VIA KT333 (Abit KX7, MSI KT3)

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
15 mai 2002 à 10h00
0
00044887-photo-logo-via.jpg
A nouveau chipset DDR333, nouvelle vague de cartes mère pour en exploiter les spécificités. Après EliteGroup et le support du SiS745 voici donc venir le tour du dernier jeu de composant de VIA, le KT333, représenté lui-aussi par quelques-uns des plus grands noms de la carte mère. MSI nous propose une carte riche en fonctionnalités, la KT3 Ultra ARU, alors qu'Abit mise davantage sur les performances avec sa KX7-333.

Maintenant que la SDR est vouée à disparaître et que la RAMBUS reste encore trop chère pour le commun des mortels, le choix de mémoire semblait devoir couler de source. C'était bien sûr sans compter sur l'ingéniosité des différents acteurs du marchés. Derrière des discours qui vantent les performances supplémentaires que l'on va pouvoir obtenir, il s'agit surtout de nous proposer de la DDR266, de la DDR333 et même très bientôt de la DDR400.


Le VIA KT333

Alors que nous avons déjà testé un chipset capable d'exploiter cette mémoire DDR333 (cf. test du SiS745), voici donc venir le candidat estampillé VIA. Le taiwanais a du faire face à quelques problèmes de stabilité ces derniers temps mettant à mal sa réputation et laissant quelques appréhensions à chaque nouveau produit. Heureusement, avec les arrivées des KT266 et KT266A tout semble rentrer dans l'ordre (cf. nos tests du KT266 et du KT266A), nous permettant du même coup d'aborder beaucoup plus sereinement l'analyse du petit dernier de la gamme : le KT333.

01F4000000052682-photo-via-kt333-northbridge-et-southbridge.jpg

Ce test du KT333 est abordé d'autant plus sereinement que les modifications en regard du KT266A ne sont pas vraiment légions. On peut d'ores et déjà dire que les différents SouthBridge susceptibles d'être utilisés par les constructeurs sont absolument identiques. Trois choix s'offrent donc aux fabricants de cartes mère : le VT8233, le VT8233C ou le VT8233A.


Peu d'innovations

0096000000052683-photo-via-kt333-sch-ma.jpg
Ces trois SouthBridge sont reliés au NorthBridge au travers de l'interface propre à VIA : le V-Link, technologie qui garantie un débit de 266Mo/s. entre les deux unités. Leurs différences ne sont pas vraiment importantes et la plus remarquable est sans conteste l'intégration du support ATA133 au VT8233A.

Le NorthBridge baptisé VT8367 ne présente pas vraiment plus d'innovations si l'on met de côté le support de la DDR333. L'AGP 8X n'est pas au programme et le maximum de mémoire autorisé est toujours de 4Go. Si nous récapitulons les caractéristiques de ce nouveau chipset, on se rend compte que les seules réelles modifications sont l'intégration d'un contrôleur ATA133 et le support de la DDR333... Un peu maigre tout de même :

- Support de l'AGP 2X/4X
- Support de la DDR200/266/333, pour un maximum de 4Go
- Technologie V-Link entre les North/South Bridge avec un débit de 266Mo/s.
- Support du standard ACR
- Contrôleur audio 6 canaux AC-97 intégré
- Modem MC-97 intégré
- Contrôleur réseau Ethernet 10/100 intégré
- Support de l'ATA 33/66/100/133
- Jusqu'à 6 ports USB
00FA000000052684-photo-msi-kt3-ultra.jpg

Deux modèles de cartes

Avec la KT3, MSI a choisi de cibler d'un seul coup deux catégories de clients en proposant deux modèles très proches en termes d'agencement et de performances mais plus éloignés en ce qui concerne les accessoires fournis et de ce fait les fonctions avancées exploitables. La KT3 Ultra est le modèle le plus accessible et se négocie à moins de 160€, alors que sa grande soeur, KT3 Ultra ARU, est plus chère (autour de 190€) et offre un packaging nettement plus conséquent que nous détaillerons par la suite, après avoir décrit la carte mère en elle-même.

00D2000000052688-photo-msi-kt3-ultra-ergot-plastique-pour-l-agp.jpg
Quelle que soit la version choisie, la carte reste pratiquement identique, physiquement parlant. On se retrouve donc avec un classique modèle de carte mère au format ATX 30.5cm x 23.5cm, sur lequel se reconnaissent au premier coup d'oeil les habituels emplacements mémoire (3 connecteurs DDR pour un maximum de 3Go) et les connecteurs d'extension : 1 AGP, 5 PCI et 1 CNR. A noter que le port AGP dispose du petit ergot de plastique, si pratique pour maintenir sans difficulté la carte graphique.

On remarquera les efforts faits par MSI pour proposer une carte au design réussi. L'espace autour du processeur aurait certes pu être encore plus important mais il devrait déjà suffire pour la plupart des utilisateurs. Le connecteur d'alimentation ATX est plutôt bien placé et devrait éviter d'avoir à faire passer la câble par-dessus le processeur.

00D2000000052689-photo-msi-kt3-ultra-position-du-connecteur-atx.jpg
Bon point, les connecteurs IDE sont assez hauts sur la carte tout comme le connecteur floppy. Il faudra par contre disposer de nappes longues pour exploiter les ports RAID de la KT3 ARU avec un boîtier grande tour, car ceux-ci sont situés sur la partie basse de la carte. Les plus exigeants regretteront également que MSI n'ait pas pensé à inclure de prise pour connecter une sonde thermique, alors qu'il y a tant de fonctions différentes sur cette carte.

Parmi les rares différences entre les deux modèles de cartes, il faut signaler la présence d'un ventilateur sur le NorthBridge de la version ARU. Ce petit plus aura évidemment son importance lors du test d'overclocking, même s'il n'est pas bien difficile ou coûteux d'en rajouter un soi-même. Les autres différences sont directement liées aux accessoires livrés avec la carte ARU, accessoires que nous détaillons maintenant.


De nombreux "accessoires"

A l'ouverture d'une boîte de KT3 Ultra ARU ce qui surprend tout d'abord c'est la quantité de matériel qui prend place autour de la carte mère en elle-même. Outre les câbles, les CDs et le manuel qui constitue le lot habituel fournit par chaque constructeur, on trouve surtout 3 extensions proches de celles qui servent à exploiter les ports USB supplémentaires.

00FA000000052685-photo-msi-kt3-ultra-aru-extension-dled-usb.jpg

Proches, car aucun ne sert vraiment à offrir quelques ports USB en plus. La première extension, la plus basique permet effectivement de déporter à l'extérieur du boîtier le système de LED de diagnostique propre à MSI. Les quatre LEDs sont bien sûr présentes mais cette fois plus besoin d'ouvrir le PC pour vérifier le code d'erreur. Ces LEDs sont accompagnées de deux ports USB 1.1.

00FA000000052686-photo-msi-kt3-ultra-aru-extension-spdif.jpg

La seconde extension permet d'exploiter une fonction intéressante du SouthBridge : le son sur 6 canaux. Ceux qui possèdent d'ores et déjà une carte son PCI disposant de tels connecteurs ne seront bien sûr pas intéressés mais pour les autres cette extension est une véritable aubaine. Grâce à elle, deux ports jack apparaissent permettant de brancher enceintes arrières et caisson de basses/voix centrale ! L'extension offre en plus deux sorties SPDIF : une en jack et l'autre en optique.

00FA000000052687-photo-msi-kt3-ultra-aru-extension-usb2-bluetooth.jpg

Enfin la troisième extension offerte par MSI est la plus originale puisqu'elle permet d'exploiter les fonctions d'USB2 et de Bluetooth intégrées à la carte mère. Après branchement, ce sont 3 ports USB2 et la possibilité d'exploiter des périphériques Bluetooth qui vous sont offerts. Encore peu implanté l'USB2 est clairement une solution d'avenir avec son débit 40 fois supérieur à l'USB1.1 (60Mo/s. contre 1.5Mo/s.).


Logiciels et remarques d'utilisation

Alors que les accessoires livrés sont plus que nombreux, MSI nous surprend quelques peu avec la faiblesse de son offre logicielle. Certes, le constructeur taiwanais n'a pas pour habitude de fournir une ribambelle de programmes, mais avec un tel produit on était en droit de s'attendre à quelque chose de plus original.

Il faudra donc faire avec le peu qui nous est offert. Fuzzy Logic est un programme chargé de contrôler votre système. Il permet par exemple de vérifier le bon fonctionnement des ventilateur, d'avoir un oeil sur les voltages, la température et bien sûr d'avoir un retour sur les fréquences de fonctionnement du processeur, de l'AGP et du bus PCI. Fuzzy Logic est également chargé de l'overclocking facile de la KT3 Ultra. Il permet d'augmenter le FSB de votre système directement sous Windows et dispose même d'un système automatique pour overclocker petit à petit le PC.

0140000000052690-photo-msi-live-update.jpg
Live Driver est un programme propre à MSI qui permet de se connecter aux serveurs du fabricants pour avoir un retour sur les différentes mises à jour disponibles (BIOS, pilotes...). On regrettera cependant que les versions beta ne soient pas référencées. PC Alert fait un peu doublon avec Fuzzy Logic et s'il offre quelques renseignements supplémentaires, il est moins agréable et surtout n'offre aucune fonction d'overclocking.

PC-Cillin est un habitué des suite logicielles fournis avec les cartes mère puisqu'il figure déjà parmi les programmes offerts avec les Soltek et les EPoX. Il s'agit d'un anti-virus tout à fait correct et qui rendra de loyaux services à ceux qui ne veulent pas investir dans un des ténors du genre. Enfin MSI DVD Player est un lecteur de DVD logiciel tout ce qu'il y a de plus classique. Son intégration est justifiée par la présence d'une sortie 5.1 tout à fait exploitable sur la carte et s'il n'est peut-être pas le meilleur, il fera assurément le bonheur de certains.

La suite logicielle fournie par MSI est tout ce qu'il y a de plus utile. On peut toutefois regretter que le fabricant n'ait pas décidé d'inclure quelques programmes plus atypiques comme certains de ses concurrents le font déjà. Je pense bien sûr à des softs comme Drive Image, Ghost ou Partition Magic.

Avant d'entamer le compte-rendu de mes tests, il convient de faire un bref aparté sur la stabilité de la carte. Un test comme celui-ci ne peut évidemment pas prétendre à l'exhaustivité et ce n'est qu'après plusieurs mois d'utilisation que l'on pourra dire si oui ou non la stabilité est de mise. Il n'y cependant eu aucun reproche à faire à ce modèle MSI pendant les quelques 15 jours que je l'ai eu. Mon Windows XP n'a jamais eu le moindre problème et aucun des tests n'a fait de difficulté ce qui est plutôt de bonne augure pour la suite...

01C2000000052692-photo-msi-kt3-ultra-aru-les-nombreuses-extensions.jpg
00C8000000052948-photo-abit-kx7-333r.jpg

Présentation

En choisissant d'intégrer le KT333 à ses cartes mère, Abit a décidé de créer une nouvelle variété de produits. Alors qu'habituellement le constructeur se contente d'un modèle avec RAID et d'un autre sans, il y aura ici une troisième version complètement différente : l'AT7 MAX. Nous nous contenterons pour ce test de voir le modèle "standard" : la KX7-333. Plus traditionnelle, cette dernière se décline de la même manière que les modèles précédents : une version RAID et une autre, dépourvue de cette fonction.

Abit a encore une fois fait confiance à Highpoint pour l'intégration de cette fonction avec le HPT372, un chip que nous avions déjà eu l'occasion de voir sur d'autres modèles de la marque. Ce composant permet d'ajouter deux connecteurs IDE compatible ATA133 sur la carte mère et de ce fait d'accepter un maximum de 8 périphériques simultanément.

En dehors de cette fonction les deux modèles (KX7-333 et KX7-333R) sont strictement identiques, ce qui ne les empêche pas de ce démarquer quelque peu de la concurrence. On notera en particulier la présence du quatrième connecteur mémoire qui constitue en quelque sorte la marque de fabrique d'Abit. Cela permet évidemment plus de flexibilité dans le choix de la DDR même si quelques contraintes apparaissent selon que l'on utilise de la PC1600/PC2100 ou de la PC2700.

On remarquera également qu'Abit a choisi de faire dans la simplicité puisqu'on ne trouve sur ces cartes que des ports AGP/PCI (pas de CNR) et qu'il n'y a pas de solution audio intégrée. De la même manière, Abit s'est contenté de ports USB 1.1 et même s'il fournit en plus une petite extension pour disposer de quatre ports, on regrettera que la norme USB2.0 n'ait pas été de la partie. Dans ce contexte, il ne fallait pas s'attendre à trouver d'autres fonctions "originales" comme par exemple le Bluetooth de MSI.

00D2000000052931-photo-abit-kx7-333-les-connecteurs-ps-2.jpg
00D2000000052932-photo-abit-kx7-333-quatre-connecteurs-m-moire.jpg
00D2000000052933-photo-abit-kx7-333-les-fameux-mofsets.jpg

Une carte relativement pauvre

Cette simplicité plaira à certains et en dérangera d'autres, mais cela permet par exemple à Abit de proposer une carte dotée de 6 ports PCI et évite de payer pour des fonctions que l'on ne souhaite pas.


Remarques d'utilisation

Alors que cette relative pauvreté en terme de fonctions nous aurait plutôt laissé imaginer un agencement parfait des composants présents, on regrettera qu'Abit soit une nouvelle tombé dans certains de ses travers. Il n'y a rien de catastrophique à signaler mais il est tout de même dommage de constater les même défauts que sur des cartes déjà anciennes.

On se demandera par exemple pourquoi Abit ne s'est toujours pas décidé à décaler légèrement les ports mémoire. Tels qu'ils sont placés, il est très difficile de mettre ou d'enlever de la mémoire sans au préalable retirer la carte graphique du slot AGP. Il sera de la même manière assez délicat d'exploiter les ports RAID pour peu que l'on dispose d'un boîtier relativement haut (les nappes risquent bien d'être un peu courtes). Cette remarque concerne d'ailleurs également le connecteur pour lecteur de disquette qui se trouve à mon sens beaucoup trop bas sur la carte.

00D2000000052934-photo-abit-kx7-333-la-m-moire-est-dans-le-prolongement-de-l-agp.jpg
00D2000000052935-photo-abit-kx7-333-leds-de-diagnostique.jpg
00D2000000052936-photo-abit-kx7-333-un-socket-d-gag.jpg

Du bon et du moins bon dans la disposition des composants

Il faut en revanche signaler l'excellente position du connecteur d'alimentation et du socket 462. Il sera de ce fait possible d'utiliser de larges systèmes de refroidissement avec un minimum de gênes et sans se soucier du câble d'alimentation ATX. On remarquera d'ailleurs qu'Abit a même ménagé un petit espace entre les condensateurs afin de pouvoir accéder à la fixation du radiateur sur le socket... Appréciable !

Terminons ces quelques remarques d'ordre général sur la présence de diodes de diagnostique sur la partie basse de la carte. Diodes qui hélas ne renseignent pas aussi bien que pourrait le faire le système de MSI, d'EPoX ou même d'Abit sur ses cartes Pentium 4. Il est dommage que les cartes Athlon ne puissent profiter de ce petit plus qui tient cependant plus du gadget que du véritable outil.

La présentation de cette KX7-333 est maintenant terminée mais avant de passer aux tests proprement dits, il est important de signaler qu'au contraire de MSI ou EPoX, Abit ne fournit avec son produit que très peu de logiciels. Certains ne seront pas intéressés par ces programmes, mais il est tout de même dommage de devoir se contenter de petits softs quand certains produits sont accompagnés de Partition Magic, Drive Image ou Ghost.

Protocole de tests

Comme nous l'avons déjà dit, la mémoire DDR a réussi son départ et maintenant c'est clairement la mémoire de l'avenir. Les nouvelles cartes basées sur ce standard sont légions, alors que les modèles RAMBUS ou SDRAM sont plus rares. Notre série de test ne s'est donc attachée qu'à mettre en évidence les différences entre les diverses solutions DDR proposées pour les plates-formes AMD.

00C8000000051152-photo-configuration-compl-te.jpg
Notre configuration de test est sensiblement identique à celle que nous avons l'habitude d'employer, de même que les outils de mesure de référence (CPUMark, Sandra 2001, DiskMark, Quake3 et 3D Mark 2001). La voici dans le détail:
- Athlon 1.33GHz sur bus 133MHz
- 256Mo de DDR PC2100 CAS 2.5
- 256Mo de DDR PC2700 CAS 2.5
- Carte graphique GeForce2 GTS 64 Mo
- Carte son Sound Blaster Live!
- Disque dur 40 Go UDMA100
- pilotes SiS v1.09
- Pilotes VIA 4en1 v4.37

Notre sélection de chipsets DDR couvre à peu près tout ce que le marché peut proposer : nForce (MSI K7N420), VIA KT266A (Abit KR7A), SiS735 (ECS K7S5A), SiS745 (ECS K7S6A) et bien sûr VIA KT333 (MSI KT3 Ultra ARU et Abit KX7-333). En ce qui concerne le SiS745 nous avons fait figurer les résultats avec de la DDR266 et de la DDR333, expérience que nous n'avons pas jugé bon de renouveler avec le VIA KT333 pour la bonne et simple raison que les conclusions sont à peu de choses près identiques.


Résultats

022E000000052942-photo-kt333-cpumark.jpg

Uniquement présent pour vérifier le bon fonctionnement de l'ensemble, le CPUMark des Ziff Davis n'est pas à même de mesurer de réelles différences entre les chipsets pour la bonne et simple raison que cet outil n'est là que pour mettre en évidence les performances des Processeurs. Notre Athlon 1.33GHz de test étant le même pour toutes les cartes... Aucune différence ou presque.

022E000000052943-photo-kt333-sandra-2001.jpg

SiSoft Sandra 2001 nous permet, au travers de l'une de ses nombreuses fonctions, de mesurer les performances de l'interface mémoire directement liée au chipset. Les graphiques parlent d'eux-mêmes et on voit encore que la technologie Twin Bank de nvidia permet au nForce de rester nettement en tête (lorsque deux barrettes mémoire sont utilisées simultanément).

Le KT333 ne s'en tire toutefois pas mal du tout et vient se placer juste derrière le composant de nvidia. L'écart qui le sépare de son "ancêtre" le KT266A montre bien les progrès réalisés par VIA et qui font de ce KT333 le chipset Athlon le plus puissant si l'on met de côté le nForce. On notera d'ailleurs les légères optimisations apportées par Abit et qui permettent à la KX7-333 de supplanter le modèle MSI.

022E000000052944-photo-kt333-3d-mark-2001.jpg

022E000000052945-photo-kt333-quake3-arena.jpg

Les résultats obtenus sous Quake3 Arena et 3D Mark 2001 sont à peu de choses près identiques en ce qui concerne le KT333. Ils sont d'ailleurs beaucoup plus parlants que ceux de Sandra 2001 et placent le dernier chipset VIA en seconde place à quelques encablures du nForce. L'écart entre les deux cartes à base de KT333 est ici plus important qu'avec Sandra 2001 et le produit estampillé Abit se retrouve de ce fait très près du nForce.

Les autres produits sont relativement distancés et même le récent KT266A reste un cran en-dessous. On notera au passage les progrès réalisés depuis la sortie du SiS735 (ECS K7S5A) en son temps chipset révolutionnaire par ses performances et aujourd'hui nettement à la traîne.

022E000000052946-photo-kt333-diskmark.jpg

Nous l'avons dit le KT333 peut être accompagné de différents SouthBridge. Cependant, le plus logique consiste à lui associer le nouveau VT8233A et lui offrir de ce fait le support de l'ATA133. Abit et MSI ont d'ailleurs retenu cette dernière solution avec leurs plus récentes Cartes mères et qui dit nouveau Southbridge, dit évidemment nouveau bench pour en vérifier l'efficacité avec les Disques durs.

Notre outils habituel révèle toutefois que le gain de performances n'est pas véritablement révolutionnaire. Il permet tout de même au KT333 de se classer en première position et bien que ça ne soit que d'une très courte tête... Une premier place reste une première place ! On remarquera aussi le surprenant écart qui existe entre la KT3 Ultra de MSI et l'Abit KX7-333 pourtant équipées de chipsets strictement identiques.


Verdict

En définitive si le KT333 semble apporter de bonnes performances, elles ne sont pas au niveau de ce que l'on pouvait attendre pour de la DDR333. En effet, les quelques images par seconde que nous avons pu gagner sous Quake3 Arena ne peuvent justifier l'emploi de mémoire aussi coûteuse.

Il faut cependant signaler un problème qui nous a empêché d'obtenir les meilleures performances possibles avec cette MSI KT3 Ultra. Il est théoriquement possible de faire fonctionner la mémoire sur un bus à 166MHz, mais lors de nos tests il a été impossible d'obtenir un système stable avec des réglages mémoire en CAS2 nous contraignant à passer en CAS2.5 beaucoup moins performants. Ce problème (relatif il ne faut rien exagérer) est également présent sur le produit Abit. Les amateurs de hautes fréquences devront donc bien vérifier la qualité de leur mémoire avant de se lancer dans l'aventure... Qu'on se le dise, le KT333 n'accepte pas n'importe quoi.

Sachez enfin qu'au moment de choisir votre carte mère KT333 il vous faudra bien prendre en considération les différences qu'on peut trouver entre les nombreuses solutions existantes. Nos cartes "cobayes" ne se destinent par exemple pas au même public. MSI a choisi de faire plaisir aux amateurs de nombreuses fonctionnalités alors qu'Abit propose de meilleures performances.

Overclocking

Abit et MSI figurent parmi les constructeurs les plus réputés en matière d'overclocking. La plupart de leurs cartes disposent de ce que l'on est en droit d'attendre de leaders du marché et sur le papier la KT3 Ultra comme la KX7-333 ne font pas exception, loin de là même. A titre de rappel, il est utile de préciser qu'en plus des nombreuses fonctions qui vont suivre, MSI distribue sa carte avec un logiciel destiné à en facilité l'overclocking : Fuzzy Logic.

0140000000052691-photo-msi-fuzzy-logic.jpg
Les BIOS Abit sont parmi les plus réputés tant pour ce qui est du nombre des fonctions intégrées que pour leur accessibilité. MSI n'a cependant pas trop à rougir et sa KT3 Ultra s'en tire très bien. Les deux produits permettent bien sûr de changer la fréquence du FSB avec un léger avantage pour la carte signée Abit : les deux procèdent par pas de 1MHz entre 100MHz et 220Mhz pour la MSI, alors que l'Abit monte jusqu'à 250MHz. On ajoutera également qu'Abit propose davantage d'options "secondaires" pour affiner encore son overclocking avec un plus grand nombre de ratio FSB:AGP:PCI.

Les voltages permettent encore une fois à Abit de montrer sa supériorité même si la KT3 Ultra de MSI s'en sort très bien. Il sera possible sur cette dernière de changer le voltage de la mémoire (2.6V, 2.7V ou 2.8V), de l'AGP (1.6V, 1.7V ou 1.8V) et du processeur. Cette ultime option est un peu décevante dans la mesure où l'on ne pourra pas aller très loin. Nous sommes en effet limité à un choix allant de 1.725V à 1.85V par pas de 0.025V.

La KX7-333 Abit ne permet toutefois pas d'aller plus loin, réduisant quelques peu notre déception. Il sera possible sur cette carte de choisir un voltage processeur compris entre 1.1V et 1.85V par pas de 0.025V. Le voltage mémoire peut aussi être modifié (2.55V à 2.85V par pas de 0.5V), ce qui n'est pas le cas de l'AGP. Abit a bizarrement préféré offrir la modification du voltage des I/O (3.50V à 3.65V)... Choix relativement étonnant, mais qui ne devrait pas déranger beaucoup d'utilisateurs.

D'autres options sont disponibles selon la carte que vous choisissez. Alors qu'Abit propose différents "Enhance" à l'utilité pas toujours évidente ("Enhance for Benchmark", "Enhance DRAM Performance"), MSI offre lui une option destinée à faire travailler le bus mémoire à 33MHz de plus que le bus processeur via l'activation de l'asynchrone. Ces options auront tout de même de légères répercussions sur les performances, mais leur mise en oeuvre ne concernent évidemment pas monsieur tout le monde !

Malgré le nombre et la richesse des options disponibles sur l'une et l'autre des deux cartes, les résultats obtenus lors de mes tentatives d'overclocking n'ont pas été très enthousiasmants bien que meilleurs qu'avec le dernier chipset SiS testé (le SiS745). Celui-ci ne nous avait permis d'atteindre qu'un bien mince 143MHz de FSB contre 148MHz pour la KT3 Ultra. Toutefois la carte MSI n'est pas aussi à l'aise que son homologue d'Abit à ce petit jeu. La KX7-333 est effectivement restée parfaitement stable à 154MHz... C'est mieux mais reste, semble-t-il, encore inférieur à ce que proposait le KT266A !


Conclusion

0096000000052681-photo-via-kt333-northbridge.jpg
Malgré le support de la DDR333, VIA déçoit quelques peu avec son dernier chipset. Ce KT333 est presque aussi puissant que le nForce de nvidia (et son Twin Bank) et ne constitue donc pas un mauvais chipset loin s'en faut, mais il faut bien admettre que l'intégration de la DDR333 ne permet pas d'obtenir une amélioration des performances alors que cette mémoire reste coûteuse.

La faute n'en revient cependant pas vraiment à VIA et comme nous avions déjà pu le dire lors du test de la EliteGroup K7S6A, il faudra attendre la venue de nouveaux Processeurs AMD. La génération actuelle de CPU repose sur le bus EV6 tout à fait incapable d'exploiter le surcroît de bande passante théoriquement offert par la DDR333. Attendre la venue de nouveaux processeurs AMD ou alors se lancer dans les joies et les déboires de l'overclocking !

En ce qui concerne les cartes mère elles-mêmes, il faut cette fois reconnaître le savoir-faire de leurs fabricants. La KT7 Ultra ARU est un produit tout à fait surprenant et malgré un prix de vente relativement élevé, il est indiscutable que jamais un autre modèle n'avait autant offert. USB, USB2, Bluetooth, IDE ATA133 et RAID IDE... Ouf ! Bien sûr, MSI aurait pu faire encore un peu plus mais le résultat est déjà stupéfiant.

Abit reste beaucoup plus sobre de son côté et si le fabricant propose aussi un produit plus étonnant (l'AT7 MAX), cette KX7-333 paraît un peu fade de prime. Ce n'est effectivement pas du côté des fonctionnalités qu'il faut regarder. Abit a travaillé l'intégration de ce chipset et les performances sont à la hauteur, puisqu'elle sont au niveau de celles offertes par un nForce et son fameux Twin Bank.

Passer à l'une ou l'autre de ces cartes devra se faire en fonction de vos besoins et de votre budget. A vous de déterminer les fonctionnalités offertes par MSI auront votre préférence ou si c'est plutôt des performances du produit Abit que vous allez vous tourner. Il conviendra tout de même de garder à l'esprit que les performances offertes par l'une ou l'autre de ces deux cartes ne seront pas révolutionnaires comparées aux plus récentes technologies (nForce, KT266A...), vous voilà prévenus.

01A6000000052937-photo-abit-kx7-333-plus-et-moins.jpg


01A6000000052680-photo-msi-kt3-ultra-aru-plus-moins.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

La dernière mise à jour de l'équivalent anglais de TousAntiCovid banni des stores Android et Apple pour tracking excessif
L'AMD Ryzen 7 5700G et son APU Vega en photo... et en bench
NVIDIA lance Grace, un puissant processeur basé sur ARM conçu pour l'intelligence artificielle
Revolut ajoute 11 crypto-monnaies supplémentaires à son application
Vous pouvez rapidement renommer des fichiers de manière séquentielle sur Windows 10 (et macOS)
Le premier véhicule Ford fondé sur la plateforme VW MEB serait un petit SUV électrique
HTC annonce son propre événement baptisé Vivecon du 11 au 12 mai
Netflix prépare une adaptation en film live-action de Gundam
Domino’s Pizza : un véhicule autonome pour la livraison au Texas
Quels sont les meilleurs services Cloud pour stocker ses données en ligne ?
Haut de page