Intel i865PE et Pentium 4C (màj)

05 juin 2003 à 12h45
0

A peine un mois s'est écoulé depuis le lancement du nouveau chipset haut de gamme d'Intel le i875P et voici qu'aujourd'hui le fondeur lance un nouveau chipset le i865PE. Lancement qui coïncide d'ailleurs avec l'arrivée de nouveaux Processeurs Pentium 4 équipés d'un Front Side Bus de 800MHz et de la technologie HyperThreading. Longtemps connu sous le nom de Springdale, le i865PE est une déclinaison épurée du i875P qui a pour vocation d'apporter des innovations majeures sur le segment du milieu de gamme auquel il est destiné. Supportant toutes les dernières technologies, le Sprindale semble promis à un bel avenir et constitue la relève de la vieille garde des chipsets Intel représentée par l'i845PE.

Si le fondeur a longtemps dominé le marché haut de gamme, le marché du milieu de gamme n'a pas toujours accueilli Intel à bras ouverts, notamment du fait de la féroce concurrence qu'il existe dans ce domaine. En combinant le lancement du chipset i865PE à un rafraîchissement de sa gamme de processeurs Pentium 4, Intel espère bien populariser un peu plus son processeur vedette.

015E000000058028-photo-intel-pentium-4-vu-par-blueman-group.jpg

Un peu d'histoire sur les chipsets Pentium 4...

009F000000054368-photo-logo-intel.jpg
A son lancement le Pentium 4 n'a pas connu le succès escompté à cause du choix fait par Intel de ne promouvoir avec son nouveau processeur que la mémoire Rambus. Si techniquement ce choix était parfaitement valable, financièrement parlant il n'en était pas de même à cause du coût exorbitant de la Rambus. Le fondeur a donc dû rapidement développé un chipset exploitant une mémoire plus économique pour imposer ses nouveaux Processeurs quitte à sacrifier les performances. Dans cet optique le chipset i845 premier du nom fut le premier chipset Pentium 4 supportant une mémoire beaucoup plus économique que la Rambus à savoir la SDRAM. Hélas ce chipset offrait des performances désastreuses à tel point qu'un Pentium 4 pouvait être sur ce type de configuration plus lent qu'un Pentium III. Les ingénieurs d'Intel se sont alors remis au travail pour adapter la très populaire mémoire DDR au Pentium 4 dans le but d'offrir à tous des performances descentes et ce pour un coût total de possession somme toute raisonnable. Paradoxalement la mémoire DDR qui a été popularisée dans un premier temps par les Cartes Graphiques est apparue sur nos chers PC grâce au couple VIA/AMD, Intel ayant longtemps traîné les pieds avant de l'adopter. D'abord en PC1600 puis en PC2100 et 2700, les diverses révisions des chipsets i845 ont permis de supporter des mémoires de plus en plus rapide. Mais quand bien même la mémoire DDR-SDRAM PC2700 était supporté avec le i845PE cela ne suffisait pas à satisfaire la bande passante de 4,2Go/s des Pentium 4 de l'époque limitant ainsi les performances face au mythique couple Pentium 4/Rambus/i850e.

Conscient de ce phénomène et désireux de populariser encore plus son Pentium 4, Intel a lancé le développement d'un chipset gérant la mémoire DDR sur deux canaux. Grâce à cet artifice la bande passante est multipliée par deux. Par exemple avec une barrette de DDR400 la bande passante mémoire est de 3,2Go par seconde. En ajoutant une seconde barrette et en exploitant la mémoire disponible sur deux canaux indépendants la bande passante effective grimpe à 6,4Go par seconde soit deux fois plus. C'est avec le chipset E7205, autrement connu sous le nom de Granite Bay, qu'Intel a sorti son premier chipset gérant la mémoire DDR sur deux canaux. Le E7205, sorti en octobre dernier, gérait sur deux canaux de la DDR266 (PC2100) délivrant ainsi une bande passante de 4,2Go par seconde ce qui collait parfaitement avec les processeurs Pentium 4 de l'époque. Si le E7205 fut une réussite technique incontestable, Intel le dédiait principalement aux workstations ce qui avait pour résultat de rendre les Cartes mères l'utilisant particulièrement onéreuses. Avec l'arrivée de ses nouveaux processeurs à Front Side Bus 800, Intel a donc du développer de nouveaux chipsets capables non seulement de supporter le FSB800 mais aussi d'offrir une bande passante mémoire suffisante. Sorti il y a peine quelques semaines le chipset i875P, ou Canterwood, était le premier chipset Intel à gérer la mémoire DDR400 sur deux canaux. Son petit frère auquel nous nous intéressons aujourd'hui prend également en charge les processeurs à FSB800 tout en supportant la mémoire DDR400 sur deux canaux.


Bienvenue aux Pentium 4C

0078000000058030-photo-logo-pentium-4-hyperthreading-small.jpg
Inaugurée en octobre dernier la technologie HyperThreading d'Intel était jusqu'à présent réservée aux seuls processeurs hauts de gamme : les Pentium 4 3.06 GHz et 3.0 GHz. Rappelons que cette technologie consiste à simuler la présence virtuelle d'un second processeur ce qui permet au système de traiter deux threads simultanément là où un processeur classique ne traitera qu'un seul thread dans le même laps de temps. Aujourd'hui, Intel s'apprête à vulgariser un peu plus cette technologie en l'intégrant sur une bonne partie de sa gamme de processeurs Pentium 4. Non content d'offrir l'HyperThreading en standard sur les nouveaux processeurs Pentium 4 C, ceux-ci se voient dorénavant pourvus d'un front side bus fonctionnant à 800 MHz, contre 533 MHz auparavant. Ces deux améliorations devraient donner un coup de fouet aux performances des processeurs Pentium 4 concernés en les repositionnant face à ceux de l'éternel concurrent AMD. Baptisés Pentium 4 C ces nouveaux processeurs sont déclinés en versions 2.4 GHz, 2.6 GHz et 2.8 GHz. Physiquement identiques aux précédents processeurs Pentium 4, les Pentium 4C utilisent le core D-1 qui supporte le FSB800 et est supposé chauffer moins.

0190000000054456-photo-pentium-4-2-8ghz.jpg

Chipset Intel i865PE

0078000000058104-photo-logo-intel-i865pe.jpg
Si le chipset i865PE se positionne un cran en dessous du i875P cela ne l'empêche pas de reprendre les fonctionnalités les plus importantes introduites par son grand frère. Le i865PE est donc capable d'exploiter un maximum de 4 Go de mémoire DDR400 et ce sur deux canaux. La bande passante maximale atteint donc les 6.4 Go par seconde ce qui correspond à la bande passante que sont capable de traiter les nouveaux Processeurs Pentium 4 à FSB800. Contrairement au i875P, le i865PE ne supporte pas la mémoire ECC mais demeure parfaitement compatible avec les barrettes DDR333. Attention toutefois, avec un processeur Pentium 4 à FSB800 les barrettes de DDR333 fonctionneront à la vitesse de 320 MHz pour des raisons de stabilité. Du côté du support processeur le i865PE est non seulement compatible avec l'existant, à savoir les Pentium 4 à FSB533, mais également avec les tout nouveaux processeurs Pentium 4 à FSB800. Les ingénieurs d'Intel ont conçu les nouveaux chipsets i865PE et i875P de sorte qu'ils se contentent d'une carte mère avec un PCB simple comportant seulement quatre couches. Si ce détail purement technique ne vous parle pas, sachez simplement que son seul et unique avantage est de réduire les coûts de production. Autre fonctionnalité majeure du northbridge composant le chipset i865PE : la gestion native de l'AGP 8x. Intel dispose donc enfin à son catalogue d'un chipset moyen de gamme supportant la révision 3.0 du bus AGP. Pour mémoire l'AGP 8x permet à la carte graphique d'échanger avec le système un maximum de 2 Go de données par seconde. Précisons qu'Intel lance également le chipset i865P. Ce chipset se distingue du i865PE par son support processeur limité aux seuls Pentium 4 à FSB533MHz.

0069000000057681-photo-logo-intel-r-seau.jpg
Non content des améliorations précédemment décrites, les ingénieurs d'Intel ont optimisé le chipset pour l'utilisation réseau. Ainsi la technologie CSA, qui n'a rien à voir avec le conseil supérieur de l'audiovisuel, fait son apparition et constitue le DNB (Dedicated Network Bus) à savoir un bus dédié pour le réseau. Avec un chipset classique, la prise en charge des fonctions réseau de type LAN est gérée par une puce auxiliaire qui s'octroie une partie de la bande passante du bus PCI. Le bus CSA est pour sa part directement intégré au northbridge et offre un débit de 266 Mo/s réservé exclusivement à la puce réseau complémentaire. Ainsi l'utilisation du réseau ne pénalise plus la bande passante du bus PCI. En outre, le bus CSA ayant un accès direct à la mémoire, le transfert de données provenant du contrôleur réseau consomme moins de ressources processeur. Pour l'heure, cette technologie ne fonctionne qu'avec le composant Intel PRO/1000CT, le fondeur ayant pour le moment verrouillé sa technologie afin que personne d'autre ne l'utilise.

Côté southbridge, le chipset i865PE adopte ce qui se fait de mieux en la matière chez Intel à savoir l'ICH 5, autrement connu sous le nom de i82801EB. Ce composant gère deux canaux ATA100, un maximum de huit ports USB 2.0 et jusqu'à six ports PCI. La nouveauté majeure de l'ICH 5 tient à son support natif du SerialATA 150 sur deux canaux. L'ICH5R se distingue de l'ICH5 par la prise en charge du RAID-0 pour augmenter encore les performances du sous-système disque SerialATA.


01C2000000058053-photo-diagramme-chipset-intel-i865pe.jpg



SoundMAX 4 : le meilleur ami du son ?

00A0000000058073-photo-logo-soundmax-cadenza.jpg
Comme vous le verrez dans le comparatif de Cartes mères qui suit, quelques constructeurs parmi lesquels Asus et Intel ont adopté un nouveau composant audio baptisé SoundMAX 4. Développé par Analog Devices, ce codec n'a rien de nouveau mais il a l'avantage d'être beaucoup plus élaboré que les sampiternels codecs Realtek et C-Media. Supportant le son sur six canaux SoundMAX 4 affiche un rapport signal bruit de l'ordre de 90dB ce qui le classe d'emblée comme une solution audio digne de ce nom. Basé sur la puce AD1985, SoundMAX 4 prend en charge les technologies majeures utilisées par les jeux les plus récents à savoir : A3D, EAX (1.0 et 2.0), I3DL2 et Microsoft DirectX. Il est en outre doté d'un synthétiseur MIDI contenant un jeu de 360 instruments Yamaha DLS by XG et extensible jusqu'à 4MB. En plus des fonctionnalités de base évoquées précédemment, SoundMAX se distingue par la qualité de ses Drivers. Ceux-ci sont en effet ergonomiques et fort complets. A travers une interface ressemblant à une table de mixage on peut régler avec précision le volume et la balance de chaque source sonore en entrée comme en sortie. Le logiciel permet de simuler des environnements accoustiques (salon, salle de concert, arène, etc.) et d'augmenter la puissance des basses. Il est même capable de simuler la présence d'un kit son 5.1 en se contentant de deux hauts parleurs. En résumé et bien qu'il n'égale pas l'excellence de la mythique APU du chipset nForce, SoundMAX est sûrement l'un des meilleurs codecs audio pour PC.

00C8000000058071-photo-driver-soundmax-1.jpg
0118000000058072-photo-driver-soundmax-2.jpg

Drivers SoundMAX 4

Intel D865PERL

00FA000000058035-photo-bo-te-intel-d865perl.jpg
A tout seigneur tout honneur. Pour ce test Intel nous a fait parvenir sa nouvelle carte mère à base de chipset Intel i865PE. Baptisée D865PERL cette carte, au format ATX, est dotée du chipset i865PE qui se trouve accompagné du southbridge ICH5-R. Le PCB noir de la carte-mère est du plus bel effet même si le radiateur surplombant le chipset semble plus que massif. La carte propose quatre emplacements mémoire au format DDR-SDRAM pouvant accueillir un maximum de 4 Go en DDR400 DualChannel. Munie de cinq ports PCI et d'un slot AGP 8x la carte offre deux connecteurs SerialATA 150. On trouve en sus deux connecteurs IDE et un connecteur floppy. L'alimentation de la carte est assurée par le traditionnel couple de connecteurs ATX. En plus des fonctionnalités déjà gérées nativement par le chipset, Intel a rajouté un composant réseau Gigabit de son cru (Intel 82547EI) et un composant Agere pour la prise en charge du FireWire. La partie audio de la carte est confiée à un codec SoundMax 4 (composant AD1985) comme il en est d'usage chez Intel.

La connectique extérieure de la carte est particulièrement abondante avec deux ports PS/2, un port série, un port parallèle, quatre ports USB 2.0, un connecteur RJ/45 et un connecteur FireWire. Comme si cela ne suffisait pas, Intel a mis le paquet pour proposer le maximum de connexions audio. On trouve donc la traditionnelle rampe constituée de trois connecteurs mini-jack mais aussi de deux connecteurs mini-jack supplémentaires afin de pouvoir relier au système un kit 5.1. Deux sorties numériques aux format SPDIF et TOSLINK sont également de la partie. Pour les éternels insatisfaits Intel livre sa carte avec un T-Bracket rajoutant deux ports USB 2.0 supplémentaires. Le bundle de la carte n'est guère abondant au niveau des accessoires livrés mais Intel se rattrape sur l'offre logicielle. La carte est en effet vendue avec Norton Internet Security 2003 et Norton Antivirus 2003. On trouve également les logiciels WinDVR Lite, NTI CD Maker 5.0 Standard, Diskeeper Lite et RealONE Player.

Le BIOS de la D865PERL est complet et bien agencé. Intel propose même une fonctionnalité dite "burn-in" qui augmente la fréquence de fonctionnement de votre processeur de 1, 2 ou 5%. Les temps de latence mémoire sont également réglables mais il est bien entendu hors de question de toucher à la fréquence du FSB.

015E000000058036-photo-carte-m-re-intel-d865perl.jpg

Carte mère Intel D865PERL


Intel D865PERL

6

Les plus

  • PCB Noir
  • FireWire intégré
  • Connectique audio
  • Bonnes performances
  • Audio géré par SoundMax 4

Les moins

  • Absence de RAID ATA
  • Peu d'options pour l'overclocking

Note globale8

Performances8

Fonctionnalités7

Fiabilité9


Abit IS7-G

00C8000000055659-photo-logo-abit.jpg
Abit propose également à son catalogue une carte mère basée sur le chipset i865PE et baptisée IS7-G. La carte est au format ATX et utilise un PCB orange aux bords arrondis. Le chipset est ici surmonté par un couple radiateur/ventilateur qui ne laisse pas indifférent. Disposant de quatre emplacements mémoire, la carte est munie de cinq ports PCI et d'un port AGP avec ergot de maintien. Fait intéressant : les ingénieurs d'Abit ont inséré un espace généreux entre le slot AGP et le premier port PCI afin de pouvoir accueillir sans problème les Cartes Graphiques les plus imposantes. L'Abit IS7-G est dotée de l'ICH5-R et offre donc en conséquence la prise en charge du SerialATA 150 sur deux canaux. Alors que le SerialATA n'est pas encore monnaie courante, Abit anticipe les besoins en dotant sa carte d'un composant Silicon Image gérant deux ports SerialATA 150 supplémentaires en RAID 0/1 s'il vous plaît. Pour les périphériques de stockage plus conventionnels la carte propose deux connecteurs IDE et un connecteur floppy. Au final, le design de la carte est plutôt réussi mais on se demande quand même pourquoi le connecteur ATX 12 volts se retrouve à l'autre bout de la carte mère coincé entre diverses résistances... Si Abit propose avec l'IS7-G une carte supportant l'Ethernet Gigabit, le composant sélectionné n'est pas en provenance d'Intel puisqu'il s'agit d'une Marvell : cette dernière n'utilise donc pas le nouveau bus CSA. La partie audio est gérée par le tout nouveau codec Realtek ALC655 alors qu'Abit a également pourvu l'IS7-G d'un composant Texas Instruments gérant le FireWire.

La connectique de l'IS7-G est très fouillée. On retrouve outre les traditionnels ports PS/2, un port parallèle, un port série, quatre ports USB 2.0, un connecteur RJ45 et un port FireWire. Abit n'oublie pas les sorties audio, et a muni sa carte de cinq connecteurs mini-jack pouvant contrôler sans problème les Kits 5.1. A l'instar d'Intel, Abit n'a pas oublié les sorties numériques en dotant sa carte de deux prises TOSLink. Abit livre sa carte avec un T-Bracket rajoutant deux ports USB 2.0 et deux connecteurs FireWire supplémentaires.

Le BIOS de l'IS7-G, bien que particulièrement austère, offre toutes les options nécessaires pour overclocker son système. Le célèbre SoftMenu offre notamment la possibilité de régler le FSB, de changer les voltages et d'ajuster les timings mémoire. Une fonction sympathique nommée 'FanEq' permet de limiter la vitesse du rotation du ventilateur du chipset en fonction de la température ambiante.

012C000000058032-photo-carte-m-re-abit-is7-g.jpg

Carte mère Abit IS7-G


Abit IS7-G

6

Les plus

  • BIOS complet
  • Prise en charge du FireWire
  • Connectique audio

Les moins

  • Prix élevé
  • Codec audio moyen
  • Performances moyennes

Note globale7

Performances7

Fonctionnalités8

Fiabilité8


0050000000055962-photo-s-lection-clubic-80.jpg

Asus P4P800

012C000000058033-photo-bo-te-asus-p4p800.jpg
Le célèbre constructeur Asus vient juste de lancer une carte mère équipée du nouveau chipset i865PE d'Intel. La P4P800 fait partie de la nouvelle famille AI de Cartes mères Asus dites intelligentes. Derrière l'acronyme AI, qui évoque plus un film d'un certain Steven Spielberg qu'une technologie révolutionnaire, se cache en fait quelques fonctions intéressantes nommées AI Audio, AI Net, AI BIOS et AI Overclocking. La technologie AI Audio développé par Analog Devices configure automatiquement les enceintes connectées au système en fonction de leurs caractéristiques. La fonction AI Net permet pour sa part de tester les câbles constituant un réseau afin de s'assurer de leur bon fonctionnement. Pour ce qui est de l'AI Bios on retiendra qu'au cas où le BIOS soit corrompu la carte démarre en vous demandant d'insérer le CD original pour restaurer le BIOS. Enfin, la fonction AI Overclocking a pour particularité d'overclocker votre système par paliers en réglant automatiquement les paramètres adéquats. Attention toutefois il est important de préciser que la carte mère Asus P4P800 overclocke nativement la fréquence de fonctionnement du front side bus ce qui explique ses résultats hors norme. En effet le FSB de la P4P800 fonctionne à plus de 202MHz là où les autres cartes se bornent à 200MHz.

Au format ATX, la carte adopte un PCB de couleur or ce qui ne surprendra personne. Le chipset est surmonté d'un simple radiateur, alors que les quatre bancs mémoire devraient permettre la mise en place intuitive des barrettes en configuration DualChannel grâce aux codes couleur. Comme sur la IS7-G un espace est présent entre le port AGP (doté d'une réglette de maintient) et les cinq ports PCI. On trouve en dessous du cinquième port PCI un connecteur d'extension au format propriétaire censé accueillir des cartes filles made in Asus. Pour ce qui est des périphériques de stockage la carte offre deux connecteurs ATA-100, un connecteur floppy deux connecteurs SerialATA 150 et deux connecteurs RAID ATA133. En sus de l'ICH5-R, l'Asus P4P800 est en effet pourvue d'une puce VIA VT6410 qui supporte le RAID. Les fonctions audio de la carte sont gérées par un codec SoundMAX 4 ADI1985 supportant le son sur six canaux et offrant un rapport signal/bruit de 90dB. Le réseau Gigabit Ethernet est contrôlé, comme sur la carte Abit, par une puce Marvell alors que le FireWire est piloté par un composant VIA.

La connectique de la P4P800 est complète avec à l'arrière : deux ports PS/2, un port parallèle, un port série, quatre ports USB 2.0, un connecteur RJ45, une prise Firewire, une rampe de trois connecteurs audio au format mini-jack et une sortie SPDIF. Les connecteurs d'extension présents à même la carte permettent de rajouter un maximum de quatre ports USB 2.0 supplémentaires, ainsi qu'un second port FireWire, un second port série et un port MIDI. Le design de la P4P800 est globalement réussi et l'agencement des connecteurs est correct à l'exception du second port RAID qui est positionné à l'horizontal, alors que tous les autres connecteurs IDE sont à la vertical. Le bundle de la carte comporte deux câbles SerialATA, des nappes IDE de couleur noire, un IO Shield et la suite logicielle WinDVD Suite d'Intervideo.

Revenons quelques instants sur le BIOS : celui-ci offre une ergonomie très appréciable avec un look & feel particulièrement intuitif. Grâce à ce BIOS la carte offre un large éventail de réglages parmi lesquels la possibilité de régler la vitesse du front side bus jusqu'à 1066MHz (le réglage s'opérant par pas de 1MHz), de changer la vitesse de fonctionnement de la mémoire et ses temps d'accès. Lors de nos tests nous avons relevé quelques problèmes de compatibilité avec diverses barrettes mémoires : en effet la carte n'a jamais voulu fonctionner avec des barrettes Samsung DDR400 et Kingmax DDR400...

017C000000058031-photo-carte-m-re-asus-p4p800.jpg

Carte mère Asus P4P800


Asus P4P800

8

Les plus

  • Performances exceptionnelles
  • Codec Audio SoundMAX 4
  • Fonctions AI

Les moins

  • Problèmes de compatibilité mémoire
  • FSB overclocké

Note globale9

Performances9

Fonctionnalités8

Fiabilité7


DFI PS83-BL

00B4000000057827-photo-logo-dfi.jpg
DFI, constructeur réputé pour la fiabilité de ses produits et leurs faibles coûts, lance lui aussi, une carte mère utilisant le chipset i865PE d'Intel. La PS83-BL ne joue pas tout à fait dans la même cour que les autres cartes que nous avons retenues pour ce test puisqu'elle se trouve dépourvue de bon nombre de fonctionnalités gadgets notamment du fait que son southbridge ne soit qu'un composant ICH5. Au format ATX raccourci la carte est dotée d'un PCB de couleur or aux bords arrondis. Avec la PS83-BL DFI ne fait pas dans la fioriture... Le chipset est donc recouvert d'un simple radiateur, au demeurant imposant. Les quatre bancs mémoire sont tous de la même couleur mais attention : les deux premiers bancs ne peuvent pas être manipulés lorsqu'une carte graphique est insérée puisque leurs ergots culbuteront la carte graphique. Dotée d'un port AGP 8x et de cinq ports PCI, la carte offre deux connecteurs ATA100, un connecteur floppy et deux connecteurs SerialATA 150. La carte embarque un contrôleur réseau Ethernet 10/100 de marque Realtek ainsi qu'un codec audio C-Media. Bien que dépouillée la carte offre tout de même trois prises pour ventilateurs, ainsi que trois connecteurs PIN pour rajouter un maximum de six ports USB 2.0 supplémentaires.

La connectique extérieure est à l'image de la carte-mère : particulièrement sobre. On trouve donc deux ports PS/2, un port paralèle, deux ports série, deux ports USB 2.0, une prise RJ45, un port joystick et trois connecteurs audio au format mini-jack. Le bundle de la carte est lui aussi particulièrement sommaire avec une nappe IDE, une nappe floppy, un seul câble SerialATA, et un seul T-Bracket rajoutant deux ports USB 2.0.

Terminons par un point sur le BIOS de la carte qui contrairement à ce que l'on aurait pu croire est assez complet. Celui-ci vous permet de modifier la vitesse du FSB, le coefficient multiplicateur ainsi que de régler les divers timings mémoire. Bien sûr, les voltages restent paramétrables.

0140000000058037-photo-carte-m-re-dfi-ps83-bl.jpg

Carte mère DFI PS83-BL


DFI PS83-BL

6

Les plus

  • Prix compétitif
  • Bonnes performances

Les moins

  • Absence du FireWire
  • Codec audio de piètre qualité
  • Connectique limitée

Note globale8

Performances8

Fonctionnalités6

Fiabilité8



Gigabyte P4 Titan 865PE

0041000000054318-photo-logo-gigabyte.jpg
Gigabyte y va également de sa carte mère à base de chipset Intel i865PE. Il s'agit ici de la P4 Titan 865PE également baptisé GA-8IPE1000. La carte Gigabyte est au format ATX et revêt un PCB bleu aux coins arrondis. Le chipset i865PE est ici surmonté d'un simple radiateur à ailettes dorées ce qui constitue un précieux atout pour confectionner une machine silencieuse. Dotée d'une alimentation triphasée la carte offre quatre bancs mémoire DDR-SDRAM de couleurs différentes afin de faciliter la mise en place des barrettes pour tirer profit de l'architecture DualChannel. Question extension la carte est bien lotie avec cinq ports PCI et un port AGP 8x à la couleur verte assez originale. On retrouve sur la carte deux connecteurs IDE, un connecteur disquette ainsi que les deux prises d'alimentation ATX. La carte propose également deux connecteurs SerialATA et seulement deux connecteurs destinés à contrôler les ventilateurs du système, dont un est affecté au CPU. On apprécie les codes couleur présents sur les connecteurs destinés aux diodes et boutons de fonctionnement du boîtier. La carte utilise ici un southbridge ICH5 de base, et ne propose donc pas de prise en charge du RAID pour le SerialATA. Cela ne saurait toutefois constitué une tare majeure vu la rareté des disques à la norme SATA. Plus décevant la carte GA-8IPE1000, dans la version testée, ne propose aucune prise en charge du réseau que ce soit en 10/100 ou en Gigabit... C'est dommage même à la vue du prix particulièrement agressif de la carte... Enfin la gestion audio est ici confiée à un codec Realtek ALC655.

La carte mère propose une connectique extérieure assez dépouillée avec deux ports PS/2, un port parallèle, deux ports série et seulement quatre ports USB 2.0. On trouve également une rampe de trois connecteurs audio. Le bundle proposé par Gigabyte est convenable puisqu'on trouve pême-mêle dans la boîte un câble IDE, une nappe floppy, deux câbles SerialATA, un IO Shield et un T-Bracket permettant de rajouter deux ports USB 2.0 supplémentaires. Gigabyte n'oublie pas non plus le manuel et le CD de pilotes qui contient le logiciel Norton Internet Security 2003 en version complète.

Le BIOS est quant à lui tout à fait classique et propose la plupart des options que l'on est en droit d'attendre d'un des plus grands fabricants de Cartes mères. Les timings mémoire sont donc réglables tout comme les voltages et les fréquences de fonctionnement. Comme à l'accoutumée avec Gigabyte il faut user du raccourci CTRL+F1 pour accéder aux options avancées du BIOS. Celui-ci propose également une fonction SmartFan qui régule automatiquement la vitesse de rotation du ventilateur CPU en fonction de sa température.

015E000000058356-photo-carte-m-re-gigabyte-8ipe1000.jpg

Carte mère Gigabyte P4 Titan 865PE (GA-8IPE1000)


Gigabyte GA-8IPE1000

6

Les plus

  • Prix attractif
  • Design bien conçu
  • Bonnes performances

Les moins

  • Absence de support Ethernet
  • Pas de prise en charge FireWire

Note globale8

Performances8

Fonctionnalités6

Fiabilité8


MSI 865PE Neo 2

0050000000054840-photo-logo-msi.jpg
Micro Star International dispose également à son catalogue d'une carte mère à base de chipset i865PE. Baptisée MSI 865PE Neo 2, cette carte-mère inaugure la technologie CoreCell lancée récemment par MSI. Le CoreCell est une appellation typiquement marketing... En résumé le CoreCell est censé diminuer le bruit émis par votre ordinateur en contrôlant à la fois la vitesse de rotation des ventilateurs du CPU et du chipset mais il est aussi supposé économiser de l'énergie tout en prolongeant la durée de vie du système entier. Grâce au CoreCell la carte doit également se montrer douée en matière d'overclocking grâce à un design, à un BIOS et une alimentation spécialement étudiés pour.

Le design de la carte mère MSI 865PE Neo 2 est somme toute assez classique. Au format ATX, la carte arbore un PCB rouge vif aux bords légèrement arrondis et dispose d'une alimentation triphasée. Le chipset est ici surmonté d'un radiateur mais aussi d'un ventilateur de couleur translucide dont la particularité est de s'illuminer en trois couleurs différentes : rouge, vert, bleu. Les bancs mémoire sont ici de deux couleurs différentes : vert et violet. Dotée d'un port AGP 8x rouge, la carte offre cinq connecteurs PCI, quatre connecteurs SerialATA 150, deux connecteurs ATA100, un connecteur floppy et un connecteur RAID ATA 133. Si la carte utilise bien le southbridge ICH5-R, MSI a en plus ajouter un composant Promise PDC20378 qui gère deux ports SerialATA supplémentaires et offre une prise en charge du RAID 0, 1, 0+1 tant au niveau du SerialATA qu'au niveau UltraATA. Le réseau Gigabit est ici confié à un composant Intel Pro 1000/CT. MSI a également pensé aux détenteurs de périphériques FireWire en dotant sa carte d'une puce VIA VT 6306. Si les choix de MSI en matière de composants annexes sont plutôt judicieux il n'en va pas de même pour le codec audio. Il s'agit ici d'un banal chip CMedia.

L'arrière de la carte propose les connecteurs suivants : deux ports PS/2, un port série, un port parallèle, six ports USB 2.0 (!), une prise RJ45 et une rampe de trois jacks audio. Si cela peut sembler insuffisant pour certains ce serait oublier l'avalanche d'accessoires livrés par MSI. Les voici pêle-mêle : 4 câbles SerialATA 150, 1 IO Shield, une nappe ronde IDE rouge, un cordon floppy, deux adaptateurs Molex/SerialATA, un T-Bracket rajoutant deux ports USB 2.0 ainsi qu'un T-Bracket comportant une sortie SPDIF, une sortie TOSLink, de deux connecteurs audio supplémentaires pour les kit 5.1. Le bundle comprend également les logiciels : Photoshop Album 1.0 SE, WinDVD 4, WinRip 2, VirtualDrive 7, RestoreIT ! 3 et Media Ring.

Le BIOS de la 865 PE 2 n'est pas un modèle d'ergonomie ou de convivialité mais cela ne l'empèche pas d'être fort complet. En faisant un petit détour dans les menus on s'aperçoit qu'il est possible de changer la fréquence du FSB par pas de 1MHz, de changer le coefficient multiplicateur du processeur (pour les CPU débridés) et de modifier les timings mémoire. MSI a récemment intégré une fonctionnalité dite 'Dynamic overclocking' qui overclocke le processeur uniquement lorsque la charge CPU atteint 100% et ce afin d'augmenter les performances. Notre sample de test ne disposait pas encore de cette fonctionnalité mais MSI promet qu'elle sera désactivable dans le BIOS pour ceux qui s'inquiètent pour la stabilité de leur machine.

01F4000000058029-photo-msi-865pe-neo-2.jpg

MSI 865PE Neo 2


MSI 865PE Neo 2

6

Les plus

  • Design original
  • Bundle riche
  • BIOS complet

Les moins

  • Design trop fantaisiste ?

Note globale8

Performances8

Fonctionnalités9

Fiabilité8


Shuttle AB60RS

00DD000000058093-photo-logo-shuttle.jpg
Shuttle bien connu pour ses mini-PC fabrique également des Cartes mères. En toute logique, le constructeur taiwanais adopte lui aussi le nouveau chispet i865PE d'Intel qu'il décline sur trois modèles différents. Pour ce test nous avons retenu la carte mère Shuttle AB60RS. Architecturée autour du chipset i865PE et du southbridge ICH5 la carte est au format ATX et adopte un PCB quatre couches de couleur bleue. Le chipset est ici surmonté d'un simple radiateur alors que les quatre bancs mémoire au format DDR-SDRAM sont tous de la même couleur ce qui ne facilitera guère la mise en place intuitive des barrettes pour qu'elles opèrent en mode DualChannel. L'agencement des divers composants et connecteurs est satisfaisant et la carte offre cinq ports PCI en sus du traditionnel port AGP 8x ici doté d'un ergot de maintient. Hélas aucun espace n'est présent entre le port AGP et le premier port PCI. La carte est munie de deux connecteurs IDE, d'un connecteur disquette et de deux connecteurs SerialATA 150. A ce propos, alors que le southbridge ICH5 gère nativement le SerialATA, Shuttle a choisi de confier cette tâche à un composant Silicon Image qui offre en plus la gestion du RAID SATA (0, 1). Grâce à un composant VIA VT6306 la carte prend en charge le FireWire mais aucun connecteur IEEE1394 n'est présent à l'arrière de la carte : il faut donc lui raccorder le T-Bracket livré pouur bénéficier de deux ports FireWire. Dans sa version RS la carte ne dispose hélas d'aucun support natif pour le réseau Ethernet. Le support audio est ici assuré par un traditionnel chip Realtek ALC650.

La carte Shuttle est dotée de quelques fonctionnalités bien sympathiques telles : un bouton On/Off et un bouton Reset ainsi qu'une diode qui indique en permanence l'état du trafic sur le bus IDE. La connectique de la carte est convenable avec : deux ports PS/2, un port parallèle, deux ports série, quatre connecteurs USB 2.0 et une rampe de trois connecteurs audio. Côté bundle Shuttle livre sa carte avec un câble SerialATA, une nappe IDE, une nappe floppy, un IO Shield, un T-Bracket rajoutant deux ports USB 2.0, un T-Bracket avec une prise jack audio supplémentaire (pour la voie centrale) et un T-Bracket rajoutant deux ports FireWire. Si Shuttle livre sa carte avec les manuels, le CD de pilotes ne comprend aucun logiciel intéressant.

Le BIOS est pour sa part tout à fait conventionnel et offre la possibilité de modifier la fréquence du FSB par pas de 1MHz, de changer le coefficient multiplicateur et d'accéder aux options de voltage. Les paramètres mémoire (temps de latence, fréquence) sont bien entendu paramétrables.

0118000000058103-photo-carte-m-re-shuttle-ab60rs.jpg

Carte mère Shuttle AB60RS


Shuttle AB60RS

6

Les plus

  • Design convenable
  • Boutons de mise en route sur la carte

Les moins

  • Performances quelconques
  • Raid SerialATA non géré par l'ICH5R

Note globale7

Performances7

Fonctionnalités7

Fiabilité8


Soltek SL-86SPE-L

Le fabricant asiatique de Cartes mères Soul Technologies, plus connu sous le nom de Soltek, a pu nous faire parvenir sa nouvelle carte mère basée sur le chipset Springdale. La SL-86SPE-L fait partie de la série « Violet Eyes » et est en conséquence livrée dans une boîte violette. Si la couleur de la boîte ne nous importe guère, il faut préciser tout de suite que la carte mère adopte un PCB intégralement violet. Les connecteurs soudés sur la carte sont également de cette couleur... Au format ATX la carte est pourvue du northbridge i865PE, ici surmonté du couple radiateur/ventilateur, et épaulé par le southbridge ICH5. La carte propose quatre bancs mémoire au format DDR-SDRAM et se distingue des autres cartes de ce comparatif en proposant pas moins de six ports PCI et un port AGP 8x pourvu d'un ergot de maintient. La partie audio est ici gérée par un chip Realtek ALC650 alors que le réseau Ethernet 10/100 est contrôlé par une puce Realtek RTL8100B. La carte n'offre donc hélas pas de prise en charge du FireWire... La connectique de la carte est relativement sommaire avec deux ports IDE, deux ports SerialATA et un connecteur floppy. L'arrière de la carte est tout aussi dépouillé et propose deux ports PS/2, deux ports série, un port parallèle, deux ports USB 2.0, un connecteur RJ45, un port MIDI et trois connecteurs audio au format mini-jack. On reprochera principalement à la carte de n'offrir que deux ports USB ce qui est aujourd'hui clairement insuffisant d'autant que Soltek ne livre aucun T-Bracket avec la carte...

Le bundle est lui aussi particulièrement chiche avec seulement deux nappes SerialATA, un câble IDE et un câble floppy. Soltek se foule un peu plus du côté logiciel puisque outre le CD de Drivers, le constructeur livre quelques utilitaires systèmes intéressants : PC-Cillin 2002, Partition Magic 6.0 SE, DriveImage 4.0, RestoreIT ! 3 Lite et VirtualDrive 7.

Terminons par un mot sur le BIOS : le BIOS de la carte Soltek n'a clairement rien à envier à celui de ses concurrents. Certes le look & feel est toujours un peu désuet, mais l'ensemble des fonctionnalités requises sont présentes ce qui est l'essentiel. Il est donc possible de modifier par pas de 1MHz le FSB, et de changer les timings mémoire ainsi que les voltages des différents composants du système. Le coefficient multiplicateur est modifiable mais cela n'est utile qu'avec des Processeurs débridés.

020E000000058265-photo-soltek-sl-86spel.jpg


Soltek SL-86SPE-L

6

Les plus

  • 6 ports PCI
  • Design violet (?)

Les moins

  • Réseau 10/100
  • Composant audio banal
  • Pas de RAID SATA
  • Bundle chiche

Note globale7

Performances6

Fonctionnalités7

Fiabilité8




00C8000000051152-photo-configuration-compl-te.jpg
Pour ce test visant à comparer les performances des nouvelles Cartes mères Springdale nous avons sélectionné les cartes mères i865PE précédemment décrites : Asus P4P800, Abit IS7G, DFI PS83-BL, Gigabyte P4 Titan 865PE, MSI 865PE Neo 2 et Shuttle AB60RS. Les résultats ainsi obtenus ont été comparé à ceux des cartes mères Intel D875PBZ et Asus P4C800 à base de chipset i875P afin de mettre en évidence les gains éventuels de performance. La configuration utilisée était la suivante :

  • Intel Pentium 4 3GHz FSB800
  • 2x256Mo DDR400 Kingmax
  • Disque dur Seagate 120Go UDMA100 7200rpm
  • GeForce 4 Ti4600
Nos diverses configurations fonctionnaient avec Microsoft Windows XP Professionnel Service Pack 1 et utilisaient les derniers Drivers et BIOS disponibles à la date des tests.


De l'intérêt du Pentium 4C...

018F000000058074-photo-intel-springdale-p4b-vs-p4c.jpg


Afin de mesurer de manière quantifiable le gain de performances apporté par les nouveaux Processeurs Pentium 4C nous avons comparé un Pentium 4 C 2.8 GHz à un Pentium 4 B 2.8 GHz en utilisant quatre benchmarks particulièrement significatifs. Rappelons que contrairement aux Pentium 4 B, le Pentium 4 C est doté d'un FSB800 et de la technologie HyperThreading. Les résultats obtenus sont probants et tendent à démontrer l'intérêt conjugué du FSB800 et de la technologie HyperThreading. Si sous CPUMark 99 le gain n'est que de 3% en faveur du Pentium 4C, il n'en va pas de même avec SYSMark 2002 où le Pentium 4 C 2.8GHz est 5% plus performant que le Pentium 4 B 2.8 GHz et ce à fréquence égale. Sous Quake III Arena le gain est encore plus palpable puisqu'il atteint les 7.5%. Enfin avec CINEBENCH 2003 le Pentium 4 C 2.8 GHz se montre 17% plus véloce que le Pentium 4 B 2.8 GHz : ce gigantesque écart s'explique par le fait que CineBench est optimisé pour les systèmes bi-processeur.


Ziff Davis CPUMark 99

01AB000000058359-photo-intel-springdale-cpumark-99.jpg


Pour commencer notre comparatif des cartes mères à base de chipset Springdale nous avons choisi l'outil CPUMark 99. Ce logiciel se concentre principalement sur les performances brutes du processeur, c'est donc sans surprise que les résultats de nos diverses cartes sont d'une grande similitude. Ici toutes les cartes à base de chipset i865PE obtiennent donc des performances assez proches à l'exception notable de la carte Asus qui se montre 3.5% plus rapide que la carte mère Intel D865PERL. La P4P800 parvient même à supplanter la carte Intel D875PBZ, pourtant équipée du chipset i875P, normal quand on sait que le FSB de la P4P800 est quelque peu boosté.


3DMark 2001SE

01AB000000058360-photo-intel-springdale-3dmark-2001-se.jpg


3DMark 2001 SE mesure les performances 3D d'un système et de sa carte graphique. En réduisant la résolution d'affichage à 640x480 l'impact de la carte graphique devient minime et il est alors possible de se servir du logiciel pour tester les performances globales du système. On retrouve en tête la carte mère Asus P4C800 suivie de très près par la carte mère Asus P4P800. Ici aussi la carte mère i865PE d'Asus se montre beaucoup plus performante que ses concurrentes et parvient à égaler sa grande soeur la P4C800 à tel point qu'on se demande si les usines d'Asus n'auraient pas soudé un chipset i875P en lieu et place du i865PE. La carte mère Intel D875PBZ est ici 3% plus rapide que la D865PERL ce qui correspond à l'apport théorique de la technologie Intel PAT. Les cartes mères Abit, Shuttle et MSI font ici jeu égal et seules les cartes Intel et DFI se détachent, exception faites des cartes du ténor Asus. La carte Soltek termine ici en queue de peloton.


Quake III Arena

01B1000000058362-photo-intel-springdale-quake-iii.jpg


Quake III, jeu culte, est devenu au fil du temps un outil parfait pour mesurer les performances du sous-système mémoire d'une machine. On retrouve ici le classement déjà observé plus haut avec les cartes mères Asus P4C800 et P4P800 trustant les deux premières places. On constate une fois de plus que la différence de performance est inexistante entre les cartes Asus à base de chipset i865PE et i875P. La carte Intel D875PBZ termine pour sa part troisième et devance naturellement toutes les cartes Springdale. La différence de performance entre la carte D875PBZ et sa petite soeur la D865PERL atteint ici 3.7%. Les performances des autres cartes se situent ici dans un mouchoir de poche et les quelques variations sont plus le fruit du delta d'erreur du benchmark que de l'optimisation plus ou moins poussé de telle ou telle carte.


3DMark 2003 CPU

01AC000000058363-photo-intel-springdale-3dmark-2003.jpg


Lancé récemment le dernier benchmark de FutureMark comporte un module spécialement conçu pour évaluer les performances processeur d'un système. Ici la carte mère Asus P4C800 se montre la plus rapide avec un score 1,6% supérieur à celui de la P4P800. Chez Intel la D875BPZ est 3% plus véloce que la D865PERL alors que les cartes concurrentes affichent des résultats pour le moins similaires. Si on en croit ce test la carte mère Asus P4C800 serait à configuration égale 3,5% plus rapide que l'Intel D875PBZ alors que le chipset utilisé est le même. Mieux l'Asus P4P800 est ici 4.8% plus rapide que l'Intel D865PERL qui est pourtant munie du même chipset. Enfin la D865PERL d'Intel serait 3% plus performante que la carte mère Soltek SL-86SPEL.


SYSMark 2002

01AB000000058361-photo-intel-springdale-sysmark-2002.jpg


SYSMark 2002 permet à la carte P4P800 d'Asus de devancer de près de 2% la P4C800 pourtant dotée d'un chipset réputé plus performant. La P4P800 a pour elle son FSB nativement overclockée qui augmente sensiblement ses performances. La carte mère Intel D875PBZ est ici 4% plus rapide que la D865PERL. Cet écart pourrait être mis sur le compte de la technologie PAT, mais les cartes mères MSI et DFI parviennent à se hisser entre la D875PBZ et la D865PERL. On relève également les bonnes performances de la carte mère Gigabyte qui talonne sacrément la carte mière D875PBZ d'Intel. D'après ce test les cartes mères les moins performantes seraient les cartes Abit et Shuttle. L'écart de performance entre la DFI PS83-BL et l'Abit IS7G se monte à quelques 4%. Enfin la carte Soltek SL-86SPEL est 1,7% plus véloce que l'Abit IS7G.

PCMark 2002

01EA000000058364-photo-intel-springdale-pcmark-2002.jpg


PCMark 2002 est un Benchmark synthétique dont les résultats se décomposent en deux parties : processeur et mémoire. Le test processeur ne montre guère d'écarts significatifs, tout au plus retiendra-t'on que l'Asus P4P800 obtient le meilleur score devant l'Intel D865PERL, la DFI PS83-BL et l'Asus P4C800. Les résultats du test mémoire sont beaucoup plus intéressants à analyser. Ici les P4C800 et P4P800 obtiennent des résultats similaires mais largement supérieurs à ceux des autres cartes figurant dans ce comparatif. Ceci explique pourquoi les cartes Asus excellent dans tous les tests : non content d'overclocker le FSB de leurs cartes les ingénieurs d'Asus ont visiblement optimisé au maximum le BIOS pour que les performances mémoire soient les plus élevées possibles. Le résultat est convaincant mais une fois encore la différence entre la P4C800 et la P4P800 est nulle et inexistante. La carte mère Intel D875BPZ est ici talonnée par la carte DFI PS83-BL qui devance l'Intel D865PERL. Les autres cartes affichent des performances mémoire satisfaisantes mais sans plus. La 865PE Neo 2 termine ici dernière avec un score mémoire 6% inférieur à celui de la carte mère D865PERL d'Intel.


SiSoft Sandra 2003 - Test processeur

01B0000000058365-photo-intel-springdale-sisoft-2003-cpu.jpg


Le test processeur de SiSoft Sandra 2003 donne des résultats intéressants mais qui ne constituent pas une référence vu les écarts que l'on peut obtenir avec ce test en le lançant à quelques secondes d'intervalle. Ici la carte mère MSI 865PE Neo 2 tire son épingle du jeu, tout comme la DFI PS83-BL ces cartes étant toutes deux plus performantes que le carte mère Shuttle AB60RS. On remarque que la P4P800 d'Asus est ici 0.6% plus rapide que la P4C800 supposée plus performante.


SiSoft Sandra 2003 - Test mémoire

01AF000000058366-photo-intel-springdale-sisoft-2003-m-moire.jpg


Le test mémoire de SiSoft Sandra 2003 est autrement plus intéressant que le test processeur. Ici la carte mère Asus P4C800 arrive en tête et est suivie par sa petite soeur la P4P800 (on l'aurait parié). La troisième place revient à la carte mère Intel D875PBZ et son chipset i875P qui est 2.6% plus rapide que la D865PERL et son chipset i865PE. Les autres Cartes mères de ce comparatif obtiennent des résultats assez proches. Toutefois l'écart de performances entre une carte mère MSI 865PE Neo 2 et une carte Intel D865PERL ou DFI PS83-BL est assez conséquent et atteint 4%. La carte mère Soltek est ici fort décevante à cause d'un score particulièrement bas.


CineBench 2003

01A6000000058357-photo-intel-springdale-cinebench-2003.jpg


Cinebench 2003 est un benchmark issu d'un logiciel de modélisation 3D. Le programme évalue les performances d'un système en effectuant tout simplement le rendu d'une scène 3D. Les deux cartes mères Asus sont une fois de plus en tête, mais il faut bien reconnaître que les écarts entre les cartes mères constituant ce comparatif sont minimes. Ainsi d'après ce test la carte mère Soltek SL-86SPEL serait à peine 1% plus lente que la P4P800 alors que la carte mère Gigabyte est aussi performante que la P4P800.


Unreal Tournament 2003

01AD000000058358-photo-intel-springdale-ut2003.jpg


A la manière de CineBench 2003, les résultats relevés sous Unreal Tournament 2003 sont extrêmement proches. Les cartes mères Abit, DFI, Intel D865PERL, MSI et Shuttle obtiennent des scores presque identiques. La carte haut de gamme d'Intel, la D875PBZ est ici 1.5% plus rapide que la D865PERL utilisant le chipset i865PE. Une fois de plus les cartes mères Asus P4P800 et P4C800 arrivent en tête avec un score similaire. Ainsi la P4P800 est ici 2.4% plus rapide que l'Abit IS7G. On retrouve en queue de peloton les cartes Abit IS7G et Soltek SL-86SPEL.
0050000000055962-photo-s-lection-clubic-80.jpg

Conclusion

En fin d'année dernière alors que le succès du Pentium 4 allait croissant, il faut bien avouer que les chipsets proposés par Intel ne correspondaient pas du tout aux attentes du marché... Entre le i845PE peu performant et finalement pas très moderne et le vieillissant i850E certes performant mais cher, le choix pouvait vite s'avérer cornélien. Il fallait donc renouveler le catalogue et après s'être attaqué au marché haut de gamme en lançant il y a quelques semaines le chipset i875P, Intel réussit aujourd'hui un joli doublé en proposant un chipset milieu de gamme moderne et performant capable de tirer le meilleur parti des derniers Processeurs Intel Pentium 4. A tel point que le chipset i865PE, qui exploite la mémoire DDR sur deux canaux, n'a d'ailleurs pas grand chose à envier au i875P, même pas la technologie PAT qui n'offre qu'un gain de performance somme toute minime. Combinant le fin du fin des dernières technologies le tout nouveau, tout beau chipset i865PE est vraisemblablement promis à un très bel avenir grâce à ses très bonnes performances. Au vu de ses nombreux atouts c'est tout naturellement que le chipset i865PE reçoit la récompense 'Sélection Clubic'.

Les constructeurs de Cartes mères ne s'y sont pas trompés puisque tous ont massivement adopté ce nouveau chipset. Au regard de ce test le premier constat est positif puisque dans tous les cas l'implémentation du i865PE est réussie. Alors que les cartes mères Abit, DFI, Intel, MSI, Shuttle offrent des performances somme toute assez proches avec des hauts et des bas, Asus créé avec sa P4P800 la surprise. En effet la carte est significativement plus performante que ses concurrentes et se paye même le luxe de devancer les cartes mères à base de chipset i875P ! L'excellente prestation de la P4P800 lui permet de s'adjuger haut la main la récompense 'Sélection Clubic'. Mais ses peformances remarquables soulèvent des questions et on se demande parfois si Asus ne vendrait pas des chipsets i875P comme des i865PE au vu des performances similaires des cartes P4C800 et P4P800. De là à dire que le chipset i865PE serait plus intéressant que son grand frère le i875P il n'y a qu'un pas... On regrettera tout de même que certains constructeurs comme Asus et Abit aient opté pour des puces Gigabit pour le support Gigabit. Non que la puce 3Com soit mauvaise, mais elle n'exploite hélas pas le nouveau bus CSA introduit par Intel qui a pour mérite de soulager le bus PCI. L'autre déception tient au choix des codecs audio effectués par certains constructeurs : il faut bien avouer que le codec C-Media adopté par DFI et MSI est particulièrement basique et décevant. Au final nous avons retenu trois cartes mères particulièrement intéressantes. La carte mère MSI 865PE Neo 2 qui par son design original et son ventilateur chipset tout droit sorti d'une fête foraine devrait ravir les amateurs de tuning d'autant que son bundle est plutôt généreux ; la carte mère Intel D865PERL qui combine performances et fiabilité ainsi que la carte mère Asus P4P800 qui se démarque par ses performances élevées et ses fonctionnalités AI.

Pour ce qui est de l'arrivé des processeurs Pentium 4 C on ne peut que se féliciter de la volonté d'Intel de démocratiser le FSB800 et la technologie HyperThreading. Grâce à ces deux améliorations les Pentium 4C sont significativement plus performants que leurs équivalents Pentium 4B, ce qui devrait donner à AMD bien du fil à retordre sur les segments du milieu et du haut de gamme où l'offre d'Intel est assurément plus pérenne et performante.

Intel I865PE

6

Les plus

  • Support DDR 400 sur deux canaux
  • Serial ATA intégré
  • AGP 8X

Les moins

  • Absence de support Firewire

Note globale9

Performances8

Fonctionnalités8

Fiabilité9

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Carte mère Gigabyte GA-8IPE1000 en test sur Clubic
Metallica en jeu vidéo ?
FIC lance ses nouvelles cartes mères
ATI dément arrêter la production de cartes
Red Faction 2 en test sur Clubic.com
ATI cesse définitivement la fabrication de cartes
Redécouvrez System Shock 2 !
Je ne vous réveille pas j'espère ...
Envoi et reception de SMS dans Outlook 2003
Affaire Napster : EMI Group porte plainte contre Bertelsmann
Haut de page