Hitman 2 : Silent Assassin

Par
Le 18 octobre 2002
 0
00f0000000055005-photo-hitman-2-silent-assassin.jpg
Au même titre que No One Lives Forever ou Project I.G.I., Hitman : Codename 47 faisait partie de ces nombreuses surprises de la fin d'année 2000. Jeu d'action / tactique aussi scripté que prenant et efficace, il invitait le joueur à endosser le costume noir de jais d'un tueur amnésique aussi implacable que la Faucheuse elle-même : 47. Doté d'une durée de vie un peu courte, il nous avait cependant enchantés par la qualité de sa réalisation et par la variété de ses missions...

C'est évidemment avec une joie non feinte que nous nous étions réjouis du succès de ce titre édité par Eidos. Succès qui amena fort logiquement Io Interactive à se lancer dans le développement d'une suite. Le Hitman, maintenant plus communément appelé 47, revient donc pour de nouvelles et sanglantes aventures. Deux ans de développement devaient normalement suffire à offrir aux joueurs un défi des plus acceptables et à enrichir le concept de base, à moins que cette suite ne tienne davantage du simple produit marketing que du jeu ultime ?

Le Hitman sonne toujours deux fois ?


En bonne suite bien réalisée, Hitman 2 reprend à la lettre le concept du nettoyeur invisible qui a fait le succès du premier volet. Notre assassin de héros s'étant retiré dans un monastère sicilien afin d'expier sa vie de meurtres et de péchés, il fallait trouver un stratagème pour le faire revenir sur le devant de la scène. Les petits gars de IO Interactive ne se sont finalement pas creusés très longtemps : le responsable du monastère est enlevé par des truands sans scrupules qui pensent, à tort, que le Hitman est riche et pourra payer la rançon de 500 000 dollars.

00f0000000055006-photo-hitman-2-le-seul-ami-de-47.jpg
00f0000000055007-photo-hitman-2-l-enl-vement.jpg
00f0000000055008-photo-hitman-2-chassez-le-naturel.jpg

Il ne faut pas s'attaquer aux proches de 47... Ca va chauffer !

Évidemment incapable de réunir une telle somme (remarquez, le jeu aurait été moins stressant s'il avait eu le fric), notre Hitman va donc faire ressurgir ses plus bas instincts en reprenant contact avec son ancienne agence (rien à voir avec Adecco je vous rassure). Celle-ci est prête à lui venir en aide et à lui fournir des renseignements sur les ravisseurs de son seul et unique ami... Moyennant une minuscule participation à leurs activités et donc le retour du Hitman dans le service actif ! Un petit didacticiel permettra aux nouveaux venus de se faire rapidement la main sur les principales commandes, mais on regrettera un peu qu'il ne soit pas possible de voir davantage de techniques, car, comme on le verra au cours des nombreuses missions, le Hitman a de la ressource ! Le didacticiel passé, il est temps de se rendre dans la petite cabane au fond du jardin du monastère afin de discuter du prochain séjour touristique organisé par l'Agence au moyen d'un ordinateur portable...

C'est reparti comme en 14 !


00f0000000055009-photo-hitman-2-arriv-e-saint-petersbourg.jpg
Nous l'avons dit, le principe du jeu est le même que dans Hitman : Codename 47. Le héros, 47, est « parachuté » sur une zone préalablement définie et devra, le plus discrètement possible, remplir un ou plusieurs objectifs désignés. Il dispose pour sa tâche du matériel qu'il aura emporté au début (à choisir parmi notre équipement personnel) mais aussi et selon les missions de différentes caches où il pourra trouver des gadgets bien spécifiques (lunettes de vision de nuit, bombes...). Avant de se lancer dans la mission et vu la difficulté générale du jeu (trois niveaux sont heureusement proposés), il sera nécessaire de prendre quelques minutes pour bien étudier les cibles et la topologie de la région. L'Agence fournit heureusement une carte très précise des lieux et pendant toute la mission, il sera possible de la consulter afin d'avoir une idée plus précise des risques potentiels.

On y apprend par exemple la position des gardes, les caches d'équipement et la localisation des points de fuite. Une fois qu'un plan est élaboré, il faut le mettre à exécution. vous ne pourrez alors plus compter que sur votre discrétion pour ne pas vous faire repérer ou sur votre corde à piano si une telle éventualité survenait. Sa maîtrise de l'instrument n'est certes pas comparable à celle d'un Horowitz ou d'un Gould, mais c'est surtout dans la technique employée qu'elle diffère. 47 ayant plutôt tendance à atteindre la gorge de sa victime quand les virtuoses sus-nommés « visaient » de préférence les oreilles !

00f0000000055010-photo-hitman-2-un-facteur-l-esp-rance-de-vie-tr-s-courte.jpg
00f0000000055011-photo-hitman-2-un-planqueur-sachant-planquer.jpg
00f0000000055012-photo-hitman-2-vive-le-sniper.jpg

47 doit apprendre à rester le plus discret possible

Les rondes des soldats, les « pauses-pipi » des hommes de main ou bien encore les crises de roupillons des gardiens sont autant de moments propices à l'action. Que ce soit pour prendre discrètement leur équipement, simplement passer devant eux ou encore leur faire le coup de la « corde à linge », il faudra toujours saisir ces trop rares moments pour agir. Un indicateur vous informe en permanence du degré de suspicion de vos adversaires... Il est à surveiller en permanence ! Pour vous fondre dans la masse, il ne faudra d'ailleurs pas hésiter à changer régulièrement de costume, à porter l'arme la plus indiquée (AK47 si vous êtes habillé en soldat russe par exemple) et surtout il faudra éviter de courir à tort et à travers pour ne pas être découvert !

De l'expression de la variété


00f0000000055015-photo-hitman-2-un-b-canard.jpg
Les objectifs sont assez variés et selon les missions vous pourrez être amené à tuer un homme important, à délivrer un otage voire à vous transformer en simple voleur et piquer argent, produits de luxe ou documents ultra-secrets. Quels qu'ils soient ces objectifs impliquent évidemment la discrétion, mais là où Hitman 2 fait fort par rapport au premier volet, c'est qu'il existe plusieurs méthodes pour parvenir à terminer les missions. À la fin de celles-ci, une évaluation statistique précisera votre attitude et vous attribuera une appréciation qui vous permettra éventuellement de refaire une mission pour changer d'attitude... S'il est souhaitable de remplir les objectifs en assassin modèle, on peut aussi se transformer en véritable boucher sanguinaire et massacrer tout le monde... C'est plus dur, mais bon, ça pourra plaire à certains !

Prenons un exemple simple, mais relativement parlant : celui de la première mission. Vous devrez infiltrer le repaire d'un chef sicilien pour le tuer et délivrer votre mentor. Plusieurs méthodes existent pour parvenir à vos fins. Soit vous décidez de tuer un pauvre facteur qui passe dans le coin pour prendre son uniforme et entrer incognito, mais il faudra alors trouver un autre moyen pour faire passer vos armes (qui a parlé du cageot de nourriture ?). Soit vous choisissez de passer le plus discrètement possible par derrière, mais il faudra alors rapidement trouver de quoi vous changer. Soit enfin, vous décidez tout simplement de massacrer tout le monde... Pas mal, non ?

00f0000000055013-photo-hitman-2-on-s-emb-te-pas-en-sicile.jpg
00f0000000055016-photo-hitman-2-une-jolie-maison-indienne.jpg
00d2000000055014-photo-hitman-2-l-impeccable-m-tro-de-saint-p-tersbourg.jpg

De la Sicile au métro de Saint-Pétersbourg en passant par l'Inde ou le Japon : il voyage le Hitman !

Sachez enfin que les 21 missions vous conduiront dans des lieux très différents (Russie, Inde, Japon...) ce qui vous amènera évidemment à rencontrer des adversaires très variés. Plutôt agréable, cette variété conduit à un renouvellement des stratégies, les soldats russes ne se comportant pas comme les gardes d'un hôpital indien ! Cela permet également une plus grande diversité des armes et en tout ce n'est pas moins d'une trentaine d'appareils qu'il sera possible d'exploiter tout au long du jeu : du fusil sniper au canon scié en passant par l'abondance d'armes blanches et les nombreux pistolets. Une espèce de cabane à outils existe d'ailleurs au fond du jardin du monastère : une cabane bien spéciale puisque notre « jardinier » y entrepose tout son arsenal... Plutôt impressionnant une fois le jeu terminé !

Parlons technique


00f0000000055017-photo-hitman-2-le-pr-tre-est-dans-de-beaux-draps.jpg
Du point de vue purement technique Hitman 2 n'est pas le jeu le plus impressionnant du moment et face à la débauche d'effets visuels d'un Unreal Tournament 2003 ou même d'un No One Lives Forever 2 par exemple, il fait pâle figure. La réalisation reste très convenable et les progrès depuis le premier opus sont évidents. La qualité des textures est nettement supérieure et nous ne sommes plus obligés de supporter les brutales transitions entre les deux niveaux de textures du jeu. L'ambiance est toujours aussi bien rendue, et si certains joueurs s'exaspéreront de souvent devoir faire marcher leur avatar pour ne pas être repéré, il faut reconnaître que cela participe à la mise en place d'une tension parfois difficilement soutenable. La musique et les nombreux bruitages d'ambiance sont d'ailleurs là pour renforcer encore davantage cette atmosphère oppressante.

Seules les voix (le jeu est entièrement traduit et doublé) sont un peu en retrait comme souvent avec les versions françaises et l'on aurait préféré un jeu en version originale sous-titrée. Si la réalisation technique est améliorée par rapport au premier volet, c'est surtout au niveau du gameplay que de nets progrès ont été réalisés. La gestion du personnage est un peu plus souple, mais c'est surtout au niveau de l'inventaire que l'amélioration est la plus sensible. Ce n'est pas encore parfait, mais devrait suffire pour la plupart des joueurs et même si on est assez éloigné des autres jeux d'action en 3D, après quelques minutes de jeu, la maîtrise est presque totale. Le système de sauvegardes a lui aussi été modifié et devient plus simple que précédemment. Nous sommes autorisés à sauvegarder un certain nombre de fois par mission selon le niveau de difficulté choisi et il est possible de gagner des sauvegardes dans certaines circonstances bien précises. Ce nouveau système évitera les frustrations causées par certaines épreuves du premier volet !

00f0000000055018-photo-hitman-2-un-vilain-m-decin-de-moins.jpg
00f0000000055019-photo-hitman-2-un-bien-beau-costume-de-serveur.jpg
00f0000000055020-photo-hitman-2-qui-a-dit-jeu-de-massacre.jpg

Traîner des corps, changer de costume ou empiler les cadavres : 47 trouve toujours de quoi rigoler !

Les progrès réalisés par l'équipe d'IO Interactive ont en plus le bon goût de ne pas être trop gourmands. Un peu à contre-courant de la tendance actuelle, Hitman 2 parvient à se contenter d'une configuration « moyenne ». Entendez par là qu'un simple processeur à 800 MHz et 192 Mo de mémoire feront tourner le bébé très correctement. En ce qui concerne la carte graphique, il faudra malgré tout opter pour du matériel « sérieux » et une GeForce 2 Pro ou une Radeon 7500 seront le minimum pour que le jeu tourne en 800x600.

Le crime était presque parfait !


Hitman 2 : Silent Assassin est à n'en pas douter le digne successeur de Hitman : Codename 47. Il constitue avec Project I.G.I se qui se fait de mieux dans le domaine de l'action / infiltration sur PC et ne risque pas de décevoir les amateurs du genre tant son cocktail est parfaitement dosé. Les 21 missions assurent une durée de vie à mon sens supérieure à celle du premier volet et la difficulté y est d'ailleurs un peu plus élevée (sans toutefois être insurmontable).

Les moins habitués au genre regretteront évidemment l'aspect totalement dirigiste de l'ensemble. S'il existe souvent plusieurs façons d'atteindre un objectif, il faut toutefois se plier aux règles du jeu et accepter le « tout-scripts » de l'ensemble. Les solutions aux problèmes sont heureusement assez simples et on ne se casse jamais la tête à trouver ce qu'il faut faire... C'est plutôt le « comment y parvenir » qui pose problème ! On pourra également reprocher à Hitman 2 quelques légers bugs et une intelligence artificielle parfois très très juste.

Mais ne boudons pas notre plaisir, Hitman 2 est un excellent titre. Doté d'une réalisation à la fois efficace et pas trop exigeante, il offre de vraies améliorations par rapport à son petit frère et propose une richesse peu commune. Un jeu que les amateurs achèteront les yeux fermés et qui devraient pouvoir intéresser de nouveaux venus, mais adultes, car le Hitman n'est pas un enfant de choeur !

Hitman 2 : Silent Assassin

Les plus
+ Aspect infiltration très réussi
+ Ambiance générale
+ Variété des solutions
Les moins
- Un peu trop dirigiste
- Difficulté un peu élevée
Note globale
Réalisation
Prise en main
Durée de vie
3
Modifié le 20/09/2018 à 15h35
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
scroll top