No Man's Sky : 10 infos à connaître sur ce jeu d'exploration spatiale

09 août 2016 à 11h01
0
Attendu de longue date, No Man's Sky débarque le 10 août sur PS4 et le 12 août sur PC. Ce titre, particulièrement intrigant, invite à l'exploration de planètes à travers l'Espace, avec un potentiel quasiment infini. Voici ce qu'il faut savoir sur le jeu du studio Hello Games, l'une des sorties majeures de l'été.

Explorer l'Espace en solitaire dans son propre vaisseau spatial, telle est l'expérience promise par No Man's Sky. Rarement un jeu aura aussi bien porté le qualificatif d'open world puisqu'il est quasiment infini ! Mais ce n'est pas la seule chose à connaître. Les informations qui suivent vous permettront d'en savoir plus sur le jeu d'Hello Games avant de vous lancer - ou de vous décider, ou non, d'en faire l'acquisition.

18 quintillions de planètes à visiter

L'immensité de l'univers de No Man's Sky se mesure en quintillions de planètes à visiter. Ce sont 18 446 744 073 709 551 616 mondes différents qui attendent les joueurs. Aucune partie ne ressemble à une autre puisque les joueurs partent d'un endroit différent. Pour arriver à un tel choix, les développeurs ont utilisé le procédé de génération procédurale, qui permet de créer du contenu numérique en temps réel et de façon automatisée. Les règles de base sont définies par des algorithmes qui prennent en compte une série de paramètres pour construire les mondes, au fur et à mesure du périple du joueur. Dans le cas de No Man's Sky, cela inclut la faune et la flore des planètes, les ennemis en place, le climat, les bâtiments à explorer...

0320000008508494-photo-no-man-s-sky.jpg

Un jeu immense de seulement 10 gigaoctets

Malgré l'étendue de son univers, qui compte donc de très nombreuses galaxies, No Man's Sky ne pèse que 10 Go, et une grande partie de ces données se résument à de la musique. Par rapport au poids qu'affichent des jeux bien moins vastes, on peut se demander comment on arrive à une telle prouesse. Il s'agit, en réalité, de l'une des conséquences de la génération procédurale mise en place : comme le jeu génère au fur et à mesure les planètes visitées par le joueur, rien n'est stocké en dur sur le disque, que l'on joue sur PS4 ou PC.

Néanmoins, comme la construction du monde est mathématique, son développement n'est pas aléatoire et s'avère être le même pour tous les joueurs : il est donc possible - rare, mais possible - de visiter une planète qui a déjà été découverte par un autre. Malgré cet aspect connecté, pas besoin d'être relié à Internet pour jouer : tout le nécessaire est installé de base, il ne faut rien de plus pour générer l'infinité de l'univers du jeu. Si l'on décide de jouer sans connexion, alors seules les très discrètes fonctions en ligne disparaissent.

0320000008508492-photo-no-man-s-sky.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales
scroll top