NVIDIA GeForce 6800 Ultra

14 avril 2004 à 15h00
0
000000B400083418-photo-nv-40-logo-geforce-6.jpg

NVIDIA GeForce 6800 : Une toute nouvelle architecture grâce au CineFX 3.0



Avec le GeForce 5800, puis avec son grand frère, NVIDIA avait initié le CineFX un moteur graphique conçu pour délivrer une qualité dite cinématographique. A l'époque NVIDIA mettait en avant la possibilité de traiter les shaders avec une précision de 32 bits. Hélas pour NVIDIA, DirectX 9.0 se bornait à un traitement sur 24 bits handicapant lourdement les GPU du groupe : en travaillant avec leur précision maximale (FP32) ils s'avéraient largement moins performants que ceux de la concurrence. Du coup, NVIDIA a du jongler entre FP16 et FP32 pour que ses chips délivrent des performances satisfaisantes.

De fait l'architecture CineFX était franchement peu convaincante et il fallu attendre l'arrivée du CineFX 2.0 pour que NVIDIA rattrape une partie de son retard face à la série R3xx de son éternel rival canadien en augmentant à la fois la puissance de calcul tout en maintenant une qualité de rendu maximale. Le NV40 est pour NVIDIA l'occasion de faire table rase du passé en présentant le CineFX 3.0. Les deux principales fonctionnalités de ce nouveau moteur sont le support du modèle de Shaders 3.0 et du tout frais OpenGL 1.5 par l'entremise des langages HLSL, GLSL ou Cg.


DirectX 9.0c et le Shader Model 3.0



Le Shader Model 3.0 est une évolution logique de la version 2.0 apparue avec DirectX 9.0. Il apporte essentiellement plus de souplesse aux développeurs en faisant tomber un certain nombre de limitations. Le nombre d'instructions maximales d'un shader passe ainsi de 96 à 65535 instructions pour les Pixel Shaders et de 256 à 65535 instructions pour les Vertex Shaders. Autre nouveauté de taille, les Shader Models 3.0 exploitent dorénavant une précision de calcul en FP32. Si les spécifications des Shaders Models 3.0 font état d'un nombre maximal d'instructions, le NV40 n'est pas assujetti à ces contraintes, du moins en théorie. En outre NVIDIA propose en standard le Dynamic FlOw Control qui offre un support complet des sous-routines, branches, boucles et autres codes de condition à la fois pour les Vertex & Pixel Shaders. Cet ensemble de fonctionnalités permet aux développeurs d'avoir un plus grand contrôle sur le fonctionnement de ses shaders.

Les Vertex Shaders dans leur version 3.0 continuent d'offrir le support du Displacement mapping, une sorte d'évolution de la technologie Bump Mapping chère à Matrox. Alors qu'ATI propose cette technologie depuis le Radeon 9700, NVIDIA l'adopte enfin. Par rapport au Bump Mapping, le Displacement Mapping, bien que plus coûteux en terme de ressources GPU, offre un plus grand niveau de réalisme grâce à l'emploi des shaders. Pour cela, le moteur CineFX 3.0 permet d'associer les informations de texture aux vertices (autrement dit le sommet d'un triangle) en utilisant un minimum d'instructions ce qui permet d'éliminer la plupart des surfaces lisses. Dans l'exemple donné par NVIDIA, une tête de dinosaure modélisée (voir illustration ci-dessous) arbore des contours parfaitement lisses. L'application du Displacement Mapping transforme la tête en faisant apparaître, en plus d'une texture, des détails bosselés et accidentés qui sont capables de réagir à la lumière. Contrairement au Bump Mapping, le Displacement Mapping donne du relief au lieu de le simuler. Les Vertex Shaders 3.0 introduisent également une meilleure gestion géométrique avec le Vertex Stream Divider qui optimise l'utilisation du bus et du GPU en permettant à un programme de spécifier des fréquences multiples pour la lecture des informations sur les vertex afin, par exemple, d'appliquer le même effet à un ensemble d'objets.

000000DC00083434-photo-nv40-displacement-mapping.jpg

Le displacement mapping en action

Du côté des Pixel Shaders 3.0, le NV40, outre les fonctionnalités précédemment décrites, propose la technologie MRT, pour Multiple Render Targets. Cette fonction permet à un pixel shader de stocker des données sur chacun des pixels dans plusieurs zones tampons. Egalement connue sous le nom de Deferred Shading, le MRT permet d'utiliser les données stockées dans les buffers comme des paramètres pour les réutiliser dans des shaders de lumière. Avec cette approche il devient possible d'appliquer les effets de lumière une fois que la géométrie de la scène a été rendue sans pour autant le faire en plusieurs passes. Cela est particulièrement utile pour le HDR ou High Dynamic Range qui reproduit avec un plus grand réalisme les effets d'éblouissement ou de forte luminosité liés par exemple aux contre-jours, ce que nous verrons plus loin.

Comme à chaque nouvelle évolution de l'API, il faudra bien sûr attendre quelques mois avant de voir apparaître les premiers jeux exploitant les Pixel Shaders 3.0. En fait, l'attente pourrait être moins longue que prévue, puisque Far Cry peut déjà reconnaître les fonctionnalités Pixel Shaders 3.0 à condition de disposer de la bonne version de DirectX et du patch 1.1. Il va falloir en effet patienter jusqu'à ce que Microsoft publie la version 9.0c du runtime DirectX afin que le Shader Model 3.0 soit pleinement supporté et exploitable par nous autres les utilisateurs. En attendant et de par la nature méme de ce Shader Model 3.0, les modes de fonctionnement de l'architecture NV40 restent limités aux FP16 et FP32, le FP24 n'étant toujours pas à l'ordre du jour.

000000FA00083427-photo-nv40-pirates.jpg
000000FA00083417-photo-nv-40-nalu.jpg

Démos technologiques de NVIDIA : à l'abordage & NALU !
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top