Ghost Recon Advanced Warfighter 2 : l'Appel de Juarez ?

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
24 juillet 2007 à 12h45
0
00F0000000554607-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
Qu'on se le dise, le Mexique est une fois encore à feu et à sang, mais cette fois les États-Unis d'Amérique sont directement visés par les rebelles. La menace est d'ailleurs prise très au sérieux par l'Oncle Sam, qui dépêche une fois de plus le brave Scott Mitchell et sa troupe de Ghosts, des soldats d'élite rompus à toutes les techniques de combat... Six mois après sa sortie sur Xbox 360, Ghost Recon Advanced Warfighter 2 (GRAW2 pour les intimes) daigne enfin débarquer sur nos PC et, à défaut d'être véritablement tactique, le résultat n'en reste pas moins explosif. Ça va chauffer sous le soleil de Juarez !

Scott Mitchell : le GRAW des troupes ?

Si le scénario de GRAW premier du nom ne vous avait pas passionné, n'ayez crainte... ce n'est guère mieux dans la suite ! Pour faire simple, disons que les choses ne sont pas au mieux de l'autre côté du Rio Grande et que des rebelles donnent une nouvelle fois du fil à retordre au pouvoir en place à Mexico. Puisque John McClane est « trop vieux pour ces conneries-là » et que Rambo est occupé à faire dans l'humanitaire au Myanmar, c'est ce sympathique Scott Mitchell que l'on envoie faire le ménage en plein désert. Courageux mais pas téméraire, le bougre ne fait évidemment pas sa valise sans emmener une petite escouade de gentils Ghosts avec lui et... c'est reparti pour un tour comme dirait un certain Armstrong !

00F0000000554608-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
00F0000000554609-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
00F0000000554610-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg

Si Mitchell mène la danse, il faut parfois savoir s'appuyer sur ses compagnons de route

Contrairement à la version Xbox 360, il faut tout d'abord savoir que sur PC, GRAW2 se joue à la première personne : plus question donc d'admirer notre beau héros sous toutes les coutures. Autre différence de taille qui se ressent au niveau du gameplay : le jeu se veut plus tactique. Les développeurs de chez Grin, rappelés au service actif par Ubisoft, nous avaient déjà fait le coup avec GRAW premier du nom et s'il est un peu exagéré de parler de « tactique », le tout paraît quand même moins orienté « foire d'empoigne ». Il est effectivement possible de donner des ordres à notre « Agence tout risque » dans son ensemble ou de gérer chacun des Ghosts séparément. Pour ce faire, le joueur peut compter sur un menu déroulant à manipuler directement durant la bataille.

00F0000000554611-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
Il peut également faire confiance à la carte stratégique qui ressemble à celle de GRAW, mais permet maintenant d'enchaîner les ordres avant exécution. Cela dit, le rythme des missions est tel que cette carte ne sert pas bien souvent. Le joueur préférera se baser sur les menus déroulants et le nouveau Cross-Com 2.0 qui permet de voir directement au travers de chacun des Ghosts et autres alliés de fortune. En effet, et selon la mission, notre brave Mitchell n'est pas seul au combat. Il est bien sûr accompagné par quelques Ghosts sélectionnés en début de partie, mais il peut également recevoir le renfort ponctuel des troupes fidèles au Président mexicain, de quelques marines ou même d'un appui aérien voire de l'artillerie.

Une menace pas si fantôme que ça...

Ces alliés ne sont hélas pas toujours très utiles tant l'intelligence artificielle est médiocre. Déjà critiquée dans GRAW premier du nom, cette IA ne semble pas avoir fait beaucoup de progrès. Nos compagnons de route se bloquent très souvent en chemin, ils coincent contre le moindre obstacle et peinent à retrouver leur route lorsqu'ils sont loin de nous. Histoire de faire bonne mesure, Grin a « heureusement » rendu les ennemis au moins aussi stupides et il leur est très difficile de maîtriser la plus élémentaire technique de contournement. Ainsi, en utilisant nos hommes comme des appâts, on peut très facilement prendre tout le monde à revers et faire un véritable carton digne des petits canards de la Foire du Trône.

00F0000000554612-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
00F0000000554613-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
00F0000000554614-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg

Effets pyrotechniques, missions de nuit : la réalisation graphique de GRAW2 est une réussite

Cette IA largement déficiente est vraiment le point faible du titre et ce n'est pas la présence de cinq niveaux de difficulté qui risque de vraiment compenser les choses. Au niveau le plus délicat, les ennemis tirent vraiment bien et ne laissent pas échapper grand-chose... lorsque l'adversaire est en face d'eux. Même à ce niveau, les techniques de base leur échappent complètement. Cela casse franchement l'aspect tactique du jeu qui peut heureusement compter sur d'autres qualités pour convaincre un public plus orienté action. Tout d'abord, il nous faut parler des missions en elles-mêmes, car on est à présent loin du premier opus que se contentait des seules cartes urbaines. Nous aurons encore à nettoyer les rues de villes comme Juarez, mais pas seulement.

00F0000000554615-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
Certains objectifs s'accomplissent effectivement dans des zones plus rurales et de manière générale, les cartes sont autrement plus vastes. Cela rend les missions plus stressantes et malgré tout un peu plus tactiques : cela commence évidemment par la sélection de nos hommes et de leur équipement, mais également, c'est une nouveauté, par le choix du point d'insertion. Ensuite, il est possible de poursuivre la mission même si nos hommes tombent au combat : bien sûr, les choses deviennent alors beaucoup plus délicates et on se surprend donc à faire très attention à nos alliés tout au long des dix missions. Nous touchons là à l'autre gros problème du jeu : sa brièveté en simple joueur. On peut refaire les missions en augmentant la difficulté et en tentant le sans-faute, mais quand bien même : dix missions, c'est peu.

Pour ne rien arranger, précisons que les ennemis sont postés aux mêmes emplacements et les événements en cours de mission (arrivée d'un tank, déferlement d'ennemis) surviennent au même moment. Du coup, l'amateur insatisfait se rabattra sur le multi. Complet, celui-ci offre quatre modes du coopératif au hamburger hill en passant par le team deathmatch et le nouveau, la reconnaissance contre assaut. Un maximum de 32 joueurs est autorisé sur neuf cartes spéciales et le tout s'avère plutôt dynamique, bien appuyé du reste par une réalisation de qualité. Rien à redire sur le graphisme ou la bande-son qui mettent parfaitement dans l'ambiance. Quelques bugs sont encore à signaler, mais l'ensemble paraît mieux fini que GRAW1. Enfin, mention spéciale pour les effets de lumière et les missions de nuit, malgré une configuration exigée relativement musclée (processeur 3 GHz, 1 Go de mémoire, carte graphique 256 Mo).





Conclusion

Sensiblement différente de la version Xbox 360 sortie il y a déjà quelques mois, cette adaptation PC de Ghost Recon Advanced Warfighter 2 n'a cependant pas à rougir de la comparaison. La représentation à la troisième personne est remplacée par une vue subjective et les options tactiques ont été enrichies avec notamment la présence d'une carte stratégique un peu plus complète. Pour autant, le jeu conserve une réalisation de qualité qui sait plonger le joueur dans l'ambiance de la guérilla urbaine. Les théâtres d'opération sont plus variés que dans le premier opus et l'action ne laisse pas une seconde de répit. Aux côtés d'une IA défaillante et d'un mode solo un peu court, ce rythme de l'action peut d'ailleurs être perçu comme un défaut car il torpille régulièrement l'aspect tactique des choses et rend l'utilisation de la carte stratégique pour le moins délicate. En définitive, et si GRAW2 est un bon jeu durant lequel on ne s'ennuie pas, on critiquera le fait de pouvoir s'en tirer honorablement en fonçant dans le tas... dommage pour un FPS tactique.

Ghost Recon Advanced Warfighter 2

Les plus
+ Ambiance générale bien rendue
+ Des missions plus variées, plus ouvertes
+ Mode coopératif réussi
+ Réalisation efficace
Les moins
- IA encore très en retrait
- Seulement dix missions en solo
- Aspect stratégique « facultatif »
Réalisation
Prise en main
Durée de vie
3


Ce jeu vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Comparer les prix de Ghost Recon Advanced Warfighter 2


00F0000000554671-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
00F0000000554676-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
00F0000000554673-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
00F0000000554686-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
00F0000000554687-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
00F0000000554695-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
00F0000000554696-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
00F0000000554698-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
00F0000000554702-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
00F0000000554705-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
00F0000000554713-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
00F0000000554714-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
00F0000000554717-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
00F0000000554711-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
00F0000000554692-photo-ghost-recon-advanced-warfighter-2.jpg
Modifié le 20/09/2018 à 15h52
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
Et de trois ! Un nouveau prototype de Starship détruit lors d'un test de réservoir
Audi : pas de version 100 % électrique pour la berline premium A8
L'iPhone 9 s'appellerait finalement iPhone SE, et serait disponible ... demain
scroll top