Capitalism 2

le 29 mars 2002
 0
0050000000055962-photo-s-lection-clubic-80.jpg
00D2000000052579-photo-capitalism-2.jpg
Capitalism est, comme son nom ne l'indique pas, un jeu de gestion. Pour être plus exact il faudrait même dire qu'il est LE jeu de gestion tant sa renommée est grande auprès des connaisseurs. Sa variation, Capitalism Plus, n'a d'ailleurs pas démenti le moins du monde son succès malgré des ajouts finalement peu nombreux.

Aujourd'hui, le créateur de la série, Trevor Chan, présente par l'intermédiaire d'Ubi Soft, la suite de son best-seller fort prosaïquement intitulée : Capitalism 2. Le moins que l'on puisse dire c'est que le bonhomme a de la suite dans les idées, le niveau atteint par ses précédentes simulations laissaient cependant craindre une chose : le manque d'innovation.


Le grand Capital



Les deux premiers volets de la série datant tout de même d'un certain temps, il semble opportun de rappeler les bases communes aux trois softs afin que les nouveaux venus ne soient pas complètement paumés. Capitalism est donc un jeu de gestion mais ici il ne s'agit pas de simplement prendre en main un hôpital, un casino ou une station de sports d'hiver. Non, le but du jeu est simplement de devenir la première fortune au monde ! Rien que ça !

Brouzoufs, laitue, choux, pâtes, fric, oseille, blé... Autant de dénominations pour symboliser ce qui constitue aussi bien le nerf de la guerre que celui de Capitalism. Cependant et comme tout bon jeu de gestion qui se respecte, les moyens pour atteindre ce nirvana fiscal, cette plénitude monétaire, sont nombreux.

Le but sera toujours de gérer une seule et unique compagnie (au moins dans un premier temps) mais ensuite vous avez les mains presque entièrement libres. Agriculture, agroalimentaire, vente, recherche et développement, boursicotage ne sont que quelques unes des innombrables possibilités qui vous sont offertes. Le but étant toujours de gagner le maximum d'argent quelque soit le ou les domaines choisis !

00D2000000052580-photo-capitalism-2-billou-n-est-plus-si-loin.jpg
00D2000000052581-photo-capitalism-2-d-tail-de-la-fortune-personnelle.jpg
00D2000000052582-photo-capitalism-2-voil-un-salaire-digne-de-ma-personne.jpg

Le but de Capitalism ? S'enrichir et toujours s'enrichir !


Du moyen de s'en mettre plein les poches



Après cette rapide présentation du concept de la série, détaillons davantage les spécificités de Capitalism 2. Une fois le jeu déballé, installé (environ 250Mo sur le disque dur, ça nous change !) et lancé, deux choix s'offrent à vous : solo ou multijoueurs. Nous reviendrons une autre fois sur le multijoueurs et nous consacrons donc pour le moment sur la partie solo.

00D2000000052583-photo-capitalism-2-deux-campagnes-solo-au-choix.jpg
Là encore vous aurez un choix à faire avant de pouvoir commencer à jouer : campagne entrepreneurs, campagne capitalistes et jeu libre. Les deux premières rubriques permettent de participer à des séries de missions aux objectifs souvent assez courts et surtout très clairement définis. Elles permettent également de se familiariser avec les différentes options et commandes du jeu puisque leurs premières étapes constituent en fait un didacticiel tout à fait complet et très explicite.


Concrètement... A quoi qu'on fait ?



Moi y en a devenir un homme d'affaires, donc moi y en a parler comme eux. Si vous y en a pas comprendre, vous y en a reprendre vos cours d'économie de première ou bien l'album "Obélix et Compagnie". En effet, que vous choisissiez les campagnes ou le jeu libre, les parties se dérouleront finalement de la même façon, seules changeant les options et actions disponibles.

Vous démarrerez donc avec un certain capital et beaucoup d'ambitions pour votre compagnie en devenir. Il va falloir dans un premier temps se limiter à un domaine d'investissement afin de ne pas risquer de se disperser inutilement. En règle générale il faudra bien analyser le terrain et déterminer ce qui devrait constituer la source de revenus la plus simples et la plus rentable... Evitez par exemple l'agriculture ou les industries de transformation de grande envergure.

Un bon départ consiste souvent à se limiter au domaine de la vente en ouvrant quelques grands magasins chargés d'écouler les productions en provenance des ports. Ensuite vous pourrez choisir de fabriquer vous-même ces produits en établissant les mines nécessaires pour extraire les matériaux, en mettant en place des scieries, des usines et même des centres de recherche pour améliorer la qualité de vos productions.

00D2000000052584-photo-capitalism-2-concentration-d-usines-en-chine.jpg
00D2000000052585-photo-capitalism-2-sch-ma-de-fabrication-des-voitures.jpg
00D2000000052586-photo-capitalism-2-liaisons-fournisseurs-fabricants.jpg


Pour la fabrication des premières Nerces Mondeo, il me faudra par exemple trouver des fournisseurs en châssis, en moteur et en pneus. Sachant que je pourrais bien évidemment produire moi-même ces différents éléments mais cela nécessitera là-aussi d'autres ressources comme du caoutchouc pour faire les pneus. Il faudra réussir à trouver les meilleurs approvisionnements tant en termes de qualité qu'en termes de coût sans oublier que les transports ne sont pas gratuits !

Vous pourrez alors vendre chez vos concessionnaires votre propres voitures ou bien laisser à d'autres compagnies le soin de cette ultime étape. Vous pourrez ainsi choisir de transformer petit à petit votre société en simple constructeur et ne plus du tout vous occuper de la vente des produits. Il sera même possible d'investir dans l'agriculture et devenir un géant de l'agroalimentaire.

Tous les bâtiments que vous construirez auront besoin d'être gérés individuellement puisque vous pourrez définir les activités de chacun (achat, vente, transformation, publicité, stockage) et même le niveau de formation de tout ce petit monde ! Pour éviter que tout cela ne devienne trop fastidieux vous pourrez heureusement vous reposer sur des modèles prédéfinis directement inclus au jeu de base ou alors de votre propre cru. Plus tard dans le jeu, il sera même possible d'embaucher quelques personnes pour vous épauler... Moyennant espèces sonnantes et trébuchantes bien sûr !
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités Matériel photo

Des images satellites de la pollution de l’air, c'est possible (et pas joli joli)
Sony et la start-up Light s'associent pour réaliser un smartphone avec plus de 4 capteur
Samsung achète le constructeur d’un module photo pour smartphone avec zoom 25x
#Rediff | Test DJI Osmo Pocket : une caméra 4K sur nacelle stabilisée qui tient dans la poche
Test Dji Osmo Pocket : une caméra 4K sur nacelle stabilisée qui tient dans la poche
#Rediff | Clubic Budget : s'équiper en photo pour moins de 600€
Nano1 : un appareil photo minuscule pour photographier les étoiles
DJI annonce l'Osmo Pocket, une mini caméra avec stabilisateur mécanique à 359€
⚡ 40% de réduction sur une sélection d'accessoires Canon pendant le Black Friday
Nikon Photo Contest 2019 : les candidatures sont ouvertes
Photo : une pose longue de 1000 ans pour documenter les changements climatiques
scroll top