Warrior Kings

22 mars 2002 à 12h01
0
00D2000000052525-photo-warrior-kings.jpg
Difficile d'innover dans l'impitoyable monde de la stratégie temps réel. C'est pourtant la voie qu'a choisit la jeune équipe écossaise de Black Cactus avec ce titre édité par Microids. Un jeu à classer dans la foisonnante catégorie des RTS mais qui ambitionne de tirer son épingle du jeu grâce à de bien bonnes idées.

Malgré les efforts de certains développeurs, le constat s'impose de lui-même : depuis 1992 et la sortie de Dune 2, on ne peut pas dire que les softs de stratégie temps réel aient bouleversé les règles établies par Westwood Studios. Il est même impressionnant de voir à quel point les progrès effectués n'ont finalement été le plus souvent que de simples retouches techniques.


Un soft attendu



Les premières images de Warrior Kings laissaient envisager un jeu ambitieux au gameplay à peu près équidistant de Shogun : Total War et d'Age Of Kings. Sa réalisation tout en 3D avait de quoi impressionner et la démo qui m'en a été fait à l'ECTS de Londres m'avait rendu très, très impatient de le voir débarquer.

Les quelques retards avaient fini de me convaincre que Microïds tenait là un excellent titre et ne voulait surtout pas risquer de le gâcher de quelque manière que ce soit... Attitude fort louable qui nous a cependant conduit à attendre le début de ce mois de mars 2002 avant de pouvoir enfin mettre nos grosses pattes velues sur la boîte tant convoitée.


Du classique...



Ouverture de la boîte, insertion du CD, installation des quelques 620Mo de données et nous voilà fin prêt à tester la bête. Pourtant malgré toutes les bonnes paroles, le début du jeu semble tout ce qu'il y a de plus classique. Le menu est même plutôt moche avec son image de fond légèrement animée et ses trois petites rubriques : campagne solo, multijoueurs et paramètres.

00D2000000052526-photo-warrior-kings-le-menu-principal.jpg
00D2000000052527-photo-warrior-kings-pr-sentation-de-la-premi-re-mission.jpg
00D2000000052528-photo-warrior-kings-pr-sentation-de-la-deuxi-me-mission.jpg

Menu principal et campagne solo

On débute bien évidemment par la campagne solo et là encore, on ne peut pas dire que ni les missions, ni le déroulement du scénario, ne brillent par leur originalité. Notre pauvre héros est contraint d'abandonner ses terres suite à la trahison d'un vilain ecclésiastique. Il abandonne la lutte en se réfugiant sur l'île voisine mais promet, à la manière de MacArthur à Corregidor, de revenir pour laver l'affront !

La plupart du temps il faudra procéder de la même manière, à savoir : voler au secours de populations en détresse avec une armée minimale, utiliser les-dites populations pour construire base et troupes, et enfin se lancer à l'attaque du grand méchant de service pour remporter la mission. Les missions font abondamment appel aux scripts et chacune d'elles se découpent en fait généralement en cinq ou six objectifs à accomplir les uns après les autres.

00D2000000052532-photo-warrior-kings-il-faut-prot-ger-les-chariots.jpg
La gestion laisse toujours une grande place au micro-management. Il faut envoyer ses "peons" récolter les différentes ressources (nourriture, matériaux et or) qui permettront ensuite de construire de nouveaux bâtiments, d'enrôler des troupes et de se payer des améliorations techniques pour rendre les hommes d'armes plus efficaces.

Le contrôle des unités n'est lui non plus pas bien novateur dans la mesure où il ressemble finalement beaucoup à ce que proposait un titre comme Age Of Kings. Il est possible d'attribuer des formations à ces troupes, de leur donner certains ordres et de les laisser en surveillance à certains emplacements stratégiques. Quelques bâtiments permettent même de stocker des garnisons pour une défense plus efficace.


... Et des nouveautés



A côté de ces principes fort peu novateurs, il fallait bien que Black Cactus ait réussi à innover quelque part. En fait c'est essentiellement l'aspect gestion qui a entièrement été revu par les développeurs écossais et il faut reconnaître que leurs trouvailles sont tout à fait excellentes.

Essayons de rester le plus clair et synthétique possible. Votre base est toujours architecturée autour du "Town Center" qui s'appelle ici le "Manoir" ou "Donjon" selon votre avancement technologique. A la manière de Command & Conquer, il n'est pas possible de construire de nouveaux bâtiments loin de cette base. Les structures s'ajoutent au fur et à mesure des besoins (caserne, écurie...) et permettent finalement de constituer une véritable ville médiévale.

00D2000000052529-photo-warrior-kings-un-village-bien-tranquille.jpg
00D2000000052530-photo-warrior-kings-le-quartier-du-march.jpg
00D2000000052531-photo-warrior-kings-les-fiers-remparts.jpg

Les bases deviennent de bien jolies villes

Les constructions sont nombreuses et il faudra les placer avec soin pour ne pas se mélanger les pinceaux. Parmi ces bâtiments figure l'échoppe qui est le moyen le plus évident de fabriquer de l'or. Dans Warrior Kings, cette ressource vitale s'obtient contre des matériaux (ressource générique qui englobe indistinctement pierres et bois). Un paysans travaille dans une échoppe et transforme les matériaux en or... Idée sympathique qui permet de simuler adroitement l'activité commerciale des villes.
Modifié le 20/09/2018 à 15h35
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en volant, même en main libre
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Une étude montre que les cyclistes
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top