NVIDIA GeForce 6600 GT

07 septembre 2004 à 15h00
0
0000009600083418-photo-nv-40-logo-geforce-6.jpg
Après le lancement en mai de son nouveau processeur graphique haut de gamme, NVIDIA a profité du récent QuakeCon pour compléter sa gamme de Processeurs GeForce 6 en lançant cette fois-ci un modèle milieu de gamme, baptisé NV43. Il s'agit pour la firme au caméléon de renouveler son offre en proposant une alternative viable et peu coûteuse aux onéreux GeForce 6800 tout en vulgarisant les technologies introduites avec le NV40. Le principal argument marketing du GeForce 6600, puisque tel est son nom, sera donc le support du fameux Shader Model 3.0, mais, comme nous le verrons, ce n'est pas le seul avantage de ce nouveau processeur graphique dont la vocation est de prendre la relève d'un GeForce FX 5700 pas forcément flamboyant du moins en DirectX 9.0.

Présenté par NVIDIA comme le processeur graphique officiel de Doom 3, le GeForce 6600 semble avoir sur le papier de sérieux arguments pour convaincre, d'autant qu'il profite de la technologie SLI sur laquelle nous reviendrons un peu plus loin. A ce sujet il convient toutefois déjà de préciser que cette technologique, garante d'une certaine évolutivité, implique l'utilisation de cartes PCI-Express et le réserve donc donc aux nouvelles configurations en attendant la sortie de la version AGP.

0000014500098131-photo-test-gf6600-gt-board-press-shot.jpg

Les caractéristiques du GeForce 6600

0000009600096564-photo-logo-nvidia-geforce-6600gt.jpg
Héritier de l'architecture introduite avec le GeForce 6800, le GeForce 6600 s'il en reprend les fondements en offrant le support de DirectX 9.0c et donc du Shader Model 3.0 diffère par un nombre de pipelines forcément revu à la baisse. Alors qu'un GeForce 6800 GT comporte quelques 16 pixels pipelines, le GeForce 6600 GT doit se contenter de 8, ce qui reste malgré tout très appréciable face aux 4 pixels pipelines des GeForce FX 5700 ou des Radeon 9600. Constitué d'après NVIDIA de deux quads, l'arrangement des pipelines du GeForce 6600 est de type 8x1, chaque pipe disposant de sa propre unité de texture. Du côté des vertex shaders, le NV43 dispose de trois vertex pipelines, soit deux fois moins qu'un GeForce 6800 GT. Même si l'architecture interne du NV43 est similaire à celle du NV40, les ingénieurs de NVIDIA lui ont apporté quelques optimisations, notamment au niveau des registres, pour rendre les pipelines plus efficaces. En contrepartie le fonctionnement du pipe est quelque peu différent de celui d'un NV40, avec moins d'unités ROP (Raster Operations Pipes). Ainsi le NV43 peut traiter huit pixels par cycle pour les shaders, 8 pixels par cycle pour les textures, mais seulement 4 pixels par cycle pour le mélange des couleurs dans le frame buffer (Color ROP), et 8 pixels par cycle pour les opérations Z en ROP.

Comptant quelques 146 millions de transistors, le GeForce 6600 est le premier processeur graphique de NVIDIA a être gravé en 0.11 µ par TSMC. La réduction de la finesse de gravure permet comme d'habitude de baisser les coûts de production, tout en réduisant le dégagement thermique du processeur ce qui permet à son concepteur de le cadencer à une fréquence élevée. En effet le GeForce 6600 GT tourne à 500 MHz, alors qu'un GeForce 6800 Ultra est cadencé à, seulement serait-on tenté de dire, 400 MHz. Les progrès du côté du processus de fabrication font que le NV43 se présente sous un packaging FCBGA avec un die de taille modeste : 15x15 mm. La mémoire n'est pas en reste puisque NVIDIA a opté pour de la DDR3 elle aussi à 500 MHz. Précisons toutefois que seule la version GT du GeForce 6600 sera dotée de DDR3, alors que la version standard emploiera de la mémoire DDR standard. Petit regret et non des moindres, le GeForce 6600 GT exploite un bus mémoire 128 bits dont la bande passante approximative est de 16 Go par seconde, ce qui peut sembler faible face aux 22 Go d'un GeForce 6800 Standard. L'avenir nous dira, notamment face à la concurrence, si le choix d'un bus 128 bits ne pénalisera pas trop le GeForce 6600 GT. A défaut ce choix a au moins le mérite de ne pas cannibaliser, du moins sur le papier, les GeForce 6800 LE et GeForce 6800 standard qui risquent d'avoir fort à faire face à ce nouveau venu.

000000E600098132-photo-test-gf6600-gt-puces.jpg

Outre un procédé de fabrication tout nouveau, le GeForce 6600 est le premier processeur graphique de NVIDIA à disposer d'une interface PCI-Express 16x réputée native. En effet, la firme de Santa-Clara n'utilise ici aucun bridge : NVIDIA indique que sa puce a dès le départ été conçue pour exploiter la bande passante du bus PCI-Express. Côté 2D, NVIDIA a intégré deux RAMDAC de 400 MHz chacun pour supporter une résolution maximale d'affichage de 2048x1536 pour une fréquence de rafraîchissement de 85 hz.


La fête du SLI

0000007800092324-photo-nvidia-sli.jpg
NVIDIA avait présenté, peu de temps après le lancement du GeForce 6800 sa technologie SLI - ou Scalable Link Interface - que l'on pensait jusqu'alors réservée au très haut de gamme. Sorte d'héritier du SLI de 3Dfx, le SLI de NVIDIA poursuit le même objectif avec des moyens plus modernes. Il s'agit pour la firme au caméléon de proposer une certaine forme d'évolutivité en permettant à l'utilisateur de faire fonctionner deux GeForce 6600 GT en même temps sur le même système pour augmenter sa puissance graphique. Pour ce faire il faut bien sûr disposer d'une carte mère dotée de deux ports PCI-Express 16x ce qui est aujourd'hui encore réservée à une élite, mais devrait bientôt ne plus l'être avec l'avènement prochain du nForce 4. Pour parvenir à cet objectif NVIDIA utilise un connecteur propriétaire qui permet aux deux Processeurs graphiques de communiquer entre eux sans même passer par le bus PCI-Express. En outre, NVIDIA a conçu un mécanisme de load-balancing qui réparti au mieux, et de manière dynamique, la charge de travail entre les deux processeurs. Le GeForce 6600 GT est donc compatible SLI, ce qui ne sera pas le cas du GeForce 6600 normal.

Techniquement séduisant, le SLI devra prochainement faire ses preuves, lorsque les Cartes mères seront enfin là et nous aurons probablement l'occasion d'en reparler. Tout ce que l'on peut dire c'est que les systèmes SLI que nous avons pu essayer jusqu'à présent sur les divers stands de NVIDIA semblent diablement performants que ce soit sous Far Cry ou Stalker...

0000015E00098133-photo-test-gf6600-gt-cartes-en-sli.jpg

Le retour de la vengeance du video engine

Lors du lancement du GeForce 6800, NVIDIA nous promettait monts et merveilles avec un tout nouveau processeur vidéo intégré capable de mettre au service des vidéastes amateurs son moteur programmable pour décharger le processeur lors des opérations de compression ou de décompression des flux. Dans la pratique le Video Engine du NV40 ne semble pour l'instant efficace qu'avec le format MPEG2, et NVIDIA n'est pas parvenu à nous fournir une explication claire sur le pourquoi du comment de cette lacune. Chez ATI la situation n'est guère plus rose puisque son X800 est dans le même cas comme nous le notions récemment dans notre dernier comparatif.

Avec le NV43, NVIDIA nous promet un Video Engine pleinement fonctionnel capable d'accélérer la lecture des fichiers vidéos au format Windows Media Video 9 (WMV). En pratique nous avons pu observer un faible gain au niveau de l'occupation CPU qui passe de 25% sans assistance à 19% en activant l'accelération matérielle sous le Windows Media Player 9. Le gain est donc peu probant... Le moteur vidéo propose également un désentrelacement avancé ainsi qu'une fonction baptisée Motion Compensation qui contribuent tous deux à améliorer la netteté et la qualité de l'image. On retrouve également le 3:2 pulldown.

000000F000098136-photo-test-gf6600-gt-d-sentrelacement.jpg
000000B400098138-photo-test-gf6600-gt-motion-estimation.jpg

Illustration de l'intérêt du désentrelacement et du Motion Compensation


NVIDIA GeForce 6600 GT : la carte de référence

NVIDIA a su pour une fois rester sage lors de la conception du design de référence de sa GeForce 6600 GT. La carte, dont le PCB huit couches est naturellement vert, est en effet plutôt compacte et première bonne nouvelle, elle ne nécessite aucun adaptateur d'alimentation PCI-Express. Notez cependant que des photos de cartes GeForce 6600 GT circulent avec un connecteur d'alimentation PCI-Express... Il s'agit d'après NVIDIA des premiers prototypes de GeForce 6600, les cartes finales ne disposant pas, nous assure-t'on d'un tel connecteur. Le système de refroidissement du GeForce 6600 GT aura de quoi séduire puisqu'il est dans l'esprit de celui des GeForce 4 ! Il s'agit donc d'un simple radiateur métallique de couleur noir, peu épais et plutôt compact, qui dispose dans son extrémité gauche d'un ventilateur à pâles translucides. La carte est donc des plus discrètes en fonctionnement et malgré son apparente simplicité le système de refroidissement ne nous a pas empêché d'overclocker le GeForce 6600 GT. Les puces mémoire ne sont donc pas ventilées, mais NVIDIA ayant eu recours à de la DDR3 cela n'est pas vraiment problématique : cette génération de puces chauffe peu. Les puces sélectionnées par NVIDIA sont sans grande surprise de marque Samsung avec un temps d'accès affiché de 2 ns. Elles sont au nombre de quatre et offrent une capacité totale de 128Mo.

0000010400098134-photo-test-gf6600-gt-la-carte-1.jpg
0000010400098135-photo-test-gf6600-gt-la-carte-2.jpg

NVIDIA GeForce 6600 GT

Petite surprise, alors que les GeForce 6800 GT et 6800 Ultra distribuées à la presse au moment du lancement étaient dépourvues de fonctions VIVO, la carte de référence GeForce 6600 GT est équipée d'une puce Philips SAA7115 qui gère les fonctions d'acquisition vidéo. Pour les entrées/sorties de la carte NVIDIA a fait là encore dans le classique avec une prise VGA DB15, un connecteur DVI et un connecteur miniDIN pour la capture vidéo.


Les pilotes et l'overclocking

Pour tester son nouveau GeForce 6600 GT, NVIDIA nous a fourni un nouveau jeu de ses pilotes ForceWare cette fois-ci en version 65.76. Concrètement, ces nouveaux pilotes n'ont rien de bien révolutionnaire. Les améliorations apportées sont minimes avec une optimisation générale des performances, le support officiel des GeForce 6600 ainsi que l'implémentation d'un nouvel algorithme optimisant le filtrage anisotropique. Quelques changements ont également été apportés aux pilotes pour qu'ils supportent les fonctions vidéo avancées du GeForce 6600. Visiblement d'autres évolutions devraient être apportées à de prochaines versions pour que le moteur vidéo soit encore plus efficace.

000000B400098126-photo-test-gf6600-gt-drv-1.jpg
000000B400098127-photo-test-gf6600-gt-drv-2.jpg

Pilotes NVIDIA 65.76

Du côté de l'overclocking, le GeForce 6600 GT semble plutôt maniable. Cadencé initialement à 500 MHz à la fois pour le processeur et la mémoire, nous avons pu monter les fréquences à 550 MHz pour les deux et ce le plus simplement du monde. La carte s'est montrée ici particulièrement stable, le GeForce 6600GT ne dépassant pas un très raisonnable 60°C. Si la mémoire ne saura fonctionner à plus de 550 MHz, nous avons pu faire grimper le GPU à 580 MHz : un résultat de très bon augure même si cela ne saurait être représentatif des performances en overclocking des cartes que l'on retrouvera dans le commerce.
00051152-photo-configuration-compl-te.jpg
Pour évaluer les performances du GeForce 6600 GT nous avons utilisé la configuration dont le détail figure ci-dessous :
  • Carte mère Gigabyte GA-8ANXP-D,
  • Processeur Intel Pentium 4E 3.6 GHz,
  • 2x512Mo Corsair PC4200 - DDR2,
  • Disque dur Seagate 120Go UDMA100 7200 RPM
Nous avons employé pour cela Windows XP Professionnel Service Pack 2 avec les derniers Drivers disponibles à la date du test. Il s'agissait notamment des ForceWare 65.76 et des CATALYST 4.8. Mais avant d'entrer dans le vif du sujet, il nous faut quelque peu préciser le protocole de test. Tout d'abord nous avons pris soin de désactiver les optimisations de filtrage trilinéaire et de filtrage anisotropique dans les pilotes NVIDIA, chose qui n'est hélas pas possible avec les drivers ATI alors que ceux-ci sont dotés du même genre d'optimisations. Mais outre cet état de fait qui peut légèrement défavoriser les puces NVIDIA nous avons du faire face à une contrainte beaucoup plus ennuyeuse liée à l'utilisation du bus PCI-Express par le GeForce 6600 GT. Ceci nous force en effet à utiliser deux configurations légèrement différentes, une pour les cartes PCI-Express que nous détaillions plus haut, et une autre, dont le détail figure ci-dessous, pour les cartes AGP 8x.
  • Carte mère Asus P4C800 Deluxe,
  • Processeur Intel Pentium 4C 3.4 GHz,
  • 2x512Mo Corsair PC3200 XL,
  • Disque dur Seagate 120Go UDMA100 7200RPM
Ainsi armé, nous avons sélectionné les Cartes Graphiques suivantes pour les opposer au GeForce 6600 GT. Chez ATI nous avons retenu le X600 Pro et le X600 XT tous deux en PCI-Express ainsi que le X800 Pro en AGP 8x. Pour la marque au caméléon nous nous sommes satisfait du GeForce 5700 Ultra DDR3, que le GeForce 6600 GT remplace, mais aussi du GeForce FX 5900XT, du GeForce 6800 standard et du GeForce 6800 GT ce dernier en version PCI-Express. Il sera particulièrement intéressant d'observer durant ces quelques tests le comportement du GeForce 6600 GT face aux Radeon X800 Pro et au GeForce 6800 standard.


Return To Castle Wolfenstein

00098181-photo-test-geforce-6600-gt-rtcw.jpg

Rien de tel qu'un petit plongeon dans l'ambiance particulière de Return To Castle Wolfenstein pour bien démarrer un test de carte graphique. Ici notre nouveau poulain, le GeForce 6600 GT s'en tire convenablement en affichant de bonnes performances qui si elles ne sont pas les meilleurs sont supérieures aux GeForce FX 5700 Ultra et 5900 XT (dans ce cas en 1600x1200). Les prestations du GeForce 6600 GT sont ici en deça du GeForce 6800 Standard et du Radeon X800 Pro, mais largement supérieures à celles de la famille Radeon X600.


3DMark 2001 SE

00098173-photo-test-geforce-6600-gt-3dmark-2001.jpg

3DMark 2001 SE plaide en faveur du X800 Pro qui se retrouve premier avec une bonne longueur d'avance sur le GeForce 6600 GT. Le nouveau venu de NVIDIA se montre ici 13% moins véloce que le GeForce 6800 standard qui dispose il est vrai d'une bande passante mémoire plus importante et de pipelines supplémentaires. Malgré sa quatrième position le GeForce 6600 GT surclasse allégrement les GeForce FX 5900 XT, GeForce FX 5700 Ultra et autres X600. Les amateurs de chiffre retiendront que le NV43 (GeForce 6600 GT) est ici 51% plus rapide que le NV36 (GeForce FX 5700 Ultra).


AquaMark 3

00098176-photo-test-geforce-6600-gt-aquamark3.jpg

Ici notre GeForce 6600 GT reste quatrième, mais l'écart avec son grand frère le GeForce 6800 standard se reserre avec une différence de seulement 7%. Le dernier né de NVIDIA se révèle deux fois plus rapide que son prédécesseur le GeForce FX 5700 Ultra DDR3 alors qu'il se taille la part du lion face aux X600.


Unreal Tournament 2003

00098186-photo-test-geforce-6600-gt-ut2003.jpg

Décidément indétronable le GeForce 6600 GT reste quatrième avec Unreal Tournament 2003, où le GeForce 6800 standard se montre 6% plus rapide. Notez qu'en 1600x1200 le NV43 est deux fois plus rapide que le NV36. Les X600 ne brillent guère au contraire du X800 Pro qui caracolle en tête.


3DMark 2003

00098175-photo-test-geforce-6600-gt-3dmark-2003.jpg

La dernière version de 3DMark ne fera pas l'objet de commentaires trop nombreux puisqu'on retrouve un GeForce 6800 GT en tête, suivi du X800 Pro. Le GeForce 6600 GT est une fois de plus en quatrième position derrière son ainé le GeForce 6800 standard. Ses performances près de deux fois supérieures aux X600 et GeForce FX 5700 Ultra semblent plus que satisfaisantes.


X2

00098187-photo-test-geforce-6600-gt-x2.jpg

X2 ne sera pas le jeu qui bouleversera la hiérarchie de notre classement le GeForce 6600 GT se montrant décidément très constant. On notera ici que le GeForce 5900 XT talonne tout de même le nouveau venu, alors que les X600 et GeForce FX 5700 Ultra ne peuvent pas suivre la cadence...


Splinter Cell

00098184-photo-test-geforce-6600-gt-splinter-cell.jpg

Pour terminer cette première page de tests, nous avons opté pour Splinter Cell. L'ami Sam nous apprend que le GeForce 6600 GT est ici 60% plus performant que le X600 XT et près de deux fois plus rapide que le GeForce FX 5700 Ultra. Au delà, et malgré les bonnes prestations du Radeon X800 Pro, le GeForce 6800 GT lui souffle la première place.

Tomb Raider - L'ange des ténèbres

00098185-photo-test-geforce-6600-gt-traod.jpg

Pour Lara la meilleure carte de notre sélection est sans aucun doute le Radeon X800 Pro. Ici, le GeForce 6600 GT affiche des résultats très proches du GeForce 6800 standard du moins lorsque la résolution n'est pas trop élevée. On terminera ce court commentaire en observant que le GeForce 6600 GT est deux fois plus rapide que le Radeon X600 XT.


FarCry

00098179-photo-test-geforce-6600-gt-farcry.jpg

Pénalisés par une architecture limitée les GeForce FX sont sous FarCry à la peine surtout pour le modèle 5700 Ultra qui ne dispose que de 128 Mo de mémoire vidéo. Les X600 sont logés à la même enseigne et ce test permet d'observer le fossé qui sépare les GeForce FX et autres X600 des cartes de nouvelle génération qui peuvent être jusqu'à trois fois plus rapides ! Le GeForce 6600 GT est ici toujours quatrième derrière le GeForce 6800 standard et le X800 Pro qui cède la première place au GeForce 6800 GT.


FarCry FSAA 4x & Aniso 8x

00098180-photo-test-geforce-6600-gt-farcry-fsaa-aniso.jpg

L'activation des fonctions de lissage permet au GeForce 6600 GT de prendre pour la première fois la deuxième place à quelques cheveux du GeForce 6800 standard. Si le GeForce 6800 GT reste en tête, le X800 Pro marque légèrement le pas, alors que les X600 et autres GeForce FX ne sont tout simplement plus dans la course.


3DMark 2001 SE - FSAA 4x

00098174-photo-test-geforce-6600-gt-3dmark-2001-fsaa-4x.jpg

Avec 3DMark 2001 SE, la mise en place de l'anticrénelage 4x ne change pas la donne, le X800 Pro restant largement en tête. On observe toutefois que le GeForce 6600 GT se montre ici talonné par le GeForce FX 5900 XT dont la prestation est très similaire.


Return To Castle Wolfenstein - FSAA 4x / FSAA 4x & Anisotropic filtering 8x

00098183-photo-test-geforce-6600-gt-rtcw-fsaa.jpg
00098182-photo-test-geforce-6600-gt-rtcw-fsaa-aniso.jpg

Pour Return To Castle Wolfenstein le GeForce 6600 GT reste quatrième quelle que soit la méthode de filtrage choisie. Les pipelines plus nombreux du GeForce 6800 standard lui permettent ici de se démarquer nettement du tout nouveau venu alors que le Radeon X800 Pro est classé en seconde position. Les Radeon X600 sont ici derrière les GeForce FX qui affichent de beaux restes.


Doom 3

00098177-photo-test-geforce-6600-gt-doom-3.jpg

Le récent Doom 3 place le GeForce 6600 GT en troisième position devant le X800 Pro. Il faut dire que le dernier titre de John Carmack malmène les puces ATI, dont les pilotes OpenGL accusent le poids de leur obsolescence. Du coup les X600 sont relégués au fin fond du classement et ne peuvent prétendre se comparer au nouveau GeForce 6600 GT. Meilleures, les prestations des GeForce FX ne sont toutefois pas flamboyantes...


Doom 3 - FSAA 4x & Aniso 8x

00098178-photo-test-geforce-6600-gt-doom-3-fsaa-aniso.jpg

La combinaison des divers modes de lissage pénalise un peu plus les Processeurs ATI qui ont fort à faire pour revenir au niveau des GeForce 6. Le GeForce 6600 GT termine ici troisième, à quelques encablures du GeForce 6800 standard mais loin de la star de ce test, le GeForce 6800 GT. Les X600 se trainent tellement que le dernier né de NVIDIA est ici jusqu'à quatre fois plus rapide !

Conclusion

Conclure ce test n'est pas chose aisée. Certes il est un fait indéniable que la GeForce 6600 GT est effectivement performante, pour une carte de milieu de gamme, et qu'elle représente à ce titre un progrès plus que significatif face à l'ancienne offre de NVIDIA ou d'ATI. Cependant plusieurs inconnues subsistent, au premier rang desquelles figure le RV410 (ou X700) qui n'est autre que la contre-offensive d'ATI sur ce segment. Il nous faudra donc attendre l'arrivée imminente du X700 pour tirer des conclusions valables sur la nouvelle donne du marché graphique milieu de gamme. En attendant le GeForce 6600 GT qui nous préoccupe aujourd'hui semble avoir du potentiel grâce à ses performances, son support de DirectX 9.0c et son prix qui devrait s'établir dans un premier temps autour des 200€ TTC. Le passage en 0.11 µ semble salutaire puisque ce nouveau GeForce chauffe peu, s'overclocke bien et n'est pas surplombé d'un système de refroidissement fantasmagorique.

La deuxième inconnue concerne le SLI dont nous ne savons encore que bien peu de choses... Seul l'avenir nous dira si cet argument constitue un véritable plus pour la nouvelle solution de NVIDIA. Autre point intéressant si la 6600 GT semble séduisante, sa petite sœur la 6600 normale paraît bien moins attractive avec des fréquences largement moindres et l'utilisation de mémoire DDR standard. Enfin, l'absence de version AGP prive pour le moment une bonne partie des utilisateurs de cette carte et il faudra encore patienter quelques semaines pour voir arriver les premiers GeForce 6600 GT AGP 8x qui feront appel à un bridge.


NVIDIA GeForce 6600 GT

6

Les plus

  • PCI-Express natif
  • Bonnes performances
  • Gravure 0.11µ & fréquences élevées

Les moins

  • Interface mémoire 128 bits
  • Video Engine peu probant ?

0

Performances8

Fonctionnalités8

Confort d'utilisation8

Modifié le 19/09/2018 à 16h44
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Le nouveau SUV ID.6 se dévoile un peu plus avant le Salon de l'automobile de Shanghai
Xbox : Fable, Everwild et Perfect Dark pourraient ne pas sortir avant plusieurs années
Microsoft rachète Nuance, le spécialiste des assistants virtuels ayant donné naissance à Siri, pour 19,7 milliards de dollars (màj)
Bercy veut s'attaquer aux méthodes douteuses de dropshipping des influenceurs
En dépit des pénuries, les expéditions de PC ont augmenté de 55 % sur le premier trimestre 2021
Le Bitcoin à 400 000 dollars dès 2021 ? C’est une hypothèse, selon un rapport Bloomberg
Google abandonne son application mobile Google Shopping
Toyota tease son prochain crossover électrique, le premier modèle
Vous pouvez effectuer une capture d'écran précise dans Vivaldi
La sonde OSIRIS-REx a survolé une dernière fois l'astéroïde Bennu
Haut de page