Android : des Trojans ne se déclenchent qu'en mouvement, pour éviter les émulateurs

21 janvier 2019 à 07h34
0
shutterstock_1198362232.jpg

Des chercheurs en cybersécurité ont repéré une particularité étonnante chez certains malwares. Ils utilisent le capteur de mouvement de l'appareil infecté, pour détecter si ce dernier est bien le smartphone d'un utilisateur, et non une machine employée pour repérer les logiciels malveillants.

Pour lutter contre les malwares, les spécialistes de sécurité informatique ont fréquemment recours à des sandboxes, c'est-à-dire des environnements sécurisés permettant d'exécuter et d'analyser des applications. Une bonne façon de procéder consiste à émuler un système d'exploitation mobile sur un ordinateur, pour y tester certains programmes.

Exploiter les informations du capteur de mouvement


Du côté des hackers, l'enjeu réside donc dans la capacité à différencier le terminal d'un utilisateur lambda d'une machine utilisée pour la lutte contre la cybercriminalité. Et certains semblent avoir trouvé une parade efficace.

Des chercheurs de Trend Micro, société spécialisée dans la sécurité informatique, ont en effet révélé l'existence d'un cheval de Troie ne s'activant qu'en cas de mouvement de l'appareil infecté. Pour cela, le malware s'interface avec le capteur de mouvement du terminal et reste en sommeil jusqu'à ce que les données reçues lui permettent de penser que le dispositif infecté appartient bel et bien à un utilisateur.

Les auteurs du rapport ont ainsi détecté deux applications sur Google Play : BatterySaverMobi et Currency Converter, depuis supprimées, faisant appel à ce procédé. Il s'agissait d'un outil d'optimisation de batterie et d'un convertisseur de devises, ayant cumulé plusieurs milliers de téléchargements, et même recueilli des avis positifs. Mais une fois ajoutées sur le smartphone, les applications installaient le cheval de Troie Anubis, visant des centaines d'applications bancaires.



Un malware puissant et polyvalent


Pour y parvenir, les deux outils malveillants demandaient à l'utilisateur un accès administrateur, avant de simuler une demande de mise à jour du système. Ensuite, le Trojan était installé en envoyant des requêtes, via Twitter ou Telegram.

Une fois déployé, le malware Anubis s'avère redoutable. Il est capable d'intercepter les données bancaires de l'utilisateur, via un keylogger ou des captures d'écran. Mais il peut également avoir accès aux contacts du téléphone, envoyer des SMS ou passer des appels. D'après les chercheurs de Trend Micro, la dernière version du cheval de Troie aurait été installée sur des appareils dans 93 pays différents.

Face à des logiciels malveillants toujours plus sophistiqués, il convient donc de rester vigilant(e) au moment de télécharger une application Android, même quand il s'agit d'un simple convertisseur de devises.

Source : Ars Technica
Modifié le 21/01/2019 à 11h54
11 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top