Bing et Internet Explorer : bientôt publiés en open source ?

le 18 novembre 2014 à 08h13
0
La stratégie d'ouverture actuellement déployée par Microsoft pourrait-elle avoir un impact plus important à long terme ? Après la publication en open source d'une vaste partie du framework .NET, la firme pourrait également lâcher prise sur Bing et Internet Explorer.

00C8000006681194-photo-bing-logo-gb-sq.jpg
Les décisions émanant de Satya Nadella et de ses équipes nous surprendront-elles à nouveau ? Après avoir déployé la suite bureautique Office sur l'ensemble des terminaux et annoncé la publication du framework .NET en open source pour un portage sur OS X et Linux, le successeur de Steve Ballmer pourrait avoir de plus grandes ambitions.

Le blog spécialisé Neowin rapporte ainsi que Microsoft est en train d'évaluer en interne l'ouverture de la plateforme Bing. Pour l'heure il ne s'agirait que d'une considération et rien n'est arrêté. L'ouverture de Bing ? Concrètement cela signifierait qu'un développeur serait capable d'accéder aux algorithmes du moteur de recherche Bing ainsi qu'à la vaste base de données permettant aux équipes de concevoir leurs propres applications récemment reclassées sous la marques MSN (MSN Travel, Finance, Cuisines et Vins, Santé, Sports...). Par extension, le moteur de Cortana, basé sur Bing, serait donc également ouvert.

Selon les derniers chiffres du mois d'octobre publiés par le cabinet NetMarketShare, Bing détiendrait au global 8,1% de part de marché derrière Google et Baidu. Selon Statcounter, qui ne comptabilise pas les internautes chinois, cette part de marché serait de 4,41%. Plusieurs investisseurs avaient souhaité voir Microsoft abandonner ses activités sur le marché de la recherche, finalement une publication en open source pourrait constituer une bonne alternative.

Un message publié sur Twitter au mois de juin - et quasiment passé inaperçu - laisse suggérer que Microsoft considère également la publication de son navigateur Internet Explorer en open source. Qu'il s'agisse de Firefox, Chrome, Opera ou Safari, la quasi-totalité des autres navigateurs populaires embarquent actuellement des composants libres ou open source.

00AF000005035964-photo-ie-10-internet-explorer-ie10-logo-gb-sq-ie11.jpg
Toutes éditions confondues, la part de marché d'Internet Explorer enregistre un fort déclin. Alors qu'en octobre 2008 l'application affichait une part de marché de 71,5%, six ans plus tard, celle-ci serait passée à 58,37%. La nature open source de Firefox et Chrome a favorisé une accélération de leur rythme de développement respectif avec toujours plus de fonctionnalités. Pour rattraper son retard Microsoft a dû publier une version spéciale d'IE pour les développeurs.

Pour Microsoft, un mode open source pourrait donc être l'occasion de greffer une communauté de développeurs afin de déployer rapidement des patchs de sécurité, le navigateur étant l'un des principaux vecteurs d'attaques ciblant plus globalement le système Windows. Au passage, Microsoft avait précédemment laisser suggérer qu'IE pourrait également changer de nom.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés :
Internet Explorer Bing
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
Sélection Clubic VPN 2019

Les dernières actualités

Voici la liste de tous les jeux Xbox One jouables à la souris et au clavier
NVIDIA apporte CUDA à ARM pour des supercalculateurs plus économes
Harry Potter Wizards Unite, le nouveau jeu des créateurs de Pokémon Go, sera disponible vendredi
Revolt dévoile une nouvelle petite moto électrique disposant de 150 km d'autonomie
Suite à l'affaire Genius, Google s'explique et va indiquer les sources des paroles de chanson
Une fuite dévoile EMUI 10, l'OS de Huawei (encore) basé sur Android
Zelda BotW aura une suite pour une raison simple : les développeurs avaient trop d'idées de DLC
Curiosity voit ses premiers nuages sur Mars après une chute de météorites
MALE 2020 : Focus sur le projet de drone européen construit par Airbus
Véhicule autonome de livraisons de pizzas, Domino’s tente le coup à Houston
scroll top