Elections prud'homales : Firefox 3 persona non grata

Par
Le 24 novembre 2008
 0
Ouvertes du 19 au 26 novembre, les élections prudhomales en ligne permettront aux 1,3 million de parisiens concernées qui le désirent de voter sur Internet, à tout heure du jour ou de la nuit... en admettant qu'ils utilisent un autre navigateur que Firefox 3.0. La dernière version en date du logiciel de la fondation Mozilla est en effet considérée comme insuffisamment sure pour un dispositif de vote en ligne.

« La version 3.0 de Firefox ne vous permettra pas de voter par internet entre le 19 et le 26 novembre. En effet, cette version de Firefox ne garantit pas, pour les élections prud'homales, la confidentialité des informations qui doit être assurée sur un site internet sécurisé », explique la page des pré-requis techniques mise en place sur le site vote.prudhommes.gouv.fr. Les internautes sont donc invités à se tourner vers Internet Explorer, version 6 ou plus, Opera version 8.0 ou plus, Safari version 3.1 ou plus. Pour Firefox, il faudra opter pour la « version 1.5 ou plus, sauf la version 3.0 ».

01c2000001784906-photo-elections-prud-homales-firefox-3-0.jpg


Du côté de la fondation Mozilla, on ne cache pas sa surprise. « Entre nous, moi aussi j'ai bondi ! », confie Tristan Nitot, président de Mozilla Europe, sur son blog. « J'ai eu au téléphone le chef de projet de Thalès (prestataire pour ce projet) et j'attends de ses nouvelles pour préciser l'origine du problème. Je suis en contact avec mes collègues en Amérique (Mike Shaver et Jonathan Nightingale pour les nommer) et on cherche ce qui peut se passer », explique-t-il encore.

Il apparait toutefois que les utilisateurs de Firefox 1.5 et 2.0 ont également rencontré des problèmes. D'après la CGT, qui a fait appel samedi à la Commission nationale Informatique et Libertés (Cnil), plusieurs internautes équipés de Firefox auraient été touchés par un bug faisant que seules les six premières listes du bulletin étaient affichées. Dans un communiqué, le syndicat qualifiait samedi la situation de discriminatoire pour ses listes, et appellait le ministère du Travail à suspendre le vote jusqu'à ce que le problème soit résolu. « Un électeur, confronté à cette difficulté, qui ne lui permettait pas d'afficher sur son écran l'ensemble des listes de candidats et notamment celle de la CGT, ne pouvait techniquement poursuivre le processus de vote », a tempéré le ministère, dont les propos sont rapportés par l'AFP.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top