Trade Empires

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
15 janvier 2002 à 15h09
0
0096000000051665-photo-trade-empires.jpg
Frog City n'est pas de ces développeurs qui monopolisent l'attention. Ils sont pourtant les auteurs d'un des jeux de stratégie les plus réussis de ces dernières années : Imperialism. Hélas un défaut jamais corrigé a empêché la version française de connaître le succès qu'elle méritait. Leur nouveau titre s'éloigne quelques peu des champs de bataille pour transformer le conflit en guerre économique.

Trade Empires se propose effectivement de vous faire goûter aux joies de l'offre et de la demande, du marchandage et du commerce. Plus besoin de canons ou d'armes à feu et pour "défendre votre peau" c'est à votre sens de l'observation, à votre flair qu'il faudra vous fier.


De la gestion...

Un jeu de gestion ? Depuis Tropico, les amateurs n'avaient pas eu grand chose à se mettre sous la dent et deux jeux en un an on ne peut pas dire que l'overdose nous guette. C'est donc avec une certaine impatience que nous avons abordé ce titre. Comme son nom l'indique même aux moins anglophones d'entre nous, Trade Empires traite des empires commerciaux et vous offre la possibilité de prendre en main une famille de marchands dont l'objectif est de se hisser au-dessus de tous... Pour en faire un véritable empire commercial au cours des 4000 ans d'histoire qu'il couvre.

0096000000051667-photo-trade-empires-la-vall-e-du-nil.jpg
0096000000051668-photo-trade-empires-19-sc-narios-au-choix.jpg
0096000000051666-photo-trade-empires-l-atlantique-rend-ce-sc-nario-d-licat.jpg

Trois des nombreuses époques accessibles.

Le jeu se trouve en fait divisé en 19 scénarios qui vous permettront de faire vos preuves sur les différentes périodes qu'ils couvrent. Vous pourrez ainsi vous exprimez à l'aube de l'humanité, pendant les révolutions industrielles anglaise et allemande ou bien encore au cours du Moyen-Age européen. Quelque soit le scénario choisi et par conséquent l'époque envisagée, les mécanismes du jeu seront exactement les mêmes. Il est malgré tout préférable de commencer par les périodes les plus anciennes car ce sont les moins complexes. Il serait même plutôt conseillé de débuter avec le didacticiel, certes un peu long (comptez une petite heure), il vous permettra de voir en détails toutes les étapes d'une partie.


... Rien que de la gestion !

0096000000051669-photo-trade-empires-didacticiel.jpg
Ceci fait vous pourrez réellement commencez à jouer et donc démarrer par un des premiers scénarios. L'humanité n'y étant encore que balbutiante vous n'aurez pas à gérer de trop grosses villes, ni à vous dépatouillez de nombreux produits différents. Pour vous donner une petite idée, les villes se contenteront souvent de deux aliments pour se développer, alors qu'arrivé à l'ère industrielle, c'est avec quatre matières qu'il faudra compter et encore celles-ci auront besoin d'au moins une transformation (raisin en vin par exemple) ! L'augmentation de la population est indispensable pour vous permettre de générer des revenus plus importants. Qui dit plus de demande, dit évidemment plus de sous ! Il faudra cependant faire avec la fâcheuse tendance qu'ont les gens à vouloir toujours plus pour toujours moins cher... Quitte à déménager !

Il faudra donc trouver le juste équilibre entre coûts de production et demande des habitants. Pour gagner davantage d'argent il sera de toute façon nécessaire de vous lancer dans l'industrie dès que les scénarios vous le permettront. En plus de votre rôle de convoyeur, vous aurez alors à jouer avec celui d'entrepreneur, en construisant les centre de transformation en fonction de la demande potentielle et des ressources naturelles disponibles. Dans les époques avancées vous pourrez par exemple vous mettre à la fabrication d'armes, de lingots ou de différents produits de "luxe" (étoffes de soie, vase...). Cette variété de produits finis est évidemment liée au nombre de matières premières et de bâtiments de transformation. En tout c'est plus de 200 structures que vous pourrez bâtir et près d'une vingtaine de produits de base qui vous seront accessibles.

0096000000051670-photo-trade-empires-les-b-timents-ont-des-besoins-sp-cifiques.jpg
0096000000051671-photo-trade-empires-la-carte-de-la-r-gion.jpg
0096000000051672-photo-trade-empires-comparaison-des-besoins-de-deux-villes.jpg

Comparer bien les productions et les besoins pour trouver les routes les plus profitables

Cette richesse rend les parties plus complexes et nécessitera une parfaite assimilation des mécanismes du jeu. Augmentation / diminution de la population, obtention des meilleurs prix, réduction des temps de transport, autant de facteurs qu'il faudra connaître et qui ne sont pas aussi évident qu'il paraît de prime abord, d'autant que vous ne serez pas seul à tenter votre chance et que vos adversaires pourront exploiter l'ensemble de vos constructions.

Réalisation sans fioriture, mais soignée

Voilà en quelques mots, la réalisation de Trade Empires définie. Il n'y a plus grand chose à ajouter et nous allons nous contenter de préciser un peu les choses. L'aspect graphique d'un jeu de gestion se doit d'être soigné, car si une carte géographique peut difficilement être spectaculaire, elle doit impérativement être claire, lisible et un minimum jolie. Celle de Trade Empires remplit parfaitement son rôle et est en fait à l'image de l'ensemble de la réalisation. Ainsi les menus de sélection sont propres mais semblent un peu dépassés. Il font par exemple davantage penser à des titres comme Railroad Tycoon (le premier) qu'à son successeur ou à Tropico pour citer des soft bien connus.

0096000000051673-photo-trade-empires-la-chine-traditionnelle.jpg
0096000000051674-photo-trade-empires-les-trains-de-la-r-volution-industrielle.jpg
0096000000051675-photo-trade-empires-commerce-au-temps-des-pharaons.jpg

Les strctures changent en fonction des lieux et des époques

Ce n'est évidemment pas avec un titre de cet acabit que votre nouvelle GeForce3 Ti500 pourra s'exprimer, pas plus que votre carte son compatible Dolby Digital 5.1 ! Le graphisme comme la bande son, restent sobres et les parties se passent sans que rien ne vienne troubler cette tranquilité. Les musiques sont jolies mais surtout très discrètes et les voix dans l'ensemble très correctes. Voià donc un soft qui sera pour faire plaisir aux possesseurs de petites configurations. Il accepte effectivement de tourner avec un simple Celeron 450MHz pourvu que vous soyez équipé de 128Mo de RAM et d'une carte 3D compatible DirectX 7 (avec 8Mo de mémoire).


0096000000051679-photo-trade-empires-les-classiques-vennements-al-atoires.jpg

Des défauts moins "techniques"

Malgré les progrès effectués ces derniers temps, les jeux de gestion nous ont toujours habitué à une certaine austérité graphique. Trade Empires, comme nous venons de le voir, reste sur ce point tout à fait correct. Sa réalisation n'étant pas son réel point faible, ce sont d'autres éléments qui amènent la note assez moyenne que je lui ai donné, à commencer par ses lourdeurs de gestion. Au cours des premiers scénarios, il faudra mettre en place les routes commerciales, engager des marchands, construire quelques bâtiments et c'est vraiment amusant. Mais à mesure que les époques passent, ce micro management devient de plus en plus important. Les marchands et les routes ne cessent d'être plus nombreux, il faut avoir les yeux partout et l'aspect répétitif des choses devient usant.

L'interface n'étant pas d'une ergonomie parfaite, on finit par passer son temps dans les menus de sélection et une certaine lassitude gagne petit à petit. Les époques accessibles ont beau être variées, le jeu reste pratiquement identique et que l'on soit à l'époque mycénienne ou dans l'Allemagne de la révolution industrielle, les choses se passent sensiblement de la même manière. On aurait aimé plus de variété, d'autant que le défi offert par l'intelligence artificielle n'est pas bien complexe. Le pire est sans doute atteint lors des scénarios les plus complexes, ceux qui proposent de faire face à des bouleversements technologiques. En effet alors que notre commerce marchait plutôt bien, une invention est faite et le bouleversement qui s'ensuit contraint à tout revoir, tout refaire (routes commerciales, zones de production, de transformation, de vente...) ! Mais du fait des lourdeurs du jeu et de l'interface, il n'est pas du tout amusant d'être obligé de tout vérifier pour rendre notre entreprise à nouveau profitable !

0096000000051676-photo-trade-empires-peu-de-marchands-au-d-but.jpg
0096000000051677-photo-trade-empires-de-nouvelles-technologies-qui-remettent-tout-en-cause.jpg
0096000000051678-photo-trade-empires-gestion-des-routes-un-peu-fastidieuse.jpg

Un micro management qui nuit au plaisir de jeu


Bilan

Malgré de bonnes intentions, il semble clair que Frog City n'a pas aussi bien réussi qu'avec Imperialism et si Trade Empires se laisse parfaitement jouer, un amer goût de trop peu se fait bien vite sentir. La prise en main est rapide, mais le micro management est beaucoup trop important. Les actions se répètent trop souvent et cela quels que soient le niveau ou les époques. Cette lourdeur rend le jeu parfois lassant et frustrant alors qu'au contraire les premiers niveaux sont très agréables.

Trade Empires n'est pas un mauvais jeu et les acharnés y trouveront largement leur compte. Il est cependant certain que les joueurs occasionnels malgré un prix attractif (environ 200 francs) risquent de ne pas être intéressés par ce titre trop répétitif et à la durée de vie d'autant plus incertaine qu'il n'existe pas de mode réseau.


Trade Empires

2

Les plus

  • Concept intéressant
  • Richesse des scénarios
  • Graphisme très lisible

Les moins

  • Trop répétitif
  • Interface peu ergonomique
  • Micro-management trop important

Note globale6

Réalisation6

Prise en main8

Durée de vie7

Modifié le 19/09/2018 à 16h43
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

GeForce3 stoppées : NVIDIA dément
VIA KT333 pour bientôt
ATI laisse la place à Hercules ?
La folie des graveurs 40x !
Disciples 2 : Dark Prophecy est terminé
Alcatel se recentre sur le marché des opérateurs
Techfund Capital Europe lance son fonds européen de capital risque
MobileWay et Siemens lancent BattleMail Kung-Fu sur le réseau Bouygues
Alcatel se recentre sur le marché des opérateurs
Aspect Communications lance la V2 de WinSet VoIP
Haut de page