SD11G5 : Shuttle se met aussi au Pentium M

Nerces Nerces sur Twitter Nerces sur Linkedin
Spécialiste Hardware et Gaming
11 octobre 2005 à 12h00
0
00FA000000147756-photo-shuttle-sd11g5.jpg
Il y a quelques semaines, nous testions le premier Mini-PC à base de Pentium M : le MZ855-II d'Aopen. Nous étions alors enchantés par cette machine qui permettait enfin de concilier puissance et discrétion. Shuttle nous semblait pour le coup un petit peu en retard sur une concurrence toujours plus dynamique, mais le pionnier du Mini-PC était en fait en train de préparer sa contre-attaque. Un petit mois plus tard, le voilà qui revient donc sur le devant de la scène avec le XPC SD11G5... Derrière ce nom certes barbare se cache la réponse du berger à la bergère ou l'arme avec laquelle Shuttle compte bien reprendre la main et nous prouver qu'il reste le numéro un du secteur.

Pentium M : le processeur idéal pour Mini-PC ?

Lorsqu'Intel a mis au point le Pentium M, le concept même de Mini-PC restait encore à inventer. Bien sûr, quelques modèles existaient déjà et différents constructeurs commençaient à se pencher sur la question, mais le fondeur de Santa Clara se préoccupait surtout du marché le plus en vue du moment, celui des Ordinateurs Portables, en essayant de rendre ces machines plus autonomes, plus puissantes et moins gourmandes. Intel a remporté le succès que l'on connaît avec sa fameuse plate-forme Centrino et le logo est sur tous les rayonnages. Ce qu'Intel n'imaginait sans doute pas c'est que d'autres utilisateurs allaient s'approprier sa plate-forme pour l'adapter au monde encore en pleine évolution des Mini-PC. Aopen donc et maintenant Shuttle, en attendant que Biostar ou Soltek ne tentent l'aventure, se sont déjà lancés.

00D2000000147782-photo.jpg
Il faut dire que le Pentium M répond merveilleusement bien au cahier des charges que peut se fixer un fabricant de Mini-PC. Dans une telle machine, l'espace, certes plus généreux que sur un portable, est tout de même compté. L'échauffement très important des Pentium 4 voire, dans une moindre mesure, des Athlon 64 contraint les fabricants comme Aopen ou Shuttle à mettre au point des solutions de refroidissement toujours plus évoluées à mesure que les gigahertz augmentent. Pour ne rien arranger, les dernières Cartes Graphiques sont de véritables chaudières et même des éléments comme les Disques durs ou les barrettes mémoire apportent leur petite contribution. Du coup, différentes solutions ont été imaginées pour rafraîchir les Mini-PC et le Pentium M, malgré son prix de revient, a été perçu comme un sauveur pour beaucoup de constructeurs : il s'agit rappelons-le d'un processeur qui consomme grosso modo deux fois moins de courant qu'un Pentium 4 !

Shuttle SD11G5
ProcesseurPentium M - S479
ChipsetNorthBridgeIntel 915GM
SouthBridgeIntel ICH6-M
Mémoire2x DDR2 400/533
AlimentationExterne 220 W
FonctionnalitésGraphiqueIntel GMA 900 (64 Mo ou 128 Mo partagée)
Audio (7.1)Creative SB Live! 24-bit
Réseau (10/100/1000)Broadcom 5789
FireWireVIA VT6307
Panneau avantLigne / SPDIF0 / 0
Micro / Casque1 / 1
USB2 / FireWire2 / 1 (4 broches)
Panneau arrièrePS2 / Ethernet2 / 1
VGA / SPDIF2 (VGA & DVI) / 2 (optique)
USB2 / FireWire2 / 1 (6 broches)
Audio analogique5
Parallèle / Série0 / 0
Slots d'extension1x PCI-E 16x, 1x PCI-E 1x
Emplacements1x 5"1/4 Slim, 2x 3"1/2
Lecteur de cartes mémoireaucun
Dimensions310 x 185 x 200 mm
Poids2,45 Kg
Au premier coup d'oeil posé sur le SD11G5, on se rend compte que Shuttle et Aopen n'ont pas tout à fait emprunté la même voie dans leur intégration du Pentium M. Alors qu'Aopen a choisi de réduire considérablement la taille de la machine pour en faire un Mini-PC très plat, Shuttle a décidé de se baser sur un modèle plus classique et le SD11G5 fait énormément penser au plus ancien SB83G5. « Fait penser » est d'ailleurs un bel euphémisme puisqu'il en reprend le châssis, la silhouette et même la robe faite de gris / argent. Ne vous fiez effectivement pas aux couleurs de la bête sur les différentes photos de l'article : si les modèles presse du SD11G5 sont blancs, les produits que vous retrouverez chez les revendeurs devraient tous être gris / argent. On préfère ou, comme moi, on regrette, mais Shuttle en a décidé ainsi et il faudra s'y faire.

00D2000000147759-photo-shuttle-sd11g5.jpg
00D2000000147761-photo-shuttle-sd11g5.jpg
00D2000000147762-photo-shuttle-sd11g5.jpg

Esthétique épurée pour un Mini-PC qui masque de belle manière les périphériques que vous serez tenté de lui ajouter

Quelle que soit la couleur, il y a une chose qui ne change sûrement pas, c'est la sobriété affichée tant par le SB83G5 que par notre petit protégé du jour, le SD11G5. Shuttle a décidé d'intégrer au maximum sa machine de sorte que la face avant du Mini-PC ne semble proposer qu'une élégante barre grise regroupant l'interrupteur de mise sous tension, le bouton de reset et deux LED indiquant l'état de fonctionnement de la machine et du disque dur. Là encore, tout est affaire de goûts, mais pour ma part j'adhère totalement à cette esthétique épurée. J'estime que Shuttle a parfaitement réussi son coup et, en façade, les différents emplacements sont remarquablement masqués. Celui dévolu au lecteur optique ne laisse apparaître qu'un bouton d'éjection alors que l'emplacement 3"1/2 externe (pour lecteur de Cartes Mémoire par exemple) est caché par un petit clapet sur lequel on appuie pour l'ouvrir.

00FA000000147764-photo-shuttle-sd11g5.jpg
00FA000000147765-photo-shuttle-sd11g5.jpg

Le SD11G5 est un modèle d'élégance que Shuttle ne commercialisera pas en blanc, comme sur ces photos, mais en gris.

Ce système de « clapets / pression » a également permis à Shuttle de masquer les connecteurs de façade qui se retrouvent tout en bas de la machine. Rien de bien original à ce niveau (deux USB 2.0, un FireWire 4 broches, une entrée micro, une sortie casque) et on regrettera tout de suite que Shuttle n'ait pas jugé bon de nous proposer une entrée optique pourtant bien pratique pour certains enregistrements. Cela ne suffit toutefois pas à tempérer la très bonne impression laissée par le SD11G5. Une fois de plus, Shuttle semble avoir très bien fait les choses et la finition de son Mini-PC paraît déjà exemplaire. La visite continue avec les côtés de la machine sur lesquels il n'y a comme souvent pas grand-chose à dire. Shuttle y a imprimé son logo et a ménagé quelques rangées de trous destinées à aérer la machine. On reste cependant très loin de ce qu'Aopen avait pratiqué sur le MZ855-II où les parois latérales n'étaient plus que deux énormes grilles.

00D2000000147766-photo-shuttle-sd11g5.jpg
00D2000000147767-photo-shuttle-sd11g5.jpg
00D2000000147768-photo-shuttle-sd11g5.jpg

Au dessus des connecteurs classiques, Shuttle a intégré de nombreux ports audio, mais n'a hélas pas revu son système de fixation des cartes d'extension

Terminons notre première inspection en tournant complètement le SD11G5 pour en découvrir l'arrière. Shuttle est là encore resté très sage et en dehors de la partie audio, il n'y a pas grand-chose à dire. On retrouve les classiques connecteurs USB, PS/2, FireWire et Ethernet ainsi que, c'est plus rare, trois prises vidéo : un connecteur VGA DB15, un connecteur DVI et une sortie composite. On remarque également que Shuttle n'a pas intégré de port série ou de port parallèle, mais qu'il propose toujours sa petite touche d'ingéniosité avec la présence d'un petit interrupteur de Clear-CMOS. En fait, la véritable originalité de la face arrière se situe au niveau des connecteurs audio que Shuttle a déporté : en plus de deux prises optiques (entrée / sortie SPDIF), le SD11G5 gère cinq ports analogiques pour un son sur huit canaux ! Hélas, Shuttle n'a pas poussé l'innovation jusqu'à revoir son système de fixation des cartes d'extension : on reste loin de ce qu'Aopen propose.
00FA000000147769-photo-shuttle-sd11g5.jpg
Suivant un rituel maintenant bien rodé, nous passons maintenant à la deuxième partie de ce test : l'étude des entrailles de la bête et pour cela, il faut tout d'abord ouvrir le SD11G5. Rien à redire de ce côté là, les constructeurs maîtrisent les « ouvertures faciles » depuis déjà un bon moment et selon la méthode Shuttle, il faut retirer trois vis moletées puis faire coulisser le capot vers l'arrière de la machine. Nous découvrons alors une carte mère remarquablement intégrée, quelques câbles bien rangés, un heat-pipe de petite taille, un berceau que les habitués de la marque taiwanaise reconnaîtront entre milles... mais... pas la moindre alimentation ! En page précédente, nous avons effectivement omis de préciser un détail qui a son importance : Shuttle a opté, comme Aopen, pour une alimentation externe que l'on connecte au SD11G5 au moyen d'un câble plutôt épais.

Sa coque retirée, la machine attend maintenant que l'on procède à un exercice indispensable pour mener à bien la suite de notre test : le montage des différents composants. Comme à son habitude, Shuttle fournit un petit guide qu'il suffit de suivre pour assembler sans encombre sa configuration. On démonte tout d'abord le berceau de périphériques sur lequel nous reviendrons très bientôt pour découvrir la carte mère dans son ensemble. On identifie alors le heat-pipe, plus fin que de coutume, et surtout la cage ventilateur qu'il faut dévisser avant d'aller plus loin. L'opération se fait le plus simplement du monde et permet ensuite de retirer le heat-pipe : on remarque au passage la base cuivrée qui sera en contact avec le Pentium M pour une évacuation optimale de la chaleur. Le Pentium M, dans notre cas un modèle 2,13 GHz, se fixe sans plus de difficulté : comme toujours, il faut juste faire attention à son orientation.

00D2000000147770-photo-shuttle-sd11g5.jpg
00D2000000147771-photo-shuttle-sd11g5.jpg
00D2000000147772-photo-shuttle-sd11g5.jpg

Une fois le berceau de périphériques retiré, il est possible de voir le processeur et les deux parties du chipset Intel 915

Plutôt conciliant, le Socket 479 du SD11G5 est en mesure d'accueillir tous les Processeurs actuellement disponibles à ce format, qu'il s'agisse des Pentium M sur FSB 400/533 MHz, des Pentium M LV sur FSB 400 MHz ou bien encore des différents Celeron M. Pour ce faire, il travaille de concert avec le dernier chipset Intel disponible pour ce type de processeurs : l'Intel 915GM qui est pour l'occasion accompagné du Southbridge Intel ICH6-M. C'est une plate-forme nettement plus moderne que celle choisie par Aopen sur son MZ855-II, mais que l'on devrait retrouver très prochainement sur le MZ915-M. Ainsi équipé, le SD11G5 est taillé pour exploiter toutes les technologies les plus récentes et c'est donc sans surprise que l'on retrouve deux emplacements DDR2 sur le côté de la machine. Ils autorisent un maximum de 2 Go de mémoire vive et, selon le processeur employé, on les occupera par des barrettes de PC3200 (400 MHz) ou de PC4200 (533 MHz).

00D2000000147773-photo-shuttle-sd11g5.jpg
00D2000000147774-photo-shuttle-sd11g5.jpg
00D2000000147775-photo-shuttle-sd11g5.jpg

Port PCI-Express 16x, connecteurs Serial ATA et puces audio Creative, le SD11G5 est un véritable concentré de technologies !

Résolument tourné vers le futur, le SD11G5 ne s'arrête pas en si bon chemin et à côté d'une suprenante solution audio Creative intégrée à la carte mère, il exploite, bien sûr, l'interface PCI-Express. En plus d'un connecteur 1x hélas pas très intéressant compte tenu du faible nombre de cartes disponibles à ce format, Shuttle a mis en place un connecteur 16x évidemment destiné à recevoir n'importe quelle carte graphique « simple slot ». Il faut effectivement noter que le port PCI-Express 16x se trouve sur l'extérieur du Mini-PC et les Cartes Graphiques les plus puissantes emploient souvent d'imposants systèmes de refroidissement qui ne pourront trouver leur place dans le SD11G5. Nous avons pour notre part testé sans encombre le montage d'une GeForce 7800 GT et il faut juste faire attention à modifier un imposant cavalier présent juste à côté du connecteur pour indiquer au système que nous n'utilisons plus le contrôleur graphique intégré.

00D2000000147776-photo-shuttle-sd11g5.jpg
00D2000000147777-photo-shuttle-sd11g5.jpg
00D2000000147778-photo-shuttle-sd11g5.jpg

Malgré les contraintes de place, Shuttle est parvenu à rendre le montage très simple : ajouter / enlever de la mémoire pourra, par exemple, se faire sans tout démonter

Ce petit point mis à part, le montage est vraiment très simple et on ne pourra que féliciter Shuttle pour le travail accompli. Les différents câbles sont très bien rangés, les composants tous très accessibles et les prises suffisantes pour tout brancher : on notera en particulier la présence d'un connecteur électrique PCI-Express. Du côté des unités de stockage, le bilan est un tout petit peu moins rose. Shuttle a effectivement décidé de faire confiance à ce bon vieux berceau capable de recevoir une unité 5"1/4 externe, une unité 3"1/2 externe et une unité 3"1/2 interne. Le montage est très simple et, là encore, les câbles facilement accessibles. Seulement voilà, Shuttle n'ayant pas intégré de lecteur de Cartes Mémoire, il va falloir choisir entre deux Disques durs et un disque dur / un lecteur de cartes mémoire... dommage. Ce regrettable oubli ne doit toutefois pas faire oublier les innombrables qualités du SD11G5 qui en font un Mini-PC moderne et suffisamment complet pour le commun des mortels.
00051152-photo-configuration-compl-te.jpg
La présentation générale de la machine achevée, il est plus que temps de voir ce qu'elle a réellement dans le ventre. Shuttle ayant opté pour des composants plus modernes que ceux retenus par Aopen sur son MZ855-II, il nous a paru intéressant de comparer les deux machines. Nous avons toutefois décidé de limiter nos tests à quelques valeurs sûres puisqu'un article très complet sur le Pentium M et ses performances a été publié récemment dans nos colonnes (à lire ici). Afin de comparer au mieux les deux machines, nous avons bien sûr employé des composants sensiblement identiques (disque dur Seagate 7200 tr/mn., processeur Pentium M770 2,13 GHz) et finalement, seules les barrettes mémoires diffèrent : toujours de marque Corsair, il s'agit dans un cas de 2x 512 Mo DDR PC4400 et dans l'autre de 2x 512 Mo DDR2 PC5400.

Performances génériques

CPUMark 99 / CINEBENCH 2003

00147687-photo-shuttle-sd11g5-cpumark-99-cinebench-2003.jpg

Comme toujours, nous commençons cette séance de benchmarks par deux outils certes un peu anciens, mais toujours pratiques pour mesurer les seules performances brutes du processeur, en l'occurrence notre Pentium M770 cadencé à 2,13 GHz. Sans surprise, les deux Mini-PC sont ici au coude à coude. Très proches sous CineBench 2003 qui est plus sensible aux autres composants, les performances relevées sont strictement identiques sous CPUMark 99. Il n'est bien sûr pas possible de conclure grand-chose de tels résultats, mais au moins avons-nous la satisfaction de voir qu'aucun problème n'est à signaler, c'est toujours ça de pris.

Sandra 2005

00147688-photo-shuttle-sd11g5-sandra-2005.jpg

PCMark 2004

00147689-photo-shuttle-sd11g5-pcmark-2005.jpg

Après CPUMark 99 et CineBench 2003, nous attendions beaucoup de nos deux autres tests génériques. Sandra 2005 et PCMark 2004 ne se limitent effectivement pas aux seules performances des Processeurs et permettent par exemple de vérifier le sous-système mémoire ou l'interface disque dur. Si l'indicateur processeur de Sandra 2005 ne révèle aucune surprise particulière (les deux machines se tiennent à moins de 0,5 %), le résultat mémoire est beaucoup plus intéressant. Nous relevons effectivement un écart d'environ 35 % en faveur du SD11G5 et de sa mémoire DDR2. Cette dernière est réputée pour la bande passante supérieure qu'elle autorise et nous le vérifions d'ailleurs une nouvelle fois sur PCMark 2005. Ici, l'écart est un peu plus faible (environ 27 %), mais reste nettement en faveur du Mini-PC de Shuttle et de sa DDR2. L'indicateur disque dur du logiciel de FutureMark ne permet pas de dégager un vainqueur alors que le résultat graphique est surprenant : le MZ855-II est devant le SD11G5 alors que son contrôleur graphique est beaucoup moins moderne. PCMark 2005 n'étant pas vraiment une référence dans le domaine graphique, nous attendrons cependant des tests plus pointus avant de conclure quoi que ce soit.

Performances 3D

3DMark 2001 SE

00147690-photo-shuttle-sd11g5-3dmark-2001se.jpg

Assez ancien, 3DMark 2001 SE reste intéressant dans le cadre de notre test puisque nous parlons de solutions graphiques intégrées aux chipsets. Il ne faut effectivement pas oublier que ces solutions, suffisantes pour de la bureautique, ont encore beaucoup de mal avec les applications 3D. Tout semble d'ailleurs rentrer dans l'ordre avec 3DMark 2001 SE et les résultats observés sous PCMark 2005 ne se retrouvent pas du tout. Quelle que soit la résolution employée, le MZ855-II et son chipset i855GME ne peuvent rien du tout face à l'Intel GMA900 embarqué sur le Shuttle SD11G5. Ce dernier est au pire 80 % plus performant et, au mieux, pratiquement 130 % plus efficace : un score sans appel !

Jeux vidéo 3D

00147691-photo-shuttle-sd11g5-jeux-3d.jpg

Les résultats précédents aussi éloquents soient-ils ne doivent pas faire oublier que nous comparons ici un borgne à un aveugle ! Le chispet i915GM dispose effectivement d'une solution graphique nettement plus évoluée que celle embarquée sur l'i855GME, mais elle ne permet toutefois pas de jouer dans de bonnes conditions aux jeux les plus récents. Pour vous le prouver, nous n'avons pas eu à chercher bien loin et même un titre assez ancien comme Unreal Tournament 2003 n'est pas fluide en 1024x768 (41,01 images par secondes). Histoire d'enfoncer le clou, on pourrait prendre le résultat sous Enemy Territory (28,9 fps) et, pire encore, celui obtenu sous AquaMark 3 (8,23 fps), mais cela ne changerait pas grand-chose : le Shuttle SD11G5 embarque un port PCI-Express 16x alors ne l'oubliez pas si vous souhaitez faire du jeu !

Considérations thermiques et sonores

Alors que le MZ855-II nous avait déjà passablement impressionnés, le Shuttle SD11G5 devait sur le papier faire encore mieux que le Mini-PC d'Aopen. S'il reste fidèle au Pentium M et à sa remarquable consommation électrique, le SD11G5 troque le petit ventirad du MZ855-II contre un système de refroidissement évolué faisant appel à un heat-pipe. Épaulé par un ventilateur 92 x 92 mm., ce dernier devrait être nettement plus efficace, et ce, d'autant que Shuttle a conservé l'idée de l'alimentation externe. Cette dernière libère donc de la place dans un boîtier plus spacieux que celui d'Aopen.

00147692-photo-shuttle-sd11g5-bruit-et-temp-ratures.jpg

Les chiffres parlent d'eux-mêmes et s'il est amusant de voir que l'écart reste le même entre les mesures faites au repos et celles faites à « plein régime », on voit surtout que le SD11G5 surpasse son concurrent. Alors que ce dernier figurait déjà parmi les meilleurs Mini-PC passés entre nos mains, Shuttle fait encore plus fort et, hors overclocking, nous n'avons jamais atteint les 45°C sur le processeur ! Bien sûr, nous ne connaissons plus les températures caniculaires de l'été, mais la performance mérite toutefois d'être saluée, et ce, d'autant plus que tous les composants du Mini-PC étaient maintenus au frais. Ainsi, le disque dur, souvent mal loti, n'a jamais dépassé la barre des 38°C !

00FA000000147779-photo-shuttle-sd11g5.jpg
Nous savons que le Pentium M peut rester tiède sans demander d'énormes ventilateurs et après Aopen, Shuttle nous le prouve une fois de plus. Le SD11G5 n'emploie qu'un seul ventilateur (92 x 92 mm.) qui peut descendre jusqu'à environ 850 tours par minute et monter en fonction des besoins grâce au système Smart Fan. « En fonction des besoins » n'est pas là par hasard puisqu'en réalité, le ventilateur n'est pas monté beaucoup plus haut. Malgré toutes nos sollicitations, nous ne l'avons jamais vu dépasser les 1200 tours par minute... alors forcément, dans un tel contexte la question du bruit n'a pas vraiment lieu d'être ! Le SD11G5 plafonnait ainsi à 38,8 dB mesurés à 50 centimètres, faisant encore plus fort que l'Aopen MZ855-II. Précisons toutefois pour finir que l'alimentation externe (dépourvue de ventilateur) émettait un très léger chuintement. Sur notre modèle, cela restait absolument imperceptible à 30 cm, mais certains collègues auraient eu un produit un peu plus « sifflant ».

La question de l'overclocking

Conception, montage, performances et maintenant silence, le bilan du SD11G5 semble décidément trop parfait pour être vrai. Hélas pour le tableau idyllique, nous avons finalement trouvé un point sur lequel le petit dernier de Shuttle est moins à son aise : l'overclocking. Compte tenu des exceptionnelles qualités du Pentium M et de la remarquable fraîcheur du SD11G5, nous espérions bien faire exploser quelques records dans ce domaine, mais nous avons déchanté au premier coup d'oeil jeté sur le BIOS. Shuttle a mis un certain temps avant de proposer des Mini-PC dotés d'options intéressantes pour les overclockeurs et avec le SD11G5, on peut dire que le fabricant de Taiwan est retombé dans ses travers.

00D2000000147694-photo-shuttle-sd11g5-bios.jpg
00D2000000147695-photo-shuttle-sd11g5-bios.jpg
00D2000000147696-photo-shuttle-sd11g5-bios.jpg

Compte tenu des ambitions du SD11G5, il ne fallait pas espérer un BIOS capable de contenter les overclockeurs...

00D2000000147697-photo-shuttle-sd11g5-bios.jpg
00D2000000147698-photo-shuttle-sd11g5-bios.jpg

... mais Shuttle se montre tout de même particulièrement peu inspiré avec ce modèle !

De marque Award, le BIOS ici mis en oeuvre est on ne peut plus classique dans sa présentation comme en témoigne par exemple la page dédiée au « Smart Fan ». La déception provient plutôt des pages dédiées à la mémoire et surtout au processeur. Il n'est ainsi pas possible de changer la tension de fonctionnement ou le coefficient multiplicateur de ce dernier. Du côté de la mémoire, c'est un peu mieux, même si là encore aucune modification de tension n'est au programme. On se contentera donc de changer le ratio de la mémoire pour profiter du meilleur FSB possible.

Ce dernier élément est effectivement le seul outil mis à disposition des overclockeurs en herbe et encore Shuttle ne permet aucune folie : ainsi, le FSB peut être modifié par pas de 1 MHz entre 133 MHz et 165 MHz. Jusqu'à 161 MHz, aucun problème et la carte mère applique bien la fréquence supposée. Ensuite en revanche, nous avons expérimenté un drôle de bug puisque c'est comme si le BIOS repartait à 133 MHz et fixer un FSB de 165 MHz revenait à avoir un FSB de 136 MHz ?!

00147693-photo-shuttle-sd11g5-overclocking.jpg

Aussi étonnant soit-il, ce bug n'est pas trop gênant puisque le SD11G5 plante juste avant : nous avons ainsi obtenu un maximum stable de 160 MHz pour le FSB. Notre Pentium M770 passait alors à 2,57 GHz. Bien sûr, nous aurions aimé que Shuttle soit un peu plus ambitieux dans les options intégrées au BIOS, mais cette augmentation de plus de 400 MHz est déjà bien sympathique. Afin de vous donner une idée plus précise de ce que cela peut représenter, nous avons fait tourner 3DMark 2001 SE à différentes étapes de notre overclocking FSB.
00FA000000147780-photo-shuttle-sd11g5.jpg
Très légèrement devancé par la concurrence, Shuttle n'a pas tardé à réagir. Après Aopen, le célèbre fabricant nous prouve une fois encore l'intérêt que revêt le Pentium M pour les Mini-PC. Le processeur d'Intel permet aux constructeurs de concevoir de petites machines performantes et silencieuses auxquelles il ne manque plus grand-chose pour satisfaire les plus exigeants des utilisateurs. Enfin, pas grand-chose est peut-être un grand mot puisque pour le moment, Intel ne semble pas avoir envie de populariser son processeur : ainsi, le Pentium M sur FSB 533 MHz se négocie au minimum à 220 euros alors que le modèle utilisé pour ce test (le Pentium M770) est à plus de 450 euros !

La question du prix est d'ailleurs le sujet qui fâche lorsque l'on parle des Mini-PC Socket 479. À près de 380 euros, le MZ855-II d'Aopen nous avait déjà semblé particulièrement cher, mais cela reste nettement inférieur aux 500 euros qu'il vous faudra débourser sitôt que le SD11G5 sera disponible ! Alors bien sûr, il s'agit d'une nouveauté et nous risquons de voir les prix descendre rapidement sous les 460-470 euros, mais cela reste une somme considérable que bien peu d'utilisateurs seront prêts à sortir, et ce, d'autant plus qu'il faut encore acheter le processeur, de la DDR2 et même une carte graphique PCI-Express pour profiter pleinement des capacités de la bête... car des capacités, ce SD11G5 en a !

00FA000000147781-photo-shuttle-sd11g5.jpg
L'alimentation externe de 220 Watts est suffisante pour les Cartes Graphiques les plus puissantes du moment puisque le processeur ne monopolise que peu de ressources. Nous avons par exemple été en mesure de monter une GeForce 7800 GT dedans et le PC ainsi obtenu pouvait, sans rougir, se mesurer aux plus encombrantes des tours actuelles. Shuttle a également soigné la partie audio avec un composant Creative très efficace capable de gérer un maximum de huit canaux alors qu'un port Mini-PCI vient en complément des connecteurs PCI-Express, des deux ports mémoires et des trois emplacements périphériques de stockage : le SD11G5 a de quoi évoluer !

Hélas et même si le bilan est globalement très positif, on ne peut s'empêcher d'en vouloir toujours plus et de regretter, par exemple, que Shuttle n'ait pas complètement remis les choses à plat pour repartir, avec le Pentium M, sur de nouvelles bases. Au moins, le fabricant de Taiwan aurait-il pu conserver les innovations qu'il a mises en place sur d'autres modèles et nous proposer, en standard, un lecteur de Cartes Mémoire ? Peut-être aurait-il également pu déplacer le connecteur de la carte graphique afin que les dingues de jeu puissent exploiter des solutions, silencieuses, de refroidissement pour cartes graphiques.

Impressionné par le comportement et les performances du SD11G5 nous sommes un peu plus circonspects sur l'attitude de Shuttle qui reste fidèle à sa réputation en matière de finition, mais se repose peut-être un peu trop sur les qualités intrinsèques du processeur vedette d'Intel et n'innove finalement pas beaucoup.

Shuttle SD11G5

8

Les plus

  • Performances de haut niveau
  • Silence absolument remarquable
  • Finition exemplaire, grande accessibilité
  • Composant audio (Creative) de qualité

Les moins

  • Prix très élevé
  • Position du port PCI-Express
  • Pas de lecteur de cartes mémoire

0

Performances9

Fonctionnalités7

Confort d'utilisation10

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Les tweets de Trump en vente sous forme de NFT pour des bonnes causes (qu'il détestait)
Les meilleures applications Twitter pour Android
Test Samsung Galaxy S21 : peu de nouveautés, mais un smartphone très abouti
Les messageries décentralisées, de vraies alternatives à WhatsApp ?
Forfait mobile : quels sont les offres les plus compétitives du moment ?
Bookeen Notéa VS Likebook P10 : duel au sommet pour la lecture grand format
Ant Group réfléchit à comment se séparer de Jack Ma, pour calmer Pékin
PlayStation : un changement de stratégie préjudiciable pour l'avenir de la PS5 ?
Chute de prix de la souris sans fil Logitech M171 (rouge) pour PC et Mac !
Test du Moustache Friday 27 FS Speed : un speedbike efficace, mais aussi des contraintes
Haut de page