Shuttle SB86i

Nerces Nerces sur Twitter Nerces sur Linkedin
Spécialiste Hardware et Gaming
10 janvier 2005 à 19h45
0
015E000000114354-photo-shuttle-sb86i.jpg
Pionnier et leader incontestable du marché du Mini-PC, Shuttle a décidé de placer cette année 2005 sous le signe de la nouveauté avec l'arrivée en fanfare de son premier produit répondant aux dernières normes imaginées par Intel. Le Shuttle SB86i est en effet le premier Mini-PC au monde à adopter le format PicoBTX pensé par le fondeur de Santa Clara. Conçu pour fonctionner de pair avec les Processeurs Prescott et destiné à assurer un meilleur refroidissement des composants en optimisant la ventilation processeur / carte graphique, ce format PicoBTX tardait cependant à venir. Annoncé depuis un petit moment par Intel, il n'avait pour le moment convaincu aucun constructeur.

En bon chef de file, c'est donc Shuttle qui s'y colle et qui nous permet, pour la première fois, de vérifier les avantages de ce format PicoBTX. Loin du discours purement marketing d'Intel, il est en effet important de voir si ce nouveau format est à même de répondre aux besoins actuels en termes de refroidissement et de ventilation évidemment, mais aussi en termes d'évolutivité et de confort. Bien qu'aucun standard ne soit né de la concurrence acharnée que se livrent Shuttle, BioStar, Soltek, EpoX, MSI ou Asus, les Mini-PC ont effectivement fait de très gros progrès et pourtant, le silence absolu n'est pas encore tout à fait au rendez-vous. Le manque d'évolutivité de ces petites machines reste en outre un défaut non-négligeable et il nous tarde de voir si le PicoBTX est capable d'apporter une réponse à ces problèmes.


Petits rappels : les formats BTX / PicoBTX

Mis au point au début du nouveau siècle, le format BTX (pour Balanced Technology Extended) est une initiative d'Intel. Son but premier est d'offrir un agencement des composants plus en rapport avec les réalités actuelles en termes de consommation électrique, de dégagement de chaleur et de ventilation. Il faut en effet savoir que le format le plus couramment utilisé de nos jours, l'ATX, date du milieu des années 90 et coïncide plus ou moins avec l'arrivée du Pentium 2 d'Intel. Depuis lors, les besoins énergétiques des composants informatiques ont tout simplement explosé et alors que le Pentium 2 plafonnait à 450 MHz, nous sommes maintenant très proches des 4 GHz. Le dernier modèle de Pentium 4 en date, le Prescott, est d'ailleurs célèbre pour sa dissipation thermique hors norme. De fait, la volonté d'Intel d'imposer un nouveau standard n'est pas une surprise, pas plus que les réticences de son concurrent de toujours. AMD semble en effet beaucoup moins gêné par l'échauffement de ses processeurs que la firme de Santa Clara et, pour le moment, il n'a pas été question d'une seule carte-mère BTX pour un Athlon 64 qui s'accommode encore fort bien du vieillissant ATX.

012C000000114355-photo-btx-sch-ma-de-refroidissement.jpg

S'il semble surtout critique pour Intel, le BTX dispose tout de même d'innovations intéressantes, au moins sur le papier. Il propose en premier lieu de regrouper le refroidissement de tous les composants les plus importants au sein d'un seul flux. Comme le montre le schéma ci-dessus, on voit que le processeur est au début de cette nouvelle « chaîne du froid » et que son ventilateur absorbe de l'air extérieur au boîtier. Cet air s'engouffre alors à l'intérieur du PC, passe au-dessus du processeur et du chipset avant d'être rejoint par l'air chaud de la carte graphique PCI-Express et, ensuite, d'être expulsé via l'arrière de la machine. En centralisant ainsi les flux d'air, il devient possible de n'utiliser qu'un seul ventilateur. De plus grande taille, celui-ci est plus puissant tout en restant plus silencieux. Toujours en théorie, il devient de ce fait possible d'évacuer plus simplement la chaleur produite par les composants dernier cri. Hélas et contrairement à certaines annonces, le BTX est sensiblement plus grand que l'ATX (325x266 mm contre 305x244 mm) et les boîtiers risquent de prendre encore un peu plus de place.

00E6000000114358-photo-prescott-ventirad-standard-intel.jpg
00E6000000114357-photo-prescott-ventirad-standard-intel.jpg

Le « ventirad » standard mis au point par Intel n'est pas particulièrement rassurant !

Ce dernier élément n'est d'ailleurs pas de bon augure pour le monde du Mini-PC particulièrement sensible à l'argument taille. À côté du format BTX standard, Intel a imaginé un format baptisé PicoBTX qu'il destine aux différentes solutions « miniatures ». À l'avenir, le PicoBTX est donc censé remplacer l'informel FlexATX et tous les formats plus ou moins exotiques imaginés par les fabricants de Mini-PC. Si l'aspect ventilation / dissipation thermique du BTX semble toujours aussi séduisant avec le PicoBTX, sa mise en pratique semble moins convaincante au regard des présentations d'Intel. Ainsi l'utilisation de Cartes mères plus grandes que les actuelles FlexATX (203x266 mm contre 229x195 mm) et le volume du ventirad employé pour l'occasion ont de quoi faire peur à n'importe quel amateur de miniaturisation. Sachant qu'il n'y a de toute façon pas de miracle : le Prescott est un processeur qui chauffe beaucoup et son utilisation au sein de Mini-PC ne semble pas particulièrement indiquée. Le Shuttle SB86i nous permet donc pour la première fois de vérifier les dires d'Intel et par la même occasion de découvrir les bonnes résolutions du pionnier du Mini-PC.
Shuttle SB86i
Pentium 4 E - Socket 775
ChipsetNorthBridgeIntel 915G
SouthBridgeICH6R
Mémoire2xDDR (333/400)
Alimentation275 W PFC
FonctionnalitésAudio (7.1)Realtek ALC880
Réseau (10/100/1000)Broadcom 5751 GbE
FireWireVIA VT6306
Panneau arrièreLigne / SPDIF0 / 0
Micro / Casque1 / 1
USB2 / FireWire2 / 1
Panneau arrièrePS2 / Ethernet2 / 1
VGA / SPDIF1 / 2 (Optique / Coaxial)
USB2 / FireWire2 / 1
Audio analogique5
Parallèle / Série1 (option) / 1
Slots d'extension1 x PCI-E 16x, 1 x PCI
Emplacements5"1/4 externe1
3"1/2 externe 
3"1/2 interne2
Dimensions (lxhxp)375 x 195 x 240 mm

Premier contact...

Au premier regard, on ne peut pas dire que la différence entre ce nouveau modèle et les précédents saute vraiment aux yeux. En dehors, de ses dimensions plus importantes que de coutume, le carton du Shuttle SB86i ressemble comme deux gouttes d'eau à ceux de machines comme le SN41G2 ou le ST61G4. Alors que la sobriété est encore et toujours de mise, le logo XPC reste très largement en évidence un peu partout. Le poids est cependant bien différent de ce que l'on connaît et on se demande ce que Shuttle a pu fournir comme accessoires pour parvenir à ce résultat. À l'ouverture du carton, nous déchantons cependant bien vite en n'apercevant finalement que la classique petite boîte blanche d'accessoires et le noir cordon d'alimentation. Il faut se rendre à l'évidence, l'essentiel du poids de l'ensemble est donc bel et bien le fait du seul SB86i... Voilà qui commence bien, d'autant que les dimensions du Shuttle sont à l'image de son poids, il s'agit tout simplement du plus gros modèle de la gamme XPC que nous ayons eu l'occasion de tester à Clubic.

Mettons de côté ces premières remarques pour nous attacher davantage au design de la machine. Évidemment, c'est encore une fois une question de goût, mais il nous faut bien reconnaître un réel effort de la part de Shuttle dans ce domaine. Le SB86i n'est d'ailleurs pas sans rappeler quelques réalisations d'Apple et le blanc de la façade est en définitive assez passe-partout. Shuttle a décidé de faire dans la sobriété en éliminant au maximum le « relief » sur cette façade. C'est ainsi que les différents connecteurs ont été déportés sur le côté gauche de la bête, alors que le Lecteur de cartes mémoires 6 en 1 est intégré sur la droite. Notre tableau ci-contre résume à peu près tout ce qu'il y a à savoir sur les fonctionnalités du SB86i, mais insistons tout de même sur l'absence malheureuse d'entrée optique en face avant. De la même manière, on regrettera la disparition de l'emplacement 3"1/2 externe : Shuttle a définitivement décidé de faire une croix sur le lecteur de disquettes. En lieu et place de cet emplacement, nous retrouvons le lecteur optique dissimulé derrière un cache réussi.

000000B400114359-photo-shuttle-sb86i.jpg
000000B400114360-photo-shuttle-sb86i.jpg
000000B400114361-photo-shuttle-sb86i.jpg

Un style épuré pour une façade sans interrupteur, sans lecteur apparent et sans le moindre connecteur !

Au-dessus de ce cache plastique, une fente tout en longueur est visible. Celle-ci ne sert pas de mange-disque comme on pourrait le croire, mais n'est finalement là que pour agrémenter la façade. Une fois la machine allumée, on se rend compte que cette fente sert également à faire passer la lumière des LED de fonctionnement. Lorsque nous retournons la machine, sur la face arrière donc, nous sommes tout d'abord surpris de voir la position inversée des emplacements dédiés aux cartes d'extension : il s'agit en fait d'une conséquence du format PicoBTX. En dehors de cela, l'agencement de cette face arrière est tout à fait classique. On y retrouve donc la majorité des connecteurs et on notera en particulier la présence de nombreuses prises audio analogiques afin de gérer le 7.1. Un port série est également de la partie, mais Shuttle s'est par contre contenté de deux ports USB2 ce qui porte le total à quatre avec les connecteurs présents sur l'avant de la machine. Enfin, nous sommes très heureux de voir que l'excellente idée du ClearCMOS externe a été reconduite.
00C8000000114362-photo-shuttle-sb86i.jpg


... Dans le détail

L'ouverture d'un Shuttle se fait depuis toujours en enlevant trois vis moletées et le SB86i ne déroge pas à cette règle qui semble maintenant immuable. Il faut ensuite faire glisser le capot vers l'arrière pour découvrir les entrailles de la machine et la nouvelle disposition induite par le format PicoBTX. Shuttle n'a en fait pas pris beaucoup d'initiatives et semble avoir suivi à la lettre les directives d'Intel en la matière. On retrouve donc le processeur et son énorme système de refroidissement collé à la face avant du SB86i. Immédiatement derrière, on note la présence du chipset qui, c'est un des avantages du PicoBTX, se passe de ventilateur puisqu'il peut compter sur le flux généré par le ventirad du processeur. Enfin, le Southbridge se trouve à l'extrémité de la machine juste sous l'alimentation. Cette dernière semble de qualité et s'avère capable de délivrer 275 W. Compte tenu des possibilités du SB86i, on se demande si Shuttle n'a pas vu un peu juste : un Prescott, une carte graphique PCI-Express, deux Disques durs et un lecteur optique ont une consommation totale qui devrait dangereusement flirter avec les 275 W.

00D2000000114366-photo-shuttle-sb86i-carte-fx5750.jpg
00D2000000114367-photo-shuttle-sb86i-clearcmos.jpg
00D2000000114368-photo-shuttle-sb86i-port-pci-express-et-pci.jpg

De part et d'autre de l'ingénieux ClearCMOS « externe », retrouvez le PCI-Express occupé et libre

Pour ce test, nous ne disposions hélas pas de carte graphique suffisamment performante pour faire cette vérification, mais il convient cependant d'être prudent. À propos de la carte graphique, celle-ci se trouve maintenant de l'autre côté de la carte mère et sa position est inversée par rapport au connecteur PCI classique. Cette position « inédite » est, une fois encore, censée optimiser le flux d'air et, donc, le refroidissement de la carte graphique. À côté de ces deux connecteurs d'extension, on notera la présence du composant VIA VT6306 destiné à la prise en charge du FireWire. Il s'agit du seul chip placé à cet endroit, ces petits frères étant situés de l'autre côté de la machine, à proximité des deux ports mémoire (DDR333 ou DDR400 pour un maximum de 2 Go). On retrouve ainsi le Broadcom 5751 GbE permettant la prise en charge du réseau 10/100/1000, le Realtek ALC880 autorisant lui la gestion du son multi-canal sur huit enceintes, les quatre connecteurs Serial-ATA et l'unique port P-ATA. On notera également l'étonnante présence sur la carte mère d'un connecteur floppy évidemment inutilisé.

00D2000000114369-photo-shuttle-sb86i-imposant-ventirad.jpg
00D2000000114370-photo-shuttle-sb86i-une-alimentation-de-275-w.jpg
00D2000000114371-photo-shuttle-sb86i-le-prescott-est-en-place.jpg

Shuttle livre son SB86i avec une alimentation de « seulement » 275 W alors que le Prescott est connu pour sa consommation

Globalement, on peut dire que Shuttle a fait du bon travail au niveau de l'organisation de tout ce petit monde. La carte mère est plutôt bien conçue et les différents composants / connecteurs restent toujours très accessibles. L'essentiel des câbles est d'ailleurs déjà en place à la première ouverture de la machine, ce qui facilite grandement le montage. Shuttle rattrape ici un retard qu'il avait depuis quelques mois déjà sur des concurrents comme BioStar ou MSI. Cette facilité de montage repose sur ces câbles déjà en place et sur l'utilisation de « racks » successifs destinés à recevoir les périphériques. Ainsi, le lecteur optique prend place dans un emplacement 5"1/4 amovible que l'on vient encastrer au-dessus du ventirad. Deux disques durs peuvent ensuite être positionnés dans le SB86i. S'il est possible d'en connecter un, et un seul, en P-ATA, Shuttle les imagine par défaut à la norme Serial-ATA : le câblage ainsi que le BIOS permettent de faire fonctionner tout cela sans encombre. Les disques s'insèrent dans de petits racks dotés de gommes en caoutchouc pour amortir les vibrations : belle finition !
00C8000000114363-photo-shuttle-sb86i-rack-pour-disque-dur.jpg


A l'usage

Une fois que tout est mis en place, il nous tarde évidemment de faire tourner la bête afin de pouvoir juger « en pratique » de ses performances. Hélas, il faut tout d'abord nous attarder sur un point particulièrement gênant : le poids de la bébête ! Une fois monté et seulement équipé d'un disque dur et d'un lecteur optique, le Shuttle SB86i est pratiquement aussi lourd qu'un PC classique : 10.6 Kg... On est très loin du concept du Mini-PC ! Il faut dire qu'à vide il fait déjà 4.2 Kg auxquels il faut ajouter les 1.4 Kg de l'énorme ventirad Intel. Shuttle a sûrement eu de très bonnes raisons, mais la construction entièrement en acier du SB86i est sans aucun doute à l'origine du poids plus que conséquent de la machine. Si ses dimensions le distinguent encore d'un PC en tour, le SB86i n'est de toute façon pas aussi transportable que les autres produits Shuttle. Il est tout de même regrettable de débuter l'année 2005 avec un modèle finalement très loin de l'une des préoccupations principales des acheteurs de Mini-PC. À l'allumage, le SB86i est heureusement un peu plus à son avantage.

Le ventilateur démarre comme d'habitude un peu fort, mais se calme après tout juste quelques secondes et nous n'entendons alors plus qu'un faible ronronnement. Les plus exigeants se plaindront du fait qu'il y a encore un léger bruit, mais reconnaissons tout de même les efforts de Shuttle en la matière : c'est qu'il y a un Prescott là-dedans ! Sur un CD dédié, Shuttle livre tous les pilotes et leur installation sous Windows XP ne pose pas le moindre problème. On regrettera par contre que le Taiwanais n'ait pas jugé bon de fournir un logiciel de surveillance accessible sous Windows pour avoir un retour sur la température de la machine ou la vitesse de rotation du ventilateur. C'est d'autant plus dommage que malgré quelques essais il m'a été impossible de faire fonctionner correctement SpeedFan ou Motherboard Monitor. L'utilisateur lambda sera donc obligé de repasser par le BIOS de la machine dès qu'il souhaite avoir un minimum d'information : dommage. Autre point un peu gênant à l'usage : la gestion du « fan-guard ». Cette fonction intégrée aux BIOS Shuttle depuis déjà de nombreux mois a ici un comportement un peu particulier.

012C000000114364-photo-shuttle-sb86i.jpg
012C000000114365-photo-shuttle-sb86i.jpg

Pas encore totalement complet (il manque encore un disque dur), ce « Mini-PC » accuse déjà plus de 10 Kg sur la balance !

Par défaut, elle permet de gérer la vitesse de rotation du ventilateur en fonction de la température du processeur, mais, en théorie, on peut aussi forcer une vitesse de fonctionnement. Trois choix sont alors possibles (faible, moyen, fort), mais on est rapidement étonné de voir que la position « fort » ne permet pas de dépasser les 2500 tr/mn. En réalité, même lorsque ce réglage est sélectionné, le SB86i applique encore une sélection en fonction de la température du processeur et lorsque celle-ci devient trop élevée, il peut monter jusqu'à 3200 tr/mn. : on aurait préféré qu'il nous laisse définitivement la main. En dehors de ces quelques remarques, il n'y a rien de particulier à signaler. Le BIOS du SB86i est un modèle du genre avec de nombreuses possibilités pour gérer le processeur, la mémoire, les tensions de fonctionnement, les disques durs ou bien encore les fonctions de boot via les ports USB. Le SB86i n'a pas non plus posé le moindre problème sous Windows et en dehors de quelques déboires liés aux tests de performances graphiques (nous y reviendrons), il n'y a rien à redire : la machine fonctionne comme une horloge.
00051152-photo-configuration-compl-te.jpg
Toujours problématiques au niveau des tests de performances, les produits inaugurant de nouvelles technologies sont difficilement comparables à ce qui existe déjà. Nous l'avons dit, le Shuttle SB86i est ainsi le premier Mini-PC architecturé autour du Prescott d'Intel que nous testons. Il s'agit également du premier à adopter une carte graphique au format PCI-Express. Il nous était de ce fait particulièrement difficile de vous proposer des éléments de comparaison et nous avons décidé de nous limiter au seul Shuttle SB86i, en prenant cependant soin d'éclairer les commentaires de quelques remarques afin de ne pas laisser des graphiques vides de sens. En plus du Prescott 3.4 GHz d'Intel, nous avons équipé le Shuttle SB86i de deux barrettes mémoire Corsair 256 Mo PC3200 CAS 2, d'un disque dur Seagate 80 Go 7200 tr/mn. et pour toute une série de tests d'une carte graphique MSI GeForce PCX5750 afin de voir les performances de la solution graphique intégrée par rapport à l'i915G d'Intel.


Performances dites « générales »

PCMark 2004

00114347-photo-shuttle-sb86i-pcmark-2004.jpg

Sandra 2005 Pro

00114348-photo-shuttle-sb86i-sisoft-sandra-2005.jpg

SiSoft Sandra 2005 est un petit programme bien pratique pour obtenir une foule d'informations à propos de son PC. Il ne s'arrête cependant pas là et propose à la manière du PCMark 2004 de FuturMark quelques modules de vérification des performances qui permettent d'avoir une idée de la puissance de sa machine. Les deux logiciels conduisent à peu près aux mêmes conclusions et permettent de confirmer ce que tout le monde a déjà expliqué d'innombrables fois : à savoir que le Prescott reste un cran en-dessous du modèle de Pentium 4 qu'il est censé remplacer, le Northwood.

Du côté de la gestion mémoire, le chipset i915G d'Intel semble par contre tout à fait à son aise et les deux barrettes de DDR400 sont ici judicieusement employées. L'utilisation d'une carte graphique sur port PCI-Express permet également de grapiller quelques points : rien de plus logique puisque la solution graphique intégrée monopolise une partie de la mémoire centrale. Au niveau du disque dur, il n'y a rien à dire : le chipset gère notre périphérique P-ATA tout à fait correctement. Enfin, les tests graphiques de PCMark 2004 nous permettent de voir que le i915G semble bien à la peine...


Jeux et performances 3D

3DMark 2001 SE

00114349-photo-shuttle-sb86i-3dmark-2001-se.jpg

Du fait de son âge, 3DMark 2001 SE permet d'avoir une petite idée des performances du i915G face à des jeux relativement anciens. La carte NVIDIA FX5750 est ici largement supérieure à la solution graphique employée par Intel, mais cette dernière devrait permettre de faire tourner très correctement de nombreux jeux sans avoir à sacrifier trop de détails. Il est par contre à noter que les pilotes livrés par Shuttle sur son CD n'étaient pas vraiment à jour et que de nombreux bugs apparaissaient à l'écran : un petit tour sur le site d'Intel a permis d'arranger cela. Par contre, il ne n'a jamais été possible de terminer les mesures en 1280x1024... Etonnant.


AquaMak 3

00114350-photo-shuttle-sb86i-aquamark-3.jpg

Far Cry v1.1

00114351-photo-shuttle-sb86i-far-cry.jpg

Doom 3

00114352-photo-shuttle-sb86i-doom-3.jpg

Afin d'illustrer le futur des jeux vidéos PC, nous avons sélectionnés trois titres parmis les plus lourds du moment : AquaMark 3, mais surtout Far Cry et Doom 3. Contrairement à 3DMark, ces trois jeux ont accepté de tourner sans encombre en 1280x1024, mais et malgré la présence des derniers pilotes Intel, ils présentaient en revanche quelques bugs graphiques. Sous Doom 3, c'était à peine perceptible, mais avec Far Cry ou AquaMark de nombreux clignotements se faisaient sentir et des textures manquaient à l'appel.

Ces quelques bugs sont évidemment inacceptables et d'autant plus regrettables que les performances du i915G ne sont pas si mauvaises que ça. Evidemment, il n'est pas question de joueur à un seul des trois jeux sus-nommés, mais compte tenu des ambitions de la solution graphique adoptée par Intel, ce n'est pas si mal... Bien sûr il ne faut pas oublier que derrière, il y avait tout de même un Prescott à 3.4 GHz, mais disons que cela confirme les conclusions de 3DMark 2001 SE : le i915G est une puce graphique d'entrée de gamme capable de faire tourner la plupart des titres de l'année passée dans trop de problème.


Dégagement de chaleur et nuisances sonores

00114377-photo-shuttle-sb86i-temp-ratures.jpg

Du fait même de l'utilisation du Prescott, la question du dégagement thermique revêt une importance toute particulière. Comme, en plus, le Shuttle SB86i est le premier modèle basé sur le nouveau format PicoBTX, notre curiosité se transforme en impatience. Globalement, le bilan est loin d'être aussi mauvais que la réputation du Prescott aurait pu le laisser craindre. Même après de nombreuses heures d'utilisation, le SB86i n'a pas planté une seule fois ce qui compte tenu de l'espace assez réduit disponible à l'intérieur du Shuttle n'est déjà pas si mal.

Au repos, le résultat est même très convaincant puisque la machine était stable à 42°C / 41 dB : dans ces conditions, le SB86i était particulièrement discret et ne laissait entendre qu'un très léger ronronnement dans une pièce totalement silencieuse. Les choses se gâtent en revanche rapidement dès lors que le Prescott est abondamment solicité puisque, à pleine charge pendant quelques heures, il monte à 65°C et produit 46 dB. Heureusement, cette montée de charge ne se fera sentir qu'avec des travaux relativement lourds : compression, encodage, jeux... L'ajout d'une carte graphique FX5750 aggrave rapidement les choses et à pleine charge, nous obtenons cette fois une machine très bruyante (53 dB), preuve que le couple Prescott / PicoBTX n'est clairement pas destiné aux Mini-PC.
00C8000000114372-photo-carte-m-re-picobtx.jpg
S'il semble peut-être encore un peu tôt pour conclure définitivement sur l'intérêt du BTX, son homologue petit format, le PicoBTX, est pour l'heure un échec. Intel n'a absolument pas tenu compte des considérations des possesseurs de Mini-PC actuels pour concevoir son produit et la déception est très grande. Lourd, encombrant, bruyant et peu efficace, le PicoBTX est à des années-lumière de ce que les fabricants de Mini-PC ont réussi à nous proposer depuis des mois qu'ils travaillent sur ces concentrés de technologies. Le PicoBTX ne semble finalement être qu'une tentative bien malheureuse pour le géant de Santa Clara d'intégrer son Prescott à des PC de petite taille. Tout le monde connaît aujourd'hui les problèmes du dernier processeur d'Intel qui chauffe beaucoup plus que son prédécesseur sans être capable d'offrir le même niveau de performances... Espérons bientôt une réaction de la part du numéro un mondial du processeur et pourquoi pas l'arrivée prochaine de Mini-PC basés sur le Pentium M !

00C8000000114373-photo-shuttle-sb86i.jpg
En l'état actuel des choses, Shuttle et sans doute les autres fabricants de Mini-PC doivent faire contre mauvaise fortune bon coeur. Le Shuttle SB86i en est ainsi la regrettable illustration. Accusant plus de 10 kg sur la balance et nettement plus gros que les précédents modèles de la marque, cette machine semble bien éloignée du concept même des Mini-PC ! Pourtant, Shuttle a fait d'évidents efforts pour faire passer la pilule auprès de ses clients. Le design est abouti, l'accessibilité des composants garantie et le fonctionnement général de son bébé s'avère convaincant. On regrettera bien sûr quelques manques au niveau de la ventilation ou des logiciels puisqu'aucun programme n'est fourni pour surveiller, par exemple, les températures sous Windows. On sent malgré tout que Shuttle a fait d'importants efforts dans la conception et l'organisation de la machine, mais face aux défauts inhérents au format PicoBTX il semblait difficile de parvenir à un produit vraiment satisfaisant.

En définitive, il m'est impossible de conseiller le « petit » dernier de Shuttle aux amateurs de Mini-PC. Trop loin de ce qui a fait le succès de ces petites machines, le SB86i reste un produit performant et ouvert sur des technologies d'avenir comme le PCI-Express ou le Serial-ATA, mais le handicap Prescott / PicoBTX semble tout simplement trop difficile à surmonter... Un Mini-PC qui porte bien mal son nom !

Shuttle SB86i

2

Les plus

  • Support du PCI-Express
  • Agencement très agréable
  • Montage simplifié à l'extrême

Les moins

  • Bien trop lourd et assez encombrant
  • Bruyant à pleine puissance
  • Finalement pas si novateur

0

Performances7

Fonctionnalités7

Confort d'utilisation2


Cet article vous intéresse ? Retrouvez le dans le comparateur de prix de Clubic.com
00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Comparer les prix du Shuttle SB86i
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Le Shuttle SB86i en test sur Clubic
De nombreuses captures pour le Punisher
EverQuest 2 : les Expansion et Adventure Packs
Chronos passe chez Atari et devient TimeShift
The Bard's Tale passe chez UbiSoft
Le Shuttle SB86i en test sur Clubic
Nouvelles versions de Skype et de Nero
AMD prend des mesures pour contrer la fraude
Supputations sur nForce5 et l'accord Intel/NVIDIA
Creative prépare le Zen Micro Photo
Haut de page