L’espace de santé numérique arrivera en 2022 : qu'est-ce que c'est, pour quand, pour qui ?

20 octobre 2021 à 13h10
12
Santé numérique

Les expérimentations territoriales de l’espace de santé numérique sont convaincantes. Son déploiement national est prévu pour le 1er janvier 2022.

En visite dans les locaux de l’incubateur de start-up Station F à Paris, Olivier Véran a annoncé que l’espace de santé numérique sera lancé à échelle nationale au 1er janvier 2022. Les essais de celui-ci, menés dans trois départements pilotes, seraient ainsi concluants d’après le ministre de la Santé. 

Un outil d’échange et de stockage numérique

L’espace de santé numérique concernera tous les Français et permettra dans un premier temps de stocker tous les documents médicaux d’un patient ainsi que son dossier médical personnalisé. La plateforme offrira également un système de messagerie pour favoriser les échanges entre les soignants et les patients.

Pour les réfractaires, précisons que la numérisation des données médicales et donc la création d’un accès à l’espace de santé numérique ne sera pas obligatoire. En revanche, il appartient à chaque individu de s’opposer à la création d’un espace à son nom. Un délai d’un mois sera accordé à cette démarche de refus.

Ce projet s’inscrit dans la stratégie gouvernementale d’accélération du numérique en santé. Olivier Véran rappelle qu’il faudra du temps pour que chacun s’habitue et apprenne à utiliser ce nouvel outil, mais tempère en avançant que « cela va être une petite révolution très favorable à la santé ». En effet, la France alloue une enveloppe de 650 millions d’euros sur une période de cinq ans à cette démarche.

Afin de fluidifier le lancement de la plateforme, l’État a d’ores et déjà prévu un budget de 81 millions d’euros dédié à la formation numérique des professionnels de santé. 

L’épidémie de Covid-19 a fait entrer la télémédecine dans le quotidien des français. Avant le confinement, les téléconsultations étaient limitées à quelques milliers par semaine sur tout le territoire - elles étaient de plusieurs millions pendant la crise. 
Lire la suite

Source : Ouest France

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
12
11
Fibre79
J ai du mal à comprendre la différence entre ce nouveau logiciel et l actuel DMP
Remoss
Il serait temps de déployer cette plateforme non?<br /> Ayant beaucoup déménagé ces dernières années, je change souvent de médecin sans que ceux-ci ne puissent avoir d’historique de mes éventuels traitements, vaccins etc.<br /> Cette base de donnée pourrait peut-être permettre à la sécu d’établir des données épidémiologiques etc?
Messenger
Apparemment, ça remplace: https://www.dmp.fr/<br /> "<br /> Cette interruption des créations de DMP est nécessaire pour préparer l’arrivée du nouveau service Mon espace santé qui sera proposé à tous en début d’année 2022. Mon espace santé est le nouveau service sécurisé qui permettra à chacun d’être acteur de sa santé au quotidien. Il donnera accès au DMP ainsi qu’à une messagerie sécurisée, mais aussi à un agenda de santé, et à un catalogue d’applications référencées par l’État. Tous les usagers qui disposaient déjà d’un DMP avant le 1er juillet 2021 retrouveront automatiquement leurs données à l’activation de Mon espace santé.<br /> "
LedragonNantais
Le même big daddy mais sous un autre nom. Toujours hébergé chez les ricain de MS Azure au passage?Parce que bon, offrir une backdoor sur un plateaux d’argent au USA sur les dossiers médicaux des français hein ^^ (certains me traiteront de parano, mais j’en rien’af)
leulapin
Voilà réalisé un vieux rêve totalitaire avec ces données médicales centralisées et en accès libre pour les états.<br /> fr.wikipedia.org<br /> Décomposition (ministère de la Sécurité d'État) | Sur les individus<br /> La Stasi appliquait la décomposition avant, pendant, après ou à la place de l'incarcération de la personne cible. Les «&nbsp;procédures chirurgicales&nbsp;» n'avaient pas pour but, en général, de récolter des preuves à charge contre la cible, pour pouvoir entamer des poursuites. La Stasi considérait plutôt les mesures de décomposition comme un instrument à part, qui était utilisé quand des procédures judiciaires n'étaient pas bienvenues, pour des raisons politiques comme l'image internationale de la RDA[12...<br /> On a oublié le communisme, on a oublié cointelpro, on a oublié ce dont sont capables les états… <br /> Il est important de ne jamais mettre en place ce genre de système. Certainement pas sous la houlette de politiques en tous cas.
LeToi
Et ben, quand on voit le 2e commentaire et les suivants, on voit que certains n’ont pas compris le but de ce système…
Messenger
La «&nbsp;sécu&nbsp;» dispose déjà de toutes ces infos… rien de nouveau sur la collecte de données médicales…
leulapin
La secu n’en possède qu’une partie, via les remboursements de médicaments.<br /> Impossible pour elle par exemple de savoir si tu traites un exzema, de l’asthme ou une allergie alimentaire ou du mal des transports avec des anti histaminiques.<br /> Dans le dossier médical il y a les pathologies.
NQUIN
Une sorte de pass de la honte …
Bidouille
Et dire qu’une grande majorité de français étale sa vie privée sans aucun complexe sur Facebook mais va râler pur son espace de santé numérique.<br /> Pourtant, entre Facebook et les conversation téléphonique dans les transports en commun que chacun peu écouter à loisir, certains détails intimes sont parfois partagés par tout un wagon.
Scalairz
Il s’agit d’un nouvel avatar du DMP qui n’a jamais rencontré de succès, les français ayant majoritairement rechigné à en créer un. Cette fois il y a une nouveauté, en effet il sera créé par défaut pour tous les assurés et il leur faudra expressément le refuser pour l’éviter. Il s’agit d’une étape intermédiaire vers l’obligation d’un dmp pour tout le monde, le but final inavoué étant d’en faire un outil de contrôle social
supersebastigor
La différence, est que cet espace qui regroupe l’ensemble des pathologies d’un patient n’est accessible (hormis hack ou autre) qu’à des médecins.<br /> Les banquiers, les assureurs ou un employeur peut alors demander à un médecin de consulter le dit dossier et d’évaluer le risque à prêter de l’argent, à assurer la personne ou à l’embaucher.<br /> Sympa comme avenir.
Remoss
Regarde en replay l’émission d’Elise Lucet sur FR Télévisions (Cash Investigations, de mémoire) sur la fuite des données de santé en France via la société Iqvia, c’est ahurissant…<br /> Tu peux déjà te dire que nos données de santé sont déjà parties aux US…
Remoss
Mouai en même temps tu remplis déjà un questionnaire de santé assez «&nbsp;intrusif&nbsp;» aujourd’hui quand tu souscris à un crédit immo alors bon…
supersebastigor
Ce questionnaire se limite à des questions ciblées et précises.<br /> Dans ce questionnaire, seules les affections récentes sont à signaler.<br /> Avec le dossier numérique, un employeur peut demander à un médecin de consulter ton dossier pour savoir si tu as ce que l’on appelle gentiment une longue maladie (Cancer, SIDA…)<br /> Je pense que le médecin n’aura pas le droit de dire de quelle maladie le patient souffre. Par contre il a le droit de décrire les conséquences possibles.
Remoss
de mémoire, on m’avait demandé dans ce questionnaire si j’avais des soucis de santé récentes comme de long terme (diabète etc…)
leulapin
Pour l’instant on n’a pas de trace d’un usage hostile des données personnelles par les multinationales… c’est très différent pour les états bien entendu, on a l’exemple chinois sous les yeux et tout le 20e siècle occidental en exemple de ce qu’il ne faut pas (re)faire.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Arriverez-vous à vous payer un appart dans le metaverse ? Plus de 100 millions de dollars déjà dépensés en immobilier virtuel
Apple : le casque de réalité augmentée d'abord prévu pour le jeu et les médias
Des
ClicBot : construisez et programmez votre robot !
Apple : si le casque AR est annoncé en 2022, n'espérez pas pouvoir l'acheter
Apple : vers un casque de réalité augmentée
La nature ne nous a fait que 5 doigts ? En voila un 6e, robotique, que l'on adopte en un rien de temps
Carrefour Flash, comment fonctionne le premier magasin totalement automatisé de Paris ?
Alphabet (Google) va intégrer des robots à ses équipes pour les tâches d'entretien
Niantic lève 300 millions pour partir à la conquête du metaverse
Haut de page