ATI Radeon 8500 LE

Nerces Contributeur
10 décembre 2001 à 09h43
0
0050000000055962-photo-s-lection-clubic-80.jpg
0096000000051310-photo-radeon-8500-logo-miniature.jpg
Le Radeon 8500 aura été pour ATI le moyen de revenir dans la course à la puissance menée par le rival NVIDIA. Cette évolution du processeur graphique le plus puissant du canadien propose, sur le papier, des caractéristiques nettement plus alléchantes que le concurrent GeForce3 Ti500, mais pour autant les performances n'étaient pas tout à fait au niveau.

En effet et malgré ses avantages théoriques le Radeon 8500 affichait certains défauts que les utilisateurs expérimentés pouvaient difficilement pardonner : une astuce pour gagner en performances sous Quake3, des pilotes OpenGL v1.2 et un SmoothVision encore désactivé.


ATI Radeon 8500... Deuxième !

Ces défauts n'étaient bien sûr pas du tout insurmontable pour le constructeur canadien et reflétaient simplement la relative immaturité des pilotes d'une carte encore très récente. La révision v7.60 de ces pilotes avaient déjà permis un regain de performances visibles lors de notre précédent test. Regain de performances permettant au Radeon 8500 de se placer au niveau de performances offert par les GeForce3 de base... Pas si mal !

Plutôt que de faire encore progresser ces performances, aujourd'hui ATI nous propose surtout de découvrir une nouvelle déclinaison, meilleure marché, de ce Radeon 8500 : le 8500 LE. Le constructeur en profite pour dévoiler de nouveaux pilotes (v7.63) capables d'exploiter le SmoothVision, le filtrage anisotropique et intégrant l'OpenGL ICD v1.3.


Radeon 8500 LE ?

0096000000051305-photo-radeon-8500-chip.jpg
Ce "nouveau" chip n'est en fait qu'une version "ralentie" du Radeon 8500. A sa sortie, ce dernier permettait pour la première fois à ATI de ravir la couronne du chip supportant les plus hautes fréquences à NVIDIA. En effet, alors que le GeForce2 Ultra plafonne à 250MHz et que le GeForce3 Ti500 n'atteint lui "que" 240MHz, d'entrée de jeu ATI fournissait un processeur à 275MHz !

De la même manière la mémoire associée à ce nouveau chip battait elle aussi des records puisque cadencée à 275MHz ! Pour rappel ce sont les GeForce3 qui disposaient auparavant de la mémoire la plus rapide avec un maximum de 250MHz pour les puces accompagnant les Ti500.

La performance du canadien saluée, il faut signaler que l'emploi de ce type de mémoire ne permet pas, à l'heure actuelle, de concevoir des Cartes Graphiques à des prix vraiment attractifs et on reste encore au-dessus des 2000 francs. Pour remédier à cela, ATI s'est donc fendu d'un Radeon 8500 "light" avec des fréquences légèrement inférieures.

Le Radeon 8500 LE tourne ainsi à la fréquence de 250MHz et se voit associé de la mémoire aussi véloce, à 250MHz également. Cette baisse des cadences devraient permettre de proposer des cartes meilleures marchés et les prix officiels (donc largement supérieurs à ce que vous trouverez chez votre assembleur favoris) font d'état d'un tarif sous le seuil psychologique des 2000 francs : 1990 francs TTC (un peu plus de 300 euros).

Ces baisses de fréquences ne sont cependant pas sans avoir un impact tant sur les performances théoriques (les fameux fill rate) que sur ce que l'on pourra espérer avoir en pratique. Les résultats des benchmarks vont suivre avec le reste de l'article, mais voici d'ores et déjà un petit tableau pour comparer de manière simple, Radeon 8500 et GeForce3.


00FA000000049517-photo-radeon-8500-d-mo.jpg

Le SmoothVision, késako ?

Au cours de ce test nous ne reviendrons pas sur les fonctions 3D supportées par le Radeon 8500 LE, largement décrites dans l'article concernant son grand frère. Nous allons cependant faire une bref retour sur l'élément principal de ces nouveaux pilotes v7.63 : l'activation du FSAA "made in ATI", le SmoothVision.

Cette nouvelle technique de FullScene Anti-Aliasing (FSAA) est là pour concurrencer les GeForce3 et leurs nouvelle méthode de "multisampling" nettement plus performante que le "supersampling" des anciennes GeForce2 et autres Radeon. Pour faire extrêmement schématique disons simplement que le "supersampling" se contentait de calculer les scènes avec des résolutions bien supérieures pour ensuite remettre à la bonne taille (celle de votre écran) en ajoutant un léger effet de flou. Plutôt efficace avec les jeux les moins gourmands, cette technique permettait de bien réduire les effets d'escalier mais nécessitait pour un simple mode 2X, quatre fois plus mémoire et divisait par quatre le fill rate de la carte.

Pour remédier à cela, NVIDIA d'abord et maintenant ATI, ont adopté une technique plus évoluée de "multisampling" qui permet en fait de procéder à une sorte d'interpolation des points nécessaires à la réduction des effets d'escalier aux points "classiques". Nettement moins gourmande que la précédente, cette nouvelle approche a toutefois l'inconvénient de rendre les scènes un peu plus floue.

C'est ici qu'intervient le "SmoothVision" d'ATI qui devrait permettre à l'utilisateur de choisir entre un mode "Performance" qui revient à peu près à ce que nous venons d'expliquer et un mode "Qualité" qui contrebalance cet effet de flou par l'emploi de texture de meilleure qualité mais donc plus gourmandes. En outre ATI en a profité pour ajouter des modes FSAA 3X et 6X aux traditionnels 2X et 4X.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Consommation de
Sans enquête antitrust, Windows Mobile aurait dominé Android... selon Bill Gates
Débat | YouTube change-t-il pour le pire ?
La Chine lutte contre l'addiction au jeu en imposant un couvre feu et une limite de temps quotidienne
Pick-up Tesla : cochez la date, le concurrent du Rivian R1S présenté dans deux semaines
Le Samsung Galaxy Fold en rupture de stock en cinq petites minutes en Chine
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
Un bouton sur Netflix pour passer les blagues sur Donald Trump pendant un spectacle
Edge basé sur Chromium, aka Chredge, sera bien disponible sur Linux

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top