Caméra IP : aller plus loin avec un NAS (Synology)

Aurélien Audy
15 mai 2014 à 18h32
0
Notre troisième volet d'articles sur les caméras IP, après le comparatif et la FAQ, concernera essentiellement celles et ceux qui veulent aller un peu plus loin dans l'exploitation de leur dispositif de vidéo-surveillance. Comment cela ? Avec un NAS, autrement dit un serveur domestique. Et plus précisément un Synology, protagoniste de renom dans le domaine de la gestion des caméras IP. Installation, paramétrages, possibilités, limitations, voilà dans les grandes lignes ce qu'il faut savoir !

L'installation : avant tout une question de routeur

Pour illustrer cet article, nous avons utilisé un NAS et à la caméra, de rediriger les ports nécessaires vers le NAS et de paramétrer un accès distant via un service de DNS dynamique. Ainsi, depuis n'importe quel ordinateur, on pourra accéder à l'interface de son NAS, laquelle offre entre autres des possibilités de contrôle de la caméra que nous étudierons dans un second temps. Une étape que les possesseurs de NAS ont déjà probablement effectuée.

035C000007337134-photo-illustration-syno-2.jpg


La première étape consiste donc à détecter l'adresse IP du NAS en allant à l'adresse http://find.synology.com/ depuis le navigateur d'un ordinateur connecté au même réseau. Chose faite, on la note pour l'attribuer ultérieurement en IP fixe au niveau du routeur (dans notre exemple, 192.168.1.24). Idem pour la caméra IP, qui pour ce modèle Foscam précis, requiert un petit utilitaire IP Camera Tool servant à retrouver son adresse IP sur le réseau (ici 192.168.1.13).

01A4000007336808-photo-findsyno.jpg
01A4000007336814-photo-ip-camera-tool-foscam.jpg


La halte suivante, plus longue, prendra place dans l'interface de paramétrage de la Livebox, généralement à l'adresse IP 192.168.1.1, par défaut avec l'identifiant admin et le mot de passe admin. Dans l'onglet Configuration, puis sous l'entrée Equipement / Visualiser, vous devez voir tous les appareils connectés à la Livebox : ordinateur(s), NAS, caméra(s) IP, etc. Nommés de façon générique par défaut, il faut cliquer sur les différents pictogrammes pour retrouver celui qui correspond au NAS, grâce à l'adresse IP que vous aurez notée. Il est alors possible de personnaliser son nom, son type, la pièce dans laquelle il se trouve. On opère de la même manière avec la caméra IP, en choisissant un nom évocateur et un pictogramme différent histoire de s'y retrouver plus facilement.

0000015E07336818-photo-livebox-equipements.jpg
0000015E07336820-photo-livebox1.jpg


Il faut ensuite aller dans les Paramètres avancés de l'entrée Livebox puis administrer une IP statique au Synology dans l'onglet DHCP. Pour ce faire, il suffit de sélectionner le nom qu'on a attribué au NAS pendant l'étape de personnalisation, d'entrer l'IP fixe et de Sauver. Idem pour la caméra IP.

01F4000007336822-photo-livebox2.jpg


Prochain rendez-vous dans l'onglet NAT/PAT pour effectuer les redirections de ports. Pour le DS713+ de Synology, il faut en paramétrer trois. Le port 443 pour le protocole HTTPS, le 80 pour le HTTP et le 5000 qu'utilise l'interface webman Synology. En TCP, mais vous pouvez aussi dans la case protocole paramétrer tous (pour TCP et UDP). Les redirections doivent acheminer les connexions vers l'équipement Synology. Il est également possible d'effectuer la redirection du port 80 vers l'interface de la caméra, histoire de garder la main à distance sur la vidéosurveillance si jamais le NAS venait à défaillir. Si vous ne redirigez pas ce port 80, vous arriverez par défaut sur l'interface de la Livebox.

01A4000007336824-photo-livebox3.jpg
01A4000007336826-photo-livebox4.jpg


Mettre en place le DNS pour la résolution de nom

Maintenant, il reste le « gros » morceau : s'atteler à rendre accessible le NAS depuis l'extérieur, c'est-à-dire en dehors du réseau domestique auquel il appartient. Vous allez devoir créer un compte valide auprès d'un service DynDNS (Dynamic Domain Name Server). Nous avons opté pour la solution gratuite de No-IP.com, mais d'autres alternatives sont possibles, gratuites (ChangeIP.com, FreeDNS, ou encore Zonomi DNS Hosting) ou payantes (la liste est longue, mais on pense inévitablement à DynDNS, qui était gratuit avant). Après une rapide inscription, nous obtenons une adresse en noip.me qui servira à accéder à notre réseau domestique à distance, malgré le renouvellement dynamique des IP par les FAI (en amont des IP fixes qu'attribue la box ou le routeur aux appareils en local).

01A4000007336836-photo-noip0.jpg
01A4000007336834-photo-noip.jpg


De retour dans l'interface de la Livebox, dans l'onglet Configuration puis DynDNS, il ne reste plus qu'à renseigner le nom du service, le nom d'hôte complet, le nom d'utilisateur (généralement l'adresse email qui a servi à créer le compte), le mot de passe que vous avez choisi au moment de votre inscription. Ça y est : l'interface du NAS Synology habituellement accessible en local à l'adresse http://192.168.1.24:5000/webman/index.cgi le devient depuis n'importe où en tapant dans son navigateur http://mon_id.noip.me:5000/webman/index.cgi.

01A4000007337164-photo-livebox5.jpg
01A4000007336854-photo-syno-interface-accueil.jpg


Paramétrage de la caméra

Au sein de la belle interface proposée par Synology, une fois toutes les éventuelles mises à jour DSM exécutées, il faut aller dans le menu (icône tout en haut à gauche) et lancer la fonction Surveillance Station (en version 6). La fenêtre qui s'ouvre est découpée en plusieurs zones : trois onglets principaux Live View, Timeline et Management tout en haut, un bandeau latéral avec différentes entrées sous les deux intitulés Device et System, et une partie centrale dont le contenu s'adaptera en fonction de la navigation. On pose la première pierre en ajoutant une caméra (lien bleu Please add cameras...).

01A4000007336856-photo-syno-interface-accueil-2.jpg
01A4000007336858-photo-syno-interface-accueil-3.jpg


Il faut renseigner le nom de l'appareil, son adresse IP (qui peut être scannée automatiquement par le NAS, même si là, on la connaît : 192.168.1.13), la marque (Foscam), le modèle, le format vidéo, les identifiants et mot de passe de la caméra (admin et mot de passe variable selon les constructeurs et/ou si vous en avez déjà personnalisé un). Si le test de connexion fonctionne une vignette de prévisualisation s'affiche à côté, c'est terminé !

0113000007336838-photo-setup-new-cam.jpg
0113000007336840-photo-setup-new-cam2.jpg
0113000007336842-photo-setup-new-cam3.jpg


Possibilités offertes par le Synology DS713+

L'intérêt du NAS, et en particulier de l'interface Surveillance Station, c'est qu'elle va compléter celle proposée par le constructeur. Mais pas nécessairement prendre le pas sur elle : si vous désactivez la caméra côté Synology mais que vous activez la détection côté Foscam, alors la caméra fonctionnera, avec les réglages Foscam. Cela dit, les deux sont combinables : on peut décider pour la visualisation directe et l'enregistrement sur détection de mouvements qui de Surveillance Station ou de la caméra aura la main.

01F4000007336890-photo-syno-setup-cam5.jpg


Outre les paramétrages de format vidéo, de résolution ou encore de framerate, avec un distinguo entre visualisation et capture, le premier intérêt est de pouvoir stocker les séquences sur le NAS. Elles sont alors listées sous l'entrée Recording sous une arborescence détaillée classique ou encore consultables via l'onglet timeline, de façon chronologique. Plus globalement, le NAS permet de bénéficier d'une programmation et d'un paramétrage plus avancés. Enregistrement sur des laps de temps donnés, planification d'enregistrement en continu ou sur détection de mouvements (ou d'alarme si caméra compatible), définition d'une zone de détection et de sa sensibilité, recherche d'objets manquants, de nouvel objet, d'occlusion de caméra ou de perte de focus et paramétrage d'un ordre de patrouille (pour les caméras motorisées) !

Possibilité de paramétrage de la caméra via l'interface Synology
Possibilité de paramétrage de la caméra via l'interface Synology
Possibilité de paramétrage de la caméra via l'interface Synology
Possibilité de paramétrage de la caméra via l'interface Synology
Possibilité de paramétrage de la caméra via l'interface Synology
Possibilité de paramétrage de la caméra via l'interface Synology
Possibilité de paramétrage de la caméra via l'interface Synology
Possibilité de paramétrage de la caméra via l'interface Synology
Possibilité de paramétrage de la caméra via l'interface Synology
Possibilité de paramétrage de la caméra via l'interface Synology
Possibilité de paramétrage de la caméra via l'interface Synology
Possibilité de paramétrage de la caméra via l'interface Synology
Possibilité de paramétrage de la caméra via l'interface Synology


L'autre point fort, c'est l'aspect notifications. Elles sont découpées en types d'événement, système (ajout ou suppression d'une caméra, perte ou reprise de connexion) et caméra (échec de l'enregistrement, détection de mouvements et/ou d'alarme, limite de taille d'archivage des fichiers atteinte). Et pour chaque type, les notifications sont planifiables, par email, SMS, push sur l'appli mobile DS Cam (Android ou iOS), MSN ou Skype ! Notez que les services d'envoi de SMS sont soit payants, soit très restreints. Clickatell qui est proposé par défaut n'offre que 10 SMS gratuits. Il faut s'enregistrer sur le site et renseigner ses coordonnées dans le sous-onglet Service, entrée SMS du volet Notification.

00C8000007336868-photo-syno-notif0.jpg
00C8000007336866-photo-syno-notif.jpg
00C8000007336874-photo-syno-notif4.jpg
00C8000007336876-photo-syno-push-notif.jpg

On peut bien sûr ajouter des utilisateurs en contrôlant leurs droits (simple visionnage et déplacement de la caméra). Enfin, les utilisateurs les plus chevronnés pourront activer le Central Management System (CSM) pour gérer plusieurs serveurs et caméras en une seule interface. Un scénario pas franchement grand public mais que Synology gère.

Et quelques limitations

En dépit des nombreuses possibilités qu'offre un NAS, et tout particulièrement ceux de Synology grâce à la fonction Surveillance Station, certaines limitations demeurent. Pas forcément gênantes, elles méritent toutefois d'être mentionnées pour éviter toute mauvaise surprise. D'abord, Surveillance Station n'autorise de base qu'une seule caméra IP. Pour en installer d'autres (jusqu'à 25 gérées), il faut acheter des licences supplémentaires, à prix conséquent : comptez une petite cinquantaine d'euros par caméra, et dix euros de moins environ en optant pour un pack de quatre licences.

01A4000007336860-photo-syno-licences.jpg
01A4000007336816-photo-licence-syno.jpg

Autre inconvénient, le module de recherche intégré à Synology ne s'est jamais montré opérationnel lors de nos test : il cherche et cherche encore mais ne trouve rien, ni en filaire, ni en Wi-Fi. Mieux vaut tout faire à la main, notamment le paramétrage en Wi-Fi de la caméra, depuis sa propre interface. Il faudra alors retrouver l'IP avec le petit utilitaire Foscam et reprendre l'installation comme quand on est en filaire. Par ailleurs, nous n'avons pas pu installer la caméra Trendnet TV-IP762IC : en dépit d'une liste de modèles compatibles conséquente, celle-ci n'en fait pas partie. Et le simple renseignement de l'adresse IP ne suffit pas à Synology.

01F4000007336848-photo-syno-add-trendnet2.jpg

Enfin, si le NAS est la solution la plus aboutie pour gérer sa caméra IP, elle n'est pas non plus infaillible. La panne électrique guette toujours, et les serveurs n'apprécient guère les interruptions aléatoires de courant. Aussi l'onduleur s'impose, ce qui va venir gonfler un tarif déjà bien musclé. Et un NAS, même si ce DS713+ est petit, prend toujours plus de place qu'une solution caméra IP seule. C'est à prendre en considération.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La justice allemande demande à Tesla de mettre en pause la construction de sa Gigafactory
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
L'éolien a, en 2019, fourni 15% de l'électricité consommée en Europe
Airbus : les USA augmentent nettement les taxes douanières sur les avions européens
Il y a maintenant 300 satellites Starlink au-dessus de nos têtes
L'Arctique révèle deux millions de points chauds de méthane, selon un rapport de la NASA
Bugatti dévoile un concept d'hypercar dément, conçu par un étudiant en design
La centrale nucléaire de Fessenheim va être arrêtée ce samedi en vue de son démantèlement
Jeff Bezos lance un fonds de 10 milliards de dollars pour lutter contre le dérèglement climatique

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top