers aux internautes comme les options de personnalisation, la richesse fonctionnelle, etc. Encore aujourd'hui, le navigateur de Windows 10 ne propose que très peu de fonctionnalités. Une erreur incompréhensible pour l'ex-leader du marché des navigateurs dont les ressources sont de surcroît quasi illimitées.

Malgré son intégration native dans Windows 10, la majorité des utilisateurs s'empresse d'installer d'autres navigateurs. En quatre ans d'existence, Edge n'a jamais dépassé les 4 % de parts de marché. Contraint de constater son échec, Microsoft a annoncé il y a quelques mois la fin de Edge dans sa forme actuelle. L'éditeur a décidé d'abandonner son moteur de rendu maison EdgeHTML au profit de la technologie open source... Chromium sur laquelle repose Google Chrome.

Lancé dans une version une version « Dev » au mois d'avril dernier, le nouveau navigateur multiplateforme Edge Chromium se révèle pour l'instant un parfait clone de Chrome avec des performances plus ou moins identiques. Étant donné qu'il s'agit d'une version de test, il est évidemment trop tôt pour tirer des conclusions sur cette nouvelle mouture. La version HTML amenée à disparaître s'accapare quant à elle la seconde place du navigateur le plus rapide de ce comparatif derrière Brave. Le navigateur a toutefois été incapable de passer les benchmarks de Basemark en raison de son incompatibilité avec certaines technologies web. Bien qu'il soit censé être ultra optimisé pour Windows 10, il se montre étonnamment plus gourmand en mémoire que Chrome et Opera, mais devance tout de même Firefox sur ce point.

Au niveau de la sécurité, Edge embarque une sandbox (bac à sable) qui isole les contenus web suspects dans un environnement virtuel temporaire afin de les empêcher d'avoir accès aux données et aux ressources de la machine.

Le navigateur possède également une fonction baptisée Windows Defender SmartScreen (accessible via les options de « Confidentialité et sécurité») capable d'identifier les sites web d'hameçonnage, les programmes malveillants ou encore les téléchargements de contenus malveillants. Lorsqu'il détecte une page suspecte, il affiche un avertissement pour signaler que le site a été bloqué.

Le navigateur collecte par défaut un certain nombre de données, dont l'historique de navigation, afin d'optimiser l'expérience utilisateur. Il est toutefois possible et conseillé de limiter en partie cette collecte via les paramètres avancés en désactivant l'option « Utiliser la prédiction de page pour accélérer la navigation... ». Avec le moteur de recherche Bing installé par défaut, Microsoft enregistre également toutes les informations saisies dans la barre de recherche pour affiner les suggestions. Là encore, il faut désactiver une option (« Afficher les suggestions de recherche au fur et à mesure ») via le menu pour échapper à minima à la voracité de Microsoft pour la collecte de données personnelles.

Scores benchmark Microsoft Edge
  • Basemark : (impossibilité d'obtenir un résultat)
  • JetStream : 96.101
  • Speedomeeter : 89.0

Microsoft Edge smart screen

Ergonomie et fonctionnalités


Même après quatre ans de mises à jour régulières, l'interface de Microsoft Edge demeure très minimaliste, avec des bizarreries comme les pages du menu qui s'ouvrent uniquement sur une petite partie du côté droit de la fenêtre.

En règle générale, la navigation sur feu Edge n'est pas désagréable et les utilisateurs occasionnels ou ceux qui recherchent avant tout un logiciel rapide peuvent très bien s'en accommoder. En revanche, les internautes qui veulent aller plus loin seront très vite déçus par le manque criant d'options de personnalisation, et surtout d'extensions. Le navigateur propose quand même quelques innovations comme la possibilité d'annoter les pages web et de les sauvegarder dans OneNote, la possibilité d'enregistrer des contenus web dans une liste de lecture et les consulter en mode hors connexion, ou encore la prévisualisation des onglets ouverts sur le haut de l'écran.

Avec la nouvelle version prévue pour l'année prochaine, Microsoft abandonne son moteur de rendu EdgeHTML au profit de Blink de Chromium. Un choix que s'était résolu à faire également Opera (après la version 12) pour pouvoir offrir une meilleure compatibilité avec les sites web qui sont essentiellement optimisés pour Chrome. Difficile de dire dans quelles proportions va évoluer la version Dev actuelle de Edge Chromium et si l'éditeur prévoit ou non d'intégrer les fonctionnalités phares (SmartScreen, prévisualisation des onglets, annotation des pages web, etc.) de EdgeHTML dessus. Quoi qu'il en soit, Microsoft devra mettre les bouchées doubles pour pouvoir se distinguer des autres navigateurs basés sous Chromium, donc Brave, Opera, ou encore Vivaldi.

microsoft chromium version dev

Notre avis


Même si Microsoft abandonne Edge, il a tenu à rassurer ses utilisateurs en précisant que ce dernier sera encore supporté durant plusieurs années. Malgré les 800 millions de terminaux sous Windows 10 dans le monde avec Edge installé par défaut, celui-ci n'a jamais réussi à séduire les utilisateurs. Un échec retentissant pour Microsoft qui préfère jeter l'éponge et repartir de zéro plutôt que de continuer à s'enfoncer encore un peu plus.

Reste à savoir comment Microsoft va pouvoir réussir à se démarquer avec un moteur de rendu identique à une foule de navigateurs. Même si ce n'est pas tout à fait comparable, Opera qui avait pris la même décision en 2013 en lançant une nouvelle version basée sous Chromium a tout juste réussi à se maintenir sur le marché en trustant aujourd'hui seulement 2,6 % *de parts de marché (*source : StatCounter). Autant dire que la route du succès est loin d'être toute tracée pour le successeur de Edge...

Télécharger également Edge pour Android et iOS

Retour au menu

4. Opera : le plus personnalisable


Opera


Les plus
+ Stable et performant
+ Débits rapides
+ Sécurité accrue avec outils de chiffrement efficaces
Les moins
- S'adresse aux utilisateurs avancés
- Mode turbo que sur les domaines http

Développé depuis 1994, le navigateur Opera n'est pas un nouveau venu. Malgré ses 2,6 % de parts de marché, le navigateur qui est tenu à bout de bras par l'éditeur norvégien Opera Software demeure l'un des plus innovants du marché. Du module VPN, en passant par la fonction Mon Flow, le nouveau Crypto Wallet ou les fonctions de personnalisation comme le mode sombre, Opera parvient à se distinguer de ses concurrents.

Microsoft edge store

Performances et sécurité


En termes de rapidité, le navigateur monte sur la seconde place du podium derrière Brave, mais il se révèle bien plus complet que ce dernier. Les progrès réalisés par l'éditeur depuis sa refonte complète sous Chromium sont impressionnants.

Au fil des années, il s'est enrichi d'une multitude d'options d'optimisation permettant d'adapter le logiciel à différents usages. Les réglages avancés du menu offrent en effet la possibilité d'activer ou désactiver de nombreuses fonctionnalités pour le rendre au choix le plus léger ou le plus complet possible. Il dispose d'un mode turbo (Accélération matérielle) basé sur la technologie « Web Optimisation Proxy » qui compresse les contenus des pages Web pour les afficher plus rapidement. Cette technologie qui témoigne de la capacité d'innovation de l'éditeur ne fonctionne malheureusement que sur les sites http (non sécurisés) en phase de disparition.

Les très bons scores obtenus lors des différents benchs montrent l'efficacité et les performances du navigateur à tous les niveaux. Étant donné que la plupart des développeurs optimisent leurs sites web pour le leader du marché Chrome, il peut arriver que certains sites (administration, réservation de billets de transport...) ne fonctionnent pas bien sur Opera, mais c'est de plus en rare.

Moins gourmand en ressources que Firefox notamment, il est aussi à l'aise sur une machine haut de gamme qu'un PC portable dotée d'une configuration modeste. Au niveau de la sécurité, il dispose de solides protections contre les sites malveillants, les scripts et les modules complémentaires non sécurisés ainsi que des fonctions désormais classiques tels qu'un bloqueur de pub et de fenêtres intempestives, un module anti traqueurs, ou un mode de navigation privée.

Il est possible de limiter la collecte des données via les paramètres en désactivant notamment les systèmes de prédiction du navigateur.

Opera menu

Scores benchmark Opera
  • Basemark : 594.08
  • JetStream : 84.491
  • Speedomeeter : 91.7

Ergonomie et fonctionnalités


Même s'il ne présente aucune difficulté particulière, Opera est un navigateur qui s'adresse plutôt aux utilisateurs avancés. À l'instar de Firefox, c'est un environnement complet et ultra personnalisable. Outre la boutique d'extensions et de thèmes maison, l'éditeur propose un add-on permettant d'installer les extensions du Chrome Web Store.

Il est également possible d'ouvrir un compte pour synchroniser le navigateur sur plusieurs terminaux et profiter de la fonction « Mon Flow » (espace personnel comprenant des liens, vidéos, notes...).

Mis à jour tous les 45 jours, Opera ne cesse de s'enrichir d'options intéressantes telles que la visualisation d'onglet grand format, la capture d'écran instantanée, ou encore un second menu baptisé « Configuration facile » sur le coin supérieur droit de la fenêtre.

Depuis un peu plus de deux ans, Opera est le seul navigateur à proposer un VPN illimité gratuit avec la possibilité de choisir des serveurs de connexion localisés soit en Europe, Amériques, ou Asie. L'ajout de cette fonctionnalité qui permet de sécuriser sa connexion, masquer son adresse IP et contourner les blocages géographiques de certains services ne s'est pas traduit par un afflux massif d'utilisateurs. Remarquablement simple à utiliser, il suffit de cliquer sur le bouton VPN en haut à gauche de la barre d'adresse, de choisir l'emplacement et le tour est joué. Alors qu'un VPN peut coûter entre 3 et 10 €/mois, il est légitime de se demander comment Opera Software finance ce service fourni par l'une de ses filiales basées au Canada. Elle assure ne pas enregistrer les logs, l'historique de navigation ou encore les adresses IP de ses utilisateurs, mais elle stipule dans le même temps qu'elle peut fournir ces informations si les autorités les lui demandent.

Une nouvelle fonction Crypto Wallet permettant d'effectuer des transactions de cryptomonnaies via un smartphone Android a fait également son apparition.

opera extensions

Notre avis


Stable, performant, simple d'emploi, riche en fonctionnalités et en options de personnalisation, Opera a vraiment tout pour plaire.

Bien que basé sur le projet open source Chromium, il parvient à innover et à se démarquer totalement de Chrome et des autres navigateurs en proposant notamment un VPN gratuit et illimité. Le financement de ce service reste opaque, mais il peut être utile dans le cadre d'une utilisation prudente et ponctuelle.

Malgré ces innovations, Opera parvient tout juste à se maintenir à la cinquième place des navigateurs du marché, très loin derrière Chrome. À l'usage, il n'en reste pas moins un excellent navigateur pour Windows et les autres plateformes.

Télécharger également Opera pour macOS, Linux, Android mais aussi Opera GX pour Windows

Retour au menu

5. Brave : Vie privée et sécurité accrue


Brave


Les plus
+ Respecte la vie privée
+ Interface et ergonomie soignée
+ Rapide
Les moins
- Fonctions de synchronisation perfectibles
- Encore quelques bugs pour devenir N°1

Sorti en 2016, Brave est un autre challenger dont la côte ne cesse de grimper. Comme Vivaldi, il a été conçu par l'une des grandes figures du marché des navigateurs, à savoir Brendan Eich qui n'est autre que le créateur du langage JavaScript et le cofondateur de Mozilla. Un développeur de talent qui a mis tout son savoir-faire pour concevoir le navigateur le plus privé, sécurisé et rapide possible.

brave extensions

Performances et sécurité


Comme Opera ou Vivaldi, Brave repose sur les fondations du projet open source Chromium, mais il a été customisé de manière à protéger la confidentialité de ses utilisateurs. Fort de son expérience pour la fondation Mozilla, Brendan Eich n'a pas fait les choses à moitié en intégrant nativement plusieurs extensions de protection (HTTPS Everywhere, Script Blocking...) capables de bloquer les publicités invasives, les trackers, les scripts et autres cookies en tous genres. La page d'accueil parle d'ailleurs d'elle-même en affichant le nombre de pisteurs et de publicités bloquées par le logiciel au fil de la navigation. Sans avoir rien à faire, les utilisateurs bénéficient nativement d'un navigateur sécurisé et jusqu'à deux fois plus rapide que Chrome sur certains sites.

Mieux encore, comme certaines suites logicielles antivirus, Brave propose un navigateur alternatif ultra sécurisé basé sur Tor pour la navigation privée. En utilisant cette option, Tor (routeur en oignons) dissimule à la fois l'adresse IP des utilisateurs et celle des sites qu'ils visitent à leur fournisseur d'accès. Pour y accéder, il suffit d'ouvrir une fenêtre privée ou d'utiliser le raccourci clavier Alt+Shift+N.

Les paramètres de Brave offrent par ailleurs la possibilité de bloquer les réseaux sociaux et les boutons de Google, Facebook, ou encore Twitter installés sur des sites tiers. À l'usage, le navigateur se montre particulièrement véloce, mais il pêche parfois au niveau de la stabilité. Nous avons en effet constaté quelques bugs comme certaines commandes qui ne répondent plus sans raison apparente. Il se révèle par ailleurs assez gourmand en ressources dès lors que l'on ouvre un grand nombre d'onglets, ce qui peut expliquer en partie les problèmes de stabilité.

Brave tor nav privée

Scores benchmark Brave
  • Basemark : 461.92
  • JetStream : 85.759
  • Speedomeeter : 131

Ergonomie et fonctionnalités


Le navigateur à tête de lion possède une interface et une ergonomie qui se rapproche énormément de celle de Chrome. Outre un menu déroulant de configuration identique, il est dépendant du système d'extensions du Chrome Web Store. Les utilisateurs de Chrome n'auront donc aucun problème pour migrer sur Brave et retrouver immédiatement leurs repères. Des outils permettent d'importer facilement ses favoris et paramètres que cela soit à partir de Chrome, Edge, Firefox, ou IE.

Depuis un peu moins d'un an, Brave a mis en place un système de récompenses étonnant baptisé Basic Attention Token. Ce programme, évidemment optionnel, vise à récompenser les utilisateurs qui visionnent des publicités non ciblées sélectionnées au préalable par Brave (notez que pour l'heure, apercevoir une de ces pubs est assez rare). Concrètement, les internautes qui donnent leur accord sont rémunérés en crypto-jetons qu'ils peuvent non pas convertir en monnaie sonnante et trébuchante, mais dépenser pour rémunérer des créateurs du Web en BAT (Basic Attention Token) via une fonction du navigateur. Une philosopie qui se rapproche de la récente initiative d'abonnement de Mozilla sans que l'utilisateur, ici, n'ai à débourser le moindre sous.

En ce qui concerne la personnalisation, la gestion des onglets, ou encore des favoris, Brave fait pâle figure à côté de ce que proposent Vivaldi, Opera, ou Firefox. Pour le reste, il intègre un système de synchronisation bien pensé ne nécessitant pas de créer un compte et de fournir une adresse email. À condition d'avoir installé une version de Brave au minimum sur deux terminaux, le navigateur fourni soit des mots codés à copier/coller soit un QR code à scanner directement via l'application pour mobile (Android ou iOS).

brave menu

Notre avis


Brave est un navigateur très intéressant pour tout ce qui concerne la sécurité et la protection de la vie privée. Mention spéciale pour le système de navigation privée basée sur Tor !

Rapide et agréable à utiliser, Brave se démarque également par sa philosophie particulière en termes de rémunération des éditeurs du web via les fameux BAT, la cryptomonnaie collectés par les utilisateur en naviguant avec des publicités dites acceptables. Si ce choix laissera certains utilisateurs perplexes, peut-être permettra-t-il aux autres de trouver leur créneau pour naviguer un peu plus "responsable" quant à la presse en ligne par exemple.

Contrairement à Vivaldi, Brave ne se démarque que peu de Chrome d'un point de vue esthétique ou ergonomique. Nous mettrons le manque d'options de personnalisation et les quelques bugs sur le compte de la jeunesse du logiciel.

Télécharger aussi Brave pour pour macOS, pour Linux, pour Android, pour iOS

Retour au menu

6. Vivaldi : confidentialité et personnalisation


Vivaldi


Les plus
+ Bonne alternative aux navigateurs du marché
+ Niveau de personnalisation
+ Fonctionnalités intuitives et originales
Les moins
- Accès aux réglages peu intuitives
- Absence d'extensions

Le navigateur Vivaldi a été créé par le cofondateur d'Opera Browser et ex-PDG de l'entreprise norvégienne Jon Stephenson von Tetzchner. Suite à des divergences sur le développement du navigateur, dont l'abandon du moteur de rendu maison Presto au profit de Blink (le moteur développé par Google pour Chromium), ce développeur de talent a quitté Opera en 2011 pour fonder Vivaldi Technologies et le nouveau navigateur éponyme le 27 janvier 2015.

Conçu avant tout pour les utilisateurs avancés, Vivaldi réussit à s'imposer un peu plus chaque jour sur le marché ultra concurrentiel des navigateurs.

Performances et sécurité


Très inspiré de l'ancienne génération d'Opera, Vivaldi fait partie des nombreux navigateurs basés sur Chromium et son moteur de rendu Blink. Un choix délibéré de son créateur qui s'assure ainsi la meilleure comptabilité possible avec les sites Internet qui sont désormais développés en priorité pour Chrome.

Comme le montrent les excellents scores obtenus lors des benchs, ses performances se révèlent quasi identiques à celles de Chrome, mais Vivaldi demeure sensiblement moins gourmand en ressources que ce dernier.

Il cultive sa singularité en déployant sa propre interface et ses propres services, dont le système de synchronisation Sync. Ce service maison requiert la création d'un compte et d'une adresse email « vivaldi.net » et de deux mots de passe : un pour se connecter au service Sync et un deuxième permettant de chiffrer toutes les données synchronisées.

Contrairement aux services de synchronisation de certains navigateurs comme Chrome, Vivaldi Technologies garantit ainsi ne pas avoir accès aux données personnelles de ses utilisateurs qu'il s'agisse de l'historique de navigation, la configuration, les signets, les extensions, les mots de passe, les notes, etc. Comme Mozilla et Brave, Vivaldi met l'accent sur la confidentialité et assure ne pas tracer les utilisateurs ni stocker leurs données.

Dans le menu « Vie Privée », différentes options permettent de déconnecter totalement les services de Google comme l'autocomplétion de formulaire, ou son service DNS permettant d'aider à résoudre les erreurs de navigation. Il est également possible, mais fortement déconseillé, de désactiver la protection contre les phishing et les malwares de Google qui est fournie par Eset.

Vivaldi menu vie privée

Scores benchmark Vivaldi
  • Basemark : 510.2
  • JetStream : 91.370
  • Speedomeeter : 69.9

Ergonomie et fonctionnalités


Bien placé pour connaître le marché ultra concurrentiel des navigateurs internet largement dominé par Google avec Chrome, Tetzchner a décidé de s'adresser en priorité à la catégorie d'utilisateurs avancés, dont les aficionados de la dernière version Opera 12 (avant le passage à Chromium).

De nombreuses options de personnalisation de l'ancienne version d'Opera ont été recréées sur Vivaldi, en plus d'une myriade de nouvelles options et fonctionnalités. À commencer par une gestion poussée des onglets qui peuvent être prévisualisés, empilés ou encore juxtaposés (une fonction très pratique pour consulter plusieurs sites dans un même onglet). Outre des raccourcis clavier et souris personnalisables, le navigateur possède des commandes rapides (accessible via la touche F2) permettant d'obtenir des suggestions de recherche dans son historique de navigation et ses favoris.

Parmi les autres options intéressantes, citons la barre de navigation qui change de couleur en fonction des sites visités, la poubelle permettant de retrouver une page trop vite fermée, ou encore la possibilité de créer des dossiers thématiques pour y ranger des signets. Sans oublier des outils intégrés comme les notes, la capture d'écran ou encore le zoom (en bas de page). Le meilleur reste à venir, car Vivaldi travaille à l'intégration d'un client de messagerie dans le navigateur et la création de sa propre boutique d'extensions en lieu et place du Web Chrome Store utilisé jusqu'à présent.

Xiaomi Mi Home Security

Notre avis


Pari réussi pour le cofondateur d'Opera qui a réussi à créer une véritable alternative aux navigateurs du marché. Vivaldi offre non seulement un niveau de personnalisation supérieur à tous les autres navigateurs, mais également des fonctionnalités vraiment originales et très pratiques au quotidien. Il pêche surtout au niveau de l'accès aux réglages qui se révèle moins intuitif que sur Chrome, Firefox ou Opera, ainsi que sur l'absence de sa propre boutique d'extensions et de versions mobiles.

Outre une expérience de navigation inédite, Vivaldi vient même taquiner Mozilla dans le domaine de la protection de la vie privée de ses utilisateurs en ne conservant aucune donnée personnelle. Le navigateur constitue l'une des alternatives les plus prometteuses du marché.

Télécharger aussi Vivaldi pour macOS, Linux

Retour au menu

En marge des navigateurs grand public bien connus, il existe une foule d'alternatives pouvant parfois être très intéressantes. C'est le cas, par exemple, de Tor Browser qui a la capacité de dissimuler complètement l'identité et les activités des internautes sur la toile, ou de Iridium Browser qui est un parfait clone de Chrome ayant la particularité d'être complètement déconnecté des services de Google. Voici quelques-unes de ces solutions pour explorer le web en dehors des sentiers battus.

Les navigateurs alternatifs et spécialisés


7. Waterfox : l'alternative 64-bits only de Firefox


waterfox logo


Lancé en 2011, Waterfox est un navigateur alternatif basé sur le même code open source que Firefox. Ce dernier a été créé à l'origine pour proposer une version optimisée pour les systèmes d'exploitation 64 bits (Windows, OS X et Linux) dont était étonnement dépourvu le navigateur de Mozilla. Malgré le nombre croissant de machines équipées de processeurs 64 bits à l'époque, la première version stable compatible de Firefox n'est sortie qu'au mois de décembre 2015.

Pas moins de quatre années durant lesquelles Waterfox n'a cessé de gagner en popularité auprès des afficionados de Firefox ne pouvant pas profiter de performances optimales pour leur machine avec ce dernier. Mais depuis le lancement de la version 64 bits de Firefox suivie deux ans plus tard par la version majeure Quantum, les raisons d'adopter cette alternative sont devenues moins évidentes.

Waterfox

Son créateur n'a toutefois pas baissé les bras et mise désormais sur les utilisateurs qui n'ont pas goûté les changements radicaux opérés par Mozilla avec Quantum. Outre l'interface post-Quantum du navigateur au panda roux, le navigateur continue de prendre en charge les extensions XUL abandonnées du jour au lendemain par Firefox au profit des webExtensions.

Le plus célèbre fork (sorte de dérivé provenant du même code source) de Firefox se targue également de proposer à l'inverse de ce dernier une confidentialité accrue en désactivant par défaut les DRM et tous les outils de traçage de Google. À l'usage, Waterfox demeure toujours plus véloce que son grand frère, mais il présente toutefois des lacunes au niveau de la sécurité notamment à cause de la lenteur de ses mises à jour. Le navigateur demeure de surcroît disponible uniquement en anglais.

Retour au menu

8. Iridium Browser : l'anti espions



Comme de nombreux autres navigateurs, Iridium est basé sur le projet open source Chromium de Google. Développé par l'Open Source Business Alliance qui prône le développement des logiciels libres en Europe, ce navigateur met l'accent sur la protection de la vie privée.

Bien qu'il soit visuellement identique à Chrome, il se distingue de ce dernier par le biais d'une sécurité renforcée. Au menu, Iridium génère par exemple des clés de cryptage (RSA 2048 bits) pour les certificats et créé de nouvelles identités WebRTC à chaque nouvelle connexion. Le remplissage automatique de formulaires, les services de prédiction (saisie, réseau...), ou encore l'analyse des liens ont été par ailleurs désactivés.

iridium browser interface

Ce n'est pas tout, les développeurs ont également désactivé un à un les innombrables services de Google servant à tracer et profiler les internautes. Pour renforcer encore un peu plus la confidentialité du navigateur, il intègre également par défaut le moteur de recherche respectueux de la vie privée Qwant.

La rupture avec le géant du web n'est toutefois pas complète puisque Iridium dépend toujours du Chrome Web Store pour l'ajout d'extensions. Disponible en français sur Windows, Mac OS X et Linux, il propose un système de synchronisation pour retrouver le navigateur et ses paramètres à l'identique sur différents terminaux. Malgré plusieurs tentatives, force est de constater que ce service ne fonctionne toujours pas l'heure actuelle. Une bonne alternative qui devra toutefois évoluer pour faire face aux navigateurs sécurisés en vogue tels que Vivaldi ou Brave.

Retour au menu

9. Tor : le navigateur anonymisant



Connu pour être l'une des principales portes d'entrée du Dark Web, le navigateur Tor Browser constitue l'une des solutions les plus efficaces pour naviguer anonymement sur Internet. Soutenu par une large communauté de bénévoles à travers le monde, ce programme open source préserve l'anonymat des internautes en faisant transiter leur connexion via des serveurs proxys répartis aux quatre coins du globe.

Outre le trafic qui est chiffré et qui circule de manière aléatoire à travers trois nœuds de réseau, l'adresse IP et la géolocalisation changent toutes les dix minutes. Seul point faible, le dernier nœud entre Tor et l'utilisateur final n'est pas chiffré ; rien que l'usage d'un VPN ne saurait arranger. Le système n'est donc pas 100 % infaillible, mais tracer un utilisateur sur Tor requiert de sérieuses compétences techniques et d'importantes ressources.

Tor interface

Disponible sur Windows, macOS, Linux et Android, il est utilisé quotidiennement par des millions d'utilisateurs particuliers et professionnels soucieux de préserver leur confidentialité sur la toile. Il serait sans doute encore bien plus populaire si son mode de fonctionnement pour dissimuler l'identité des internautes ne générait pas autant de ralentissements de la connexion à Internet. À noter que grâce à une mise à jour récente, son interface vieillotte inchangée depuis de très nombreuses années a enfin été mise aux rebus pour laisser place à une nouvelle mouture bien plus moderne. Un outil remarquable qu'il convient d'avoir toujours sous la main en cas de besoin.

10. Falkon : une alternative simple et véloce



Né d'un projet d'études en 2011, ce navigateur open source est à la fois léger, simple et rapide. Anciennement appelé QupZilla, le programme a été repris en 2017 par KDE (un projet de développement de logiciels libres pour les environnements de bureau) puis rebaptisé Falkon l'année suivante. Basé sur QtWebEngine, il se distingue par une intégration poussée dans les environnements de bureau Windows (W7 et ultérieur) et Linux.

Falcon

Le navigateur adopte par exemple par défaut le thème de l'ordinateur sur lequel il est installé. Outre une interface volontairement dépouillée, ses fonctionnalités et ses paramètres se résument à l'essentiel : favoris, historique, téléchargements, gestionnaire de mots de passe, etc. Au menu, seuls trois thèmes -Chrome, Mac, et Windows - et neuf extensions sont disponibles, dont AdBlock, un gestionnaire d'onglets, ou encore un gestionnaire de cookies et de scripts.

Pour plus de confidentialité, les recherches sur le web s'effectuent quant à elles exclusivement via le moteur de DucDuckGo. Une alternative sans fioriture prête à l'emploi dont le principal objectif est de consommer le moins de ressources possible tout en assurant une navigation stable et sécurisée. Disponible en français, Falkon constitue une bonne solution pour naviguer confortablement sur une configuration modeste.

Retour au menu

Vidéo : comment choisir votre navigateur web ?


Découvrez quelques conseils en vidéo pour choisir un navigateur qui réponde au mieux à votre consommation en ligne
Modifié le 21/08/2019 à 15h23
Cet article vous a été utile ?
34 réponses
26 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe
scroll top