Syberia

Par
Le 14 juin 2002
 0
00d2000000053266-photo-syberia-bienvenue-valadil-ne.jpg
Benoît Sokal fait une nouvelle fois équipe avec Microïds pour nous concocter un jeu d'aventure de son cru. Après l'Amerzone et ses péripéties aux tréfonds de la jungle épaisse, il nous emmène maintenant dans un voyage à travers l'Europe. Un voyage teinté de mystère et illustré par les magnifiques planches du célèbre auteur de Canardo.

L'Amerzone proposait aux joueurs une aventure pour le moins singulière, à milles lieues de ce qui constitue aujourd'hui l'essentiel des jeux vidéos. Le style serait beaucoup plus proche des logiciels de Cyan, les envoûtants Myst, avec toutefois des énigmes nettement moins évoluées. Syberia est le digne héritier de ce premier titre et évite soigneusement les travers de nos jeux actuels symbolisés par le duo : plus d'action, plus de sang.


Au pays des automates


L'histoire de Syberia démarre lorsqu'une avocate américaine du nom de Kate Walker débarque à Valadilène, un petit village perdu au milieu d'une vallée des Alpes Françaises. Elle est chargée par un client américain de conclure le rachat d'une usine d'automates ayant autrefois fait la renommée de la vallée. Hélas, les choses ne se passent évidemment pas comme prévu et la belle américaine assiste, dès son arrivée, à l'enterrement d'Anna Voralberg, la propriétaire de l'usine.

Les premières minutes de jeu vous permettront de vous familiariser avec les commandes (extrêmement simples) du jeu, ainsi qu'avec l'ambiance tout à fait particulière. Ce début de partie est aussi l'occasion de prendre connaissance de votre objectif : retrouver Hans Voralberg, frère d'Anna et héritier de l'usine. Il est le seul capable de conclure la transaction qui a conduit Kate sur le vieux continent.

00d2000000053267-photo-syberia-le-notaire-regarde-par-le-judas.jpg
00d2000000053268-photo-syberia-un-automate-contr-le-l-ouverture-de-la-porte.jpg
00d2000000053269-photo-syberia-la-porte-s-ouvre.jpg

L'une des toutes premières énigmes... Elle est très simple !

L'aventure vous amènera à visiter différentes régions d'Europe. Des régions aux décors évidemment très variés mais toujours très réussis. Le jeu est accessible à tous avec son interface "tout-souris" et ce soucis de simplicité se retrouve à tous les niveaux du jeu. Ainsi, la difficulté des "énigmes" n'est pas très importante et même des joueurs relativement inexpérimentés ne devraient pas se retrouver souvent bloqués. La durée de vie est en contrepartie un peu faible puisqu'un habitué du genre mettra très certainement entre 10 et 15 heures pour en venir à bout.


00d2000000053270-photo-syberia-un-beau-mamouth.jpg

Une belle réalisation, un jeu atypique


Vous l'aurez compris : Syberia ne joue pas sur l'originalité de son principe (un jeu d'aventure avec des objets à ramasser et à utiliser à bon escient), ni sur la complexité de son aventure. Il s'agit d'un soft se reposant entièrement sur un scénario, une bonne réalisation et sur l'ambiance qui s'en dégage. Au même titre que l'Amerzone, le jeu est constitué de planches fixes sur lesquelles sont animées les personnages clefs.

On regrettera d'ailleurs que les personnages n'aient pas bénéficiés d'une animation un peu plus "souple" et surtout que la résolution graphique n'est pas été supérieure au seul 800x600 proposé. Cela suffit parfaitement aux planches fixes absolument parfaites (un vrai régal pour les yeux) mais un effet d'escalier se fait sentir sur les personnages qui ne s'intègrent pas très bien aux décors. Certaines animations auraient également gagnées à être plus travaillées car on voit parfois de drôles de choses lorsque l'on clique à certains endroits (personnage qui marche à reculons...).

Ces défauts restent cependant des points de détail qui ne viennent pas trop gâcher la partie, d'autant que la partie sonore est pour sa part exempte de tout reproche. Les musiques sont parfaites et changent régulièrement en fonction des lieux visités. Les effets sonores viennent apporter un peu de vie dans la froideur ambiante (oiseaux, mécanismes...) et même les voix (en français) restent tout à fait crédibles.

00d2000000053272-photo-syberia-vive-le-travail-d-quipe.jpg
00d2000000053271-photo-syberia-mise-en-route-des-machines.jpg
00d2000000053273-photo-syberia-de-bien-beaux-d-cors.jpg

Une réalisation de toute beauté

Cette réalisation est finalement assez atypique au regard de la production actuelle et risque donc de se heurter aux habitudes des joueurs. Pas d'effets de lumière saisissants, pas de moteur 3D aux innombrables polygones mais de simples planches 2D riches d'incroyables détails et dotées d'une finesse peu commune. Cette réalisation si particulière est finalement à l'image du style du jeu en lui-même. Nous sommes très loin des canons d'aujourd'hui et de ce fait Syberia risque bien de décevoir les plus endurcis. En revanche il devrait convenir à merveille aux joueurs occasionnels qui y trouveront un titre très agréable loin du stress et de la violence des jeux d'action : un jeu pour toute la famille de 7 à 77 ans en somme !


Conclusion


Benoît Sokal et Microïds continuent sur leur lancée et après l'Amerzone ils nous offrent un nouveau titre très réussi. Le style choisit par le concepteur principal ne plaira très certainement pas à tous les monde et en particulier à ceux que l'on appelle les "hardcore gamers", mais son ambiance feutrée, la beauté de ses décors ainsi que la qualité de sa musique en font un titre très réussi.

Ne le voyez pas comme un successeur des jeux d'aventure à la Gabriel Knight ou comme le nouveau Myst. Non, Syberia doit se prendre comme un Longest Journey simplifié, c'est à dire un jeu d'aventure destiné à des joueurs occasionnels cherchant plus à s'évader qu'à se prendre la tête sur des énigmes par trop compliquées... Mais hélas, si l'aventure est sympathique, elle est aussi bien courte.


Syberia

Les plus
+ Univers magnifique
+ Ambiance réussie
+ Interface simple d'accès
Les moins
- Très court
- Très linéaire
Note
Réalisation
Prise en main
Durée de vie
3
Modifié le 20/09/2018 à 15h35
scroll top