Pro Evolution Soccer 5 : Konami remporte le titre

10 novembre 2005 à 13h40
0
00F0000000202907-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
Depuis deux ans et l'adaptation PC de son Pro Evolution Soccer 3, Konami a mis à mal la suprématie d'Electronic Arts qui a d'ailleurs été contraint de réagir et de revoir sa vision des choses. Hélas pour l'éditeur américain, FIFA 06 n'est pas parvenu à convaincre grand monde. Malgré l'évolution du gameplay, quelques choix ludiques surprenants et une réalisation technique tout simplement inacceptable ont plombé le titre. De fait, la route semblait bien dégagée pour le Pro Evolution Soccer 5 de Konami et même s'il avait un bon mois de retard sur son concurrent, le Japonais ne pouvait pas rater son coup (franc ?).

Quelques grammes de football dans un monde de brutes



De prime abord pourtant, les modifications ne sont pas vraiment probantes. C'est ainsi que Konami reste fidèle à sa ligne de conduite et ne propose qu'une adaptation très sommaire à l'interface PC. Les menus ne sont pas très jolis, la souris pourrait être mieux utilisée et les contrôles reposent sur la manette de la Playstation 2. Puisque nous en sommes à parler des petites choses qui fâchent, il nous faut également reconnaître le peu d'efforts réalisés sur les licences. Henry et Drogba trônent bien sur la pochette du jeu, mais cela ne change pas grand-chose et en dehors des championnats espagnols, italiens et néerlandais, le bilan n'est pas flatteur. Ainsi, seulement six clubs extérieurs à ces trois ligues (Arsenal, Chelsea, Dynamo Kiev, Galatasaray, GLASGOW Rangers et FC Porto) ont été soigneusement reproduits et d'importants oublis question transferts sont à signaler. Le constat n'est pas meilleur au niveau des stades, souvent anonymes, et les équipes nationales n'ont pas grand-chose à voir avec la réalité : maillots et effectifs sont ainsi largement fantaisistes.

00F0000000202908-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00F0000000202909-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00F0000000202910-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg

Passons d'entrée sur les quelques éléments qui fâchent comme l'interface largement perfectible ou les licences toujours pas satisfaisantes

Cette situation ne surprendra pas vraiment l'habitué de Pro Evolution Soccer qui doit faire avec ces manques depuis un bon moment. Il est cependant regrettable de voir que Konami ne semble pas parvenir (vouloir ?) faire évoluer les choses très rapidement. Heureusement, les possibilités d'édition de la base de données et le travail de la communauté, particulièrement active, permettent d'obtenir rapidement un ensemble plus convenable. Un petit tour du côté des menus d'édition devrait ainsi permettre de donner un peu plus de cachet à un jeu qui, par ailleurs, n'en manque vraiment pas. Pour de nombreux joueurs, PES est la référence et même si Konami s'est laissé tenter par quelques changements de gameplay, le Roi ne risque pas de perdre sa couronne cette année. Schématiquement, disons que ces changements ont une nouvelle fois pour but d'accentuer le réalisme des parties. Cela passe par différents axes comme les interventions défensives, la précision des centres ou encore la simplicité des passes.

Le Roi est mort, vive le Roi



00F0000000202911-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
Sur PES 4, le fonctionnement des passes était tel qu'avec un peu d'entraînement, les balles en profondeur devenaient des armes imparables. De la même manière, les attaquants parvenaient un peu trop facilement à se frayer un chemin au travers des défenses et les frappes en dehors des dix-huit mètres faisaient souvent mouche. Aujourd'hui, les choses semblent un peu plus délicates à réaliser, et ce, en particulier du fait d'une certaine inertie des joueurs. Bien sûr, la pratique permettra sans doute aux meilleurs de maîtriser cette difficulté, mais pour la majorité des joueurs cela devrait corser un peu les choses. Ainsi, les premières minutes d'un habitué de PES 4 sont assez amusantes : il passe son temps à râler après ses joueurs « incapables d'aligner deux passes » ou « pas fichus d'éviter la touche ». En fait, il faut simplement apprendre à maîtriser une gestion de la physique encore plus précise que précédemment. Quand on y parvient, la récompense est d'ailleurs au rendez-vous.

Les mouvements des joueurs sont plus réalistes, leurs attitudes également, et les défenseurs ont un rôle beaucoup moins ingrat que sur les opus précédents. La gestion des courses leur permet effectivement de se glisser plus simplement entre un attaquant et son ballon. De la même manière, il devient maintenant très difficile de réussir ces grandes ouvertures dans l'axe : les défenseurs auront presque systématiquement le dessus. Enfin, les dribbleurs fous devront sans doute réviser leur stratégie, car à moins de choisir quelques-uns des plus grands joueurs du moment, cela ne passe plus. Le marquage est beaucoup plus serré dès que l'on s'approche de la surface de réparation et la moindre charge de l'épaule permet de contrer un dribble. Attention toutefois à ne pas aller trop loin dans ces charges, car les arbitres ont le sifflet facile. C'est d'ailleurs l'un des défauts de cette nouvelle version : les développeurs ont vraiment durci l'arbitrage. Les cartons ne sont pas plus nombreux, mais les fautes s'accumulent à vitesse grand V.

00F0000000202912-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00F0000000202913-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00F0000000202914-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg

Si des progrès peuvent encore être faits, la réalisation graphique est convaincante, surtout que vous ne voyez pas ce petit monde en mouvement


« Le sifflet était chargé, le coup est parti tout seul !»



Ce relatif défaut d'arbitrage n'est pas rédhibitoire, mais il casse tout de même assez souvent le rythme des parties et donne un petit côté « ballerine » à tous ces gaillards de 80-90 kilos ! En fait, il suffit d'une charge un tout petit peu appuyée pour que l'arbitre joue du sifflet. À quelque chose malheur est cependant bon comme dit le proverbe, et cette « sifflite aiguë » permet d'obtenir des durées de temps additionnel beaucoup réalistes. Il ne faut en outre pas exagérer son influence et les arbitres ont tout de même appris la règle de l'avantage. Ils laissent régulièrement le jeu se poursuivre, mais n'en oublient pour autant pas de revenir sur la faute pour distribuer un carton si besoin est. Enfin, ce durcissement de l'arbitrage oblige les joueurs à mieux poser leurs actions défensives. Nous l'avons dit, Konami nous a donné les moyens de défendre proprement en « chipant » le ballon aux attaquants adverses, le développeur nous permet aussi d'intervenir facilement jusqu'au dernier instant en mettant une jambe en opposition ou en glissant du bout du pied le ballon en corner.

00F0000000202915-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
Il nous faut également noter que même si votre défense est dépassée, le gardien offrira un ultime rempart beaucoup plus convaincant que sur PES 4. Cela se sent tout d'abord dans les sorties, plus nombreuses, plus rapides et plus lointaines que précédemment. Cela se confirme au niveau des un contre un. En tête à tête avec un attaquant, même de grande classe, le gardien ne perd pas son sang-froid et ne se laissera plus piéger à la moindre balle piquée. Il faut en revanche signaler que sur les balles à mi-distance (disons 18-20 mètres), ils sont beaucoup moins efficaces : une bonne frappe au ras du sol et la cause est entendue. Globalement, le jeu gagne ainsi en précision et, c'est indéniable, en réalisme, mais toute médaille ayant son revers, il devient également moins accessible. PES 5 se pose de plus en plus comme une simulation et ce faisant, il nécessite un temps d'adaptation, une indispensable phase d'apprentissage avant d'être maîtrisé. Si les habitués applaudissent déjà Konami, les débutants devront faire un peu plus d'efforts pour maîtriser leurs actions.

Cette phase d'apprentissage est heureusement gratifiante, grâce notamment à une difficulté progressive et des entraînements bien conçus. Le joueur apprend d'abord à contrôler les joueurs, les passes et les frappes. Ensuite, il augmente le nombre d'étoiles pour affronter un ordinateur toujours plus doué. Les défis auxquels il est alors confronté sont assez classiques (matchs amicaux, coupes, ligue masters) et c'est plutôt au niveau du multijoueurs qu'il faut chercher la nouveauté. Konami s'est enfin décidé à ajouter un mode réseau digne de ce nom et le système de profil donne une certaine profondeur au jeu sur Internet en gardant une trace de son activité (victoires, défaites, moyenne de buts...). Même si Konami peut encore largement améliorer les choses, il est sur la bonne voie, comme il l'est d'ailleurs au niveau de la réalisation. Alors que FIFA n'est plus que l'ombre de lui-même, on note quelques améliorations, certes mineures, au niveau des animations ou des visages des joueurs. Sachant que PES 5 tourne au moins aussi bien que PES 4, on ne va pas se plaindre.

00F0000000202916-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00F0000000202917-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00F0000000202918-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg

Et pour finir ce test, une petite séance de « y'est, y'est pas ? », vous allez voir, c'est facile !


Conclusion



Que dire pour conclure ce test en dehors du fait que Konami semble suivre une voie diamétralement opposée à celle empruntée par Electronic Arts ? Alors que l'éditeur américain a complètement perdu de vue les forces de son titre en proposant par exemple une réalisation graphique en net recul par rapport aux éditions précédentes, Konami peaufine, Konami fignole sa simulation. Bien sûr, il reste encore du chemin à parcourir et même s'il a déjà réalisé de jolis progrès, le Japonais peut encore améliorer l'interface de son titre, nous offrir une licence autrement plus complète que ce qu'il propose actuellement ou bien se fendre d'un moteur graphique plus en accord avec la précision de son gameplay.

De ce côté-là, il faut bien avouer que Konami ne craint pas grand monde et surtout pas son unique concurrent actuel, Electronic Arts. Si l'Américain a tenté de rapprocher son FIFA du titre de Konami, nous mesurons aujourd'hui pleinement l'écart qui sépare encore les deux jeux. PES 5 est indiscutablement plus précis, plus complet et plus souple. La variété des actions possibles est sans équivalent et, malgré tout, l'ensemble reste assez simple à mettre en oeuvre. Assez simple seulement, car il est inutile de se voiler la face et un jeu de la trempe de PES 5 ne se maîtrise pas en cinq minutes. Les débutants seront sans doute un peu perdus, mais après quelques heures de pratique, on commence à prendre ses marques.

Après deux versions bien décevantes à ce niveau, le mode multijoueurs de PES 5 est en quelque sorte la cerise sur le gâteau. Une cerise qui ne permet pas encore toutes les folies, mais qui constitue sans aucun doute le plus gros argument pour vous faire craquer. Les autres changements bouleversent évidemment les stratégies mises en place par tous les fanatiques du jeu, mais ne sauraient justifier à elles seules une nouvelle dépense... Encore que, Konami a, là encore, fait un bel effort puisque PES 5 se négocie à moins de 45 euros en cherchant un tout petit peu.

Pro Evolution Soccer 5

Les plus
+ Souplesse et précision du jeu
+ Mode multijoueurs enfin au niveau
+ Quelques progrès techniques
+ Apprentissage tout en douceur
Les moins
- Toujours ce problème de licences
- Des arbitres pour le moins sensibles
Réalisation
Prise en main
Durée de vie
3


Ce jeu vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Comparer les prix de Pro Evolution Soccer 5

00D2000000202920-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00D2000000202924-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00D2000000202928-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00D2000000202932-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00D2000000202936-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00D2000000202940-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00D2000000202944-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00D2000000202948-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00D2000000202952-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00D2000000202956-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00D2000000202960-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00D2000000202964-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00D2000000202968-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00D2000000202972-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00D2000000202976-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00D2000000202980-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
00D2000000202984-photo-pro-evolution-soccer-5.jpg
Modifié le 20/09/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
La Chine ouvre la plus grande station-service d'hydrogène au monde
Salto, la réponse des chaînes TV françaises à Molotov et Netflix sera lancée début 2020
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
Un faux câble de charge iPhone permet de pirater le PC ou le Mac qui s'y connecte
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top