S3 DeltaChrome S8

13 février 2004 à 16h00
0

00E6000000075096-photo-logo-deltachrome-s8.jpg
Depuis que Matrox a volontairement abandonné le marché de la 3D en ne proposant aucun successeur digne de ce nom au G400, ATI & NVIDIA se disputent le marché et font régner leur loi. Jadis les deux fabricants de puces graphiques devaient non seulement affronter la concurrence de Matrox mais aussi celle de 3DFX, de S3 ou d'autres fabricants de moindre envergure. Aujourd'hui le marché n'en a plus que pour eux et il faut bien reconnaître que les deux géants ont su imposer leurs produits tout en évinçant leurs concurrents.

Cette domination a nul autre pareil est aujourd'hui encore d'actualité même si certains fabricants tentent de proposer une alternative aux sempiternels ATI & NVIDIA. La division graphique du fabricant de chipsets SiS, maintenant devenue XGI, si y'est déjà cassée les dents avec un Xabre et un Volari tout deux en deçà des attentes du marché. VIA qui lui aussi fabrique des chipsets a racheté il y a quelques années le pôle d'activité graphique du fabricant S3 à qui l'on doit la série de Processeurs Virge assez répandue il y a quelques années. Cela fait maintenant un an que VIA & S3 ont annoncé l'arrivée du DeltaChrome comme imminente. En vérité c'est avec beaucoup de retard que VIA met sur le marché son DeltaChrome S8 un processeur graphique DirectX 9.0. Clairement la prétention de ce processeur n'est pas de concourir avec les GeForce FX 5950 Ultra et autres Radeon 9800 XT. Il se présente plutôt comme un processeur graphique de milieu de gamme destiné aux joueurs.

00043568-photo-s3-logo.jpg

Les caractéristiques techniques du DeltaChrome S8

Le moins que l'on puisse dire est que S3 n'est pas très disert sur l'architecture de son processeur graphique. Tout juste sait-on que le processeur comporte huit pixels pipelines de rendu avec un seul TMU par pipe et 4 unités de Vertex Shaders. Gravé en 0.13µ par TSMC le DeltaChrome S8 comporterait quelques 70 millions de transistors pour une fréquence de fonctionnement assez faible de seulement 300 MHz, la mémoire étant pour sa part cadencée à 600 MHz. Doté de 128 Mo de mémoire vidéo, le DeltaChrome S8 utilise un bus mémoire sur 128 bits, ce qui limite sa bande passante mémoire à seulement 9.6 Go par seconde. A la lecture de ces spécifications on peut s'interroger sur l'utilité d'un pipe aussi grand vu la faible bande passante mémoire qui aura bien du mal à alimenter ses huit étages. Du côté des optimisations architecturales visant à préserver la sacro-sainte bande passante, S3 a concocté l'Advanced Deffered Rendering. Sous ce terme marketing, S3 utilise l'occlusion culling, le Hierarchical Z et le Triangle mask optimization afin d'éviter au maximum les goulets d'étranglement pour réduire la charge mémoire.

Exploitant l'interface AGP 8x, le GPU est annoncé comme supportant DirectX 9.0 avec une prise en charge des Pixel Shaders 2.0+ et une précision de calcul de 96 bits (FP24). Notez que les Vertex Shaders supportent pour leur part une précision de calcul de 128 bits (FP32). Côté OpenGL, S3 annonce un support de l'OpenGL 1.3. S3 a développé certaines instructions particulières comme le 'Programmable per pixel Gamma correction' qui permet de corriger la valeur gamma de chacun des pixels constituant une scène. Autres fonctionnalités de l'architecture DeltaChrome le 'Programmable Render Target Blending & Depth Shading', le 'Programmable Selective Depth-of-Field' & le 'Programmable Depth-Cued Fog Color'. Du côté des fonctionnalités de lissage, le DeltaChrome est annoncé comme pouvant effectuer un 'Full Screen Anti Aliasing' par multisampling d'un maximum de deux zones. Certains seront déçus par cette limitation, mais il faut bien avouer que ce n'est pas véritablement dramatique sur une carte graphique de milieu de gamme. L'anisotropic filtering est lui aussi supporté et en mode 16x s'il vous plaît.

Terminons ce rapide tour d'horizon des caractéristiques du DeltaChrome S8 en mentionnant son RAMDAC de 400 MHz qui autorise de hautes résolutions d'affichage avec une fréquence de rafraîchissement élevé.


Le moteur DeltaChrome Chromotion

Lors des diverses présentations du DeltaChrome auxquelles nous avons pu assister, S3 a particulièrement mis l'accent sur son moteur vidéo programmable baptisé 'Chromotion'. Intégré au processeur ce moteur comporte des optimisations particulières en vue d'améliorer la lecture des vidéos. S3 a notamment intégré des fonctions de 'de-blocking' qui annihilent les effets visuels de bloc que l'on peut apercevoir avec certaines vidéos encodées en MPEG2. Le Chromotion via les effets « ArtisticLicense » affine également la netteté des images tout en lissant certaines parties de l'image. Il propose aussi des effets spéciaux, à la manière des VideoShader d'ATI, qui s'appliquent en temps réel comme l'effet néon ou bien encore l'effet d'estampage. Le Chromotion est également capable de choisir la meilleure méthode de désentrelacement entre le mode Bob ou le mode Weave pour chacun des pixels constituant l'image. En outre le DeltaChrome S8 supporte le Motion Compensation et et dispose d'accélérations matérielles pour les formats MPEG 2/4 & Windows Media Video.

Autre particularité du DeltaChrome S8 au niveau vidéo : il supporte nativement la norme HDTV. L'encodeur présent au sein de la puce permet de relier son PC à n'importe quel moniteur HDTV. Certes cela n'a qu'un intérêt limité dans nos contrées mais il est toujours bon de le noter. S3 propose en outre une fonctionnalité de rotation 'hardware' qui lorsque la carte graphique est utilisée avec un Moniteur LCD orientable effectue une rotation de l'image de manière totalement matérielle afin d'éviter tout problème, bug ou lenteur occasionné par un support logiciel de la rotation d'image. Dans le même esprit le DeltaChrome S8 est annoncé comme optimisé pour Windows XP avec des accélérations matérielles spécifiques pour l'anti-aliasing des polices de caractères et pour la couleur des curseurs. S3 spécifie que son DeltaChrome supporte les fonctions GDI+ Gradient fill, Transparent Blt et les opérations d'alpha-blending.

00075099-photo-exemple-chromotion-de-d-blocage.jpg

Exemple d'application de la fonction de deblocking du moteur Chromotion


S3 DeltaChrome S8 : la carte

S3 nous a fait parvenir pour ce test une carte DeltaChrome basée sur son propre design de référence en révision A1. Pourvue d'un PCB noir la carte en question semble à première vue bien dénudée. Elle fait appel à des puces mémoire BGA de marque Samsung qui affichent des temps d'accès de 2.8 ns. Bien que simplissime, la carte séduit par l'absence de radiateur sur ses puces mémoire ou par le côté minimaliste de son ventilateur. Il n'est en effet ici pas question de radiateur en cuivre, ventilateur, extracteur ou autre dispositif impressionnant que l'on voit fleurir sur les cartes haut de gamme. Le DeltaChrome S8 marque donc un bon point de ce côté-là. Après plusieurs heures de fonctionnement intensif le DeltaChrome est à peine tiède et l'on se demande si il comporte réellement 80 millions de transistors...

La carte dont nous disposions nécessitait une alimentation secteur externe par le biais d'un connecteur mini-molex mais il semblerait que certains designs de DeltaChrome n'imposent pas cette alimentation supplémentaire. Notez d'ailleurs que les composants du bloc d'alimentation sont curieusement éparpillés à la surface de la carte. La connectique de la carte propose une sortie S-Vidéo, un connecteur VGA et une prise DVI. Cette dernière étant gérée par un composant Silicon Image Sil164CT64.

000000DC00075076-photo-carte-s3-deltachrome-s8-vue-1.jpg
000000DC00075077-photo-carte-s3-deltachrome-s8-vue-2.jpg

Une carte graphique d'une simplicité étonnante

Les pilotes

Nous ne vous l'apprendrons pas, le talon d'Achille potentiel pour une carte graphique réside dans ses pilotes. Cette donnée s'est vérifiée par le passé et a concernée aussi bien ATI que Xabre. Si certains comme ATI ont fort heureusement corrigé le tir en accomplissant de formidables progrès, d'autres comme Xabre ont préféré l'immobilisme quitte à définitivement ternir leur image de marque. Fort de ce constat, nous abordions donc l'analyse des pilotes S3 avec un œil critique. Première bonne surprise, les pilotes sont génériques et fonctionnent avec l'ensemble des déclinaisons du DeltaChrome. Deuxième bonne surprise, alors qu'ATI & NVIDIA nous concoctent des pilotes pesant plus de 20 Mo, les Drivers S3 accusent une taille de seulement 4 Mo. Troisième bonne surprise (décidément on n'arrête plus S3 !), les pilotes sont en français... Enfin, ne nous emballons pas trop vite : la traduction est largement perfectible !

000000B400075080-photo-s3-drivers-1.jpg
000000B400075081-photo-s3-drivers-2.jpg
000000B400075082-photo-s3-drivers-3.jpg
000000B400075083-photo-s3-drivers-4.jpg

Une fois les pilotes installés et après l'indispensable redémarrage, une petite icône S3 apparaît près de l'horloge. Celle-ci donne accès aux divers panneaux de réglage des options S3. Le constructeur a plutôt fait du bon travail puisque ses pilotes, déjà certifiés WDM, sont correctement intégrés à Windows. Question fonctionnalités, ils comportent un onglet dédié aux applications Direct3D où il est possible de définir certaines options comme le paramètre V-Sync, l'utilisation du FSAA, de l'Anisotropic Filtering ou bien encore du Fast Clear. Si cet ensemble de réglages nous apparaît complet, on déplore l'absence d'équivalent pour l'OpenGL. Impossible donc d'utiliser un quelconque lissage d'écran avec les jeux OpenGL ! S3 propose une fonction de filtrage trilinéaire rapide qui est supposée conserver la qualité graphique du trilinéaire tout en diminuant sa lourdeur au niveau de la gestion pour des performances plus élevées. Sachez qu'il n'est pas possible de créer des profils de paramètres en fonction de l'application utilisée.

L'orientation vidéo des pilotes est clairement perceptible puisque si les drivers de S3 font l'impasse sur un certains nombre de fonctionnalités 3D, ils proposent néanmoins un grand nombre de fonctionnalités 2D. Il est ainsi possible de régler les paramètres de luminosité, contraste, gamma dans l'onglet 'S3 GammaPlus' ou bien encore la teinte et la saturation par l'onglet 'S3 Color Plus'. Un onglet entier est dédié aux paramètres du moteur vidéo Chromotion avec la possibilité d'activer les fonctions de deblocking ou les effets vidéo. S3 propose une fonction 'RefreshLock' qui permet de figer le taux de rafraîchissement du moniteur y compris avec les jeux DirectX. Afin de configurer au mieux l'affichage, on trouve un onglet avec les options de rotation de l'image et un autre onglet de réglage du positionnement de l'affichage afin de bien centrer l'image sur votre écran. Les possibilités des pilotes sont donc plutôt impressionnantes pour une toute nouvelle carte graphique, mais il est vrai que S3 n'est pas un bleu.

000000B400075084-photo-s3-drivers-5.jpg
000000B400075085-photo-s3-drivers-6.jpg
000000B400075086-photo-s3-drivers-7.jpg
000000B400075087-photo-s3-drivers-8.jpg

Des pilotes honorables mais largement perfectibles

Bugs, vous avez dit bugs ? Oui je vous rassure les drivers S3 n'échappent hélas pas à la règle puisqu'ils comportent un certain nombre de bugs. L'un des plus importants vient de l'impossibilité d'utiliser le FSAA ou l'anisotropic filtering avec une résolution d'affichage supérieure à 1024x768 sous peine de voir votre application planter irrémédiablement. Les pilotes ont d'autres défauts liés à certains jeux et lors de l'exécution du test 3DMark 2001 SE, notre système a planté de très jolie manière en affichant un écran noir avec un curseur clignotant.


La qualité d'image

La qualité du rendu des scènes 3D est par définition primordiale. Si cette affirmation pleine de bon sens semble évidente, ce domaine est devenu un véritable cheval de bataille pour les ATI et autres NVIDIA qui affirment tous laver plus blanc que blanc en délivrant une qualité dite cinématique. Par le passé, beaucoup de fabricants de puces graphiques ont été tenté de diminuer la qualité visuelle d'un rendu pour augmenter les performances de leurs puces. Tirant les enseignements de ces choix contestables, S3 ne semble avoir fait aucun compromis sur la qualité de ses rendus. Ainsi, durant nos tests, nous n'avons observé aucune dégradation significative de l'image avec nos divers outils. Les quelques illustrations publiées ci-dessous le montrent d'ailleurs de manière éclatante, il n'y a que très peu de différences, pour ainsi dire aucune, entre le rendu du DeltaChrome et celui d'un GeForce FX 5700. Cette affirmation est vraie pour les jeux DirectX dont le rendu S3 est tout à fait à la hauteur. Hélas, il n'en va pas de même pour l'OpenGL : en 1600x1200 avec Return to castle wolfenstein, le ciel gris devient verdâtre ce qui est particulièrement désagréable. Cette constatation tend à confirmer le désintérêt de S3 vis-à-vis de l'OpenGL.

000000DC00075089-photo-qualit-d-image-s3-1.jpg
000000DC00075088-photo-qualit-d-image-nvidia-1.jpg

A gauche le rendu S3, à droite le rendu NVIDIA


000000DC00075091-photo-qualit-d-image-s3-2.jpg
000000DC00075090-photo-qualit-d-image-nvidia-2.jpg

Autre exemple de rendu : à gauche S3, à droite NVIDIA

00051152-photo-configuration-compl-te.jpg
Pour tester les performances du S3 DeltaChrome S8, nous avons utilisé notre configuration de référence habituelle dont le détail figure ci-dessous :

  • Asus P4C800 Deluxe (rev 2.00A) - BIOS 1014
  • Intel Pentium 4C 2.8GHz
  • 2x256Mo Corsair TwinX 3200LL CAS 2
  • Disque dur Seagate 120Go UDMA 100 7200 RPM
Notre système était pourvu de Windows XP Professionnel Service Pack 1 et de DirectX 9.0b. Nous avons utilisé pour nos tests les pilotes S3 en version 15.07.07.10, certifiés WHQL. Afin de bien cerner les performances de la carte nous l'avons notamment opposé aux GeForce FX 5600Ultra/5700/5700 Ultra et aux Radeon 9600 Pro & Radeon 9600 XT.

Return to Castle Wolfenstein - Enemy Territory

00075143-photo-test-s3-rtcw-et.jpg

Lors de nos derniers tests, les cartes ATI étaient défavorisées par rapport aux solutions NVIDIA à cause d'un bug des pilotes CATALYST 4.1 qui diminuait les performances OpenGL sous Return To Castle Wolfenstein. Nous avons donc pris soin ici d'utiliser les CATALYST 4.2 qui corrigent ce problème. Les performances des cartes ATI sont donc réhabilitées mais ce n'est pas vraiment ce qui nous préoccupe aujourd'hui... Le DeltaChrome S8 affiche dans ce test des performances lamentables, deux fois inférieure à celles d'un Radeon 9600 Pro, qui reste pourtant le moins rapide des challengers de ce test. A la lumière de ce test il semblerait que les performances OpenGL du DeltaChrome S8 soient catastrophiques.


3DMark 2001SE

00075234-photo-test-s3-3dmark-2001se.jpg

Très générique, 3DMark 2001SE reste d'actualité pour vérifier le comportement de nos cartes avec les applications DirectX 8.0 qui sont encore monnaie courante. Le moins que l'on puisse dire au sujet du chip graphique de S3 est que celui-ci est à la traîne ! Il termine en effet bon dernier dans toutes les résolutions. Le DeltaChrome est entre 3 et 17% moins rapide que le Radeon 9600 Pro d'ATI. Même le GeForce FX 5600 Ultra fait mieux tout comme son successeur le GeForce FX 5700. Bref le DeltaChrome n'est pas franchement convaincant dans ce premier test.


Unreal Tournament 2003

00075108-photo-test-s3-ut2003.jpg

Avec Unreal Tournament 2003, le DeltaChrome semble s'en sortir un peu mieux que ses concurrents directs, du moins dans les résolutions courantes. En 1024x768 et en 1280x1024, le DeltaChrome S8 fait un peu mieux que les Radeon 9600 Pro, GeForce FX 5600 Ultra et GeForce FX 5700. Il termine toutefois derrière l'actuel Radeon 9600 XT. Cette tendance s'inverse en 1600x1200 où la puce de S3 se retrouve dernière.




3DMark 2003

00075105-photo-test-s3-3dmark-2003.jpg

Comme chacun le sait, 3DMark 2003 mesure les performances DirectX 9.0 des Cartes Graphiques. Le DeltaChrome S8 est ici malmené puisqu'il affiche les plus mauvaises performances, alors même qu'il est censé disposer de huit pixel pipelines et de quatre vertex shaders units ! En 1024x768, un simple Radeon 9600 Pro s'avère ici 37% plus véloce que la puce S3.


AquaMark 3.0

00075106-photo-test-s3-aquamark.jpg

Autre test DirectX 9.0, AquaMark 3.0 met en lumière l'efficacité douteuse de l'architecture du DeltaChrome S8 qui est une fois de plus dernier. Même le GeForce FX 5600 Ultra, pourtant réputé pour les faibles performances de son moteur CineFX 1.0, parvient à mieux faire que la puce S3. Cette situation profite naturellement au Radeon 9600 Pro et au GeForce FX 5700 qui sont en moyenne 28% plus performants.


X2

00075109-photo-test-s3-x2.jpg

Enchaînons avec X2, qui inflige une véritable claque au DeltaChrome S8. Les résultats que nous avons pu observer sont dramatiques. Il en résulte un framerate exécrable qui ne permet pas de jouer convenablement. Le Radeon 9600 Pro est ici pratiquement deux fois plus performant que le DeltaChrome alors que le GeForce FX 5700 est près de 112% plus performant !


GunMetal

00075107-photo-test-s3-gunmetal.jpg

GunMetal n'est pas plus tendre avec le DeltaChrome S8 qui se révèle au fil de nos tests comme un véritable cancre du DirectX 9.0. On constate une fois plus des performances largement en retrait de celles du GeForce FX 5600 Ultra pourtant déjà très mauvais en matière de DirectX 9.0. De fait le Radeon 9600 XT est sous ce jeu 51% plus performant et le GeForce FX 5700 (en version non ultra) lamine la puce S3 en se montrant 62% plus rapide !


FireStarter

00075144-photo-test-s3-firestarter.jpg

Terminons notre série de tests par le jeu FireStarter qui pour information fait appel à DirectX 9.0. Ici, le DeltaChrome S8 fait à peine mieux que le GeForce FX 5600 Ultra. Si la puce S3 est 20% plus rapide que le GeForce FX 5600 Ultra elle demeure 25% plus lente que le Radeon 9600 Pro. Les performances du DeltaChrome sont donc une fois de plus à la traîne et peinent grandement à convaincre face à des GeForce FX 5700, GeForce FX 5700 Ultra et Radeon 9600 XT beaucoup plus performants.

Conclusion

Après les désillusions engendrées par le Xabre ou par son descendant le Volari, on aurait pu craindre le pire avec le DeltaChrome. Seulement voilà, le DeltaChrome S8 n'est pas aussi désastreux qu'on aurait pu l'imaginer, du moins à première vue. Malgré le manque de transparence de S3 sur l'architecture exacte du chip, celui-ci s'avère plutôt prometteur à plusieurs niveaux. Tout d'abord il est parfaitement compatible DirectX 9.0 et S3 semble n'avoir fait aucun compromis sur la qualité visuelle du rendu. Question architecture, les ingénieurs de S3 ont, avouons-le, fait du bon travail, d'autant qu'une bonne partie de leurs efforts a porté sur l'élaboration du moteur Chromotion qui apporte certaines avancées significatives dans le domaine de la 2D. La fréquence du DeltaChrome limitée à 300 MHz nous laisse supputer que ses performances pourraient être encore plus élevées si S3 décide de revoir les fréquences à la hausse. En outre et contrairement à une idée reçue, les Drivers S3 sont honorables et proposent un nombre appréciable de fonctionnalités. Voilà pour le positif...

Si comme nous l'avons vu le DeltaChrome S8 a certains avantages, tout n'est pas rose chez S3, loin de là ! On pense tout d'abord aux invraisemblables limitations du FSAA qui devient ici inexploitable du fait de sa castration totale. Tout aussi incroyable, S3 n'a pas jugé bon de proposer des fonctions spécifiques aux jeux OpenGL comme s'ils n'existaient pas. Du côté des performances, le DeltaChrome S8 affiche du bon et du moins bon. Le bon concerne la partie DirectX où le processeur ne s'en sort finalement pas si mal bien que nettement en retrait face à ses concurrents directs, GeForce FX 5700 ou Radeon 9600 Pro. Le mauvais concerne l'OpenGL où le DeltaChrome est véritablement à la traîne. Au final et malgré les efforts de S3, les performances du DeltaChrome n'ont rien de révolutionnaire ni même de comparable aux solutions actuelles, d'autant que la puce arrive longtemps après la bataille. Au moment où S3 sort sa première puce graphique DirectX 9.0, les mastodontes du secteur fourbissent déjà leurs puces graphiques DirectX 9.0 de seconde génération. S3 a donc un sérieux train de retard et au vu des divers bugs ou limitations du DeltaChrome il nous paraît aujourd'hui mort né, à moins que S3 trouve des partenaires pour sa distribution et annonce un prix sacrifié. C'est bien ce dernier point qui pose aujourd'hui problème, aucun prix n'est officiellement communiqué ce qui ne facilite pas notre évaluation. Toutefois, il nous paraît clair qu'à plus de 80€, le DeltaChrome S8 n'a aucun avenir, et encore puisque l'on trouve des Radeon 9600 SE aux alentours des 90€ TTC... Les temps semblent décidément bien rudes pour les nouveaux acteurs du monde de la 3D.

S3 DeltaChrome S8

2

Les plus

  • Ne chauffe pas
  • Moteur Chromotion et fonctions 2D

Les moins

  • FSAA limité en 2x et en 1024x768
  • Pas de FSAA ou Aniso en OpenGL
  • Performances catastrophiques
  • Drivers buggués

0

Performances4

Fonctionnalités7

Confort d'utilisation6

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

S3 DeltaChrome S8 en test sur Clubic.com
Le PC portable 'Gamers' selon Dell
Rise Of Nations : Thrones And Patriots sur le web
Pierre, Ciseaux, Papier
Nouveau programme pour SPV E200 : Auto Switching Bluetooth BETA
Objectifs et nouveautés NVIDIA
Lindows rayé de l'hexagone ?
La DDR-II pour l'Athlon 64 pour fin 2004 ?
Valve recrute le créateur du logiciel BitTorrent
ECS/Elitegroup passe aux chips 3D haut de gamme
Haut de page