Medal Of Honor : Débarquement Allié

Honkytonk Man
18 février 2002 à 18h14
0
00C8000000052156-photo-medal-of-honor-logo-du-jeu.jpg
A croire que l'espionnage industriel sévit aussi dans le domaine du jeu vidéo. A peine quelques semaines après la sortie de Return to Castle Wolfenstein, Medal Of Honor - Débarquement Allié (MoHDA) arrive en magasin et le moins que l'on puisse dire c'est que ces jeux sont très proches. MoHDA se déroule strictement pendant la même période (la guerre 39-45). Vous prenez dans les deux cas le rôle d'un soldat américain. Et comble de la ressemblance, ces deux jeux utilisent le même moteur 3D, celui de Quake 3.


Omaha Mia...

Nous voilà donc dans la peau de Mike Powell, un agent américain auquel sera confié une vingtaine de missions dans six environnements différents. L'aventure se déroulera, entre autre, dans un village nord africain, dans une base allemande, dans la campagne française et sur la plage d'Omaha où votre héros prendra part au débarquement comme simple soldat.

Medal Of Honor est un "First Person Shooter" (FPS). Je ne sais pas si la présentation du style de jeu est nécessaire tellement il est éculé. Au rayon des "on fait comme tout le monde", on trouve votre aventure qui débute par une phase d'apprentissage (tutorial) histoire de faire découvrir aux dernières recrues les rudiments du genre. L'armement fourni est lui aussi des plus classiques : léger au début pour finir avec quelques roquettes dans la musette. A ce sujet, ce qui m'a toujours impressionné dans les FPS, et ça se confirme avec MoHDA, c'est le réalisme recherché d'un côté avec des dommages localisés et des déplacements alourdis et de l'autre la possibilité de transporter une pléthore d'armes simultanément (mitraillette, fusil à lunette, bazooka et ses roquettes, grenades....). Je connais certains développeurs qui auraient dû commencer par courir avec une seule de ces armes pendant quelques heures avant de parler de réalisme ;-)

00D2000000052160-photo-medal-of-honor-infiltration.jpg
00D2000000052155-photo-medal-of-honor-suivez-le-guide.jpg
00D2000000052153-photo-medal-of-honor-d-cors-vari-s.jpg

Les nouveautés se retrouvent plus sous la forme de petites "touches" innovantes. Dès les premiers pas, on remarquera que lorsque l'on court, la vue et le curseur de visée balancent rendant plus difficile la visée en mouvement. Les sauts sont courts et demandent la prise d'un appui et une réception par un amorti ce qui se traduit là aussi par des mouvements de viseur et de caméra. Lorsque vous avez le malheur de vous prendre une rafale ennemie, votre personnage se trouve naturellement un peu "secoué", ce qui se traduit encore une fois par de gros mouvements et une quasi impossibilité de faire feu.


Un scénario digne de Half-Life

Return to Castle Wolfenstein cassait un peu l'ambiance "Seconde guerre mondiale" avec un passage dans une crypte où le surnaturel était de mise. MoHDA s'attache à rester fidèle à la situation. Les soldats allemands parlent... allemand (sous-titré en français) et pas anglais. Les missions sont plausibles. La phase du débarquement nous rappelle que même en étant un "Rambo" qui descend à lui seul toute l'armée allemande, on ne passe pas pour autant entre les balles des mitrailleuses lourdes...

00D2000000052152-photo-medal-of-honor-c-est-pass-pr-t.jpg
00D2000000052157-photo-medal-of-honor-oui-chef-bien-chef.jpg
00D2000000052154-photo-medal-of-honor-le-monde-vous-regarde.jpg

Cette séquence du débarquement restera d'ailleurs dans les mémoires comme LA scène de guerre dans un jeu vidéo. La barge juste à côté de la votre vole en éclat pulvérisée par un obus. Au coup de sifflet, signal du débarquement, une rafale fait tomber les quatre soldats juste devant vous (et vous aussi si vous vous y prenez mal). Un faux pas et c'est une mine qui met fin à tous vos moments de bravoures... On se croirait presque dans "Il faut sauver le soldat Ryan" version PC.

L'intelligence artificielle des ennemis mais aussi celle de vos compagnons de combat est parfois bluffante. Ici, un soldat ennemi qui semble avoir "compris" qu'on l'attend au tournant avec un fusil à lunette se planque derrière une caisse et "sulfate" au hasard en ne montrant que son bras. On aura beau attendre 5mn, il ne bougera pas et il faudra aller l'y déloger au corps à corps. Là, un agent allié qui vous sert de guide au cours d'une infiltration descend un officier allemand que vous n'aviez pas remarqué.

Les développeurs ont bien monté leur "storyboard" et on enchaîne les missions sans le moindre ennui tellement elles sont variées. A tel point que les joueurs avertis feraient mieux de sélectionner le mode "difficile" s'il veulent éviter de terminer le jeu au cours d'un seul et unique week-end de pluie. A noter également que ce scénario use et abuse des situations dites "scriptées". Ce faisant, il risque bien de décevoir les amateurs de liberté : si vous essayez quelque chose qui n'est pas prévu, il ne se passera absolument rien et pour avoir la suite de l'histoire, il conviendra de réaliser l'aciton planifiée par les concepteurs.

00D2000000052151-photo-medal-of-honor-des-situations-vari-es.jpg
00D2000000052158-photo-medal-of-honor-textures-des-personnages.jpg
00D2000000052160-photo-medal-of-honor-infiltration.jpg

Le moteur 3D est à rude épreuve avec des maps de grande taille. Il faudra faire des sacrifices sur la résolution et la qualité des textures pour avoir un jeu fluide du début à la fin. Certains moments comme le fameux débarquement faisant apparaître des ralentissements excessifs sur un Athlon XP 1600+ épaulé d'une GF3 en 1024*768 tous détails au maximum.


Counter-Strike Killer ?

A la sortie de chaque nouveau FPS, on se demande si c'est (enfin) lui qui va détrôner Counter-Strike. Le multi-joueur de Medal of Honor reprend les modes de jeu classiques avec un mode deathmatch (seul ou en équipe) et un mode "objectif". Les décors et les armes du jeu solo se retrouvent sans modification dans le jeu multijoueur.

00FA000000052161-photo-medal-of-honor-sniping-quand-tu-nous-tiens.jpg
Les joueurs qui auraient été déçus, comme moi, par la démo multijoueur ne doivent pour autant pas s'y arrêter puisque le multijoueur du jeu complet est beaucoup plus prenant. Si MoHDA multijoueur s'impose se sera pour son dosage habile entre réalisme et gameplay, certains jeux ou mods à force de réalisme oublient parfois que le but d'un jeu... C'est de jouer.

A noter un détail qui pourrait en énerver quelques uns, pour se connecter à un serveur multijoueur, il faudra forcément utiliser Gamespy, en effet, il n'est pas possible de choisir un serveur depuis le jeu de la même manière que dans un Quake, un Half-life ou un Unreal... Un choix vraiment bizarre de l'éditeur. Editeur qui est revenu sur son choix puisque le dernier patch inclus désormais un "browser" permettant de se connecter à un serveur sans passer par Gamespy.


Le meilleur FPS du moment

MoHDA, malgré une durée de vie qui pourra sembler courte à certains joueurs (une quinzaine d'heures de jeu tout au plus), est assurément à conseiller à tous les adeptes du genre. L'effort sur le scénario, la variété des missions, la sensation d'immersion et l'utilisation du meilleur moteur 3D du moment (pas forcément utilisé à son plein potentiel) font de Medal of Honor - Débarquement Allié un HIT.

Graphismes : 17/20
Bande son : 18/20
Intérêt : 17/20
Durée de vie solo : 13/20
Durée de vie multijoueur : A voir en fonction de l'engouement des joueurs
Modifié le 19/09/2018 à 16h43
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Emmanuel Macron se moque des opposants au déploiement de la 5G
L'UE envisage de renforcer les limites d'émission de CO2 pour le secteur automobile
Clubic évolue (en douceur)
L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
5G : plusieurs dizaines d'élus de gauche veulent repousser le lancement de la technologie
Le data center sous-marin de Microsoft refait surface après deux ans d'immersion
AMD dévoile le design de sa Radeon RX 6000 sur Twitter
Après Bouygues, au tour de RED by SFR d'augmenter des forfaits sans possibilité de refus
PS5 : des jeux jusqu'à 79,99 €, soit 10 € de plus que sur l'ancienne génération ?!
Les satellites SpaceX, même peints, gâchent les nuits des astronomes

Charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top