No Man's Sky : 10 infos à connaître sur ce jeu d'exploration spatiale

09 août 2016 à 11h01
0
Attendu de longue date, No Man's Sky débarque le 10 août sur PS4 et le 12 août sur PC. Ce titre, particulièrement intrigant, invite à l'exploration de planètes à travers l'Espace, avec un potentiel quasiment infini. Voici ce qu'il faut savoir sur le jeu du studio Hello Games, l'une des sorties majeures de l'été.

Explorer l'Espace en solitaire dans son propre vaisseau spatial, telle est l'expérience promise par No Man's Sky. Rarement un jeu aura aussi bien porté le qualificatif d'open world puisqu'il est quasiment infini ! Mais ce n'est pas la seule chose à connaître. Les informations qui suivent vous permettront d'en savoir plus sur le jeu d'Hello Games avant de vous lancer - ou de vous décider, ou non, d'en faire l'acquisition.

18 quintillions de planètes à visiter

L'immensité de l'univers de No Man's Sky se mesure en quintillions de planètes à visiter. Ce sont 18 446 744 073 709 551 616 mondes différents qui attendent les joueurs. Aucune partie ne ressemble à une autre puisque les joueurs partent d'un endroit différent. Pour arriver à un tel choix, les développeurs ont utilisé le procédé de génération procédurale, qui permet de créer du contenu numérique en temps réel et de façon automatisée. Les règles de base sont définies par des algorithmes qui prennent en compte une série de paramètres pour construire les mondes, au fur et à mesure du périple du joueur. Dans le cas de No Man's Sky, cela inclut la faune et la flore des planètes, les ennemis en place, le climat, les bâtiments à explorer...

0320000008508494-photo-no-man-s-sky.jpg

Un jeu immense de seulement 10 gigaoctets

Malgré l'étendue de son univers, qui compte donc de très nombreuses galaxies, No Man's Sky ne pèse que 10 Go, et une grande partie de ces données se résument à de la musique. Par rapport au poids qu'affichent des jeux bien moins vastes, on peut se demander comment on arrive à une telle prouesse. Il s'agit, en réalité, de l'une des conséquences de la génération procédurale mise en place : comme le jeu génère au fur et à mesure les planètes visitées par le joueur, rien n'est stocké en dur sur le disque, que l'on joue sur PS4 ou PC.

Néanmoins, comme la construction du monde est mathématique, son développement n'est pas aléatoire et s'avère être le même pour tous les joueurs : il est donc possible - rare, mais possible - de visiter une planète qui a déjà été découverte par un autre. Malgré cet aspect connecté, pas besoin d'être relié à Internet pour jouer : tout le nécessaire est installé de base, il ne faut rien de plus pour générer l'infinité de l'univers du jeu. Si l'on décide de jouer sans connexion, alors seules les très discrètes fonctions en ligne disparaissent.

0320000008508492-photo-no-man-s-sky.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
La version chinoise de la Tesla Model 3 remporte le prix de la qualité de fabrication
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut
Clean Network, le projet des États-Unis pour préparer leur avenir technologique sans les Chinois
scroll top