Far Cry Primal, quand le FPS retourne à l'âge de pierre

Pierre-Alexandre Conte
24 février 2016 à 11h04
0

À dos de mammouth

Inutile de préciser que pendant la préhistoire, les moyens de transport n'étaient pas exactement les mêmes qu'à notre époque. Aussi, Les voitures, bateaux et autres deltaplanes ont disparu dans cet épisode. A la place, le joueur peut chevaucher des animaux apprivoisés, dont le fameux mammouth. L'idée s'avère réjouissante. La réalisation, un peu moins, dans la mesure où ces phases sont assez laborieuses, la faute à des animations très rigides et un gameplay qui s'en trouve affecté. Résultat, la marche reste le meilleur moyen d'explorer l'environnement à sa convenance, même si Takkar est de fait, moins en sécurité.

Il existe aussi - ce n'est en rien une originalité - des points permettant de se « téléporter » à un endroit donné sur la carte. Cette manière de faciliter les déplacements va malgré tout un peu à l'encontre du principe du jeu, qui doit encourager les voyages à pied dans le but de mettre le joueur en danger, de le confronter à son environnement. Sans compter le fait que cela brise forcément l'immersion. Pour autant, le choix de design se comprend étant donné la taille du monde ouvert.

0320000008357536-photo-far-cry-primal-03.jpg

Un rapport différent à la faune

Avec Primal, les animaux ont un tout autre rôle que dans les précédents volets. Ubisoft, par le passé, leur avait déjà donné un côté agressif pour certains d'entre eux. Mais ils restaient des proies généralement faciles permettant de confectionner divers objets. Une fonction qu'ils ont toujours. Mais ils représentent surtout la plus grande menace du jeu... le jour et, de manière accrue, la nuit. Tuer un mammouth requiert les armes appropriées et un sens aigu du combat. Pour peu que le joueur panique ou qu'il ne soit pas correctement équipé, son sort sera assez rapidement scellé. Ce rapport à la faune constitue incontestablement l'un des points forts du jeu.

Les animaux ne sont toutefois pas que des proies ou des menaces. Ils peuvent aussi devenir de précieux alliés. L'ensemble de la faune pourra progressivement être apprivoisée via une mécanique assez simple mais non sans risques. Ainsi, un lion passera d'ennemi mortel à ami fidèle en quelques secondes. Chaque bête possède toutefois sa manière de gérer les ordres. Certaines attaquent frontalement quand d'autres jouent la carte du chasseur tapi dans les hautes herbes. Et même si une offensive leur coûte la vie, il est aisément possible de les réanimer.

0320000008357124-photo-far-cry-primal.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

StopCovid : voici à quoi ressemble l'application, captures d'écran à l'appui
Twitter signale le billet de Trump menaçant de tirer sur les émeutiers
Voiture électrique : un nouveau barème pour le bonus écologique et la prime à la conversion
En attendant le nouvel essai de vol habité de Crew Dragon, regardez le replay du live de mercredi !
Windows 10 mise à jour de mai 2020 : demandez la liste des bug déjà connus !
Windows 10 : la mise à jour de mai arriverait dans la semaine, mais pas en automatique
StopCovid : l'Assemblée nationale adopte officiellement l'application, qui sera disponible dès ce week-end
Tesla va augmenter le prix de son AutoPilot, Elon Musk explique pourquoi
Porsche va devoir limiter les ventes de la Taycan pour réussir à contenter les clients
scroll top