ATI Radeon X700 XT

20 septembre 2004 à 14h24
0
000000F000099926-photo-ati-x700-shield.jpg
Après avoir laissé NVIDIA pavoiser lors du lancement de son GeForce 6600 GT aux performances agréablement surprenantes, ATI réplique en relançant les hostilités avec un tout nouveau processeur graphique. Dédié au marché milieu de gamme, le X700, autrefois connu sous le nom de code de RV410, incarne le renouveau en matière d'offres grand public du géant canadien de la 3D avec pour ambition affichée de succéder aux Radeon 9600 et autres X600. Avec ce nouveau produit, ATI souhaite offrir une carte graphique sans compromis aux performances élevées afin d'exploiter les derniers jeux DirectX 9.0 sans pour autant se ruiner. Toute la question est de savoir si le dernier-né d'ATI va arriver au niveau du GeForce 6600 de NVIDIA et c'est cette lancinante question qui va nous tenir en haleine tout au long de ce test.

A l'instar de NVIDIA, ATI a choisi d'opter pour le PCI-Express en dotant son X700 d'une interface native à cette norme. Exit donc l'AGP, ATI, tout comme NVIDIA, voulant pousser le PCI-Express. Pour parvenir à proposer une carte au moins deux fois plus performante que la génération précédente, ATI n'a pas été très original puisqu'il s'est contenté de décliner l'architecture du R423, plus communément appelé Radeon X800 XT. Bien sûr qui dit déclinaison, dit ajustement des spécifications pour mieux coller au marché milieu de gamme afin de réduire les coûts de production. Aussi le X700 est la deuxième puce graphique d'ATI, après le X300, à bénéficier d'une finesse de gravure de 0,11µ.

0000012C00099930-photo-ati-x700-carte-official-shot.jpg

RV410 : Une architecture bien connue...

000000B400099925-photo-ati-x700-logo.jpg
Nous le disions précédemment, le X700 XT n'est qu'une version remaniée de l'actuel X800. Certains esprits chagrins ricaneront en disant que le R420 n'était qu'une adaptation du R360, lui-même une adaptation du R300 et que le RV410 suit finalement le même chemin... Mais comme on dit au Canada, on ne change pas une équipe qui gagne ! L'architecture du RV410 est donc identique à celle de son grand frère, à ceci près que le X700 ne compte que deux quads engine ce qui signifie que seuls 8 pixel pipelines sont présents au sein de la puce. Chaque pipeline est couplé à un TMU et à titre de comparaison, le X800 XT est armé de 16 pixel pipelines lorsque le Radeon 9600 n'en compte que 4. En face, le récent GeForce 6600 est lui aussi doté de 8 pixel pipelines, mais NVIDIA a fait des sacrifices en dotant sa puce milieu de gamme de seulement trois vertex engines là où ATI en propose près de deux fois plus. Ce petit détail architectural devrait conférer au X700 une certaine aisance avec les derniers jeux DirectX 9.0 qui ont besoin d'une bonne puissance géométrique. ATI annonce ici la possibilité de traiter 5.7 milliards d'opérations à la seconde sur les vertex shaders pour 713 millions de polygones traités à la seconde. NVIDIA affiche quant à lui avec son GeForce 6600 GT la possibilité de traiter 7.1 milliards d'opérations à la seconde pour une puissance de 375 millions de polygones traités à la seconde. ATI l'emporte donc sur la puissance polygonale, alors que les unités de vertex de NVIDIA semblent plus puissantes bien qu'elles soient moins nombreuses. Reste à vérifier en pratique l'impact de cet avantage théorique du X700 sur le GeForce 6600.

0000011800100017-photo-architecture-radeon-x700.jpg

Architecture du Radeon X700


Côté fonctionnalités, ATI avec son SmartShader HD propose la prise en charge du 3Dc qui est rappelons-le une nouvelle méthode de compression des textures de type « normal-map ». Remplaçant les classiques méthodes de compression de type DXTC, le 3Dc propose un facteur de compression de 4:1 qui s'avère non destructeur et permet de bénéficier de textures de qualité sans pour autant affecter de manière trop importante les performances. Pour ce faire, le 3Dc traite les textures par blocs de 4x4 pixels et fait disparaître l'une des composantes z d'un vecteur qui sera retrouvée plus tard via un petit calcul au niveau des shaders. Le 3Dc conserve ensuite les valeurs minimales et maximales des valeurs x et y de la normal map ainsi que six valeurs intermédiaires. Ceci fait passer la taille d'un bloc d'une normal map de 512 à 128 bits soit une belle économie réalisée pratiquement sans aucun compromis. Les jeux profitant de cette technologie devraient bientôt débarquer mais là où ATI a du mal c'est avec le non support du Shader Model 3.0 dans son architecture R4xx...

000000DC00085548-photo-ati-x800-3dc-2.jpg

La technologie ATI 3dc à l'oeuvre - à gauche avec, à droite sans !

Mis en avant fort maladroitement par NVIDIA, le Shader Model 3.0 reste un atout de taille qui confère aux Processeurs graphiques NVIDIA plus de souplesse au niveau de leur programmabilité puisque ceux-ci ne sont pas soumis aux mêmes contraintes que leurs équivalents ATI. Ainsi avec les Radeon X700 ou X800 un shader ne peut exécuter plus de 1536 instructions par passe alors que chez NVIDIA cette limite est repoussée à quelques 65535 instructions à condition d'utiliser DirectX 9.0c. Malgré le non support de la dernière version de la célèbre API de Microsoft, ATI se rattrape en offrant le Geometry Instancing qui, grâce au profil SM2b, permet d'alléger la charge du GPU en effectuant le rendu d'un seul objet pour le répliquer à travers toute la scène. Cette technique peut s'avérer très utile pour les wargames et autres jeux ayant des paysages composés par exemple de fôrets. Le problème pour ATI est que cette fonction, opérationnelle au niveau de ses GPU est plus ou moins bannie par Microsoft. Le géant du logiciel refuse en effet d'accorder la certification WHQL à un pilote qui dispose du Geometry Instancing sans pour autant supporter le Shader Model 3.0. Du coup la fonction de Geometry Instancing est désactivée par défaut et il faut user du nouveau Control Center pour l'activer manuellement. Quoiqu'il en soit le support du Geometry Instancing est un bon point qui permet aux cartes ATI de compenser un peu leur retard en termes de fonctionnalités face aux dernières solutions à base de GeForce 6.

NVIDIA ayant mis l'accent sur la vidéo avec son GeForce 6600, ATI rappelle les fonctions de son moteur VideoShader HD qui équipe le RV410. ATI annonce pouvoir accélérer l'encodage et le décodage des flux MPEG 1, 2 & 4, avec une accélération au décodage pour les fichiers WMV9 & WMV10. Le moteur vidéo d'ATI est également capable de faire du deblocking avec un traitement par pixel du désentrelacement et du bruit qui peuvent dégrader la qualité des vidéos. Compatible HDTV, le X700 est annoncé comme conçu pour Windows XP Media Center Edition. Durant nos tests nous avons pu, pour la première fois, noter un impact positif et tangible sur la charge CPU de l'accélération WMV lors de la lecture d'une vidéo WMV9 HD. Sans accélération l'occupation CPU tourne autour des 20~25% pour tomber entre 15 et 20% lorsque la fonction est activée.

RV410 : La puce...

Pour son RV410, ATI utilise le même procédé de fabrication que NVIDIA pour son GeForce 6600. Produit par TSMC, le Radeon X700 est donc gravé en 0.11µ -non low-k- et la puce se présente au format flip-chip. Bien qu'ATI ne communique pas officiellement le nombre de transistors que comporte sa puce, on estime que celui-ci est compris entre 100 et 120 millions. Milieu de gamme oblige, le RV410 dispose d'une interface mémoire sur 128 bits, pour une bande passante de 16 Go par seconde. On reste donc proche des spécifications du GeForce 6600 GT de NVIDIA, à ceci près que du côté des fréquences de fonctionnement, ATI propose quelques 525 MHz pour la mémoire, là où NVIDIA n'est qu'à 500 MHz. Doté de 128 Mo de mémoire DDR3, le X700 XT pourra être décliné en une version 256 Mo par les fabricants qui le désirent. Le processeur graphique du X700 XT est quant à lui cadencé à 475 MHz, et c'est la surprise de ce test, ATI tablant initialement sur une fréquence de 500 MHz. Il semble que le yield à 500 MHz n'était pas bon ce qui a forcé ATI à revoir ses prétentions à la baisse en compensant la baisse de fréquence du VPU par une augmentation de la mémoire. Interfacé nativement en PCI-Express, le X700 n'est pour l'heure pas proposé en version AGP 8x. Il semblerait d'ailleurs qu'ATI ne soit pas pressé de rendre disponible une telle version de son processeur graphique.

000000FA00099924-photo-ati-x700-la-puce.jpg

La puce ATI Radeon X700 XT

Plusieurs déclinaisons du X700 sont déjà au programme, et ATI devrait proposer outre le modèle XT, un X700 Pro et un X700 normal. Dans tous les cas la puce comporte le même nombre de pipes et seules ses fréquences changent. Ainsi dans sa version Pro, le X700 tourne à 420 MHz pour le processeur et 864 MHz pour la mémoire DDR3 alors que le X700 normal est cadencé à 400 MHz lorsque sa mémoire DDR tourne à 600 MHz.


La carte

Pour ce test ATI nous a livré l'une des huit cartes X700 XT disponibles en Europe à l'heure où nous écrivons ces lignes. Compacte, et arborant un PCB rouge de six couches, la carte ne nécessite aucune alimentation externe puisque le bus PCI-Express est suffisant pour répondre à ses besoins. Si ATI nous a habitué jusque alors à des designs de cartes minimalistes, sans que ce mot ne soit péjoratif, le X700 XT surprend. Il est en effet surmonté d'un radiateur cuivré en forme de L dont le poids est pour le moins élevé, chose inhabituelle dans cette tranche de prix. Autre bizarrerie, malgré sa forme le radiateur ne fait pas contact avec les puces mémoires alors même qu'il les recouvre... Autorégulé, le ventilateur présent à la base du radiateur ajuste sa vitesse de rotation en fonction de la température du processeur graphique. Le problème est qu'ATI semble avoir ici conçu une turbine plutôt qu'un ventilateur. C'est ainsi qu'au démarrage de votre système la carte semblera s'envoler pour quelques secondes avant de redevenir silencieuse. En 2D la carte est tout à fait silencieuse, mais en 3D après quelques dizaines de minutes de jeu le ventilateur accélère et son bruit devient franchement gênant. Alors certes on est loin du bruit d'un GeForce 5800 Ultra, mais la pollution sonore du X700 XT est assurément plus élevée que celle du GeForce 6600 GT ou du GeForce 6800 GT...

0000011800099927-photo-ati-x700-carte-1.jpg
0000011800099928-photo-ati-x700-carte-2.jpg

ATI Radeon X700 XT : une belle carte, hélas trop bruyante !

Sachez que notre carte de référence était dotée des composants nécessaires pour que la fonction OverDrive, lancée avec le Radeon 9800 XT, soit disponible dans les pilotes. Rappelons que l'OverDrive permet d'overclocker dynamiquement la puce graphique tout en monitorant la température du processeur graphique. Les fabricants de cartes ATI seront toutefois libres d'inclure cette fonction ou non et il y a fort à parier pour que beaucoup ne le fassent pas, comme cela avait été le cas avec les Radeon 9600 XT. Continuons notre tour du propriétaire par un mot sur les puces mémoires. Il s'agit, sans grande surprise, de puces Samsung DDR3 avec des temps de latence de 2.0 ns. Enfin les entrées / sorties de la carte sont pour le moins classiques avec un connecteur VGA DB15 et un connecteur DVI en plus de la traditionnelle sortie vidéo au format mini-din.

Les Drivers ou l'ATI Catastrof Control Center

Attendu depuis quelque temps déjà, le Control Center d'ATI semble inaugurer une nouvelle génération de pilotes graphiques alliant convivialité, facilité d'emploi et ergonomie. Il faut dire que si chez NVIDIA les pilotes sont à peu près compréhensibles par le quidam, les CATALYST d'ATI ont toujours eu un côté fouillis qui faisait autant d'heureux que de mécontents. De là est née l'idée de créer l'ATI Catalyst Control Center pour regrouper en une seule application, au look sympathique si possible, toutes les fonctions des pilotes ATI afin que celles-ci soient facile d'accès. L'idée est donc louable et on ne pourra que féliciter ATI pour cela. Toutefois la réalisation du Catalyst Control Center est une catastrophe, d'où le sobriquet que nous avons employé dans notre titre. Premier écueil, les pilotes ATI pèsent maintenant plus de 80 Mo ! Cet embonpoint s'explique par la nécessité d'installer sur votre système le Microsoft .NET Framework. Comme si cela ne suffisait pas, le Control Center a besoin de Flash 7 et utilise, c'est sûrement le summun, Windows Blinds For Applications. Résultat, il faut près de 20 secondes pour lancer l'applicatif sur un Pentium 4 3.6 GHz fraîchement formaté... Une fois l'application lancée (si aucun crash ne survient...) on découvre une interface plaisante et personnalisable : il faut avouer que ça en jette !

000000DC00099933-photo-ati-x700-control-center-1.jpg

Le X700 vu par le Control Center

Le Control Center propose ici quelques réglages de base divisés en quatre groupes, et chacune des modifications agit sur la représentation en 3D d'un véhicule sur une route. Cette animation est là pour montrer la différence visuelle qui peut être amenée par telle ou telle option. Le problème est que le changement d'un réglage fait ramer l'application, avec des freezes de quelques secondes à la clef et il faut oublier d'utiliser la preview sur des VPU peu puissants comme le X300 ou le X600. ATI a d'ailleurs concocté un mode 'No Preview' qui permet de changer les réglages sans être ennuyé par la voiture... Hélas même dans ce mode le changement d'un paramètre (comme le FSAA ou l'AF) entraîne des ralentissements (!). Dans sa présentation par défaut, le Control Center propose peu de réglages et il faut trifouiller quelques instants avant de trouver un lien nommé 'View' affichant, comme dans les ForceWare, une liste des différents réglages avancés : preuve que l'ergonomie n'est pas encore parfaite ! Outre son abominable lourdeur et sa lenteur tout aussi insupportable, le Catalyst Control Center comporte des bugs. C'est ainsi que la première version dont nous disposions faisait basculer le filtrage trilinéaire en bilinéaire lorsque l'anisotropic filtering était activé. Ce bug est d'ores et déjà corrigé et ne devrait heureusement pas affecter la version 4.10 finale des pilotes Catalyst.

000000DC00099934-photo-ati-x700-control-center-2.jpg
000000DC00099935-photo-ati-x700-control-center-3.jpg

ATI CATALYST Control Center : joli mais...

Au-delà du Control Center, qui reste à nos yeux un gadget à la fiabilité tout à fait douteuse, les pilotes ATI Catalyst 4.10 semblent contenir plusieurs autres bugs. C'est ainsi que 3DMark 2003 et AquaMark 3 plantaient à tout va, nécessitant la mise à jour d'un fichier DLL pour que ceux-ci fonctionnent correctement. Nous avons également expérimenté des retours sous le bureau Windows, et plus globalement un effet de lag lors du lancement d'une application 3D. Sous Unreal Tournament 2003 et Doom 3 le lag peut être beaucoup plus problématique avec un freeze en plein jeu durant quelques secondes... Encore plus ennuyeux pour ATI, le path SM2B n'a jamais voulu fonctionner sous FarCry 1.2 et ceci serait dû à un bug d'identification du VPU par le jeu. Il faudra donc attendre le patch 1.25, ou mieux le 1.3, pour que FarCry puisse fonctionner avec le mode de rendu de la série R4xx. Bref les CATALYST 4.10 Beta ne donnent pas une bonne image du X700 et il nous tarde de voir apparaître une version finale qui corrigera ces différents problèmes. Autant dire que les ingénieurs d'ATI ont du travail en perspective !

000000A000099942-photo-ati-x700-bug.jpg

Un des trop nombreux bugs...



Une nouvelle fonction : CATALYST A. I.

ATI profite des CATALYST 4.10 pour introduire une nouvelle fonction baptisée CATALYST A. I. Activée par défaut, cette fonction n'est pas vraiment nouvelle puisqu'il s'agit en fait du nom marketing donné aux diverses optimisations de filtrage des textures. La vraie nouveauté ici est qu'ATI propose enfin de désactiver ses optimisations propriétaires. D'après ATI la technologie A. I. analyse les textures pour optimiser les performances des applications 3D sans pour autant dégrader la qualité visuelle. Le principe est simple : chacune des textures est analysée durant son chargement pour déterminer la meilleure façon de l'afficher. Il en résulte des gains plus ou moins tangibles, et les pilotes CATALYST disposent également d'un moteur de détection d'applications pour charger des paramètres optimisés pour tel ou tel titre (les profils supportent notamment Doom 3, UT2003, UT2004, Half Life 2, etc) et procéder au besoin à des remplacements de shaders. Bien qu'ATI recommande de ne pas désactiver la fonction A. I., qui possède deux niveaux de réglage (low & high), il s'avère en fait que celle-ci a parfois un effet pervers comme nous avons pu le constater lors de nos tests. En effet bien que certaines applications comme Doom 3 bénéficient à n'en pas douter de l'A. I., d'autres en patissent sévèrement. C'est par exemple le cas d'Unreal Tournament 2003 ou de Return to castle wolfenstein où nous avons relevé des pertes de performances assez impressionnantes, de l'ordre de 20%. A la lumière de cette constatation il semblerait que les fonctions A. I. soient tout bonnement inefficaces avec certains titres, la faute au temps de traitement engendré par l'analyse des textures qui devient pénalisant pour la puce, aucune optimisation ne volant à son secours. En outre, il semble vraisemblable que les fonctions A. I. soient principalement dédiées à optimiser les performances des solutions ATI lorsque le filtrage, qu'il soit anisotropique ou non, est activé. Le fait qu'ATI permette de désactiver complétement ses optimisations est un pas dans la bonne direction qu'il faut saluer à sa juste valeur, le canadien faisant preuve de transparence. Trop, peut être puisque cela permet de voir qu'une optimisation n'est pas toujours bonne partout, et certains de dire que NVIDIA fait preuve d'obscurantisme en dissimulant des optimisations qui ne seraient pas toujours désactivables dans les pilotes... On retiendra tout de même que cette méthode de type tout ou rien ne permet pas à l'utilisateur de connaître la nature exacte des optimisations qui seront déployées par les pilotes.

Dans les faits, la fonction A. I. sous Doom 3 est on ne peut plus efficace avec des gains atteignant 10 FPS, alors que sous Far Cry l'apport est quasiment infime, et ce même en FSAA 4x & Aniso 8x. Curiosité intéressante, 3DMark 2003 et 3DMark 2001 SE bénéficient également de la fonction A. I. et nous accorderons à ATI le bénéfice du doute en estimant que le gain observé vient bien d'une optimisation générique qui profite également à ces deux outils synthétiques... ATI marque un point sur la qualité d'image qui est globalement maintenue constante, la fonction A. I. étant non destructrice d'après les premières observations que nous avons pu effectuer avec les applications Direct 3D. Dans notre exemple il faudra observer très attentivement les deux visuels pour voir qu'une fois l'A. I. activé, le feuillage est légèrement moins touffu.

000000DC00099953-photo-ati-x700-ai-on.jpg
000000DC00099954-photo-ati-x700-ai-off.jpg

ATI A. I. activé à gauche, ATI A. I. désactivé à droite : bien peu de différences...

Si avec les applications Direct3D aucune dégradation majeure de l'image n'est à déplorer, il n'en va pas de même sous Doom 3 où l'A. I. dégrade de manière significative la qualité d'image comme on peut le voir dans les captures ci-dessous :

000000DC00100008-photo-x700-doom-3-ai-on.jpg
000000DC00100009-photo-x700-doom-3-ai-off.jpg

Le CATALYST A. I. pas toujours respectueux de la qualité d'image avec à gauche l'A. I. activé, à droite le rendu normal...


Overclocking ? Circulez il n'y a rien à voir (mais alors rien)...

Le titre est explicite et le Radeon X700 XT n'est clairement pas une bête d'overclocking. Au contraire du GeForce 6600 GT de NVIDIA qui s'overclocke assez facilement, le X700 XT n'a qu'un potentiel très limité. Le procédé 0,11µ semble ne pas permettre à l'architecture d'ATI de réaliser des prouesses de ce côté, au point que l'on viendrait presque à préférer le 0,13µ . Lors de nos tests les 550 MHz pour le VPU sont restés hors d'atteinte provocant artefacts et autres plantages irrémédiables. Pire nous n'avons pas non plus pu faire fonctionner la carte à 525 MHz pour le processeur graphique, et nous dûmes nous contenter d'environ 500 MHz. De là à dire que le potentiel d'overclocking du X700 XT est nul...
00051152-photo-configuration-compl-te.jpg
PCI-Express oblige, notre plate-forme de test Intel i925x est de nouveau de la partie et nous permet d'opposer le Radeon X700 XT au tout récent GeForce 6600 GT que nous testions il y a peu. Voici le détail de notre configuration :

  • Carte mère Gigabyte GA-8ANXP-D,
  • Processeur Intel Pentium 4E 3.6 GHz,
  • 2x512Mo Corsair PC4200 - DDR2,
  • Disque dur Seagate 120Go SATA150 7200 RPM.
Equipée de Windows XP Professionel Service Pack 2, notre machine utilisait les derniers Drivers disponibles à la date du test et en particulier les fameux pilotes ATI CATALYST 4.10 Beta. Sur le même système nous avons testé le Radeon X600 XT de Gigabyte (l'équivalent du Radeon 9600XT en PCI-Express) et le GeForce 6600 GT de NVIDIA, au prix d'un reformatage systématique. Nous comparerons ici le X700 XT au Radeon 9800 Pro mais aussi au GeForce FX 5900 XT et au GeForce 6800 GT (en version PCI-Express). Afin de mettre nos diverses cartes sur un pied d'égalité nous avons pris soin de désactiver les optimisations dans les pilotes NVIDIA et dans les pilotes ATI.

Return To Castle Wolfenstein

00099988-photo-x700-rtcw.jpg

Rien de tel qu'un bon petit shoot pour bien démarrer une séance de tests. Ici le X700 XT fait largement mieux que son prédécesseur le X600 XT. Si en 1280x1024 le X700 XT est au coude à coude avec les GeForce FX 5900 XT et GeForce 6600 GT ainsi que le Radeon 9800 Pro, l'avantage revient au GeForce 6600GT lorsque la résolution augmente d'un cran pour atteindre les 1600x1200.


3DMark 2001 SE

00099997-photo-x700-3dmark-2001se.jpg

Enchaînons avec ce bon vieux 3DMark 2001 SE. Ici encore le X700 affiche sa suprématie face au X600 avec des performances 28% supérieures. Face au GeForce 6600GT, le dernier bébé d'ATI offre un bilan mitigé. Ainsi en 1024x768 le X700 XT bat largement la puce de NVIDIA, mais à mesure que la résolution augmente, le X700 XT cède sa place au GeForce 6600 GT. L'écart de performances entre les deux protagonistes s'élève ici à près de 7%.


3DMark 2003

00099998-photo-x700-3dmark-2003.jpg

Après la version 2001, passons à la version 2003 de 3DMark... Ici le X700 XT se montre jusqu'à deux fois plus rapide que le X600, et se paye le luxe de devancer sensiblement le Radeon 9800 Pro. Face au GeForce 6600 GT, le X700 XT ne démérite pas en affichant des performances très proches. Celles-ci sont d'ailleurs identiques lorsque la fonction CATALYST AI est activée.


Unreal Tournament 2003

00099992-photo-x700-ut2003.jpg

Avec ce bon Unreal Tournament, le X700 XT prend ses lettres de noblesse face au GeForce 6600 GT. La puce de NVIDIA se fait en effet damner le pion en 1024x768 et en 1280x1024 pour reprendre l'avantage en 1600x1200. Une fois de plus le X700 faiblit donc en très haute résolution... Cela ne l'empèche pas d'être plus performant que le Radeon 9800 Pro, alors qu'il atomise le X600 en étant jusqu'à deux fois plus véloce.

Aquamark 3.0

00099996-photo-x700-aquamark-3.jpg

DirectX 9.0, Aquamark 3.0 semble préférer le GeForce 6600 GT au Radeon X700 XT. La puce de NVIDIA est ici en moyenne 14% plus rapide. Il est intéressant de noter que si le X700 XT fait jeu égal avec le Radeon 9800 Pro en 1024x768 et en 1280x1024, la dernière puce d'ATI reprend l'avantage en 1600x1200 alors que le X600 XT se traîne en bas du graphique...

X2

00099993-photo-x700-x2.jpg

X2 est un jeu vous propulsant aux confins de l'espace aux commandes d'un vaisseau pour une quète infinie... On observe ici que le GeForce 6600 GT reste en tête face au X700 XT. Une fois de plus la dernière puce d'ATI affiche de meilleurs résultats que le Radeon 9800 Pro, et si dans les résolutions courantes l'écart avec le GeForce 6600 GT est important, celui-ci se réduit en 1600x1200.


Splinter Cell

00099990-photo-x700-splinter-cell.jpg

Avec Splinter Cell, premier du nom, le X700 XT brille avec des résultats 20% supérieurs à ceux du Radeon 9800 Pro. Largement plus performant que le X600, le X700 XT ne parvient toutefois pas à accrocher le GeForce 6600 GT dont les performances sont en moyenne 10% plus élevées.


Tomb Raider

00099991-photo-x700-traod.jpg

Jusqu'à présent le meilleur parti pour Lara était ATI. Si cet état de fait se confirme en 1024x768, le X700 XT dispose d'une très faible avance en 1280x1024 et en 1600x1200 sur son rival le GeForce 6600 GT. Les 475 MHz du Radeon X700 XT lui permettent de dépasser aisément le Radeon 9800 Pro qui semble ici perdre un peu de sa superbe.

Return To Castle Wolfenstein - FSAA 4x & Aniso 8x

00099989-photo-x700-rtcw-fsaa-aniso.jpg

Avant d'entammer les tests avec les poids lourds que sont Doom 3 et FarCry, attardons-nous sur les performances du X700 XT sous Return To Castle Wolfenstein avec les différentes méthodes de lissage d'écran. Ici le dernier bébé d'ATI fait sensiblement mieux que le Radeon 9800 Pro, et surclasse aisément son ainé le Radeon X600 XT. Hélas pour ATI, le GeForce 6600 GT reste plus performant et ce quelque soit la résolution.

FarCry

00100012-photo-x700-farcry.jpg
00100021-photo-ati-radeon-x700xt-farcry-fsaa-4x-aniso-8x.jpg

FarCry dans sa version 1.2 n'est assurément pas très vendeur pour le X700 XT. Le jeu ne reconnaissant pas l'ID de la carte, il ne peut pas exploiter le rendu SM2B spécifique ATI ce qui, en conjonction avec un autre bug, pénalise grandement les performances de la carte. La fonction ATI CATALYST A. I. n'est d'ailleurs d'aucune utilité ici puisqu'elle n'influe nullement sur les performances. Du coup le X700 XT termine derrière le Radeon 9800 Pro et reste donc très en déça des performances du GeForce 6600 GT... Même le GeForce FX 5900 XT parvient à faire mieux sous FarCry que le X700 XT qui affiche tout de même une petite avance sur le X600 XT. Bref il faudra attendre un prochain patch et des Drivers finalisés pour obtenir sous FarCry des performances réellement représentatives du X700 XT...

Doom 3

00099994-photo-x700-doom-3.jpg
00099995-photo-x700-doom-3-fsaa-aniso.jpg

Doom 3 est le premier test où nous publions les résultats obtenus par le X700 lorsque la fonction A. I. est désactivée et lorsqu'elle est activée pour bien mesurer le gain de performances apporté. On le voit l'A. I. apporte un boost non négligeable atteingnant parfois 10 FPS mais cela au détriment de la qualité visuelle comme nous avons pu le voir plus haut. A. I. ou pas le X700 XT n'est pas en mesure d'attaquer le GeForce 6600 GT qui reste près de deux fois plus rapide. Il est toutefois intéressant de constater qu'avec le FSAA 4x et l'Anisotropic filtering 8x, lorsque l'A. I. est activé l'écart entre le X700 XT et le GeForce 6600 GT se réduit de manière assez importante, même si la puce de NVIDIA garde l'avantage. Face à ses pairs, le X700 XT ne démérite pas avec des prestations globalement supérieures au Radeon 9800 Pro et sans commune mesure face au X600XT.

Conclusion

Décevant ! Voilà le mot qui résume au mieux le X700 XT qu'ATI nous propose aujourd'hui... A la lumière de ce test il semble évident qu'ATI a été pris de cours par le GeForce 6600 GT de NVIDIA. Le récent lancement opéré par la firme au caméléon a vraisemblablement contraint le canadien à réagir vite, trop vite... ATI accouche donc dans la douleur d'un X700 XT peu convaincant au regard de ses prestations actuelles avec des performances moyennes et des bugs à la pelle. Certes les Drivers semblent être particulièrement catastrophiques ce qui n'arrange pas les affaires d'ATI et il faudra vérifier avec de futurs pilotes le comportement de la puce ; mais en attendant une chose est sûre le X700 XT n'est pas un tueur de GeForce 6600 GT. Les compromis qu'a du faire ATI tant au niveau de la fréquence de la puce, revue à la baisse au dernier moment, qu'au niveau du prix (lui aussi revu à la baisse) attestent que le constructeur a actuellement un mauvais rendement et doit en conséquence sacrifier ses marges pour tenter de faire oublier les faiblesses d'un produit bâclé.

Comme si cela ne suffisait pas, ATI doit faire face à deux problèmes tout aussi graves : le bruit généré par la carte qui est bien trop élevé et son comportement étrange en PCI-Express avec des lags qui ne sont pas forcément dus aux seuls pilotes... Bref le X700 manque de maturité et fait pour l'heure bien pâle figure, du moins dans sa version XT, face à son concurrent le GeForce 6600 GT. ATI conserve tout de même quelques avantages intéressants : tout d'abord le X700 XT est un beau progrès face aux Radeon 9600 en se payant le luxe d'être plus performant que le Radeon 9800 Pro malgré l'utilisation d'un bus mémoire 128 bits. En outre la version Pro de la puce devrait s'avérer plus intéressante que le GeForce 6600 puisque ses caractéristiques sont supérieures et enfin le prix du X700 XT annoncé à $199 pour la version 128Mo est prometteur face à un GeForce 6600 GT commercialisé 229€ TTC. Mais tout cela sera-t'il suffisant pour lutter contre NVIDIA qui propose SLI, Shader Model 3.0 en sus de très bonnes performances et de drivers aboutis ?

ATI Radeon X700 XT

4

Les plus

  • PCI-Express natif
  • Bonnes performances
  • Prix intéressant, gamme homogène

Les moins

  • Bruit du ventilateur
  • Phénomènes de lag
  • Overclocking inexistant
  • Bugs beaucoup trop nombreux

0

Performances7

Fonctionnalités7

Confort d'utilisation6

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Cinq fois plus de virus Windows en 2004
Et de deux : Adobe lance Premiere Elements
Graveur DVD+R 16x et double couche chez LG
Logitech monte le volume avec MediaPlay
La FING fête la mobilité, d'Internet à la 3G
Thermaltake lance le Silent 775
Samsung : puce mémoire Flash d'un Go
Test de Codename Panzers
Le test de Codename Panzers sur Clubic
Chipset ATI RX330
Haut de page