NVIDIA GeForce 6800 Ultra

Par Julien Jay
le 14 avril 2004 à 15h00
0

Un VPE nickel chrome



Par le passé, NVIDIA a été vertement critiqué pour le faible nombre de fonctionnalités vidéo qu'il intégrait à ses puces. Il faut dire que là où ATI proposait une décompression MPEG2 matérielle depuis le premier Radeon, il fallu attendre l'arrivée du GeForce FX pour que cette fonction soit disponible sur l'ensemble des puces NVIDIA. Conscient de son retard en matière de vidéo, NVIDIA a redoublé d'efforts pour rattraper son retard avec le NV40. Aussi, la puce comporte un tout nouveau VPE (Video Processor Engine) aux fonctionnalités tout bonnement impressionnantes. Tout d'abord il est important de préciser que contrairement à ATI qui fait appel à un composant externe pour la gestion des fonctions vidéo avec le Rage Theater, le GeForce 6800 intègre directement en son sein le VPE. Celui-ci dispose de fonctions assez inattendues puisqu'outre la décompression matérielle des flux MPEG2, le GeForce 6800 est capable d'encoder des vidéos au format MPEG 2 ! Les possibilités d'encodage et de décodage s'étendent également aux formats MPEG 4, WMV 9 et DivX. Hélas à l'heure actuelle ces fonctions ne sont pas encore implémentées et il est fort possible qu'outre un support dans les pilotes, il faille disposer d'applications spécialement conçues pour prendre en charge le VPE du GeForce 6800 afin de bénéficier de ses optimisations. Actuellement seules les décompressions WMV9 et MPEG2 sont opérationnelles en attendant mieux. Pour l'anecdote sachez que l'encodage MPEG 2 se fait à plus de 60% au niveau du processeur graphique. Durant nos test nous avons tâché de vérifier le gain de performances induit par le décodage matériel offert par le NV40 du format Windows Media 9. Nous avons pour cela utiliser le trailer de Scoobidoo 2 en 720p. En désactivant l'accélération matérielle depuis le lecteur nous obtenons une utilisation CPU moyenne de 50%, contre 40% lorsque le NV40 décharge l'unité centrale. Le gain n'est donc pas fantastique ce qui laisse penser que les Drivers employés sont encore loins d'exploiter correctement ce VPE de nouvelle génération.

000000B400083730-photo-nv40-wmp9-no-hardware-acc.jpg
000000B400083731-photo-nv40-wmp9-with-hardware-acc.jpg

Lecture d'un flux Windows Media 9 : Occupation CPU sans et avec l'accélération matérielle offerte par le NV40


NVIDIA étant une firme américaine, il n'est guère surprenant d'apprendre que l'encodeur TV du NV40 supporte le format HDTV avec une sortie et un décodage MPEG 2 supportant une résolution maximale de 1920x1080. Ajoutons à cela le support de la technologie Microsoft VMR (Video Mixing Renderer) qui permet sur une seule machine dotée d'un GeForce 6800 Ultra de lire en simultané près de 9 streams DVD ! NVIDIA propose en plus une fonction de désentrelacement adaptative, ainsi qu'une remise à l'échelle et un filtrage des vidéos pour toujours obtenir une qualité vidéo maximale qu'importe la taille de la fenêtre et la taille originale de la vidéo. Une fonction de deblocking est également au programme et permet d'enlever les blocs qui apparaissent généralement dans les zones sombres des vidéos encodées au format MPEG 2. Si on ajoute à cette liste déjà éloquente un filtre anti-bruit, une correction gamma et une conversion intégrée des espaces couleurs on comprend très vite que le VPE du NV40 n'est pas là pour faire joli mais bien pour séduire les vidéastes amateurs. D'autant que le GeForce 6800 gère le deblocking et le motion compensation pour le WMV9/H.264 en sus du 3:2 pulldown ! Cette dernière fonction permet d'éviter la répétition des frames tout en réduisant le bitrate pour une meilleure fluidité de lecture lors de la lecture de plusieurs streams en parallèle. La plupart des fonctions énumérées précédemment sera exploitable par l'entremise de Microsoft DirectShow.

000000FA00083703-photo-nv40-vmr-9-streams-vid-os.jpg

Technologie Microsoft VMR en action sur le NV40 ou comment disposer de 9 streams simultanés



Quelques mots sur la 2D...



Le NV40 comporte, tout comme les GeForce FX, deux RAMDAC, chacun cadencé à 400 MHz. Cela permet au chip de gérer des résolutions extremes de 2048x1536 en 85 Hz. La puce intègre également un TMDS de 185 MHz mais NVIDIA semble préférer l'utilisation de TMDS externes afin d'éviter les problèmes de bruit électronique. Le GeForce 6800 est bien entendu pourvu d'un encodeur TV aux formats PAL/NTSC dont la résolution maximale est de 1024x768 avec un support de la technologie MacroVision. Lors de nos tests nous avons vérifié la qualité de la sortie TV et celle-ci s'est avérée irréprochable tant au niveau de la facilité de mise en oeuvre que de la qualité de l'image affichée. A propos de 2D, NVIDIA a théoriquement conservé son système FlOw Control qui ajuste la fréquence de fonctionnement du processeur en fonction de l'utilisation du système afin de mieux réguler la consommation électrique pour préserver la durée de vie des composants ce qui a pour incidence directe de moduler la vitesse de rotation du ventilateur. Toutefois les fréquences étant encore flottantes au moment où nous avons pu mettre nos mains sur le GeForce 6800, le mode de fonctionnement 2D à fréquence réduite n'était pas encore implémenté. Il paraît sage de tabler sur une fréquence de fonctionnement de 200/250 MHz du NV40 en 2D, mais cela reste à confirmer.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

Un nouveau kilo, Huawei, SFR, Parcoursup : les actualités tech' de la semaine
LG veut être neutre en émissions carbone d'ici à 2030 et explique comment
Star Wars : après l'échec de Solo, Lucasfilm abandonne les spin-off
Comparatif 2019 : quels processeurs pour jouer et travailler ?
Où en est la législation française sur les travailleurs d'Uber, Deliveroo et consorts ?
Des capteurs inspirés des araignées pour permettre aux drones de réagir plus vite
Chine : une sonnerie de téléphone pour stigmatiser les citoyens endettés
Google lance la livraison de repas directe depuis Search, Maps et l'Assistant
AIDA64, l'outil de bench et de diagnostic, disponible en version 6.0
La transition écologique de l'industrie chimique va demander beaucoup d'énergie renouvelable
scroll top