Bi-Athlon : MSI K7D Master

Par
Le 30 juillet 2002
 0
00d2000000053893-photo-bi-athlon.jpg
Doubler sa puissance de calcul en exploitant non pas un mais deux Athlon 2100+, voilà la promesse théorique faite par les systèmes bi-processeurs. Une promesse dont on parle depuis un certain temps déjà mais qui, et c'est un euphémisme, tarde à se concrétiser. L'arrivée simultanée sur le marché du chipset AMD-760 MPX et des Athlons MP est pour nous l'occasion de faire un rapide point sur la situation actuelle : le bi-processeurs pour tous ?

En son temps Abit avait tenté de démocratiser l'usage de processeurs multiples avec une carte qui fit sensation en 1999 : la BP6. Destinée à recevoir deux Celerons, cette carte permettait pour un coût relativement modique de s'essayer aux joies du multi-processeurs. Le manque cruel de logiciels exploitant ce surcroît de puissance ne permit pas un développement suffisant de ce genre de solutions et l'essai fit rapidement long feu : Intel limitait les possibilités SMP de ces processeurs et les fabricants de Cartes mères ne suivirent pas cette tendance.


Le bi-processeurs de nouveau accessible ?


Le principal avantage de la BP6 d'Abit avait été de rendre financièrement accessible à tous le bi-processeurs. Les Celerons ne revenaient pas très cher et la carte mère était proposée à un tarif très proche des modèles mono-processeur. Depuis cette époque déjà ancienne, il faut bien avouer que les solutions proposées par Intel en la matière reviennent très cher et c'était donc avec un certain espoir que l'on attendait l'arrivée des solutions basées sur les produits AMD.

0096000000053890-photo-m-moire-ddr-pc2100-ecc.jpg
Hélas cet espoir sera rapidement déçu. La carte que nous testons aujourd'hui est ainsi proposée au tarif fort dissuasif de 350€. Le prix des cartes mères du principal concurrent, Tyan, étant à peu de chose près le même, on peut considérer que ce n'est pas tant de la faute de MSI que celle d'AMD. La somme demandée pour l'AMD-760MPX doit être relativement importante et ce n'est pas le prix de vente des processeurs Athlon supportant le multi-processeurs qui rassurera les foules : environ 250€ pour un MP1800+ et plus de 320€ pour le MP2000+. Comparés aux prix des Athlons XP standards (120€ pour un XP1800+ et 175€ pour un XP2000+), ces tarifs paraissent évidemment démesurés !

Mettons un terme à cet aspect financier en ajoutant que l'utilisation de mémoires ECC est largement préconisée par les fabricants. Cette mémoire plus stable et plus fiable est évidemment beaucoup plus chère que la mémoire de base : pour vous procurer une barrette de 256Mo ECC il faudra débourser au moins 20€ de plus ! Si nous faisons l'addition de ces différents composants, nous nous apercevons qu'il faut dépenser plus de 1220€ pour l'ensemble carte mère, mémoire (2x 256Mo) et processeur (2 x MP2000+) : une dépense que tout le monde ne pourra évidemment pas se permettre et qui limite d'autant la portée et l'intérêt de ce type de solution.


00d2000000053891-photo-k7d-master.jpg

La K7D Master dans le détail


L'aspect financier maintenant clairement mis en évidence il convient tout de même de présenter notre carte cobaye, un modèle signé MSI et donc proposé à 350€ environ. Pour ce prix, le fabricant de Taïwan nous livre une carte des plus complète et dans l'ensemble très bien conçue. Elle est évidemment architecturée autour des deux Socket 462 et du couple AMD762 / AMD768 qui constitue le fameux chipset AMD-760MPX, seul jeu de composant capable d'exploiter les Athlons en mode bi-processeurs.

En dehors de cette particularité, la carte est relativement classique. On trouve bien sûr un nombre important de connecteurs mémoire (4) afin de satisfaire les besoins d'un serveur en la matière (jusqu'à 4Go de mémoire). MSI précise d'ailleurs bien qu'il est préférable d'utiliser de la mémoire ECC lorsque les quatre emplacements sont occupés, mais que l'on peut sinon se contenter de barrettes standards. A côté du port AGP, on reconnaîtra les deux ports PCI 64bits et leur longueur inhabituelle et ensuite les deux ports PCI standards (32bits). MSI n'a pas intégré de ports CNR (inutiles sur les serveurs) mais a par ailleurs choisi d'installer un chip son compatible AC'97. De qualité largement insuffisante pour les joueurs, il permettra cependant de bénéficier d'un minimum de son sans avoir à faire une dépense supplémentaire. Il ne sera pas non plus nécessaire d'ajouter une carte réseau puisqu'un composant Intel 82559ER est également de la fête. Compatible 10-BaseT et 100-baseT il devrait suffire à la plupart des utilisations.

La carte ne comporte pas de contrôleur RAID et propose donc les deux ports IDE classiques (compatibles ATA100) en sus du port floppy. On peut par contre compter sur un grand nombre de ports USB puisqu'en plus des deux USB1.1 associés aux connecteurs standards (PS/2 (x2), série (x2), parallèle, sons, réseau), MSI fournit une extension regroupant deux autres ports USB1.1 ainsi que les LEDs de diagnostique. Le fabricant livre enfin une carte PCI destinée à offrir quatre ports USB2 pour les utilisateurs les plus au fait de l'actualité ! Un nombre de ports USB qui parvient donc à faire oublier l'absence de ports FireWire et les quelques lacunes que nous allons maintenant décrire.

00d2000000053892-photo-k7d-master-deux-processeurs.jpg
00d2000000053888-photo-k7d-master-des-ports-pci-64bits.jpg
00d2000000053889-photo-k7d-master-des-radiateurs-un-peu-partout.jpg

Une carte bien équipée dont la fiabilité constitue le maître-mot.

Au premier coup d'oeil on remarque que la carte est de manière général plutôt bien conçue et les différents composants sont bien séparés les uns des autres pour un montage aisé. On regrettera toutefois le manque d'espace entre les Socket 462 et les condensateurs ce qui pourra gêner la mise en place de certains systèmes de refroidissement. Mais étant donné le prix de l'ensemble, on regrettera surtout que MSI n'ait pas fait plus d'efforts sur l'offre logicielle. Le CD de pilotes est certes très bien fait, mais il est également bien pauvre : en dehors des pilotes et de quelques petits logiciels, il n'y a rien à se mettre sous la dent.

Enfin pour terminer sur une note plus optimiste, signalons que la carte ne nous a jamais fait défaut lors de nos tests. Elle a tourné pendant plusieurs semaines sans provoquer le moindre problème et le soin apporté à quelques petits détails laisse imaginer une très grande stabilité même sous les charges les plus lourdes. Les transistors MOFSET sont ainsi recouverts de radiateurs de bon gabarit et le NorthBridge est pour sa part équipé d'un ensemble radiateur / ventilateur qui inspire confiance, même s'il est relativement bruyant.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top