Primitive Wars

Par
Le 17 janvier 2002
 0
0096000000051694-photo-primitive-wars.jpg
Primitive Wars, donc. Avec un nom pareil, il est à peu près certain que nous n'aurons pas affaire à un concurrent de Fifa 2002. Non, c'est bel et bien un énième jeu de stratégie temps réel que nous ont préparé les coréens de Wizard Software. Il faut dire que là-bas le succès de ces jeux est proprement faramineux et c'est avec le chiffre sympathique de 50.000 joueurs dans son pays d'origine que Primitive Wars débarque chez nous...

Comme nos derniers tests le prouvent on peut dire que Noël 2001 aura été placé sous le signe du jeu de stratégie si bien que l'amateur aura sûrement eu quelques difficultés à faire son choix. Après le calamiteux Real War, Primitive Wars est-il lui aussi destiné à caler un meuble usé par le temps ?


Pourquoi qu'on se casserait le cul ?


Voilà certainement ce qu'on dû se dire les développeurs à l'origine de ces guerres primitives. Le jeu ne trompe son monde que pendant quelques minutes, le temps que l'introduction se passe. Malgré des apparences légèrement innovantes, il ne s'agit pas d'autre chose que d'un clone de Warcraft 2 ! Oui, le jeu que Blizzard a développé pour nos machines encore alimentées par le MS-DOS 6.22 de notre Tonton William Gates III.

Le moins que l'on puisse dire c'est que Wizard Software ne nous rajeunit pas pour le coup. Alors puisque c'est comme ça, je ne vois pas pourquoi je me fatiguerais davantage. Inutile effectivement de rappeler le concept de ce genre de jeux : à l'aide d'un petit nombre d'unités, nous devons construire une base, récolter des ressources (une seul ici, la nourriture) et produire une armée à partir de différentes structures militaires et technologiques. Le réalisme de Battle Realms (où je vous le rappelle nous fabriquions des bâtiments avec du riz et de l'eau... Du solide ça !) est ici battu en brèche, puisque la nourriture est la base de vos constructions : mon rêve une maison pur beurre !

0096000000051695-photo-primitive-wars-les-tyranos.jpg
0096000000051696-photo-primitive-wars-les-elfes.jpg
0096000000051697-photo-primitive-wars-les-humains.jpg

Trois des quatre races accessibles


Classique indémodable ?


Après quelques minutes de jeu donc, on a vraiment l'impression de se trouver devant un clône de Warcraft 2. Il ne faut cependant pas bouder notre plaisir et six ans après sa sortie, il faut bien reconnaître que le bon vieux principe fonctionne encore sans problème... Au moins en multijoueurs.

0096000000051698-photo-primitive-wars-premiers-combats.jpg
En effet le mode solo malgré ses quatre campagnes (une pour chaque race) et son total de 48 missions, malgré l'embryon de scénario et malgré des scènes cinématiques correctes, ne parvient pas à accrocher le joueur. Les objectifs finissent par être du type "toi, tout pêter les méchants" et deviennent de ce fait vite lassants, d'autant que la stupidité artificielle mise en place par les développeurs est à la pointe de ce qui se faisait il y a cinq ans : l'ordinateur est vraiment complètement abruti, il fera systématiquement les mêmes erreurs !

Il n'en reste pas moins que le mode multijoueurs vient rattraper cela avec brio. N'espérer pas là non plus de véritables innovations et les quelques apports ne viendront pas changer les tactiques, depuis longtemps maîtrisées, de softs comme Warcraft ou Starcraft. Ces innovations comportent par exemple un sympathique système de nourriture qui permet aux unités de se recharger automatiquement, une gestion de l'expérience de vos troupes qui s'améliorent au fur et à mesure de leurs succès et enfin des armes spéciales qui viendront récompenser vos meilleurs guerriers.


En un mot comme en cent, c'est moche !


Il est quand même regrettable que des développeurs nous limitent encore au 800x600... Sur un 17 c'est déjà triste mais alors sur un 19, quelle horreur. D'autant que la finesse des unités et les effets des sorts sont loin d'être réussis. Quand on pense que Starcraft ne tourne qu'en 640x480 !

La qualité vraiment défaillante des graphismes est heureusement légèrement compensée par des animations correctes et par une légèreté de l'ensemble qui lui permet de tourner sur des machines in habituellement faibles aujourd'hui (parfait sur un simple Celeron 400MHz / 128Mo épaulé par une GeForce2 MX).

0096000000051699-photo-primitive-wars-ca-tourne-mal.jpg
0096000000051700-photo-primitive-wars-une-bataille-facilement-gagn-e.jpg
0096000000051701-photo-primitive-wars-certaines-unit-s-sont-impressionnantes.jpg

Les graphistes auraient-ils pris un congé sabatique ?

La réalisation technique ne vient pas non plus gâcher le plaisir ressentit pendant les affrontements avec d'autres joueurs humains mais elle est par contre pour beaucoup dans la lassitude éprouvée au cours de l'exécution des campagnes : voilà donc un jeu qui ne vaut le coup que pour son mode multijoueurs, vous voilà prévenus.


Dans les vieux pots qu'on fait les meilleurs soupes


Hélas pour Wizard Software, Arxel Tribe et Take 2 Interactive, le vieil adage ne se vérifie pas toujours. Sans être un mauvais jeu Primitive Wars lorgne beaucoup trop du côté des vénérables ancêtres pour convaincre réellement. Sa réalisation vraiment à la limite de l'acceptable ne joue d'ailleurs vraiment pas en sa faveur.

Le jeu n'est pas cependant pas dénué d'intérêt et son mode réseau, particulièrement efficace, propose un jeu fluide, rapide et au final (merci le monde fantastique) plutôt rafraîchissant, qui fera oublier la pauvreté (c'est peu dire) du mode solo aux adeptes des bon vieux jeux de stratégie ("c'était mieux avang").

Son petit prix (moins de 200 francs) devrait donc lui permettre d'obtenir les faveurs des amateurs d'elfes et autres démons en manque d'aventures. Il est en revanche à déconseiller aux nouveaux venus ou aux joueurs occasionnels : ils trouveront mieux et pour moins cher (Starcraft ou Age Of Kings sont en "budget").


Graphismes : 9/20
Bande son : 11/20
Intérêt : 12/20
Durée de vie : 10/20 (solo), 15/20 (réseau)
Modifié le 19/09/2018 à 16h43
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
scroll top