Opposing Fronts : Company Of Heroes au clair de lune ?

le 29 septembre 2007
 0
00F0000000603250-photo-company-of-heroes-opposing-fronts.jpg
Si l'année 2007 aura vu débarquer des pointures telles que Supreme Commander ou Commander & Conquer 3, Company Of Heroes reste pour de très nombreux amateurs de stratégie temps réel, le meilleur jeu de l'année 2006... sans contestation possible même. Afin de faire plaisir à ces joueurs et histoire de convertir une bonne poignée d'autres, les développeurs de chez Relic Entertainment ont donc décidé de remettre le couvert en nous proposant tout d'abord de participer à l'Opération Market Garden pour ensuite libérer la ville de Caen et enfin se mettre sur la tronche en multijoueur... Un programme riche, intéressant et varié : une extension indispensable en somme ?

Save Caen, save the world ?! Mékeskidi ?!



Avant d'entrer dans le vif du sujet, il convient d'apporter quelques précisions. Opposing Fronts n'est effectivement pas une extension comme les autres. Il s'agit de ce que les anglophones appellent un standalone, autrement dit un titre qui n'a pas besoin du jeu de base pour fonctionner. Les possesseurs du jeu de base profiteront donc de nouveautés pour le titre qu'ils aiment alors que les nouveaux venus limiteront leurs dépenses : un bon compromis en somme. Notons enfin que Relic a bien fait les choses puisqu'un joueur d'Opposing Fronts pourra tout à fait affronter un joueur de Company Of Heroes en multijoueur... Chacun des deux étant simplement limités dans ses choix de début de partie aux factions qu'il possède.

00F0000000603252-photo-company-of-heroes-opposing-fronts.jpg
00F0000000603254-photo-company-of-heroes-opposing-fronts.jpg
00F0000000603256-photo-company-of-heroes-opposing-fronts.jpg

Jagdpanther allemand et Cromwell anglais vont se battre en France et aux Pays-Bas

Car Opposing Fronts ouvre les hostilités avec deux nouvelles armées histoire de faire taire les critiques formulées à l'encontre de Company Of Heroes. Les amateurs découvriront donc les troupes britanniques et les forces de la Wehrmacht. Bien sûr, ces deux factions disposent de caractéristiques qui leur sont propres et les Britanniques excellent par exemple dans la défense. Ils disposent d'une base mobile qu'il est possible de déployer et redéployer à volonté. À côté de cela, ils peuvent compter sur de nombreuses structures défensives mises en place par l'infanterie : cela va de la simple tranchée à l'obusier QF25 pounder ! L'infanterie est épaulée par différents types d'officiers (capitaine ou lieutenant) qui donnent un bonus aux unités qui les entourent.

00F0000000603258-photo-company-of-heroes-opposing-fronts.jpg
Enfin, de manière à ce que les forces britanniques puissent tenir le choc, quelques engins lourds sont de la partie et nous pensons plus particulièrement au tank Churchill. Largement personnalisable, au moyen d'upgrades, il ne sera pas de trop pour contrer une armée allemande résolument tournée vers l'offensive. Relic Entertainment a décidé de mettre l'accent sur les troupes blindées de la Wehrmacht et, du coup, tout se joue pour eux sur le terrain de la mobilité. Des half-tracks efficaces dans la prise de positions ennemies, des tanks aussi rapides que résistants et le fameux Panther en guise de cerise sur le gâteau, voilà une puissance que les amateurs de Blitzkrieg apprécieront tout particulièrement.

Comme de bien entendu, ces deux armées se découvrent tout d'abord en mode solo au travers des deux campagnes conçues par les développeurs. Alors que les Britanniques iront une fois encore revoir notre Normandie, les Allemands feront joujou avec les parachutistes alliées du côté de Nimègue pour une Opération Market Garden mouvementée. Dans un cas comme dans l'autre, il n'y a guère de nouveauté à signaler. Relic a reconduit les mêmes mécanismes et l'essentiel des missions repose donc toujours sur la conquête de points de contrôle qui permettent 1/ d'avancer sur la carte jusqu'à l'objectif final et 2/ de récupérer de précieuses ressources indispensables notamment pour améliorer ses unités tout au long de la mission.

00F0000000603260-photo-company-of-heroes-opposing-fronts.jpg
00F0000000603262-photo-company-of-heroes-opposing-fronts.jpg
00F0000000603264-photo-company-of-heroes-opposing-fronts.jpg

Ça expose, ça reconstruit, ça récupère des médailles : de la stratégie temps réel quoi !

Attention, dans Company Of Heroes : Opposing Fronts, il faut prendre soin de ses petits copains. Bien sûr, il est toujours possible de rappeler des renforts si les hommes viennent vraiment à manquer, mais cela ne se fait jamais assez vite et surtout, le joueur se retrouve alors avec des petits bleus par vraiment efficaces. Company Of Heroes et l'extension qui nous préoccupe aujourd'hui tiennent effectivement compte des performances de chaque unité pour leur donner de l'expérience et ainsi les faire progresser. Après quelques escarmouches, elles deviennent plus puissantes, plus résistantes et peuvent bénéficier de bonus bien sympathiques... Autant de raisons de bichonner ses troufions plutôt que de les envoyer au casse-pipe !

00F0000000603266-photo-company-of-heroes-opposing-fronts.jpg
Inutile d'entrer dans les détails de ces campagnes qui prolongent à merveille les sensations du premier volet. Le rythme de l'action est au rendez-vous et la mise en scène est proche de la perfection. Bien sûr, pas question de proposer des affrontements un tant soit peu réalistes, mais l'ensemble est toujours aussi passionnant... Peut-être même un peu plus, du fait notamment d'une durée de vie légèrement supérieure à celle des campagnes du jeu de base. Ensuite, c'est du côté du multijoueur que nous prolongerons le plaisir et là encore, pas grand-chose à redire. Les nouvelles cartes semblent bien étudiées et nous n'aurons qu'un petit doute sur l'équilibrage des factions, mais Relic va certainement suivre tout ça avec le sérieux qui le caractérise.

Techniquement parlant, Company Of Heroes n'a guère vieilli. Ce n'est plus la claque de septembre 2006, notamment parce que l'effet de surprise est passé, mais difficile de trouver des jeux vraiment plus aboutis. L'intégration par Relic d'éléments DirectX 10 tient plus de l'argument marketing, mais les batailles font sensation et les effets en tout genre (fumée, lumière) soutiennent bien l'action. La bande-son n'est à ce titre pas en reste, même si nous nous garderons de conclure sur ce point, version de test en anglais oblige. Enfin, question recommandations techniques, pas d'illusion : Company Of Heroes reste un jeu relativement exigeant. Il semble préférable de tabler sur un PIV 3 GHz ou équivalent, 1 Go de mémoire vive et une carte graphique de classe GF6800 / X800 ou mieux.



Conclusion



Un an après Company Of Heroes, Relic revient à la charge, sans véritables innovations, mais sans faux pas non plus. Extension oblige, Opposing Fronts reprend les mécanismes qui ont fait le succès du jeu de base il y a un an de cela en apportant juste ce qu'il faut de nouveauté pour relancer la machine. Inutile de dire que les réfractaires en seront pour leurs frais, mais quel bonheur pour tous les amateurs... Enfin, compte tenu de la méthode de distribution du jeu (disque standalone disponible à moins de 35 euros), les nouveaux venus tiennent là une excellente occasion de jouer du Panzershreks ou de faire mumuse avec les monstrueux Jagdpanther. Une extension carrée, parfaitement ficelée et qui revient sur le principal défaut de Company Of Heroes tout en conservant intactes ses qualités : que demander de plus ?

Company Of Heroes : Opposing Fronts

Les plus
+ Des missions toujours aussi prenantes
+ Une ambiance remarquable
+ Gestion intéressante de la physique
+ Renouveau du contenu
Les moins
- Pour chipoter, l'équilibrage imparfait du multi ?
Réalisation
Prise en main
Durée de vie
4


Ce jeu vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Comparer les prix de Company Of Heroes : Opposing Fronts

Modifié le 20/09/2018 à 15h52
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités Carte graphique

NVIDIA : la gamme Turing se vend bien, mieux que la gamme Pascal
Ray tracing : Crytek présente une démo fonctionnelle sur une RX Vega 56
Gigabyte lance enfin sa carte graphique équipée d'un RX 590
Le fondeur américain GlobalFoundries, second mondial derrière TSMC, chercherait un acheteur
GeForce RTX : Battlefield V doit recevoir, sous peu, son patch pour activer le DLSS
Gigabyte s’apprêterait à licencier 5 à 10% de ses effectifs en 2019
Un premier unboxing et démontage de la Radeon VII
La RAM en GDDR6 couterait 70% plus cher que la GDDR5
🔥 Bon Plan : Carte graphique KFA2 GTX 1060 6 Go à 224€
🔥 Bon Plan : GeForce RTX 2070 Palit 8 Go + Battlefield V à 479 euros
Le moteur PhysX de Nvidia passe en open source
Aqua Computer présente ses blocs watercooling pour les RTX
Silverstone : un PCIe souple pour faire de la gym avec votre carte graphique
Le prix de la RAM pourrait baisser de 25 % en 2019 !
scroll top