Car Tycoon

Par
Le 30 janvier 2002
 0
0096000000051855-photo-car-tycoon.jpg
Alors que depuis quelques temps le "Tycoon" semble être une spécialité du français Monte Cristo, c'est d'Allemagne que nous provient ce "Car Tycoon" au nom des plus équivoques. Reprenant le principe du vénérable Détroit, le titre se propose de vous confier les rênes d'une entreprise de construction automobile en plein coeur des Etats-Unis.

Fishtank n'en finit plus de nous sortir des jeux en ce moment, mais comme la qualité est généralement au rendez-vous, on ne vas pas faire la fine bouche. Pour ce titre de gestion, l'éditeur allemand a fait appel à un développeur bien méconnu du nom de VectorCom... Il faut dire que jusque-là, aucun de leur produit n'avait réussi à franchir le Rhin.


Ca partait bien mal !


Une fois le programme installé sur le disque dur et l'énorme manuel (au moins 20 pages !) bien assimilé, je me sentais fin prêt à tester ce jeu. Pourtant la première impression aurait bien pu être la dernière : une introduction aussi moche qu'inintéressante. La voix off est agaçante et l'humour tombe complètement à plat.

0096000000051856-photo-car-tycoon-une-introduction-de-mauvaise-qualit.jpg
0096000000051857-photo-car-tycoon-une-introduction-de-mauvaise-qualit.jpg
0096000000051858-photo-car-tycoon-une-introduction-de-mauvaise-qualit.jpg

Trois captures issues de la séquence d'introduction

Je réfrène en moi l'envie d'un combo rageur sur les touches Alt + F4, synonyme de mise à mort prématuré du programme, et décide plutôt d'entrer le nom de ma société et de choisir le logo qui ornera mes futurs bolides : la Nerces Motors arborera donc fièrement un... Euh, c'est quoi d'ailleurs ce truc rouge ?


Un jeu facile d'accès


0096000000051859-photo-car-tycoon-un-large-choix-de-sc-narios.jpg
Ces choix effectués, un écran d'accueil d'une banalité déconcertante me propose d'opter pour le mode solo ou le multijoueurs. Le mode simple joueur offre deux approches bien différentes : une campagne de difficulté progressive riche de 25 scénarios et un mode "jeu libre" sans objectifs vraiment précis. Le premier de ces scénarios définis sert de didacticiel et vu l'épaisseur du manuel on se dit qu'il n'est pas de trop !

Pourtant cette impression est trompeuse tant la prise en main du soft est aisée. Le manuel décrit la plupart des bâtiments disponibles et détaille l'essentiel des actions possibles. Il reste bien sûr préférable de jouer ce didacticiel mais ce n'est pas obligatoire et le joueur pourra très bien attaquer l'un des deux scénarios accessibles en début de partie.

Ce sont les succès qui conditionnent le déblocage progressif des autres scénarios. Cette façon de procéder est surprenante pour un jeu de ce genre mais finalement assez symptomatique de l'objectif des développeurs : faire un jeu de gestion le plus accessible possible, un jeu que même les joueurs occasionnels pourront apprécier.

Cette "philosophie" très proche de celle de Monte Cristo est parfaitement visible au travers de la prise en main du soft. Les différents domaines d'action sont associés aux différents bâtiments importants (usine, concessionnaire, garage, recherche et développement, banque, mairie...) et de ce fait on n'est jamais déboussolé par l'interface.

0096000000051860-photo-car-tycoon-le-centre-de-recherche-et-d-veloppement.jpg
0096000000051861-photo-car-tycoon-mise-au-point-d-un-nouveau-mod-le.jpg
0096000000051863-photo-car-tycoon-achats-chez-un-sous-traitant.jpg

Trois facettes de votre activité : recherche, conception et sous-traitance

La recherche et développement sert à élaborer de nouvelles pièces qu'il est également possible d'acheter chez des sous-traitants. L'usine sert à mettre au point les nouveaux modèles de voitures (divisées en quatre parties : carrosserie, châssis, intérieur et moteur), ainsi qu'à les produire et c'est le concessionnaire qui se chargera de les écouler. Enfin le garage constitue le dernier maillon de votre entreprise : celui du service après-vente.
Modifié le 20/09/2018 à 15h35
scroll top