Bounty Bay : le MMO met le cap sur la flibuste

Nerces
Expert Gaming
05 avril 2007 à 11h00
0
00F0000000480702-photo-bounty-bay-online-the-nautic-century.jpg
En matière de jeux de rôle et plus particulièrement de jeux de rôle massivement multijoueur, le thème roi est incontestablement celui de l'heroic fantasy. Les titres les plus joués sont inspirés de ces mondes peuplés d'Elfes, de Nains ou d'Orcs et il n'y a que peu d'alternatives. Aussi, c'est avec une certaine curiosité que nous avons accepté l'invitation de Frogster à une présentation de Bounty Bay Online - The Nautic Century. Il s'agit, comme son nom ne l'indique pas, de l'adaptation européenne d'un jeu d'origine chinoise et il y sera question de piraterie en plein coeur des XVe - XVIe siècles. Commerce au long cours, abordage de navires, batailles en mer ou sur la terre ferme. Autant de perspectives que les petits gars de chez Frogster ont tenu à nous présenter... en espérant que le jeu final tienne ses nombreuses promesses.

Flibustier, flibuste ti restera !

Au premier regard posé sur Bounty Bay Online, inutile de se le cacher, le titre déçoit un peu. L'aspect graphique est parfois assez sommaire, mais lorsque l'on prend connaissance de la surface de jeu et des exigences matérielles, on comprend mieux les limitations graphiques : difficile de faire un jeu aussi vaste et capable de tourner sur autant de machines sans faire quelques concessions. C'est d'ailleurs en grande partie pour cela que la phase de création du personnage paraît si rapide. Passage obligé dans un jeu de rôle, cette phase ne nous propose guère d'autre choix que celui d'incarner un homme ou une femme. Les classes de personnage ne se définissent qu'au fil de la partie et les options de personnalisation sont succinctes afin, officiellement, de permettre au jeu de tourner sur des machines à base de processeur 1,2 GHz épaulé par 128 / 256 Mo de mémoire vive.

00F0000000480701-photo-bounty-bay-online-the-nautic-century.jpg
00F0000000480690-photo-bounty-bay-online-the-nautic-century.jpg
00F0000000480705-photo-bounty-bay-online-the-nautic-century.jpg

En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, le jeu peut démarrer et le joueur se retrouve à la tête d'une petite embarcation en pleine Méditerranée. Dès lors, de nombreuses possibilités s'offrent à lui avec, en tête de liste, l'exploration. Une très grande surface de la planète a effectivement été reproduite par les développeurs qui nous permettent bien sûr de traverser l'océan Atlantique pour rejoindre le Nouveau Monde, mais également de naviguer vers la Mer Baltique, de descendre le long des côtes africaines et même de découvrir l'océan Indien et les merveilles que recèle l'Asie. De nombreuses villes sont accessibles et à côté des « classiques » cités européennes (Paris, Bordeaux, Hambourg...), on retrouve des lieux plus exotiques (Pékin, Le Cap...) caractérisés par quelques monuments comme la Muraille de Chine ou les Jardins Suspendus.

00F0000000480698-photo-bounty-bay-online-the-nautic-century.jpg
Cette partie exploration n'est évidemment pas la seule accessible à des joueurs qui pourront s'improviser marchands, artisans ou même gouverneurs. Enfin, il sera bien sûr tout à fait possible de hisser la bannière à la tête de mort et de s'attaquer aux navires faiblement armés, mais a contrario d'autres joueurs pourront choisir de défendre les couleurs de leurs nations en traquant les pirates où qu'ils se trouvent. Le monde est vaste, les possibilités variées, mais l'important dans un MMORPG reste le gameplay en lui-même. La vue très large de découverte et de ballade à travers le monde sert de « carte stratégique » et c'est à partir de là que l'on choisit d'accoster ou d'attaquer par exemple. Quelle que soit la décision du joueur, le jeu change alors de vue pour nous rapprocher de la situation.

S'il est question d'une bataille navale, on passe effectivement à une vue « au raz des navires » dans laquelle, le joueur doit diriger son bateau à l'aide de la souris et en cliquant sur la zone destination. C'est aussi cette souris qui permet de lancer une bordée et nous nous rapprochons ici des canons (sans mauvais jeu de mots) du MMO façon asiatique : on clique à un endroit et le personnage / bateau s'y rend. Nous parlions de bataille navale et il est donc important de préciser que les déplacements à la souris ne font pas tout, il faut également compter avec les compétences de notre personnage ainsi que le type de bateau utilisé : plus le capitaine est doué, plus efficaces seront ses décisions. De la même manière, un navire très moderne et fait pour la guerre sera autrement plus maniable, disposera de plus de canons et aura une portée bien supérieure.

00F0000000480704-photo-bounty-bay-online-the-nautic-century.jpg
00F0000000480703-photo-bounty-bay-online-the-nautic-century.jpg
00F0000000480700-photo-bounty-bay-online-the-nautic-century.jpg

Le combat naval peut se terminer de plusieurs manières allant de la destruction pure et simple d'un des participants au fameux abordage sabre en main et bave aux lèvres. On change alors de vue pour obtenir un écran plus classique qui se trouve d'ailleurs être celui que l'on retrouve lorsqu'on décide d'accoster ou de se battre sur la terre ferme. On se bat à main nue ou à l'aide d'un sabre, seul ou épaulé par son équipage, ce dernier étant capable d'obéir à quelques ordres très basiques (attaque, défense, séparation, regroupement...). Relativement difficile à maîtriser et terriblement incertain, le combat n'est pas la carrière la plus populaire des joueurs de Bounty Bay si l'on en croit nos interlocuteurs de chez Frogster. Il semblerait effectivement qu'une majorité de joueurs se lance dans le commerce ou l'artisanat.

00F0000000480685-photo-bounty-bay-online-the-nautic-century.jpg
Terrestres, ces deux professions nous permettent d'introduire le système de caractéristiques propres à Bounty Bay puisque, comme nous l'avons dit, il n'est pas question de choisir une classe en début de partie. Ici, c'est au fur et à mesure de la partie et des décisions prises que le personnage évolue. Pas moins de dix-sept carrières (marchand, investisseur, fermier, forgeron, pirate...) sont ainsi accessibles et le tout se fait au travers d'un riche système de compétences qui déterminera les aptitudes du héros. Il est ainsi possible de progresser en fonderie, alchimie ou pêche, mais ça ne sera d'aucun secours à un commerçant par exemple. Il faut savoir que le niveau maximum que peut atteindre une compétence est 100, mais que seules sept d'entre elles peuvent aller si haut. Les autres doivent se limiter à 37 (à confirmer) et il est donc important de faire les bons choix pour « maximiser » son plan de carrière.

Comme tout MMO, le but de Bounty Bay est tout de même que les joueurs se regroupent en guildes afin notamment de mixer les personnages plutôt commerçants, plutôt artisans et plutôt guerriers. Si le combat est important dans le jeu, il est aussi très utile d'avoir des marchands pour engranger de l'argent et ces marchands sont justement une cible facile s'ils ne disposent pas d'une escorte digne de ce nom. Le PvP est donc primordial dans Bounty Bay et si un système est en place pour que les « gros » ne s'en prennent pas systématiquement aux « petits », on notera surtout l'existence de véritables instances pour organiser de grandes batailles navales interguildes... La mer n'étant encore une fois pas le seul refuge du pirate, les guildes les mieux organisées pourront également prendre le contrôle de véritables cités.

00F0000000480684-photo-bounty-bay-online-the-nautic-century.jpg
00F0000000480693-photo-bounty-bay-online-the-nautic-century.jpg
00F0000000480687-photo-bounty-bay-online-the-nautic-century.jpg

Les possibilités offertes par Bounty Bay semblent vraiment très importantes et surtout plus originales que ce qu'on a l'habitude de voir sur les MMO traditionnels. La présentation qui nous en a été faite ne pouvait hélas mettre l'accent sur ce qu'il y avait de plus intéressant (le PvP et le système de guilde), faute de joueurs suffisamment nombreux, il faut dire que le jeu débute à peine en Europe (en Allemagne d'abord) et qu'il ne sortira pas avant le mois de juin en France, le temps pour Frogster de préparer la localisation complète. Sur le papier, Bounty Bay a donc beaucoup d'atouts dans sa manche, et même s'il ne nous a pas été possible de voir ça très précisément, plusieurs défauts risquent de lui compliquer la tâche... À commencer par l'élément financier qui est pour beaucoup de joueurs plus qu'un frein.

Il faut savoir que Bounty Bay tourne depuis plus d'un an en Asie et qu'une version anglaise est déjà opérationnelle. Celle-ci est gratuite et on voit donc mal comment Frogster va réussir à justifier les 30 euros qu'il demande pour la boîte du jeu auxquels il faut ajouter 10 euros mensuels pour l'abonnement (dégressif sur 3, 6 et 12 mois). La localisation est certes un élément important, mais de là à dire qu'elle justifie une telle dépense... L'avenir nous le dira. C'est aussi l'avenir qui nous dira si la réalisation technique limitée ne sera pas un autre frein au succès du jeu. En Allemagne, il semble plutôt bien fonctionner et nous aurons de toute façon un bêta test (courant mai) pour revenir sur le cas Bounty Bay.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Réforme de l'audiovisuel : du cinéma chaque jour de la semaine sur les chaînes gratuites ?
Rachat de Maxwell : Elon Musk s'exprime enfin sur l'impact sur les batteries Tesla
Lucid Air : la berline électrique concurrente de la Model S ouvre ses précommandes en France
La Toyota Mirai propulsée à l'hydrogène, prévue en 2020, promet 650 km d'autonomie
Kaamelott : un premier teaser et une date de sortie avancée pour le film
Netflix se bat contre Disney+ à coup de Google Trends : The Witcher y exploserait The Mandalorian
Quand Microsoft configure Bing par défaut sur Chrome en installant Office 365
Fnac Darty : le groupe a perdu 70 millions d'euros au T4 2019, conséquence des mouvements sociaux
Selon Bloomberg, il y aura bien un iPhone plus petit et moins cher annoncé en mars
Cyberpunk 2077 aurait été reporté à cause... du manque de puissance des consoles

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top