Le multi-VPU par ATI : ATI CrossFire

26 septembre 2005 à 15h00
0

Conclusion

Un an après l'avènement du SLI, l'arrivée tardive du CrossFire constitue sans aucun doute la réponse du berger à la bergère. Attendu depuis plusieurs mois déjà, le CrossFire est enfin une réalité sur laquelle ATI devrait s'appuyer prochainement pour lancer sa puce graphique nouvelle génération le R520. Sur le papier, l'approche retenue par ATI pour sa solution CrossFire est assez séduisante et semble offrir plus de flexibilité face au SLI de NVIDIA. ATI permet ainsi d'exploiter en CrossFire des Cartes Graphiques de fabricants différents alors que chez NVIDIA les pilotes 78.xx imposent encore l'utilisation de cartes provenant du même fabricant (cependant la version 80 des ForceWare devrait prochainement faire sauter cette limitation comme nous avons pu le constater avec une préversion). Autre petit avantage pour ATI : la possibilité de mixer un X850 XT avec un X850 Pro, chose impossible avec le SLI de NVIDIA où les deux cartes graphiques doivent être de même génération/modèle. Seul problème en mixant X850 XT et X850 Pro, on perd une partie de la puissance du X850 XT puisque le nombre de pixel pipelines disponibles s'aligne sur celui de la puce la moins performante. Seulement, voilà cet apport de flexibilité vole en éclats quand on sait qu'il faut impérativement que la carte graphique maître soit une version CrossFire Edition, carte qui ne court pas encore les rues et dont le tarif n'est pas encore connu. Autre regret, le support des Radeon X700 qui n'est pas au programme... Si le support des Radeon X800 GTO est en revanche déjà opérationnel, comme nous avons pu le voir, les Radeon X800 GT et XL devraient être supportés d'ici quelque temps.

Avec le CrossFire ATI voulait innover en introduisant de nouveaux modes de rendus. Là encore, le SuperTiling a son charme, mais il n'est hélas pas disponible en OpenGL ni d'ailleurs sur les cartes munies de 12 pixels pipelines comme les X800 Pro, GT, GTO, X850 Pro. Pour ces cartes il faut se contenter de modes plus traditionnels : ciseau et AFR. Pire le mode SuperTiling ne donne pas forcément de bons résultats comme nous avons pu le voir... Plus ennuyeux encore si ATI ne recourt en apparence a aucun profil, l'accélération CrossFire étant normalement disponible pour tous les jeux, l'utilisateur n'a aucun contrôle sur le type d'accélération mise en œuvre pour un jeu donné. Tout passe par le ténébreux Catalyst AI qui ne permet pas de connaître l'accélération employée pour tel ou tel jeu ni même de la choisir. Le SuperAA constitue pour sa part un plus intéressant pour ceux qui souhaitent profiter de la meilleure qualité visuelle dans leurs jeux, au prix de performances forcément dégradées.

Par contre et c'est fort heureux, les performances sont globalement au rendez-vous en CrossFire. Alors certes le X850 XT ne peut pas lutter face au GeForce 7800 GTX, mais les gains prodigués par CrossFire sont bel et bien là, et ce particulièrement sur les X850 Pro et X800 GTO dont la progression est supérieure à celui de X850 XT. Au-delà de ces considérations, il est dommage de voir qu'en pratique l'aspect graphique du CrossFire souffre de trop nombreux problèmes. Premièrement, la limitation à une résolution maximale de 1600x1200 en 60 Hertz est tout simplement inacceptable pour un système graphique haut de gamme dont le coût flirte avec les mille euros. Autre souci notable : la compatibilité plus que restreinte du CrossFire avec les moniteurs CRT. Là encore est-il acceptable de devoir changer de CRT pour jouer ? Quid également des diverses perturbations graphiques que l'on peut constater ci et là ?

La partie chipset sur laquelle repose la technologie CrossFire est également problématique au vu notamment des soucis de compatibilité mémoire rencontrés et des piètres performances en USB 2.0. Dire que le chipset ATI Radeon Xpress 200 CrossFire Edition se destine aujourd'hui à un utilisateur enthousiaste est une gageure et le fait de brider la technologie CrossFire sur les seuls chipsets ATI est une erreur.

Arrivés au terme de cet article que nous qualifierions plus volontiers de preview technologique, au vu des trop nombreux problèmes rencontrés, il paraît clair que le CrossFire n'est pas encore prêt pour sa commercialisation. Nous attendions CrossFire avec impatience depuis plusieurs mois, mais force est de constater que le retard accumulé par ATI n'a pas permis à la firme canadienne de remédier à tous les problèmes techniques. C'est fort dommage et si l'avenir nous fera peut-être changer d'avis, pour le moment il ne paraît pas concevable de conseiller un autre système multi-GPU que celui de NVIDIA.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Twitter signale le billet de Trump menaçant de tirer sur les émeutiers
Trump signe un décret sur les réseaux sociaux, mais que contient-il ?
Windows 10 mise à jour de mai 2020 : demandez la liste des bug déjà connus !
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
5G : le Royaume-Uni veut une alliance de 10 pays pour contrer les équipementiers chinois comme Huawei
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Le vaisseau Starship de SpaceX est homologué par la FAA
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
scroll top