Le Pentium M s'invite dans nos PC de bureau

26 mai 2005 à 17h20
0

Asus CT-479

Chez Asus, on n'a peut-être pas de pétrole, mais on a des idées ! Le célèbre fabricant taiwanais est en effet le tout premier à proposer une solution inattendue pour passer au Pentium M. Plutôt que de changer de carte mère, Asus propose avec son CT-479 un adaptateur qui permet à une carte mère Socket 478 d'accueillir un processeur Pentium M. Voilà donc une solution de mise à niveau plutôt alléchante qui rappelle la belle époque des adaptateurs Socket A. Commercialisé un peu moins de 50 € TTC, le CT-479 est livré avec tous les accessoires nécessaires à commencer bien sûr par l'adaptateur en lui-même, mais aussi un ventirad, sur lequel nous reviendrons plus loin, et un câble Molex. Histoire de briser tout de suite vos rêves les plus fous, il faut savoir que le CT-479 ne fonctionne qu'avec un nombre restreint, très restreint, de cartes mères. Pour l'heure, seules quelques cartes-mères Asus sont certifiées compatibles et celles-ci se comptent sur les doigts d'une seule main. Sur la boîte on peut ainsi lire que les P4P800 SE et P4P800 VM sont compatibles. Dans les faits, la P4C800-E Deluxe est également compatible, mais pas sa grande sœur la P4C800 Deluxe. Compatible uniquement avec les cartes-mères Asus, le CT-479 nécessite dans tous les cas une mise à jour du BIOS pour être opérationnel. Faute de quoi le système ne boote tout simplement pas et l'on a droit à un bel écran noir. Inutile donc d'espérer utiliser le CT-479 avec une carte mère non Asus : c'est ainsi que nos tests avec une IC7G d'Abit ou avec une Infinity 865PE de DFI ont tous été des échecs cuisants.

000000F000130190-photo-asus-ct479-1.jpg
000000F000130193-photo-asus-ct479-2.jpg

Adaptateur Asus CT-479

Certains reprocheront à l'adaptateur CT-479 d'exiger une carte-mère Socket 478 plutôt qu'une carte mère Socket 775 bridant ainsi les fonctionnalités. Il est vrai que Socket 478 rime avec vieux chipsets c'est-à-dire avec i865 ou i875. Exit donc le bus PCI-Express, l'Intel High Definition Audio, la DDR2, le SATA 2 et autres raffinements. Si ce reproche est fondé, il ne faut pas oublier qu'Asus propose avec la P4GD1 une carte-mère Socket 478 dotée d'un chipset i915P et donc les dernières fonctionnalités en date... De quoi vous séduire ?

000000D200130194-photo-asus-ct479-3.jpg
000000F000130199-photo-asus-ct479-6.jpg
000000F000130197-photo-asus-ct479-5.jpg

Asus CT-479 avec le Pentium M puis fixé sur notre P4P800 SE avant d'être recouvert du ventirad Asus

Physiquement, le CT-479 se présente sous la forme d'un petit morceau de PCB noir muni sur sa partie supérieure d'un Socket 479 où vous insérerez votre Celeron M ou Pentium M et sur sa face inférieure d'un rebord de plastique translucide muni de 478 broches. C'est cette partie qui s'enfichera dans le Socket 478 de votre carte mère. Inutile pour ce faire de démonter le berceau en plastique qui accueille le système de refroidissement de votre processeur : les ingénieurs d'Asus ont en effet conçu leur solution pour qu'elle s'adapte le plus simplement du monde aux contraintes physiques des cartes mères Socket 478. Une fois l'adaptateur mis en place il suffit de positionner par-dessus le radiateur métallique livré qui est muni d'une encoche pour laissant passer l'alimentation électrique de l'adaptateur. Ce dernier exige en effet un connecteur Molex pour l'alimenter en 5 et 12 Volts. En outre comme sur toutes les cartes-mères Pentium M, deux cavaliers permettent de régler le FSB en FSB 400 ou 533. Reste enfin à relier le ventilateur du radiateur Asus au brochage CPU fan de votre carte mère. Petit problème ici où le câble est trop court pour venir se brancher sur le connecteur de notre P4P800 SE : il nous a donc fallu démonter le ventilateur pour l'orienter de façon à dégager une bonne longueur de câble.

0000011800130195-photo-asus-ct479-4.jpg

Le CT-479 une fois installé sur notre P4P800 SE avec son câble trop court...

Une fois l'installation physique achevée il nous faut passer à la configuration logicielle de la plate-forme. Tout d'abord, seule la version 1008 du BIOS de la P4P800 SE est en mesure de supporter l'adaptateur CT-479 d'Asus. Il nous a donc fallu faire un petit flashage ce qui n'a été l'affaire que de quelques minutes grâce au logiciel de mise à jour Asus fonctionnant sous Windows. Une fois le BIOS flashé et l'adaptateur mis en place, le miracle de la technologie opérant, la P4P800 SE démarre du premier coup et un joli logo Pentium M apparaît sur l'écran du BIOS. Les options du BIOS ont été quelque peu aménagées et l'on découvre ainsi que le FSB mémoire est au choix réglé sur Auto, DDR266 ou DDR333, le dual-channel étant au programme. Avec un Pentium en FSB400 seul le mode DDR266 est disponible et en désactivant les modes Turbo chers à Asus on note que notre mémoire DDR400 opère à 177 MHz au lieu de 166 MHz, et ce même si nous forçons le mode DDR333. Asus applique ici le ratio 3:4 plutôt que le 1:1... En farfouillant encore on découvre également que le BIOS supporte le NX Bit ce qui permet de profiter de la fonction offerte par les derniers Pentium M Dothan sous Windows XP.

000000DC00130238-photo-asus-ct479-dep.jpg

Fonction NX Bit activée sous Windows XP Professionnel Service Pack 2 avec notre P4P800 SE


Asus CT-479

Les plus
+ Bonnes performances
+ Installation facile
+ Prix raisonnable
Les moins
- Compatibilité très/trop réduite
- Câble ventilo trop court
Performances
Compatibilité
Fiabilité
3
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
ITER : le premier élément du Tokamak est installé
scroll top