nForce 2 IGP - Leadtek K7NCR18G Pro

14 janvier 2003 à 17h00
0
0074000000054427-photo-logo-nvidia.jpg
Lors de sa sortie le nForce 2 nous avait impressionné notamment grâce à son haut niveau d'intégration et à ses performances record. Il nous tardait donc de pouvoir mettre la main sur l'une des premières Cartes mères à utiliser la version IGP du dernier chipset de NVIDIA. Pour mémoire, le chipset nForce 2 est décliné en de multiples versions répondant à divers usages. La version IGP qui nous préoccupe aujourd'hui, se distingue de la version SPP en intégrant, à même le Northbridge, un contrôleur graphique 3D de type GeForce4 MX.

Quel est l'intérêt me direz-vous ? Tout simplement de réduire le coût global d'un ordinateur pour l'utilisateur final, de permettre la conception de PC ultra compacts et d'assurer une fiabilité accrue grâce à des pilotes unifiés tout en simplifiant la maintenance. Oui mais voilà, ce concept ingénieux se heurtait jusqu'alors à un obstacle de taille : celui des performances. C'est un fait, la plupart des chipsets concurrents avec solution graphique intégrée, bien que satisfaisant en 2D, délivrent des performances véritablement exécrables en 3D. C'est pourquoi ces solutions étaient jusqu'à présent fort peu attractives pour les utilisateurs, ce qui les cantonnaient à un usage strictement bureautique.

Fort de ce constat, NVIDIA s'est efforcé avec le nForce premier du nom puis avec le nForce 2 de concevoir un chipset à part, disposant d'une solution graphique réellement performante et surtout utilisable avec la plupart des jeux les plus récents. Face à Intel ou VIA, le principal atout de NVIDIA est son expertise en matière de puces 3D. Aussi le nForce 2 IGP est sans aucun doute le plus complexe des chipsets jamais créé et devrait atteindre des performances graphiques inconnues jusqu'alors, du moins lorsqu'il s'agit de chipset.

Leadtek avait été le premier constructeur taiwanais à pouvoir nous faire parvenir une carte mère utilisant la version finale du nForce 2 SPP. Celle-ci avait d'ailleurs fait l'objet d'un test fort détaillé consultable ici. Pour notre test du nForce 2 IGP, Leadtek a une fois encore été le plus rapide en nous faisant parvenir la K7NCR18G.

0190000000056225-photo-nforce-2-igp-chip-igp.jpg

nForce 2 IGP : encore mieux que mieux ?

00C3000000056194-photo-nvidia-nforce-2-igp.jpg
Le northbridge du nForce 2 est à l'heure actuelle le seul chip pour Processeurs AMD capable de gérer la DDR sur deux canaux, via l'utilisation de deux barettes mémoires et ce grâce à son architecture DualDDR. De quoi s'agit-il me direz-vous ? Tout simplement d'une architecture double canal, héritée du Crossbar memory controller des GeForce, qui intègre en fait deux contrôleurs mémoire de 64-bit chacun, pour doubler la bande passante afin d'améliorer les performances. Le chip NVIDIA évite donc les traditionnels goulets d'étranglement et gère la mémoire sur 128 bits via des accès simultanés de manière à réduire les temps de latence.

Comme le nForce 2 SPP, le nForce 2 IGP supporte la DDR400. De fait la bande passante mémoire délivrée par le chipset est de 6.4Go/s réparti de la sorte : ~2Go/s pour le processeur, ~2Go/s pour la mémoire, ~2Go/s pour l'IGP intégré. En théorie le Dual DDR prend ici tout son sens. Pourquoi en théorie ? Tout simplement parce qu'un bug du design des premières Cartes mères Leadtek fait que l'utilisation de DDR400 avec l'IGP est impossible, nos benchs 3D plantant systématiquement. NVIDIA est au courant de ce problème et la plupart de ses partenaires travaille déjà à la mise au point de nouvelles révisions du PCB afin d'éviter ce genre d'ennuis. De fait avec la Leadtek K7NCR18G Pro il n'est possible d'utiliser que de la DDR333 avec l'IGP. Dès lors la bande passante n'est plus que de 5.3Go/s et se répartie comme ceci : ~2Go/s pour le processeur, ~2Go/s pour la mémoire et ~1,3Go/s pour l'IGP. Les performances du circuit graphique devraient donc en pâtir du moins dans l'absolu. Ceci ne saurait constituer un problème majeur, le nForce 2 IGP étant une solution d'entrée de gamme beaucoup l'utiliseront avec un processeur à FSB133 et de la DDR266. Bien heureusement, et c'est là un service minimum, notre carte Leadtek fonctionne parfaitement avec de la DDR400 si le circuit graphique intégré n'est pas utilisé.

Le nForce 2 peut gérer jusqu'à 3Go de mémoire de types DDR200/266/333/400 en utilisant des bus mémoire de 64 ou 128-bit. Le chipset fonctionne indifféremment en modes synchrones (DDR266 & Athlon XP FSB266 ou DDR333 & Athlon XP FSB333) ou asynchrones (DDR400 et Athlon XP FSB333) et supporte les différents timings mémoire (CAS 2/2.5/3). Conçu exclusivement pour les processeurs AMD, le nForce 2 supporte naturellement tous les processeurs AMD Athlon & Duron utilisant des fréquences de bus de 66/100/133 ou 166MHz. Tout comme le nForce numéro un, le nForce 2 inclut un DASP. Ce Dynamic Adaptative Speculator Pre-Processor, de deuxième génération, agit comme un cache intelligent, et stocke dans sa propre mémoire cache, en utilisant la mémoire système inutilisée, les données qu'il prédit comme étant probablement requises plus tard par le processeur. Cette opération a pour effet d'améliorer sensiblement les performances puisque NVIDIA parle d'un gain de l'ordre de 20% en comparaison des plateformes dépourvues de ce système. Par rapport au premier DASP NVIDIA annonce que les algorithmes ont été retravaillés et optimisés afin d'être encore plus efficaces.

0074000000054432-photo-logo-agp8x.jpg
L'une des autres nouveautés majeures du nForce 2 est son support complet de l'AGP (Accelerated Graphics Port) 8x également connu sous le nom de AGP révision 3.0, dont les spécifications finales n'ont été achevées que très récemment. L'AGP 8.0x est cadencé à 533MHz et délivre une bande passante de 2132Mo/sec.


Graphique intégré : enfin une solution viable ?

0096000000054663-photo-nvidia-graphics.jpg
Le nForce 2 IGP intègre un circuit graphique entièrement conçu pour DirectX 7.0 et fonctionnant à la fréquence de 200MHz. Il s'agit là d'une puce de type GeForce 4 MX dont les performances oscillent entre une GeForce 4 MX420 et une GeForce 4 MX440. On reprochera à NVIDIA de ne pas avoir conçu le nForce 2 IGP pour exploiter pleinement DirectX 8.1. Ce choix pourra s'avérer gênant pour exploiter les jeux les plus récents qui ont comme point commun de massivement recourir à l'utilisation des Pixel Shaders. Pour avoir une idée de la complexité du chipset nForce 2 IGP, un seul chiffre suffit : la partie dédiée au graphique utilise 70% de l'espace du die.
L'IGP utilise bien entendu la mémoire vive du système pour stocker ses textures. Alors qu'en version SPP la bande passante débitée par l'architecture DualDDR est surdimensionnée et peu utile, elle prend ici tout son sens. En effet, grâce à l'AGP 8x le circuit graphique du nForce 2 IGP peut utiliser une bande passante maximale de 2Go par seconde ce qui est plus que confortable ! Pour en bénéficier il faudra disposer de deux barettes mémoires identiques (même taille, même vitesse) sous peine d'amenuiser assez sensiblement les performances du circuit graphique. En mode "Dual DDR" et en 800x600x32 on obtient un résultat de 162,8 sous Quake III contre 100.5 en "Single DDR" soit un gain de performance de près de 61% !

Descendant de la lignée des GeForce 4, le nForce 2 IGP hérite des mêmes technologies. De fait il utilise l'architecture mémoire Ligthspeed, indispensable pour optimiser l'utilisation de la mémoire. Le nForce 2 IGP dispose également de l'Accuview antialiasing afin de rendre les jeux encore plus beaux ! On dispose donc des modes FSAA 2x, 4XS, Quicunx, FSAA 4x et de l'anisotropic filtering pour OpenGL mais seulement en 2x.

Du côté de la vidéo, le nForce 2 IGP embarque deux RAMDAC de 350MHz chacun et supporte donc l'ensemble des modes multiécran proposés par la fonctionnalité nView. La lecture des DVD est elle aussi au programme. Tout comme les GeForce 4 MX, le nForce 2 IGP intègre un VPE (Video Processing Engine) qui prend en charge à 100% la décompression matérielle des flux MPEG-2. La lecture de DVD vidéos sera donc parfaitement fluide.

Au vu des caractéristiques précédemment énoncées, il est clair que le nForce 2 IGP est le plus puissant des chipsets avec graphique intégré. Alors que les chipsets concurrents offrent des performances graphiques se situant à des années lumières de la moindre carte graphique d'entrée de gamme, le nForce 2 dans sa version IGP s'avère non seulement très performant mais en plus parfaitement utilisable pour jouer.

Un Southbridge étonnant

0078000000054433-photo.jpg
Le southbridge du nForce 2 est surprenant à plus d'un titre. En premier lieu il contient deux contrôleurs IDE Ultra ATA133 indépendants, surnommés DualFast. Chaque contrôleur peut être défini en mode primaire ou secondaire et permet de relier deux périphériques IDE pour un total de 4 périphériques IDE supportés. Ces contrôleurs DualFast supportent les opérations PIO & DMA ainsi que les modes Ultra DMA 33/66/100/133 offrant un taux maximal de transfert de 133Mo/s par canal. La présence de deux contrôleurs IDE séparés permet d'améliorer, de manière significative, les performances du sous-système disque. Il est toutefois surprenant de constater que NVIDIA n'ait pas opté pour le SerialATA mais ce choix se comprend puisque très peu de Disques durs SATA sont disponibles. De plus les constructeurs de Cartes mères pourront à loisir intégrer un contrôleur Serial ATA de marque Silicon Image sur leurs produits. De même, NVIDIA n'a pas jugé bon d'intégrer de contrôleur RAID dans le nForce 2. Comme pour le Serial ATA, les OEM sont libres d'intégrer, ou non, un contrôleur Promise ou HighPoint sur leurs cartes afin de gérer différents modes RAID. Le chip NVIDIA inclut en natif un contrôleur Ethernet 10/100 de fabrication NVIDIA, et un contrôleur Ethernet 10/100 afin de faciliter l'intégration dans un réseau d'entreprise. Si le DualNet est extremement intéressant nous ne nous épancherons pas dessus vu que cette fonctionnalité est désactivée sur la K7NCR18G Pro de Leadtek.

Le nForce 2 supporte nativement les connexions USB 1.1 et USB 2.0 atteignant des vitesses de transfert de l'ordre de 60Mo/s (soit l'équivalent de 480Mb/s), ainsi que le FireWire, alias IEEE 1394, qui supporte pour sa part une vitesse de transfert de 50Mo/s (soit 400Mb/s). Le nForce 2 peut gérer jusqu'à six ports USB en même temps. Afin d'assurer une vitesse de communication optimale entre le northbridge et le southbridge, le nForce 2 utilise l'architecture AMD HyperTransport qui permet d'atteindre un taux de transfert de 800Mo/s alors que les concurrents en sont, au mieux, à 533Mo/s. Le MCP, ou Media Communication Processor gère, quant à lui, jusqu'à cinq slots PCI 32 bits et est capable d'émuler un modem 56k.


Un APU pas comme les autres

0096000000054445-photo-nvidia-mcp-t.jpg
L'APU ou Audio Processing Unit intégré au nForce 2 n'a pas évolué par rapport à celui du nForce 1, malgré un nouveau nom d'usage 'SoundStorm'. L'équipe marketing de NVIDIA a en effet décidé d'affubler toute carte mère dotée d'un southbridge MCP-T du nom de 'SoundStorm'. On retrouve donc les qualités indéniables du processeur audio embarqué, à savoir l'encodage 100% matériel et donc temps réel du Dolby Digital et du Dolby Surround. Le chip sort le son Dolby Digital en AC-3 ce qui permet d'avoir un son 5.1 d'excellente facture avec les enceintes adéquates. Notez que les plateformes nForce 2 sont les seules au monde à être officiellement certifiées Dolby Digital par les laboratoires Dolby. Bien sûr l'APU peut gérer 2, 4, ou 6 enceintes et sort le son en 16 ou 20bit alors que le traitement des signaux entrant n'est assuré qu'en 16bit.

Lors du naufrage d'Aureal, NVIDIA a littéralement débauché leurs ingénieurs qui ont eu pour mission de concevoir cet APU. Comme nous avons pu le voir plus haut l'APU du nForce 2 excède de loin les spécifications AC'97 et regroupe pas moins de cinq DSP dont trois normaux et deux programmables. Cet APU, entièrement conçu pour répondre au cahier des charges de DirectX 8.0, gère 64 voix en 3D et 256 voix en 2D. Il permet de lire des DVD-Audio en 24 bits et 96KHz et de sortir le son en passthrough soit en reliant l'APU à un amplificateur compatible soit en reliant l'APU directement à un coffret d'enceintes compatible 24bit & 96KHz. Au niveau des jeux, l'APU supporte l'EAX, l'EAX2 et l'I3DL2 pour des effets de positionnement et de spatialisation très réalistes. L'I3DL2 ou Interactive 3D Audio Level 2 permet des effets de réverbération, d'occlusion et d'obstruction pour vous immerger toujours plus dans les jeux. D'après NVIDIA l'APU accapare moins les ressources systèmes qu'une carte Sound Blaster Live. Le DSP permet d'utiliser des ambiances sonores telles : underwater, arena, etc. pour rendre le son plus captivant. Egalement au menu, l'APU supporte le DLS2 (Downloadable Sounds Version 2.0) pour appliquer des filtres ou autres couches utilisant des flux stéréo comme source. Les musiciens en herbe trouveront une implémentation MIDI des plus complètes. Tandis que l'equalizer 7 bandes ravira les amateurs de musique.

Leadtek K7NCR18G Pro

012C000000056216-photo-leadtek-k7ncr18g-pro.jpg
La nouvelle carte mère Leadtek fait partie de la série des K7NCR18, de fait elle ressemble comme deux gouttes d'eau à la K7NCR18D, la seule différence notable se situant au niveau du radiateur du chipset comme nous le verrons plus loin. La K7NCR18G Pro est au format ATX et utilise un PCB quatre couches de couleur or. Elle est dotée d'un northbridge nForce 2 IGP et d'un southbridge MCP-T. Au sommet de la carte on retrouve un support Socket 462 destiné à accueillir le processeur AMD de votre choix. Comme on ne badine pas avec la sécurité ces temps-ci, Leadtek a pourvu sa carte du système OTS (Over Temperature Shutdown) qui, via la présence d'une sonde positionnée juste en dessous du processeur, arrêtera immédiatement le système si celui-ci chauffe trop. Le connecteur d'alimentation ATX est toujours aussi mal positionné et se retrouve en dessous du support CPU. Non loin de là on retrouve deux bancs mémoire positionnés côte à côte alors qu'un troisième banc, déplacé par rapport aux deux premiers, permet d'accueillir une troisième barette mémoire portant la capacité totale à 3Go. Afin d'activer le mode DualDDR il faudra mettre une barette dans le premier banc et une seconde barette dans le banc numéro 3. Pour raccorder vos Disques durs et autres périphériques IDE deux connecteurs ATA133 sont présents sur la carte en sus du traditionnel connecteur pour lecteur de disquette.

Le northbridge du nForce 2 IGP est recouvert d'un radiateur doré surmonté d'un ventilateur. Evolutive, la carte offre un connecteur AGP 8x, doté d'un ergot de maintien, et quatre connecteurs PCI. Le nombre de connecteurs d'extension au format PCI est hélas trop limité pour garantir une évolutivité maximale. A proximité des quatre connecteurs PCI, on note la présence d'un cinquième connecteur PCI inversé destiné à recevoir la carte fille NVIDIA offrant une connectique audio supplémentaire. Malheureusement cette carte dont l'utilité est incontestable n'est pas livrée par LeadTek. Pour relier les ventilateurs de votre boîtier trois connecteurs prévus à cet effet sont présents sur la carte.

Les connexions disponibles à l'arrière de la carte mère sont des plus classiques, jugez plutôt : deux connecteurs PS/2 pour souris & clavier, deux ports USB 2.0, un connecteur RJ45, un port série, une sortie VGA DB15, et un port parallèle. Vu la multiplication des périphériques USB il est fréquent de voir sur les Cartes mères récentes six ou dix connecteurs USB. Il n'en est ici point question du moins de manière native. Si les ingénieurs de Leadtek ont bien pensé à inclure deux connecteurs pour relier des brackets USB supplémentaires à la carte, aucun connecteur d'extension n'est fourni dans la boîte !

0099000000047976-photo-logo-leadtek.jpg
Alors que le southbridge MCP-T du nForce 2 IGP propose des fonctionnalités audio avancées, Leadtek se contente d'offrir une connectique des plus dépouillée : seulement trois jacks audio sont présents à côté du connecteur MIDI. Deux connecteurs audio pouvant recevoir le son en provenance des lecteurs CD sont également de la partie. En étudiant le design de la K7NCR18G on constate qu'elle dispose d'un chip Realtek censé permettre le remapping des ports audios analogiques pour offrir une connexion 6.1. Leadtek fournit toutefois un T bracket doté d'un connecteur SPDIF permettant de sortir le son Dolby digital sur 6 canaux, d'un second connecteur VGA DB15, et d'une sortie vidéo composite. La K7NCR18G supporte bien entendu le FireWire 400 grace au nForce 2. L'étrangeté réside dans le fait que, Leadtek recourt à une carte fille dotée d'un chip Agere chargé de distribuer les ports gérés par le nForce 2 sur les trois connecteurs de la carte. Le seul hic, est que cette carte ne peut s'enficher que dans le connecteur propriétaire au format PCI inversé. Cette contrainte rendra le seul slot PCI inversé inutilisable avec tout autre carte fille propriétaire.

0190000000056217-photo-carte-m-re-leadtek-k7ncr18g-pro.jpg


Alors que la plupart des constructeurs de cartes mère livrent leurs produits avec un logiciel antivirus ou un Firewall, Leadtek fournit avec sa carte Ulead VideoStudio 6 et Cool 3D SE. Ce package logiciel colle parfaitement à l'aspect multimédia du nForce 2 IGP.


Un BIOS standard

Le BIOS de la K7NCR18G Pro est tout à fait standard. Le système XBIOS II de Leadtek permet en théorie d'overclocker son système. Il est ainsi possible de changer les voltages AGP et processeur. Toutefois il demeure impossible de changer le coefficient multiplicateur du CPU ou bien le voltage de la mémoire. Seule la fréquence du FSB est ajustable par pas de 1MHz. Si le BIOS est plug and play et jumperless son comportement est plutôt curieux. En effet le FSB processeur est toujours réglé à la vitesse minimale et ce afin de ne pas endommager les Processeurs anciens. Ainsi notre Athlon XP 2700+ est reconnu par défaut comme un Athlon XP 1500+... Ce choix impose donc de faire un tour dans le BIOS pour régler la vitesse du FSB. Détail qui a son importance, Leadtek a une vraie politique de support et fournit régulièrement des mises à jour BIOS.


Drivers

Comme à l'accoutumée, NVIDIA ne fournit qu'un seul driver UDA unifié (Unified Driver Architecture) qui installe tous les pilotes requis par le nForce : à savoir les pilotes IDE, AGP, Chipset, son, vidéo & Ethernet. Il est à noter que les pilotes IDE de NVIDIA vous permettent de changer le mode DMA de vos périphériques directement depuis le gestionnaire de périphériques Windows. De même les drivers audio s'intègrent dans NVDVD 1.0 ou 2.0 (le logiciel de lecture DVD maison) pour vous permettre de contrôler avec précision la répartition du son sur vos diverses enceintes. Forts complets, les drivers audio incluent une myriade d'options telles le réglage des graves et des aigus, l'inversion de phase fort appréciable pour adapter le rendu sonore à son environnement, la façon dont le son est réparti, etc. De plus un système proche du Dolby Pro Logic permet de recréer, en temps réel, un environnement sonore de type cinéma qui procure un son criant de réalisme et enveloppant lors de la lecture de simples CD Audio ou de DivX. Creative devrait pouvoir tirer quelque enseignement des drivers audio NVIDIA...

00C8000000054435-photo-apu-drv-1.jpg
00C8000000054436-photo-apu-drv-2.jpg

Des pilotes audio tip-top !


012C000000056224-photo-nforce-2-igp-detonator-41-09.jpg

Des pilotes graphique irréprochables...

Les performances

Il est temps d'aborder maintenant le plus crucial, à savoir les performances du nForce 2 IGP. Pour commencer nous allons nous pencher sur les performances pour ce qu'il est de la bureautique. Pour ce faire nous avons utilisé la configuration suivante :

-Carte mère Leadtek K7NCR18G Pro
-AMD Athlon XP 2700+
-2x256Mo DDR333 CAS 2.5
-Disque dur Maxtor 40Go UDMA133 7200rpm


Afin d'opposer le nForce 2 SPP au nForce 2 IGP et évaluer la différence éventuelle de performance, nous avons utilisé cette configuration :

-Carte mère Leadtek K7NCR18D Pro
-AMD Athlon XP 2700+
-2x256Mo DDR333 CAS 2.5
-Disque dur Maxtor 40Go UDMA133 7200rpm
-NVIDIA GeForce 4 MX460 64MB


Enfin nous avons inclus dans nos divers tests les performances relevées sur une plate-forme à base de KT-400 dont le détail est le suivant :

-Carte mère Soltek SL-75FRV (VIA KT400)
-AMD Athlon XP 2700+
-2x256Mo DDR333 CAS 2.5
-Disque dur Maxtor 40Go UDMA133 7200rpm
-NVIDIA GeForce 4 MX460 64MB


Nos diverses configurations utilisaient toutes Windows XP Professionnel Service Pack 1 avec les derniers Drivers et BIOS disponibles.


Ziff Davis CPU Mark 99

01A6000000056204-photo-nforce-2-igp-cpumark-99.jpg


Le test CPU Mark 99 mesure les performances brutes d'un processeur. Comme nous avons pu le constater de par le passé, la mémoire utilisée n'a guère d'impact sur ce petit bench au demeurant assez ancien. De fait le nForce 2 SPP obtient exactement le même résultat que le nForce 2 IGP. La plate-forme nForce 2 devance le KT400 d'environ 9%.


CPU MathMark 3.0

01F3000000056206-photo-nforce-2-igp-cpu-mathmark-3-0.jpg


Le test CPU MathMark, ici dans sa version 3.0, mesure la rapidité d'un processeur à effectuer divers calculs arithmétiques. Plus la barre de notre histogramme est longue, plus le système est lent. Enfin tout est relatif car les écarts relevés sont infimes. Notre machine nForce 2 SPP arrive dernière, le nForce 2 IGP s'avérant un poil plus rapide. Pourquoi me direz-vous ? Tout simplement à cause des optimisations mémoire qui varient légèrement d'un BIOS à l'autre. Enfin le KT400 s'avère être la plate-forme la plus rapide de ce test.


FutureMark 3DMark 2001SE

01DA000000056207-photo-nforce-2-igp-3dmark-2001-se.jpg


Pour mesurer les performances 3D d'un système quoi de mieux que le célèbre 3D Mark 2001SE ? Pour ce test nous avons utilisé une résolution de 800x600x16 en rendu logiciel afin de mettre particulièrement en avant les performances du système au détriment de celles de la carte graphique. Le constat est assez saisissant : en toute logique le nForce 2 SPP et sa carte GeForce 4 MX460 arrive premier. La bonne surprise vient du nForce 2 IGP qui parvient à se hisser devant le KT400 et sa GeForce 4 MX460. Pour les amateurs de chiffre, le couple nForce 2 SPP et GeForce 4 MX460 est 8% plus rapide que le nForce 2 IGP et 24% plus rapide que l'ensemble KT400 et GeForce 4 MX460. Le nForce 2 IGP étant 15% plus rapide que le KT400 associé à une GeForce 4 MX460 ! Cette forte différence entre nos différentes plates-formes nous rappelle que le chipset VIA KT400 est optimisé pour tirer profit de la DDR400 plutôt que la DDR333. Ainsi en passant en DDR400 nous obtenons un résultat de 4518 assez supérieur à celui décroché en DDR333.


Quake III Arena

01E2000000056208-photo-nforce-2-igp-quake-iii.jpg


Quake III est incontournable, indéboulonnable pour ce qui est des tests 3D. En 800x600x16 notre couple nForce 2 SPP et GeForce 4 MX460 arrive une fois de plus en tête du palmarès. Le nForce 2 IGP n'a pour autant pas à rougir puisqu'il parvient à devancer légèrement le couple VIA KT400 et GeForce 4 MX460. Le score du nForce 2 IGP est 14% inférieur à celui du nForce 2 SPP couplé à une GeForce 4 MX460, alors qu'il devance le KT400 et sa GeForce 4 MX460 de quelque 4%.


PCMark 2002

0205000000056209-photo-nforce-2-igp-pcmark-2002.jpg


Dernier-né des outils de test de FutureMark (ex MadOnion), PCMark 2002 mesure deux paramètres essentiels : la bande passante mémoire et la vitesse du CPU. La logique des précédents tests est ici respectée et pour ce qui est du test processeur, le nForce 2 SPP arrive premier talonné de très près par le nForce 2 IGP. Le KT 400 étant pour sa part en retrait de près de 5%.

Pour ce qui est des performances mémoire le nForce 2 IGP est mis à plus rude épreuve. En effet le circuit graphique intégré puisant sa mémoire directement dans la mémoire générale du système, celle-ci se trouve grevée de plusieurs dizaines de mégaoctets réduisant d'autant les performances globales. Ainsi le nForce 2 IGP est 7,5% moins performant que le nForce 2 SPP pour ce qui est de la gestion mémoire. Le KT400 est particulièrement à la traîne et délivre des performances mémoire 24% inférieures à celles atteintes par le nForce 2 SPP.


SiSoft Sandra 2002

0208000000056210-photo-nforce-2-igp-sisoft-2002.jpg


On ne présente plus le très populaire SiSoft Sandra 2002. Les résultats MIPS et MFLOPS ne prêtent guère à commentaire dans la mesure où les résultats sont très proches les uns des autres. On notera cependant que la machine KT400 obtient systématiquement les moins bons résultats. Pour ce qui est du test mémoire, SiSoft 2002 nous éclaire assez bien et confirme l'écart entre nForce 2 SPP et nForce 2 IGP déjà observé sous PCMark 2002. Ainsi la bande passante mémoire du nForce 2 SPP est 5,6% plus importante que celle du nForce 2 IGP. Notons pour conclure ce test que la bande passante mémoire du nForce 2 SPP est 10% plus importante que celle du KT400.

Bapco SYSMark 2002

01D1000000056205-photo-nforce-2-igp-sysmark-2002.jpg


Terminons ce tour d'horizon des performances applicatives du nForce 2 par un petit SYSMark 2002. SYSMark 2002 est le Benchmark applicatif par excellence qui évalue les performances d'un système en lançant diverses applications courantes pour simuler des charges de travail. Ce test propulse une fois encore le nForce 2 SPP en tête du classement avec un résultat 4% supérieur à celui du nForce 2 IGP. Le KT400 est pour sa part 10% plus lent que le nForce 2 SPP.

Les performances 3D

Pour nos divers tests graphiques nous avons employé les Cartes Graphiques suivantes :

-Leadtek GeForce 4 MX460 64Mb
-Leadtek GeForce 4 MX440 AGP 8x 64Mb
-Leadtek GeForce 2 GTS 64Mb


Nous avons employé la version 41.09 des Detonator.


Quake III Arena

0254000000056219-photo-nforce-2-igp-quake-iii-arena.jpg

Pour débuter ce test des performances 3D de l'IGP nous avons sélectionné l'irremplaçable Quake III. Afin de mettre en avant les gains ou pertes de performances éventuels en fonction de la configuration utilisée nous avons utilisé diverses configurations. Quake III est riche d'enseignement. Tout d'abord on note que les performances obtenues avec l'utilisation d'une seule barette sont bien en déçà des performances relevées avec les deux barettes requises par le mode DualDDR. En ajoutant une simple barette au PC, les performances s'envolent de près de 64% ! La deuxième information mise en avant par Quake III est que la puissance du processeur compte très peu pour améliorer les performances d'un système nForce 2 IGP. En effet un Athlon XP 2000+ fonctionnant avec de la DDR266 obtient pratiquement les mêmes performances qu'un Athlon XP 2700+ utilisant le même type de mémoire. Cette information est particulièrement intéressante puisque le nForce 2 IGP se destine principalement au grand public qui se contentera d'utiliser un processeur de type Athlon XP 2000+ avec de la mémoire DDR266. La dernière information, de taille, est que plus la mémoire installée sur le système est rapide et performante meilleurs sont les résultats. En effet, le passage de la DDR266 à la DDR333 délivre un gain de performances avoisinant les 23%. Au final on note que sous Quake III le nForce 2 IGP est un soupçon plus performant que notre GeForce 2 GTS 64Mo mais reste loin derrière une banale GeForce 4 MX440 AGP 8x. La dite carte graphique s'est montrée 71% plus véloce que le circuit graphique intégré au nForce 2.


Aquamark 2.3

0257000000056220-photo-nforce-2-igp-aquamark-2-3.jpg

Bien le nForce 2 IGP ne prenne pas en charge les Pixel Shaders il nous a semblé utile d'inclure les résultats provenant d'AquaMark. En effet cela donne une petite idée des performances qu'il est possible d'atteindre avec des jeux récents. Tout comme nous l'avions observé sous Quake III, les résultats obtenus sur une plate-forme Athlon XP 2700+/DDR266 et ceux obtenus sur un système AthlonXP 2000+ sont très proches. On constate toujours l'importance du mode DualDDR qui booste de près de 54% les performances du nForce IGP. Notre GeForce 2 GTS tient ici tête au nForce 2 IGP avec une avance de 18%. En haut résolution, le nForce 2 IGP parvient quand même à supplanter cette carte. Enfin, la GeForce 4 MX440 AGP 8x reste la solution la plus puissante et devance en 1024x768 le nForce 2 IGP de 52%.


3DMark 2001 SE

0254000000056221-photo-nforce-2-igp-3dmark-2001-se-2.jpg

Depuis son lancement 3DMark s'est vite imposé comme le Benchmark de référence pour évaluer les différentes solutions graphique. Une fois de plus nos constats précédents se trouvent validés par ce test. Tout d'abord d'après 3DMark l'ajout d'une simple barette mémoire au système pour activer le mode DualDDR améliore les scores de près de 60% ! L'importance du CPU lors de l'utilisation de DDR266 est minime puisque notre Athlon XP 2700+ obtient pratiquement le même résultat que l'Athlon XP 2000+. Si en 800x600 la GeForce 2 GTS est un poil plus rapide que le nForce 2 IGP ce n'est pas le cas en 1024x768 où ce dernier reprend l'avantage. Pour ce qui est des hautes résolutions, on note que la GeForce 2 GTS et le nForce 2 IGP utilisé avec une seule barette de DDR333 sont inexploitables. Ainsi en 1600x1200 le nForce IGP donne une fois de plus des résultats identiques entre l'Athlon XP 2000+ et l'Athlon XP 2700+ utilisés avec de la DRR266. La GeForce 4 MX440 AGP8x caracolle pour sa part en tête se payant le luxe d'être en moyenne 63% plus véloce que le nForce 2 IGP (en DualDDR333).


Serious Sam II : The Second Encounter

0257000000056222-photo-nforce-2-igp-serious-sam-ii-se.jpg

Pour cet autre test OpenGL, nous avons comme d'habitude opté pour la démo 'Valley of the jaguar' qui a pour atout d'être particulièrement gourmande en bande passante mémoire et autres ressources système. Les observations précédemment formulées sont encore valable sous Serious Sam II. Le passage du mode Single DDR au mode Dual DDR profite particulièrement aux performances qui s'envolent d'approximativement 54%. Ici l'Athlon XP 2700+ et sa DDR266 obtient une fois encore un résultat très proche de celui de l'Athlon XP 2000+ également utilisé avec de la DDR266. Pour ce qui est de notre système Athlon XP 2700+ le passage de la DDR266 à la DDR333 augmente de 20% le FPS. Petite surprise de ce test la GeForce 2 GTS est largement devant le nForce 2 IGP sauf en 1600x1200. En 1024x768 notre relique (NDLR : comprenez le GeForce 2 GTS) est 18% plus véloce que le nForce 2 IGP. Pour conclure nous relèverons, qu'une fois de plus, la GeForce 4 MX440 AGP 8x est la carte la plus rapide de ce comparatif et la différence de performances séparant le nForce 2 IGP de cette carte est de 52%, ce qui n'est tout de même pas rien.


FSAA 4x... Bourreau du nForce 2 IGP ?

01FE000000056223-photo-nforce-2-igp-3dmark-2001-se-fsaa-4x.jpg

Bien que les utilisateurs qui choisiront le nForce 2 IGP n'auront que faire du mode de full screen anti-aliasing il reste néanmoins intéressant de s'y attarder quelque peu afin de se faire une idée précise des performances du nForce 2 IGP par rapport à celle d'une GeForce 4 MX440 AGP 8x. Ce test est sans appel et en 1024x768 la GeForce 4 MX440 AGP 8x est 73% plus performante que le nForce 2 IGP. Toutefois le nForce 2 IGP réussi un bel exploit puisqu'il est l'un des tous premiers chipsets avec graphique intégré à permettre l'utilisation de l'anticrénelage.


Bilan

Quel bilan peut-on tirer de ces tests ? Tout d'abord le nForce 2 IGP obtient des performances respectables rendant cette solution graphique véritablement viable contrairement aux chipsets concurrents. Bien sûr une simple GeForce 4 MX 440 est presque deux fois plus rapides que l'IGP mais cela ne dévalorise pas cette plate-forme qui reste un excellent choix pour concevoir des PC multimédia relativement performants et évolutifs pour un coût modique. Question technique nos tests ont montré l'importance de la qualité des mémoires installées sur un système nForce 2 IGP. Ainsi le passage de la DDR266 à la DDR33 augmente les performances de 20% ce qui est toujours bon à prendre. On a pu également noter que le nForce 2 IGP ne tire aucun parti d'un Athlon XP 2700+ face à un Athlon XP 2000+ si la mémoire utilisée reste de la DDR266. Ceci est normal vu que la bande passante délivrée par la DDR266 est beaucoup trop juste... Enfin le système DualDDR a démontré son intéret puisqu'il offre au nForce 2 IGP un véritable gain pour les graphiques qui progressent de près de 50%.

Conclusion

Arrivant avec un certain retard le nForce 2 IGP ne déçoit finalement pas. Face à l'utilisation d'une solution AGP standard, l'utilisation du graphique intégré n'affecte que de manière très minime les performances globales du système. De plus les performances en 3D pure du nForce 2 IGP battent à plate couture les chipsets concurrents avec graphique intégré, mais restent évidemment en deça des Cartes Graphiques d'entrée de gamme telles les GeForce 4 MX440 ou Radeon 9000. Bien sûr, on reprochera au nForce 2 IGP l'absence de prise en charge des Pixel Shaders ce qui fera cruellement défaut dans nombre de jeux récents. Dès lors, il est difficile de recommander le nForce 2 IGP aux joueurs qu'ils soient amateurs ou endurcis. Ceci dit NVIDIA n'a pas conçu le nForce 2 IGP pour les joueurs mais plutôt pour l'utilisateur lambda qui trouvera en lui suffisament de resources pour exploiter ses applications courantes, regarder des DVD ou bien encore s'offrir une partie mémorable de Quake III et consorts.

De par la conception même du nForce 2 IGP, et comme nos test l'ont démontré, les meilleures performances 3D sont atteintes avec l'utilisation de deux barettes mémoire en Dual DDR et des Processeurs Athlon XP à FSB333 qui ont pour défaut d'être relativement cher. De même il faudra oublier les éventuelles barettes de DDR266 dont vous pourriez disposer sous peine de réduire encore votre framerate. A la lumière de ces observations on peut finalement se demander si le nForce 2 IGP est réellement intéressant ? La réponse est oui car l'architecture de ce chipset est assez évolutive. D'une part parce que NVIDIA a été assez intelligent pour laisser la possibilité à l'utilisateur d'ajouter une carte graphique standard AGP 8x mais aussi grâce à la prise en charge native des futurs processeurs Athlon à FSB400 et de la DDR400. On retrouve également sur le nForce 2 IGP tous les raffinements propre au nForce 2 : contrôleur réseau intégré, gestion USB 2 & FireWire, APU remplaçant avantageusement une carte son. En outre NVIDIA a pris soin de doter son nForce IGP de fonctionnalités bi-écran nView !

La Leadtek K7NCR18G est une très bonne carte mère vendue à un prix assez attractif qui avoisine généralement les 170€. Au cours de nos tests cette carte mère s'est montrée relativement stable. La lacune principale de cette carte vient de son design qui rend instable le système lorsque de la mémoire DDR400 est utilisée. Les prochaines révisions de la carte devraient heureusement corriger ce souci. Question connectique on regrette principalement l'absence de sortie audio optique, la présence de seulement 4 ports PCI et l'utilisation d'un riser board pour les ports FireWire. Du côté des performances la carte s'en tire tout à fait convenablement comme nos benchs l'ont mis en avant. En bref la combinaison nForce 2 IGP et K7NCR18G est de premier ordre et nous ne pouvons que la conseiller à tous ceux désireux d'avoir un PC performant, évolutif mais dont la priorité n'est pas le framerate ultime.

Leadtek K7NCR18G Pro

4

Les plus

  • Bonnes performances
  • Package logiciel intéressant
  • Pléïade de fonctions

Les moins

  • Incompatibilité avec la DDR400
  • Seulement 4 ports PCI
  • Trop peu de connecteurs audio

Note globale7

Performances8

Fonctionnalités7

Confort d'utilisation8



NVIDIA nForce 2 IGP

4

Les plus

  • IGP réellement performant
  • Support USB 2.0, FireWire, AGP 8x
  • APU de grande qualité
  • Très bonnes performances

Les moins

  • Pas de support DirectX 8.0
  • Utilisation de deux barrettes mémoire impérative

Note globale8

Performances8

Performances 3D7

Fonctionnalités8

Fiabilité7

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Nouveautés chez Antec
nForce 2 IGP en test sur Clubic !
Deux nouveaux baladeurs chez RCA / Thomson
Intel lance le Pentium 2.4 GHz mobile
Processeur AMD Barton et VIA KT400
Dazzle lance le Digital Video Creator 150 USB 2.0
Codemasters annonce Indy Racing League
La beta 1.6 de Counter-Strike ce jeudi ?
SiS en cours de migration chez UMC
Intel baisse le prix de ses processeurs mobiles
Haut de page