Meilleur navigateur web, le comparatif 2022

Longtemps, les monopoles détenus par les pionniers de la navigation web ont déterminé les conditions et habitudes de surf des internautes. En 1994, Netscape s’empare de 75% du marché de la navigation en à peine quatre mois d’existence et ouvre la voie à la démocratisation du web. Un succès aussi fulgurant que de courte durée, alors que Microsoft commercialise Internet Explorer l’année suivante avant d’en faire une composante native à Windows 95 OSR 1 (OEM), puis de l’intégrer au shell Windows en 1997.

Choix de la rédac' Clubic

Brave

Choix de la rédac' Clubic

  • Accessible aux internautes peu expérimentés et adapté à un public plus exigeant
  • Sécurité des données privées irréprochable
  • Volonté de s'affranchir des monopoles existants (Brave Search, Talk, News, Ads)
L'alternative à Chromium

Mozilla Firefox

L'alternative à Chromium

  • 100 % développé en interne
  • Fiable, efficace, stable
  • Fonctionnalités d'optimisation de l'interface et de l'expérience utilisateur
Rapide et riche en fonctionnalités

Opera

Rapide et riche en fonctionnalités

  • Speed Dial et barre latérale très efficaces
  • Excellentes performances
  • Environnement et fonctionnalités orientés productivité

Cette stratégie d’adoption forcée couplée à un meilleur respect des standards du web et à une bien maigre concurrence – à l’époque, seul Netscape peut réellement prétendre au statut de rival – propulse IE en tête des outils privilégiés pour accéder à Internet.

Après 10 ans de règne sans partage, Microsoft doit faire face à l’émergence active de nouveaux concurrents innovants et déterminés à rééquilibrer le secteur. Firefox, d’abord, qui entame sérieusement les parts de marché d’IE, Opera ensuite, moins agressif au regard de son taux d’adoption mais menaçant par sa constance et sa participation à la diversification du marché, et enfin Chrome qui, dès 2012, détrône officiellement le navigateur de Microsoft et connaît une croissance proportionnelle à l’effondrement d’IE.

La fin des années 2000 et le début des années 2010 voient également poindre de nombreux travaux portés par des noms réputés dans le monde de la tech comme Vivaldi, fondé par le co-créateur et ex-PDG d’Opera ou Brave, imaginé par l’inventeur du JavaScript, également ancien de Netscape, co-fondateur de la fondation Mozilla et ex-DG de Mozilla Corporation.

Aujourd’hui, bien que Chrome mène très majoritairement la danse, le morcellement du marché des navigateurs web offre aux internautes un vrai choix, capable de prendre en compte leur profil utilisateur, leurs habitudes, leurs exigences, leurs affinités avec telle entreprise ou tel projet. Chez Clubic, nous en avons testé six (Google Chrome, Mozilla Firefox, Microsoft Edge, Opera, Brave, Vivaldi) dont l’ergonomie, les fonctionnalités, la sécurité et les performances ont été synthétisées dans ce comparatif.

Google Chrome : la référence

Google Chrome
  • Très bonnes performances
  • Simple et agréable à utiliser
  • Un navigateur bien sécurisé

Complet et fluide, Google Chrome s’impose comme une référence gratuite des navigateurs web et se place en excellente position face à d’autres applications phares comme Mozilla Firefox et Microsoft Edge (ex-Internet Explorer). Pour compléter sa version Windows, Mac et Linux pour ordinateur, la firme californienne propose également une version mobile compatible avec Android et iOS.

Complet et fluide, Google Chrome s’impose comme une référence gratuite des navigateurs web et se place en excellente position face à d’autres applications phares comme Mozilla Firefox et Microsoft Edge (ex-Internet Explorer). Pour compléter sa version Windows, Mac et Linux pour ordinateur, la firme californienne propose également une version mobile compatible avec Android et iOS.

Privilégié par plus de 65% des internautes dans le monde, on ne sait plus si Chrome s’adapte aux usages, ou s’il les façonne. Dans un cas comme dans l’autre, le navigateur s’impose comme référence en matière d’interface, de fonctionnalités et de sécurité.

Google Chrome navigateur

Débarqué sur le marché de la navigation web en 2008, Chrome a rapidement bousculé les standards du moment pour imposer les siens. Considéré comme innovant et plus ouvert que la concurrence de l’époque, le navigateur doit une partie de son succès à des projets et technologies révolutionnaires (V8, Blink, Chromium, cycle de mises à jour rapides) attrayants pour le grand public comme pour les développeurs web.

Ergonomie

Le grand avantage de Chrome réside dans son accessibilité. La fenêtre de navigation s’articule autour d’éléments identifiables d’un seul coup d’œil, pensés pour limiter toute action superflue. On pense à l’Omnibox, introduite par Google en 2008 et reprise par la concurrence, cumulant les fonctions de barre d’adresses et de moteur de recherche. Au fil des années, cette barre de recherche unifiée s’est enrichie d’options (autocomplétions à partir de l’historique personnel et des tendances générales, intégration de Google Drive, réponses rapides sans passer par la page des résultats de la recherche) favorisant une navigation plus rapide et pertinente.

La page d’accueil / Nouvel onglet personnalisable s’adapte aux habitudes de chacun grâce aux raccourcis pointant vers des sites web fréquemment visités. La barre d’onglets participe également à créer un environnement de navigation confortable, à condition de s’astreindre à une dizaine de pages ouvertes au maximum. Chrome ne proposant d’autres affichages qu’une barre traditionnelle, la multiplication des onglets tronque les titres, au point de rendre l’ensemble illisible.

La bonne ergonomie du navigateur passe enfin par une stabilité irréprochable. Depuis 2008, Google s’est évertué à déployer, à un rythme effréné, des outils compatibles avec les standards du W3C. Une stratégie gagnante pour Google qui a rapidement su séduire les développeurs web. Aujourd’hui, Chrome ne se contente plus de suivre ces standards : il les dicte.

Fonctionnalités

Pour compléter son ergonomie bien pensée, Chrome déploie un arsenal de fonctionnalités contribuant à une expérience de navigation plus aboutie.

La connexion au compte Google – non obligatoire – fait partie des fonctions fondatrices du navigateur. Utile pour retrouver ses données de navigation sur plusieurs appareils (historique, saisies enregistrées, favoris, onglets ouverts), l’option outrepasse son rôle de synchronisation basique pour se fondre dans l’ensemble de l’écosystème Google. On parle ici des applications Google (Drive, Gmail, Meet, Agenda, etc.), mais également d’Android et du Play Store. Le compte facilite par ailleurs le partage de pages web d’un smartphone vers un autre écran (desktop ou mobile) grâce à la fonctionnalité Partager > Envoyer à vos appareils.

Autre morceau important : les efforts fournis pour une gestion des onglets optimisée en dépit des défauts susmentionnés. Disponible depuis 2021 seulement, le regroupement des onglets par catégories et par couleurs organise et clarifie enfin les barres surchargées. À cette option s’ajoute le renommage de fenêtre qui crée artisanalement des espaces de travail thématiques bien distincts.

De manière générale, Chrome s’attache à déployer un environnement de navigation multifonctionnel. Les options de productivité sont nombreuses (lecteur de PDF intégré, listes de contenus à lire plus tard, vidéo PiP, création de lien à partir de texte en surbrillance) et accueillent régulièrement de petites fonctionnalités discrètes, mais toujours bienvenues. En cas d’outils manquants, les internautes trouvent des alternatives sur le Chrome Web Store. Attention, toutefois, aux extensions frauduleuses, dysfonctionnelles et/ou obsolètes.

Sécurité

Outre les ajouts de fonctionnalités et les corrections de bugs, le cycle de mise à jour rapide dont dépend Chrome contribue à renforcer la sécurité du navigateur qui corrige toujours rapidement les failles de sécurité détectées, limitant leur plage d’exploitation. En parallèle, Google n’hésite pas à participer à des programmes du Bug Bounty tels que Pwn2Own afin de traquer les éventuelles vulnérabilités passées entre les mailles du filet.

La sécurité de Chrome repose par ailleurs sur un certain nombre de technologies activement développées. On pense à l’isolation des sites, garantes de la protection des données confidentielles (un site A ne peut jamais accéder aux informations saisies sur un site B, et réciproquement), ou encore à l’outil Check-up Sécurité capable de détecter les mots de passe trop faibles, réutilisés et/ou figurant dans des bases de données piratées.

Si menace pour la vie privée il y a, elle ne provient pas tant de l’extérieur que de l’intérieur. On rappelle que Chrome appartient à Google, segment d’Alphabet Inc. dont le modèle économique repose à plus de 80% sur les revenus publicitaires (209,5 milliards de dollars sur un chiffre d’affaires total de 256,7 milliards de dollars en 2021). Ce commerce de données personnelles se révèle d’autant plus lucratif qu’il résulte bien souvent du croisement d’informations issues d’autres services de l’écosystème Google (Gmail, Search, Drive, YouTube, etc.), processus permettant d’identifier clairement un internaute, de dresser son profil détaillé, de lui proposer des annonces très ciblées et de lui suggérer des contenus correspondant strictement à ses centres d’intérêt / d’opinion.

Performances

Les benchmarks réalisés à la rédaction placent Chrome en très bonne position au regard de ses performances. Dans la pratique, le navigateur est effectivement rapide et fluide, qu’importe le nombre d’onglets ouverts. Une stabilité qu’il doit en partie au sandboxing de ses onglets – en cas de crash, seul plante l’onglet en difficulté, et non le navigateur tout entier.

On lui reproche cependant une consommation souvent excessive de la RAM, en fenêtre active comme en arrière-plan, et ce dès le premier onglet ouvert.

Avis

En près de quinze ans d’existence, Chrome est devenu la référence de la navigation web. S’il connaît aujourd’hui encore un succès important et stable auprès d’un public très hétérogène, c’est parce que son évolution s’est inscrite dans un cercle vertueux : respect des standards, attrait des développeurs, participation à l’élaboration des nouveaux standards. Son interface et sa base technologique font aujourd’hui figure de modèle pour la plupart de ses concurrents qui s’en inspire ouvertement, voire les intègrent totalement. On retrouve chez Chrome toutes les fonctionnalités attendues d’un tel monstre du web, génériques comme spécifiques, adaptées aux habitudes et exigences de navigation de chacun.

Mais cette excellence se monnaie à prix d’or, celui des données personnelles des internautes que Google collecte et revend sans se cacher pour nourrir plus de 80% de son chiffre d’affaires.

Lire le test complet du navigateur Google Chrome

Mozilla Firefox : l’alternative à Chromium

Mozilla Firefox
  • 100 % développé en interne
  • Fiable, efficace, stable
  • Fonctionnalités d'optimisation de l'interface et de l'expérience utilisateur

Firefox n’est peut-être pas aussi rapide que Chrome et consorts, mais il n’en reste pas moins un navigateur efficace et fiable. Développée en interne sur tous les fronts, moteurs de rendu et d’exécution JavaScript compris, la solution de Mozilla se veut à la pointe du respect de la vie privée et de la protection de la confidentialité. En témoignent les nombreuses technologies maison intégrées qui contribuent à faire de Firefox un environnement sécurisé (isolation des sites, onglets sandboxés, blocages agressifs des publicités, cookies et traqueurs intersites). Cette liberté d’innovation et d’expérimentation est notamment rendue possible par l’indépendance du projet vis-à-vis de Chromium.

On pourrait éventuellement déplorer le manque de fonctionnalités destinées à approfondir l’expérience de navigation. Un bémol que compense assez efficacement la prise en charge des extensions hébergées sur le store Firefox Browser Add-ons.

Firefox n’est peut-être pas aussi rapide que Chrome et consorts, mais il n’en reste pas moins un navigateur efficace et fiable. Développée en interne sur tous les fronts, moteurs de rendu et d’exécution JavaScript compris, la solution de Mozilla se veut à la pointe du respect de la vie privée et de la protection de la confidentialité. En témoignent les nombreuses technologies maison intégrées qui contribuent à faire de Firefox un environnement sécurisé (isolation des sites, onglets sandboxés, blocages agressifs des publicités, cookies et traqueurs intersites). Cette liberté d’innovation et d’expérimentation est notamment rendue possible par l’indépendance du projet vis-à-vis de Chromium.

On pourrait éventuellement déplorer le manque de fonctionnalités destinées à approfondir l’expérience de navigation. Un bémol que compense assez efficacement la prise en charge des extensions hébergées sur le store Firefox Browser Add-ons.

Né des cendres de Netscape, Firefox a toujours choisi d’opérer comme contrepoids face aux monopoles successifs d’Internet Explorer et de Chrome. Privilégiant la simplicité et la sécurité des données personnelles a rapidement su séduire la communauté open source.

Firefox navigateur

Mais son austérité, son manque de fonctionnalités et ses performances en deçà de la concurrence ne lui auront pas permis de rencontrer un public plus élargi. Firefox ne démérite pourtant pas et peut se targuer d’être l’un des seuls navigateurs à développer ses propres moteurs de rendu (Gecko) et JavaScript (SpiderMonkey). Peu vaniteuse, la fondation Mozilla a décidé de s’inspirer des travaux de Google, notamment concernant les agencements d’interface, pour relancer la conquête d’internautes qui gagneraient à adopter Firefox.

Ergonomie

Bien qu’aspirant à se détacher de Chrome, Firefox a bien compris qu’il aurait trop à perdre à se positionner en totale opposition au navigateur de Google. En témoigne son interface similaire, bien que plus condensée.

Dans sa configuration d’origine, la barre de navigation de Firefox n’est autre qu’une Omnibox, gérant simultanément adresses URL et requêtes web. Plus surprenant, le navigateur fait appel à Google Search comme moteur de recherche par défaut. Deux choix mûrement réfléchis par Mozilla qui, à travers ces concessions, cherche à séduire respectivement près de 65% et plus de 90% des internautes, sans bousculer leurs habitudes de navigation.

La fondation fait malgré tout preuve de flexibilité et prend en compte les désidératas d’utilisateurs et utilisatrices farouchement opposés à Google. Libre à chacun de modifier le moteur de recherche par défaut et de détacher les requêtes web de la barre d’adresse dans un champ dédié. Les internautes habitués à Google Search, mais souhaitant ponctuellement recourir à d’autres services apprécient l’intégration à l’Omnibox de raccourcis dédiés (@qwant ou @duckduckgo, par exemple).

Le confort d’utilisation de Firefox passe aussi par ses nombreux réglages de mise en page. On pense aux options de personnalisation de la barre d’outils ainsi qu’aux paramètres d’affichage de l’écran d’accueil et de la page Nouvel onglet.

L’ergonomie dont fait preuve le navigateur n’est toutefois pas exempte de défauts. On regrette une très mauvaise gestion du multiprofil qui impose aux internautes de passer par la fonction about:profile pour ajouter plusieurs profils de navigation à Firefox. Le processus implique de sélectionner manuellement un répertoire d’enregistrement des données. Il n’est pas ailleurs pas possible de jongler entre les comptes en un seul clic, à l’image de ce que proposent les navigateurs basés sur Chromium.

Fonctionnalités

Rapidement susmentionnée, la synchronisation des données de navigation à l’aide du compte Firefox permet à chacun et chacune de retrouver son historique, ses favoris, ses identifiants enregistrés, ses onglets ouverts et ses préférences sur n’importe quel autre appareil. On apprécie les efforts de simplicité déployés par Mozilla pour fluidifier le processus de synchronisation sur mobile (QR code à scanner) et créer un écosystème commun à plusieurs services développés par la fondation. Pour rappel, le compte Firefox permet également de se connecter à Mozilla VPN, Firefox Focus, Firefox Relay, Firefox Monitor et Pocket.

Quelques mots de plus au sujet de Pocket, racheté par Mozilla en 2017. Ce gestionnaire d’articles intégré au navigateur offre aux internautes une solution privilégiée pour stocker au même endroit tous les contenus web qu’ils souhaitent consulter plus tard.

La productivité se heurte cependant à une gestion chaotique des onglets. Malgré la disponibilité d’une barre latérale (meilleure lisibilité des contenus web ouverts sur les appareils synchronisés) et la prise en charge de la sélection multiple, rien ne permet de regrouper clairement les onglets dans des conteneurs distincts.

Pour combler ce type de fonctionnalités manquantes, Firefox est compatible avec un grand nombre d’extensions librement téléchargeables sur la plateforme Firefox Browser Add-ons.

Sécurité

Développement en interne des technologies qui portent Firefox (moteur de rendu et d’exécution JS), cycles de mises à jour rapides (toutes les quatre semaines) proactifs (patchs de sécurité déployés lorsque nécessaire) et automatiques (mises à niveau silencieuses sans intervention requise de la part de l’internaute), transparence sans compromis (licence open source), participation régulière à des programmes de Bug Bounty : Mozilla ne lésine pas sur les moyens mis en œuvre pour garantir la sécurité de son navigateur.

Firefox peut également compter sur des fonctionnalités connexes dédiées au renforcement de la sécurité des données privées. Parmi les technologies déployées, on pense aux options classiques que sont la navigation privée, le bloqueur de cookies / traqueurs activé par défaut, l’anti-mineur de cryptomonnaies, la protection anti-fingerprinting ou encore la récente fonction SmartBlock (remplacement des pisteurs cachés dans des pages web par de faux traqueurs de manière à protéger durablement les données personnelles et préserver la mise en page des contenus malgré le blocage du suivi intersites).

On s’étonne toutefois que la collecte et le traitement des données de navigation et du compte utilisateur soient par défaut activés dans Firefox à des fins d’analyses techniques et de recommandations personnalisées. Deux options que l’on peut manuellement désactiver dans les paramètres du navigateur (about:preferences#privacy) et sur la page web des réglages du compte. https://accounts.firefox.com/settings#security

Performances

Sur le papier, Firefox arrive bon dernier, et de loin, dans la liste des navigateurs classés selon leurs performances. Nos différents tests pratiques nous ont cependant démontré que l’expérience utilisateur s’en trouve très peu impactée sur des configurations matérielles et logicielles moyennes.

A contrario, le navigateur de Mozilla se montre plus économe en ressources que certains concurrents très rapides. Parmi les explications possibles : le blocage des publicités (dont pre-roll) et le déchargement automatique des onglets inactifs.

Avis

Si la sécurité de vos données doit primer sur tout le reste, c’est assurément vers Firefox qu’il faut vous tourner. Son cycle de mises à jour rapide, ses technologies indépendantes de Chromium et ses paramètres avancés dédiés au renforcement de la protection de la vie privée en font un allié idéal pour qui souhaite écumer le web sans craindre la monétisation d’informations personnelles à son insu.

Bien que ses fonctionnalités en accès libre soient plus rudimentaires que celles proposées par la concurrence, on peut les estimer suffisantes dans le cadre d’une navigation classique. En cas de besoins plus spécifiques, Mozilla propose un ensemble de services Premium s’intégrant au navigateur de manière fluide (VPN, alias mail). Un modèle économique qui permet à la fondation de poursuivre le développement de son navigateur en toute transparence.

Lire le test complet du navigateur Mozilla Firefox

Microsoft Edge : la revanche de Microsoft

Microsoft Edge
  • Stable, rapide, facile à prendre en main
  • Environnement sécurisé (mises à jour automatiques et instantanées de la base Chromium)
  • Fonctionnalités à venir prometteuses (Drop, Secure Network)

Avec cette version d'Edge bâtie sur Chromium, Microsoft a su se relever de la tourmente Internet Explorer. Stable, sécurisé et accessible à tous, le navigateur allie prise en main intuitive et fonctionnalités avancées pour proposer une expérience utilisateur fluide et complète. On apprécie également sa très bonne intégration à l’écosystème Microsoft (Windows, Office 365, OneDrive, Teams, etc.) grâce au compte utilisateur.

Malgré ses qualités, Edge, tout comme Chrome qu’il espère un jour détrôner, se révèle catastrophique en matière de gestion de la vie privée. Car, si l’on peut saluer des efforts de renforcement de la confidentialité (protection contre le suivi, mode de sécurité renforcée, SmartScreen), le navigateur n’en demeure pas moins un formidable outil de collecte d’informations personnelles qui, recoupées avec les données transmises par d’autres services Microsoft, permettent d’établir un profil détaillé des internautes, lucratif pour l’entreprise comme pour les annonceurs.

Avec cette version d'Edge bâtie sur Chromium, Microsoft a su se relever de la tourmente Internet Explorer. Stable, sécurisé et accessible à tous, le navigateur allie prise en main intuitive et fonctionnalités avancées pour proposer une expérience utilisateur fluide et complète. On apprécie également sa très bonne intégration à l’écosystème Microsoft (Windows, Office 365, OneDrive, Teams, etc.) grâce au compte utilisateur.

Malgré ses qualités, Edge, tout comme Chrome qu’il espère un jour détrôner, se révèle catastrophique en matière de gestion de la vie privée. Car, si l’on peut saluer des efforts de renforcement de la confidentialité (protection contre le suivi, mode de sécurité renforcée, SmartScreen), le navigateur n’en demeure pas moins un formidable outil de collecte d’informations personnelles qui, recoupées avec les données transmises par d’autres services Microsoft, permettent d’établir un profil détaillé des internautes, lucratif pour l’entreprise comme pour les annonceurs.

Pendant longtemps, Microsoft a pensé pouvoir revenir sur le devant de la scène web en travaillant d’arrache-pied sur la compatibilité de son navigateur avec le reste du web. Après l’échec cuisant d’une première version d’Edge basée sur des moteurs de rendu et JS maison (EdgeHTML et Chakra), l’entreprise a finalement jugé plus pertinent de basculer sur Chromium.

microsoft edge © clubic.com

Un renversement de situation bénéfique pour Edge qui s’est assuré une stabilité et une compatibilité parfaite avec le web tout en mettant en place une transition douce pour aider les internautes à passer de Chrome au navigateur de Microsoft sans douleur.

Ergonomie

Edge, Chrome, même combat. D’une part parce que les deux navigateurs font appel à une base commune, Chromium, d’autre part parce que leur interface et leur prise en main sont presque identiques en tous points. L’objectif de Microsoft est sans équivoque : se donner tous les moyens pour concurrencer le numéro un du web, quitte à se détourner de ses propres technologies et innovations au profit d’initiatives ayant déjà fait leur preuve auprès de plus de la moitié des internautes dans le monde.

Au-delà des très nombreuses similitudes d’environnement et d’expérience utilisateur entre Edge et Chrome, le navigateur intègre ça et là quelques éléments d’interface qui lui sont propres, pensés pour renforcer l’ergonomie générale du logiciel. Le menu d’actions de l’onglet, épinglé dans le coin supérieur gauche, regroupe tous les outils nécessaires à une gestion maîtrisée des pages ouvertes, l’écran d’accueil personnalisable se mue en tableau de bord au service d’une navigation plus fluide, les raccourcis vers les plateformes associées à Microsoft 365 facilitent l’accès aux applications de l’entreprise.

En filigrane transparaît la volonté de créer un environnement de bureau unifié, où Edge serait une composante à part entière de l’écosystème hybride (local/en ligne, personnel/professionnel) imaginé par Microsoft, du système d’exploitation au stockage en passant par la bureautique et la sécurité informatique. Dans cette logique d’intégration verticale, le navigateur s’appuie sur Bing comme moteur de recherche par défaut.

Fonctionnalités

Edge synchronise les données de navigation à l’aide du compte Microsoft, également utilisé pour s’authentifier sur Windows 10/11 et Microsoft 365. Une fois encore, l’entreprise insiste sur la complémentarité de ses produits grâce aux passerelles établies par des identifiants communs aux services Microsoft. Du point de vue de l’internaute, ce système d’authentification unique harmonise et fluidifie l’expérience utilisateur (accès simplifiés aux applications locales et en ligne, synchronisation de l’environnement et de ses contenus sur plusieurs appareils).

L’expérience de navigation en tant que telle profite d’options déployées à des fins d’optimisation des activités en ligne. Les onglets bénéficient du regroupement par catégories et par couleur, les Collections recueillent liens à consulter ultérieurement et notes personnelles que l’on exporte facilement vers les applications de la suite Office, le traducteur instantané transcrit efficacement tout ou partie des contenus étrangers dans la langue du système.

On n’attend plus d’Edge que l’ajout d’un outil de partage et de synchronisation des fichiers sans avoir à passer par OneDrive. Un projet sur lequel travaille activement Microsoft, la version Canary (canal beta) du navigateur s’étant récemment enrichie d’un module baptisé Drop, sorte de messagerie instantanée permettant de s’adresser à soi-même tous types d’éléments stockés localement.

Dans l’attente de son déploiement auprès du grand public, les internautes trouvent des solutions équivalentes sur le store de modules complémentaires d’Edge. Mieux encore, dans la mesure où le navigateur de Microsoft est bâti sur Chromium, il est parfaitement compatible avec les extensions – plus nombreuses – du Chrome Web Store.

Sécurité

Bien de Microsoft délègue le développement des moteurs de rendu et JS aux équipes de Google, l’entreprise participe activement au développement du projet. Ici, Chromium ne sert pas simplement de support à Edge, il y est totalement intégré. Par conséquent, le navigateur reçoit mises à jour majeures et patchs de sécurité au moment exact où ils sont déployés sur la version stable de Chromium, soit en même temps que Chrome.

La sécurité des internautes passe également par la mise à disposition d’outils dédiés à la préservation de la vie privée et des informations confidentielles (protection contre le suivi en ligne, SmartScreen, mode de sécurité renforcée). Officialisé en mai 2022, le VPN Secure Network devrait bientôt faire son apparition sur Edge, suivant un modèle similaire à celui d’Opera VPN.

Malgré tous ces aspects dressant le profil d’un navigateur concerné par le respect des données confidentielles et le caractère privé des activités en ligne, impossible de faire l’impasse sur deux paramètres peu reluisants. Le navigateur appartient à Microsoft et s’intègre à un écosystème de services et applications liés les uns aux autres. Si, en apparence, les informations personnelles ne fuitent pas, ou peu, par l’intermédiaire d’Edge, elles seront de toute évidence collectées, recoupées et traitées par Bing, Microsoft 365 ou Windows. À titre indicatif, les revenus publicitaires de Microsoft Corporation s’élevaient à 8,53 milliards de dollars en 2021 pour la seule recherche en ligne. L’entreprise aurait bien tort de se priver de pister ses utilisateurs.

Performances

Au coude à coude avec Chrome, les performances d’Edge frisent l’excellence. Le navigateur fait preuve d’une stabilité remarquable et témoigne d’une rapidité exemplaire. Edge refuse cependant de se reposer sur ses acquis et embarque quelques fonctionnalités dédiées à l’amélioration des performances générales du logiciel ainsi qu’à l’économie des ressources du système (veille automatique des onglets inactifs, mode d’efficacité pour les PC portables).

Avis

En s’inspirant ouvertement de Chrome et en déléguant le développement de sa base technologique aux équipes de Chromium, Microsoft a pris une décision décisive pour l’avenir d’Edge. Aujourd’hui, l’entreprise peut se vanter d’éditer un navigateur rapide, stable, truffé de fonctionnalités et parfaitement intégré à un écosystème de services et d’applications utilisés par les particuliers comme les professionnels. On en oublierait presque les déboires connus par Internet Explorer et Edge Legacy.

Hélas, si Edge cumule de nombreuses qualités, on lui reproche les mêmes défauts que ceux que l’on fustige chez Chrome, à savoir la collecte et le traitement des données personnelles à des fins de monétisation. Un modèle économique d’autant plus problématique qu’il repose sur le croisement d’informations issues de différents services détenus par Microsoft.

Lire le test complet du navigateur Microsoft Edge

Opera : rapide et riche en fonctionnalités

Opera
  • Speed Dial et barre latérale très efficaces
  • Excellentes performances
  • Environnement et fonctionnalités orientés productivité

Fonctionnel, intuitif, confortable, affichant des performances et une vitesse de navigation excellentes, Opera n’a rien à envier aux navigateurs Internet grand public les plus utilisés que sont Google Chrome, Mozilla Firefox ou Microsoft Edge. Ses fonctionnalités orientées productivité en font un service qualifié pour les tâches du quotidien, professionnelles et personnelles. On apprécie également sa volonté d’offrir aux internautes un environnement stable et sécurisé en partie porté par sa base Chromium ainsi que ses options liées à la protection de la vie privée (VPN, bloqueur de pubs, réglages IPFS et WebRTC).

Fonctionnel, intuitif, confortable, affichant des performances et une vitesse de navigation excellentes, Opera n’a rien à envier aux navigateurs Internet grand public les plus utilisés que sont Google Chrome, Mozilla Firefox ou Microsoft Edge. Ses fonctionnalités orientées productivité en font un service qualifié pour les tâches du quotidien, professionnelles et personnelles. On apprécie également sa volonté d’offrir aux internautes un environnement stable et sécurisé en partie porté par sa base Chromium ainsi que ses options liées à la protection de la vie privée (VPN, bloqueur de pubs, réglages IPFS et WebRTC).

Initialement basé sur son propre moteur de rendu Presto, Opera a finalement rejoint le club Chromium en 2013, las de se heurter à une compatibilité imparfaite des pages web. Une décision jugée néfaste par une toute une catégorie d’internautes, décelant dans ce changement de direction un appauvrissement du navigateur, considéré jusqu’alors comme un outil de choix pour les utilisateurs avancés.

opera © clubic.com

Opera a toutefois décidé de modifier quelque peu l’affichage de son navigateur afin de proposer un environnement plus flexible et riche en fonctionnalités spécifiques, destiné à répondre aux exigences les plus pointues.

Ergonomie

Également basé sur Chromium, Opera a fait le choix d’une organisation d’interface légèrement différente de celle de Chrome et Edge avec l’intégration d’une barre latérale. Un parti pris plutôt ingénieux puisque ce volet centralise divers raccourcis vers des fonctionnalités dédiées à l’amélioration et à l’accélération de la navigation. Le navigateur se positionne d’emblée comme un outil multifonctionnel, capable de prendre en charge diverses tâches quotidiennes (organisation des espaces de travail, messageries sociales, gestion multimédia, accès rapides aux favoris, historique et paramètres).

En dehors de ce trait de caractère spécifique, Opera fait état d’une UI et d’une UX éprouvées par des années de domination Chromium. Barre d’onglets, Omnibox, raccourcis classiques de navigation et fenêtre principale s’articulent selon un modèle connu et reconnu, tant et si bien que les internautes appréhendent très naturellement la prise en main du navigateur. Le seul point pouvant éventuellement perturber un public très habitué à Chrome, Edge ou Firefox concerne l’emplacement du menu d’accès aux paramètres généraux d’Opera. D’ordinaire niché dans le coin supérieur droit des interfaces de navigation, ce menu se trouve ici à gauche, derrière le logo O.

Le vrai gros point faible d’Opera réside dans sa propension à mettre en avant un nombre important de sites web partenaires de l’entreprise, aussi bien dans la barre latérale que sur l’écran d’accueil. Mêlées aux fonctions réellement utiles et aux pages web épinglées manuellement par l’utilisateur, ces plateformes sponsorisées parasitent une navigation rapide que l’on souhaiterait pertinente et plus lisible.

Fonctionnalités

À défaut d’une gestion approfondie des onglets, le navigateur se démarque de ses concurrents avec la mise en place d’espaces de travail. À la manière de bureaux virtuels, ils permettent aux internautes d’organiser leurs activités en ligne par thèmes. Les espaces cohabitent dans une même fenêtre de navigation, et l’on bascule de l’un à l’autre d’un simple clic.

Toujours en quête d’optimisation de la productivité, Opera cumule quelques fonctionnalités classiques comme un outil de capture d’écran lié à la molette de la souris, ainsi qu’un module pop-up de recherche (lancer instantanément une requête web à partir d’une sélection). Les Pinboards regroupent un ensemble de notes personnelles, liens, documents que l’on organise et que l’on archive sur un modèle proche de celui de Pinterest. Le partage de fichiers gagne par là même en efficacité avec la fonction My Flow, outil synchronisant en temps réel des documents stockés localement entre deux appareils connectés au même compte Opera. En cas de fonctionnalités manquantes, utilisateurs et utilisatrices profitent de la compatibilité du navigateur avec les extensions du Chrome Web Store.

Depuis quelque temps maintenant, Opera tente de s’affirmer auprès d’un public plus exigeant en matière de confidentialité et familier du web décentralisé. À cet effet, le navigateur embarque son propre VPN (protection des connexions établies depuis Opera seulement), dispose d’un portefeuille de cryptomonnaies (essentiellement compatible ETH et NFT) et prend en charge le protocole P2P IPFS.

Sécurité

En apparence sérieux concernant le respect de la vie privée de ses utilisateurs (VPN, bloqueurs de publicités et de traqueurs, mise à niveau automatique vers HTTPS, tendance à la décentralisation du web), Opera cache en réalité bien son jeu.

Avant toute chose, il nous semble important de préciser que le VPN intégré au navigateur n’en est pas vraiment un. La sécurité des connexions n’étant assurée que par un chiffrement standard HTTPS/TLS et non par un protocole VPN, il s’agit d’un simple proxy recourant aux DNS de Google.

On s'interroge toutefois sur la collecte, le traitement et le transfert des données des internautes, ainsi que le manque de transparence d’Opera vis-à-vis de ces procédés. À la lecture de la politique de confidentialité du navigateur, on apprend que l’entreprise attribue à chaque utilisateur un identifiant personnel liant leur profil à leurs activités en ligne, ainsi qu’à l’ensemble des services d’Opera qu’ils sollicitent. La collecte des statistiques d’usages étant activée par défaut, il sera judicieux de la désactiver au cas où l’entreprise décide de dresser un profil très détaillé - et très lucratif - des habitudes de navigation des internautes et de leur utilisation des services d’Opera.

Les risques courus par les données personnelles nous semblaient d’autant plus conséquents que le navigateur Opera et son VPN appartenaient à un fonds d’investissement privé chinois. Cependant en octobre 2022, Opera a commencé à racheter des parts (20%).

Performances

Les benchmarks réalisés au cours de nos différents tests confirment qu’Opera est un navigateur rapide et stable. À l’usage, les seuls ralentissements gênants auxquels nous avons été confrontés découlaient de l’activation d’OperaVPN (peu de localisations et de serveurs). On apprécie par ailleurs la mise en veille automatique des onglets inactifs qui permet de soulager la mémoire du PC.

Avis

Il va sans dire qu’Opera brille par la richesse de ses fonctionnalités et sa mise en page pratique. La barre latérale se positionne comme élément fort d’une interface regroupant à portée de clics tous les outils utiles à une navigation hétérogène et quotidienne. Les espaces de travail facilitent la segmentation des activités en ligne et l’intégration d’un VPN gratuit et illimité confère au navigateur un atout encore inexistant chez la concurrence.

Opera souffre toutefois d’un défaut non négligeable : son manque de transparence générale. Aujourd’hui détenu par un consortium d’investisseurs chinois, le navigateur collecte, traite et exporte les données personnelles d’internautes identifiés à l’aide d’un token unique alors même qu’il se revendique sécurisé et respectueux de la vie privée. On regrette par là même que le VPN intégré n’en soit pas vraiment un, mais un simple proxy chiche en localisations et faisant appel aux DNS Google.

Lire le test complet du navigateur Opera

Brave : une nouvelle approche du web

Brave
  • Respect et protection de la vie privée
  • Interface et ergonomie soignée
  • Le plus rapide du marché

Rapide et agréable à utiliser, Brave se démarque également par sa philosophie particulière en termes de rémunération des éditeurs du Web via les fameux BAT, la cryptomonnaie collectée par les utilisateur en naviguant avec des publicités dites acceptables. Contrairement à Vivaldi, Brave ne se démarque que peu de Chrome d'un point de vue esthétique ou ergonomique. Nous mettrons le manque d'options de personnalisation et les quelques bugs sur le compte de la jeunesse du logiciel.

Rapide et agréable à utiliser, Brave se démarque également par sa philosophie particulière en termes de rémunération des éditeurs du Web via les fameux BAT, la cryptomonnaie collectée par les utilisateur en naviguant avec des publicités dites acceptables. Contrairement à Vivaldi, Brave ne se démarque que peu de Chrome d'un point de vue esthétique ou ergonomique. Nous mettrons le manque d'options de personnalisation et les quelques bugs sur le compte de la jeunesse du logiciel.

Encore très jeune, Brave n’a pourtant pas tardé à se faire une excellente réputation sur le marché de la navigation web. Créé par Brendan Eich, ex-PDG de Firefox et inventeur du JavaScript, ce navigateur a suscité l’engouement dès son annonce en 2016.

Brave navigateur

Bien que basé sur Chromium, Brave s’attache à respecter ses principes fondateurs, à savoir la protection des données personnelles de ses utilisateurs, un nouveau système de rémunération équitable basé sur un modèle publicitaire validé par les internautes et l’accélération du chargement des pages web en dépit du blocage des dispositifs de suivi des activités en ligne.

Ergonomie

Proposer une expérience web rapide et réellement respectueuse de la vie privée sans bousculer des habitudes de navigation dictées de longue date par Google : voilà le credo de Brave. En optant pour une base Chromium, le navigateur déroge peu aux schémas structurels et ergonomiques ayant fait leurs preuves avec Chrome et consorts. À l’exception de quelques modulations d’ordre esthétique, son interface s’articule de façon très classique autour d’une fenêtre d’affichage surmontée d’une barre d’onglets, d’une Omnibox et d’une barre de favoris.

Toutefois, là où ses concurrents s’astreignent à mettre en avant des outils visant à augmenter l’expérience de navigation d’un point de vue pratique, Brave préfère pousser des options dédiées au renforcement de la vie privée, et c’est tout à son honneur. La fameuse Omnibox fait par défaut appel au moteur de recherche maison Brave Search, et l’on accède en un clic aux paramètres de blocage des publicités, traqueurs et cookies grâce au raccourci Brave Shields épinglé dans la barre d’adresse.

L’écran d’accueil et la page Nouvel onglet contribuent par ailleurs au confort de navigation grâce à leur affichage façon tableau de bord. On y trouve notamment des liens rapides redirigeant vers les sites web fréquemment visités, un accès direct au programme des récompenses Brave, ainsi qu’un certain nombre de données résumant l’impact de Brave sur les performances de la navigation et la protection des informations personnelles (nombre de balises et pubs bloquées, quantité de bande passante économisée, temps de chargement des pages gagné).

Fonctionnalités

Autant Brave se différencie assez peu de ses concurrents dans sa prise en main, autant il se détache clairement du peloton Chromium avec l’intégration de fonctionnalités inédites, très ouvertement orientées respect de la vie privée.

L’option Brave Shields (ou Global Shields) bloque automatiquement les balises, publicités, dispositifs de capture d’empreinte, scripts et cookies intersites. Les internautes peuvent appliquer ces paramètres à l’ensemble des pages web qu’ils consultent, ou lever les restrictions sur les sites de leur choix. Le compteur intégré offre un aperçu du nombre d’outils de pistage bloqués par le navigateur.

Le programme Brave Rewards propose de reprendre le contrôle sur le type et le nombre d’annonces que l’on accepte de voir. Les revenus générés sont en partie reversés aux utilisateurs qui les stockent dans le navigateur sous forme de jetons crypto BAT et peuvent les échanger à tout moment contre d’autres devises, ou les reverser aux créateurs de contenus web qu’ils soutiennent.

En choisissant de pousser son moteur de recherche, Brave Search, basé sur son propre index, le navigateur s’évertue à garantir l’impartialité des réponses aux requêtes. À des fins de transparence, Brave communique sur le pourcentage d’indépendance des résultats remontés (roue crantée, en haut à droite de la fenêtre de résultats).

Brave embarque enfin d’autres outils développés pour renforcer la confidentialité des échanges et promouvoir l’ouverture du web. On pense à Brave Talk, messagerie instantanée chiffrée de bout en bout, ou encore à l’intégration d’un crypto-wallet compatible Ethereum et Solana.

Sécurité

On l’aura bien compris, la sécurité des internautes est au cœur des travaux de Brave. Outre les fonctionnalités évoquées ci-dessus, le navigateur développe, seul ou en partenariat, un certain nombre de technologies spécifiquement dédiées au renforcement de la protection des informations personnelles sans sacrifier la fluidité de la navigation. On peut ici citer SugarCoat, un ensemble de scripts mis au point avec l’aide de l’université de San Diego dans le but de stabiliser le chargement des pages web en dépit de l’activation des bloqueurs de traqueurs, souvent responsables de crashs et problèmes d’affichage.

Brave peut également se targuer d’une collaboration active avec Unstoppable Domains, permettant au navigateur d’offrir un accès direct à des dizaines de milliers de sites web décentralisés, sans nécessiter de changer manuellement de DNS.

Brave prend enfin à contrepied le traditionnel compte utilisateur pour en proposer une version plus sécuritaire. Alors que la plupart des navigateurs existants stockent tout ou partie des éléments synchroniser sur des serveurs, Brave préfère miser sur le local uniquement. Ne cherchez donc pas à créer un compte sur Brave, il vous sera seulement possible de configurer un profil local et de synchroniser temporairement vos données de navigation entre deux appareils à l’aide d’un QR code.

Performances

Brave, plus rapide que la concurrence ? La réponse mérite d’être nuancée. Si l’on considère le temps de chargement des pages, le navigateur est indiscutablement plus rapide que Chrome, Firefox, Edge ou Opera. Des performances que l’on peut imputer au blocage automatique des publicités et autres traqueurs dont le chargement habituel pèse sur les délais d’affichage complet des pages web.

En revanche, au regard de sa rapidité d’exécution dans son ensemble (ressenti), Brave se montre un poil en dessous de la moyenne, ce que confirment les benchmarks réalisés au cours de nos différents tests.

Avis

Riche en fonctionnalités, respectueux de la vie privée à l’extrême, s’astreignant à proposer une expérience de navigation rapide et basée sur une répartition équitable des revenus publicitaires générés, Brave fait aujourd’hui partie des navigateurs les plus innovants, tant concernant les services proposés (Brave Search, Talk, Rewards, Shields) qu’en termes de philosophie appliquée (décentralisation, indépendance).

Ne manque au navigateur qu’un VPN pour compléter l’arsenal de technologies mises en place pour protéger l’identité et les activités en ligne des internautes. On espère également que Brave puisse un jour s’émanciper définitivement de Chromium pour offrir à ses utilisateurs un projet intégralement indépendant et de confiance.

Lire le test complet du navigateur Brave

Vivaldi : la solution ultime pour les power-users

Vivaldi
  • Les avantages de Chrome/Google sans les inconvénients
  • Fonctionnalités très nombreuses
  • Personnalisation poussée pour les power users

En proposant de très nombreux outils de personnalisation et fonctionnalités natives pour viser principalement les power users et les allergiques à Google, Vivaldi est un navigateur extrêmement riche et complet qui peut, au premier abord, sembler lourd et complexe à aborder et régler. Mais grâce à un solide travail d'optimisation et à divers niveaux de réglages, le logiciel s'adresse désormais à tous et permet de s'émanciper de la politique de confidentialité de Google tout en profitant des avantages de Chrome. La version Android de Vivaldi est également un excellent complément à la mouture desktop, qui aujourd'hui rappelle les meilleures heures d'Opera.

En proposant de très nombreux outils de personnalisation et fonctionnalités natives pour viser principalement les power users et les allergiques à Google, Vivaldi est un navigateur extrêmement riche et complet qui peut, au premier abord, sembler lourd et complexe à aborder et régler. Mais grâce à un solide travail d'optimisation et à divers niveaux de réglages, le logiciel s'adresse désormais à tous et permet de s'émanciper de la politique de confidentialité de Google tout en profitant des avantages de Chrome. La version Android de Vivaldi est également un excellent complément à la mouture desktop, qui aujourd'hui rappelle les meilleures heures d'Opera.

Conçu par des anciens d’Opera à partir de 2015, Vivaldi est donc un navigateur relativement récent. Pourtant, il s’agit à n’en pas douter du plus complet et personnalisable du marché.

Vivaldi navigateur

Le logiciel, qui va depuis peu au-delà du simple navigateur web, ne manque pas d’outils et pourrait au premier abord faire un peu peur. Pourtant, que vous le laissiez dans sa configuration originale ou que vous mettiez les mains dans ses options pour le personnaliser à votre convenance, nul doute que vous serez satisfait de votre expérience. Et ce aussi bien sur desktop (Windows, macOS et Linux) que sur Android.

Ergonomie

Si Vivaldi semble ressembler à n’importe quel navigateur au premier coup d’œil, il n’en est rien. Car au sein de ses riches paramètres, le navigateur propose énormément d’options pour totalement personnaliser son interface. Il est notamment possible d’ajouter/supprimer/déplacer le moindre bouton ou entrée dans les menus et barres, tandis que de nombreux outils/sites web/applis peuvent être mis dans la barre latérale. La gestion des thèmes est également poussée, et on appréciera notamment que les couleurs de l’interface s’adapte aux sites visités ou aux heures de la journée.

Les onglets, véritable cheval de bataille du logiciel depuis son lancement, peuvent également être déplacés où bon vous semble, et surtout adopter différents comportements et méthodes d’empilement. À l’inverse, Vivaldi reprend certains éléments communs à la concurrence, comme la barre d’adresse/barre de recherche, ou encore le Speed Dial d’Opera. Des raccourcis clavier, mais aussi souris, ou encore des chaînes de commandes permettent également de réaliser des centaines d’actions de manière efficace.

Soucieux de ne pas faire paniquer les nouveaux venus avec trop d’outils, Vivaldi propose depuis peu une première fenêtre de configuration afin de choisir entre trois profils qui intègrent ou non certaines des fonctionnalités avancées. Bienvenue.

Vivaldi a aussi bien pensé la version mobile de son navigateur, qui propose notamment des onglets. Les données et onglets entre desktop et Android peuvent être synchronisés et une fois encore bien des options pour gérer le comportement et l’ergonomie de la solution sont là.

Fonctionnalités

Beaucoup de fonctionnalités ont été évoquées dans la partie Ergonomie, et pourtant il en reste énormément à lister. Parmi les plus récentes, Vivaldi a tout simplement intégré à son navigateur des solutions email, calendrier et flux RSS complètes. De quoi se passer d’applications tierces et presque tout faire depuis le navigateur. D’autant que ce dernier propose aussi un système de prise de notes, un mode lecture, une liste de lecture et des classiques souvent plus complets qu’ailleurs, comme l’historique.

Tout cela est une fois encore hautement personnalisable dans les options. Les utilisateurs à la recherche de productivité voudront également créer des chaînes de commandes. Il s’agit tout simplement de créer des suites d’actions et de les lier à un bouton ou un raccourci pour réaliser rapidement des tâches qui prendraient normalement plusieurs clics.

Il en reste un peu, je vous le mets ? Il est possible de partager une URL via QR code, une horloge avec support de la méthode Pomodoro est intégrée, des outils de capture d’écran et de modification des pages sont là et une fenêtre de commandes rapides permet de presque tout atteindre dans le navigateur depuis une simple barre. Ne manque peut-être qu’un VPN pour être parfaitement complet.

Sécurité

Bien que basé sur Chromium, Vivaldi essaye au maximum de se détacher de Chrome et de la mainmise de Google sur les données utilisateurs. La volonté de respecter la vie privée des utilisateurs est l’une des priorités des développeurs. Ainsi, outre son bloqueur de trackers, de pop-up et même de cookies intégré, le logiciel propose également un outil de traduction intégré en partenariat avec Lingvanex.

Vivaldi promet aussi que toutes les données envoyées à ses serveurs via un profil Vivaldi.net sont chiffrées. On relèvera aussi que certaines fonctionnalités répandues, comme l’autocomplétion durant la recherche (Bing étant d’ailleurs sélectionné par défaut), sont désactivées de base afin d’éviter de fournir trop de données à Google ou d’autres.

Les mises à jour de l’application sont régulières, automatiques et rapides pour notamment corriger les failles découvertes dans Chromium, et de nombreuses options pour autoriser ou non des accès aux sites sont là. On regrettera peut-être simplement que le gestionnaire de mots de passe soit sécurisé via la même méthode de sécurité que l’OS, et non avec un mot de passe maître différent.

Performances

Malgré sa lourdeur apparente, Vivaldi se montre très performant. S’il n’est pas aussi rapide que ses concurrents principaux sur quelques points, on parle ici de quelques micro secondes que la plupart des utilisateurs ne remarqueront pas. Quelques bugs sur certains sites web spécifiques font également partie du passé.

Avis

Comme dirait l’autre, « il ne lui manque que la parole ». Plus sérieusement, difficile de revenir à un autre navigateur après avoir essayé et surtout configuré au millimètre Vivaldi. Toujours plus riche et complet à chaque mise à jour - et ce sans tomber dans l’excès ou les fonctionnalités gadget -, le browser est redoutable pour améliorer la productivité et avoir l’impression d’utiliser un navigateur qu’on aura conçu soit même sur-mesure.

Les équipes proposent toujours plus d’outils convaincants pour se passer de la concurrence et d’outils tiers, et notamment s’émanciper de Google, tandis qu’il s’agit d’un véritable paradis pour les power-users.

Lire le test complet du navigateur Vivaldi

Quelques extensions à installer

L'ensemble des navigateurs prend en charge les extensions. Après un restriction initiale de la part de Google, les navigateurs Chromium peuvent désormais accueillir celles du Chrome Web Store. De son coté Firefox a revu l'architecture des ces add-ons historique pour se baser sur la même technologie. Toutefois, pour les installer il faudra passer par le site de Mozilla.

Pour une meilleure productivité

Chez Clubic, on passe la plupart du temps dans un navigateur, alors autant rendre ce dernier optimisé aux petits oignons pour être davantage productif au quotidien. Voici quelques perles

Mercury Reader
  • Un lecteur pour vos articles en ligne
  • Une interface sobre et sans habillage
  • Partage sur les réseaux et sur Kindle

Mercury Reader vous permet de vous concentrer une bonne fois pour toutes sur la lecture de vos articles. En un bouton le contenu est remis en forme et dépouillé de l'interface du site Web pour un meilleur confort de lecture.

Mercury Reader vous permet de vous concentrer une bonne fois pour toutes sur la lecture de vos articles. En un bouton le contenu est remis en forme et dépouillé de l'interface du site Web pour un meilleur confort de lecture.

CrxMouse Chrome
  • Des raccourcis de navigation à la souris
  • De nombreux gestes pré-configurés
  • Support de la mollette de défilement

CrxMouse Chrome vous permet d'aller plus vite dans vos tâches courantes en utilisant votre souris. Chaque mouvement est associée à une action qui vous permet d'être plus productif et plus efficace dans votre travail.

CrxMouse Chrome vous permet d'aller plus vite dans vos tâches courantes en utilisant votre souris. Chaque mouvement est associée à une action qui vous permet d'être plus productif et plus efficace dans votre travail.

Wikiwand
  • Une présentation simple et élégante
  • Un Wikipédia plein écran
  • Interface personnalisable

Wikiwand propose un accès plus rapide à l'encyclopédie en ligne dans une interface plus agréable que celle proposée par le site Web et personnalisable pour s'adapter à vos besoins de lecture.

Wikiwand propose un accès plus rapide à l'encyclopédie en ligne dans une interface plus agréable que celle proposée par le site Web et personnalisable pour s'adapter à vos besoins de lecture.

Pour les étudiants

Le navigateur web est souvent l'outil principal et indispensable de l'étudiant. Avec ce simple logiciel, nos futurs diplômés peuvent à la fois enrichir leurs connaissances, apprendre une quantité faramineuse d'informations mais aussi réaliser la plupart de leurs travaux.

LanguageTool
  • Interface ergonomique et efficace
  • Corrige plusieurs types de faute
  • Fonctionne partout sur le web

En plus de savoir corriger plusieurs types de faute, LanguageTool est facile et rapide à prendre en main. L'outil reste quand même perfectible notamment au niveau de la correction orthographique

En plus de savoir corriger plusieurs types de faute, LanguageTool est facile et rapide à prendre en main. L'outil reste quand même perfectible notamment au niveau de la correction orthographique

ProWritingAid
ProWritingAid
  • Aide à la rédaction
  • De nombreuses options selon le style de document
  • Langue anglaise uniquement

Destinée aux étudiants devant rédiger un document en anglais, ProWritingAid permet de non seulement corriger les fautes de grammaire mais également d'améliorer le style d'écriture en évitant par exemple les répétitions ou les phrases trop longues.

Destinée aux étudiants devant rédiger un document en anglais, ProWritingAid permet de non seulement corriger les fautes de grammaire mais également d'améliorer le style d'écriture en évitant par exemple les répétitions ou les phrases trop longues.

Tab Session Manager
  • Gestion des onglets par groupe
  • Gestion facilitée dans l'extension
  • Sauvegarde cloud, fonctionne avec l'extension Chrome

Tab Session Manager pour Mozilla Firefox vous permet de conserver tous les onglets ouverts sous la forme d'un groupe, afin de ne plus perdre la moindre information durant ses recherches.

Tab Session Manager pour Mozilla Firefox vous permet de conserver tous les onglets ouverts sous la forme d'un groupe, afin de ne plus perdre la moindre information durant ses recherches.

Pour renforcer votre vie privée

On l'a vu, plusieurs navigateurs embarquent désormais par défaut des bloqueurs de trackers. Certains vont plus loin en proposant l'intégration de Tor comme Brave ou un VPN, comme Opera. La vie privée peut cependant être protégée par d'autres aspects

FlowCrypt : si vous utilisez Gmail alors n'hésitez plus, installez FlowCrypt ! Cette extension permet de chiffrer les messages avec une gestion des clés publiques/privées. Mais aussi, à l'instar de Proton Mail, il est possible de sécuriser le message avec un mot de passe. Le destinataire n'utilisant pas le chiffrement PGP n'aura qu'à saisir ce dernier pour déchiffrer l'email. Cerise sur le gâteau, il y a une app sur Android. Et le service gère les emails alias.
Téléchargez FlowCrypt pour Chromium
Téléchargez FlowCrypt pour Firefox

Privacy Badger : éditée par l'Electronic Frontier Foundation, c'est la référence des outils anti-tracking pour un surf plus sécurisé. Si certains navigateurs embarque des outils similaires, ce n'est pas le cas de Google Chrome.
Téléchargez Privacy Badger pour Chromium
Téléchargez Privacy Badger pour Firefox

Une course lancée il y a près de 30 ans

À ses tous premiers balbutiements, le Web était dominé par Netscape dès le milieu des années 90. Microsoft a toutefois réussi à imposer Internet Explorer dans le courant des années 2000. Mais c'était sans compter sur l'arrivée de Google en septembre 2008. Deux ans seulement plus tard, le géant du web avait redistribué les cartes du marché en se distinguant d'emblée par un navigateur à la fois rapide, sécurisé et plus respectueux des standards.

À en juger par les chiffres de Statcounter portant sur les plateformes desktop pour le mois de juin 2022, Google Chrome truste pas moins de 66,16% de parts de marché. Microsoft Edge se trouve loin derrière en seconde position à 10,12%. Il est pourtant livré par défaut avec Windows 10 et WIndows 11. Comme quoi les habitudes ont la vie dure ! Uniquement disponible sur macOS, Safari revendique la troisième place à 9,14% devant Firefox avec un taux d'adoption de 7,66%. Au cinquième rang nous retrouvons Opera à 2,8% de parts de marché.

Si nous comptabilisons en plus les plateformes mobiles (smartphones et tablettes). Safari empiète largement sur Chrome grâce à iOS avec 19,2% de part de marché contre 64,98% chez Google. Le navigateur de Mozilla tombe à 3,26% et celui de Samsung fait soudainement son apparition (2,85%). Il se place d'ailleurs devant Opera.

web browser navigateur

Pour Microsoft, il ne suffit donc plus de proposer Edge par défaut sur Windows. Google n'hésite pas à faire la promotion de Chrome sur son moteur de recherche et avec quelque 90% de parts de marché sur ce secteur, sa base d'utilisateur a vite augmenté. Plus personne, donc, n’hésite à installer son navigateur favori. Et ils sont même de plus en plus nombreux à utiliser, deux, voire trois ou quatre navigateurs web en fonction de leurs besoins et de leurs terminaux. Sécurité, légèreté, rapidité, synchronisation des données, ils offrent des usages variés selon leurs points forts.

Pour en mesurer leurs performances, nous avons réalisé un ensemble de test avec des outils de benchmark disponibles à tous en ligne. Speedometer teste les performances générales. Basemark analyse le degré de prise en charge des nouveaux standards du web. Jetstream2 les met à mal en déterminant leur capacité à gérer les applications Web les plus riches. Mais bien évidemment, il ne s’agit ici que d’indicateurs. Selon votre configuration matérielle, votre système d’exploitation, la quantité de mémoire disponible à l’instant T et vos usages au quotidiens, un navigateur pourra réagir différemment.

Pourquoi autant de navigateurs basés sur Chromium ?

Cela ne vous aura certainement pas échappé, cette sélection présente un nombre impressionnant de navigateurs articulés autour du projet open source Chromium. Ce dernier a été publié par Google en parallèle de Google Chrome dès 2008. La firme de Mountain View implémente d’abord les nouveautés au sein de Chromium avant de les déployer dans Chrome. Elle invite par ailleurs les éditeurs tiers à en faire usage et, nous l’avons vu, à le personnaliser. Libre à eux donc d'activer ou non certaines options et d’en rajouter d’autres. Pour Chrome, Google a par exemple ajouté le codec H.264.

D’un côté Chromium permet aux éditeurs de ne pas réécrire complètement les technologies sous-jacentes à un navigateur, et notamment le moteur de rendu Blink et le moteur d’exécution Javascript V8. Puisqu’il est respectueux des standards du Web, Chromium fait donc figure de référence. Cela simplifie grandement les travaux et c’est la principale raison poussant un éditeur à en faire usage. Au travers de HTML5test.com on observe qu’ils assurent tous plus au moins le même score sur la prise en charge des standards aux alentours de 525/555.

D’un autre côté, la quasi-omniprésence de Chromium se traduit par des sites spécifiquement optimisés pour ces navigateurs. Certains risquent de ne pas être fonctionnels chez Firefox et, dans une certaine mesure, Safari (même si Blink est un dérivé de WebKit). Microsoft avait pointé ces pratiques pour son moteur EdgeHTML avant d’opter, lui-aussi, pour Chromium.

Reste à savoir si la donne changera au cours de la prochaine décennie.

Si tous les VPN proposent aux utilisateurs un logiciel dédié permettant d’effectuer l’ensemble des tâches demandées à un service de ce genre, certains d’entre eux incluent également des extensions pour navigateurs web, histoire de gagner en confort et en rapidité d’utilisation au quotidien. Cependant, tous les outils de ce genre ne se valent pas : il est donc important de prendre en compte plusieurs facteurs face aux nombreux choix qui s’imposent à l’utilisateur. Parmi les meilleurs VPN du marché, voici ceux qui disposent d'une extension pour Google Chrome.
Lire la suite

Guillaume Belfiore

Chef de rubrique Logiciel et Services Web sur Clubic. Précédemment journaliste, je traitais l'actualité web et mobile au sens large. Je m'intéressais aux entrailles des navigateurs web, aux nouveaux s...

Lire d'autres articles

Chef de rubrique Logiciel et Services Web sur Clubic. Précédemment journaliste, je traitais l'actualité web et mobile au sens large. Je m'intéressais aux entrailles des navigateurs web, aux nouveaux smartphones mais aussi aux systèmes d'exploitation, aux questions de sécurité ou à l'actualité e-business en général. Sinon je dois avouer que j'ai un faible pour tout ce qui touche au web design et c'est généralement le code source d'une page web que je lis en premier.

Lire d'autres articles

Chloé Claessens

Je démonte, je remonte, je répare, je bidouille, j’expérimente, je détourne, je façonne, je recommence. Acharnée, rien ne m’électrise plus que de passer des heures à essayer de comprendre le pourquoi...

Lire d'autres articles

Je démonte, je remonte, je répare, je bidouille, j’expérimente, je détourne, je façonne, je recommence. Acharnée, rien ne m’électrise plus que de passer des heures à essayer de comprendre le pourquoi du comment, jusqu’à ce que ça fonctionne. Si je ne suis pas derrière mon écran à tester des softs ou à écrire sur la Silicon Valley, vous me trouverez au potager à configurer un circuit d’irrigation connecté, alimenté en énergie solaire.

Lire d'autres articles

Antoine Roche

Fanboy maladif qui ne se soigne absolument pas. Sinon j'essaye surtout de parler séries, jeux vidéo et plein d'autres choses.

Lire d'autres articles

Fanboy maladif qui ne se soigne absolument pas. Sinon j'essaye surtout de parler séries, jeux vidéo et plein d'autres choses.

Lire d'autres articles
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
  • Indépendance
  • Transparence
  • Expertise

L'équipe Clubic sélectionne et teste des centaines de produits qui répondent aux usages les plus courants, avec le meilleur rapport qualité / prix possible.

Haut de page