Test NOD32 Antivirus 4 : toujours aussi discret et performant

15 octobre 2010 à 17h32
0

ESET NOD32 Antivirus 4



Alors que la plupart des éditeurs de logiciels de sécurité mettent un point d'honneur à faire évoluer leur logiciel d'année en année pour rendre la mise à jour plus séduisante, ESET semble avoir pris le contrepied de cette démarche puisque la gamme de l'éditeur reste en version 4, profitant depuis sa sortie de quelques optimisations mineures, mais pas de changement fondamental.

On retrouve donc une protection tout ce qu'il y a de plus standard, basée sur la technologie ThreatSense de l'éditeur, qui combine, comme la plupart des antivirus du marché, une protection « classique » s'appuyant sur une base de signatures régulièrement mise à jour, à une protection pro-active qui analyse le comportement des applications. Le logiciel intègre une protection des mails compatible avec tous les clients de messagerie (soit via le trafic, soit via l'intégration d'un plug-in, notamment dans Outlook ou Windows Mail), et propose des options de configuration assez détaillées puisqu'il est même possible de désactiver individuellement les différents modes de protection (heuristique, signatures...). Pas de surprise au niveau de la planification des tâches ou des mises à jour, tandis qu'un mode « portable » est automatiquement activé lorsque l'ordinateur fonctionne sur batterie.

012C000003643388-photo-nod32-antivirus-4-accueil.jpg
012C000003643390-photo-nod32-antivirus-4-stats.jpg


La nouveauté majeure de la version 4.0 de NOD32 résidait (et réside toujours, donc) dans l'intégration d'ESET SysInspector, un utilitaire plutôt bien fait permettant d'analyser divers composants du système : processus en cours d'utilisation, services, pilotes, entrées de registre ou encore fichiers critiques. Le logiciel classe alors ces derniers selon plusieurs niveaux de risque, avec un curseur permettant de filtrer celui-ci. On peut donc, en théorie, voir les processus ou les entrées de registre que le logiciel détecte comme malveillants. Plutôt bien fait !

0190000003643396-photo-nod32-antivirus-4-sysinspector.jpg


L'interface de NOD32 4 se situe dans la lignée de la version 3 qui proposait une rupture radicale avec les versions précédentes. Plutôt agréable en surface, elle masque par défaut les options les plus complexes, accessibles via un passage en mode Avancé. Rien à redire : c'est propre, élégant et agréable. On est loin des premières versions du logiciel !

012C000003643392-photo-nod32-antivirus-4-analyse.jpg
012C000003643394-photo-nod32-antivirus-4-parametres.jpg


Très efficace en détection, NOD32 est presque trop agressif : lors de nos analyses, il voulait tout simplement supprimer Nero 9 et Nero Backitup sous prétexte qu'ils intègrent la barre d'outils Ask ! Le logiciel ne faillit pas sur le web, bloquant efficacement les attaques JavaScript. En revanche, si la consommation mémoire de l'antivirus reste tout à fait correcte, comme son impact sur le démarrage de Windows, NOD32 est assez gourmand en CPU lors des analyses. Au global, NOD32 reste néanmoins un bon compromis entre légereté et efficacité.

NOD32 Antivirus 4.0

Les plus
+ Performances de détection élevées
+ Personnalisable à volonté
+ Interface plus ergonomique
Les moins
- Options un peu complexes
- Peu d'innovations
- Impact parfois lourd (processeur)
Efficacité
Fonctionnalités
Performances
Ergonomie
4

Télécharger la version d'évaluation de NOD32 Antivirus 4
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
scroll top