Firefox 3.6 utilisera l'accéléromètre des portables

13 octobre 2009 à 12h39
0
004B000002281292-photo-firefox-3-logo.jpg
Sur le blog hack.mozilla.org, Christopher Blizzard, fervent partisan de l'open source chez Mozilla, annonce que la prochaine mouture du navigateur Firefox sera en mesure de communiquer avec l'accéléromètre embarqué sur certains ordinateurs portables afin de rétablir l'orientation de la page en cours de lecture.

Mozilla met donc à disposition une interface de programmation en JavaScript auprès des développeurs afin de rendre leurs sites Internet compatibles avec cette technologie. « Nous avons rajouté la prise en charge pour Linux et les Macs et quelques Thinkpads pour lesquels les pilotes sont disponibles », explique M. Blizzard. A terme, Mozilla pourrait également embarquer cette technologie au sein de son navigateur mobile Fennec. Yahoo! travaille également sur un dispositif similaire avec son environnement BrowserPlus.

Outre les jeux en ligne, l'on pourrait cependant s'interroger sur les usages de cette technologie. Pour tester la prise en charge de l'accéléromètre, il faudra installer l'une des dernières builds de Firefox.

Voici une vidéo de démonstration :
Modifié le 18/09/2018 à 14h41
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La centrale nucléaire de Fessenheim va cesser définitivement ses activités cette nuit
Convention citoyenne pour le climat : Macron promet 15 milliards d'euros et des réponses
Vraiment efficace le toit solaire de Tesla ? Une famille fait le bilan après trois mois d'utilisation
Amazon : des hackers auraient réussi à contourner la double authentification
Les émissions de CO2 dues à l'automobile ont encore augmenté en 2019, la faute aux SUV
Contenus racistes et haineux : LEGO retire à son tour ses publicités des réseaux sociaux
LDLC : l'e-commerçant high tech Lyonnais annonce officiellement la semaine de 32 heures dès 2021
Reddit bannit un forum pro-Trump, accusé de promouvoir la haine, Twitch suspend sa chaîne
Selon Epic Games, la PS5 est
53 millions de tonnes de déchets électroniques en 2019, un record pas très glorieux
scroll top