MechWarrior 4 : Vengeance

Nerces Nerces sur Twitter Nerces sur Linkedin
Spécialiste Hardware et Gaming
27 janvier 2001 à 14h38
0
0050000000055962-photo-s-lection-clubic-80.jpg
0096000000047228-photo-atterissage-d-un-atlas.jpg
Le MechWarrior nouveau est arrivé ! Youpi, youpi ! Pour certains, l'annonce du beaujolais est un des événements de l'année. Chacun son truc, moi je préfère les BattleMechs aux verres de rouge que voulez-vous ! Alors qu'il est disponible depuis deux mois aux Etats-Unis, le voilà enfin qui débarque en France. On va pouvoir nous aussi reprendre du service aux commandes de ces monstres mécaniques de près de 100 tonnes.


BattleTech, BattleMech et MechWarrior ?

MechWarrior, pour ceux qui ne connaissent pas est une série de jeux (4 donc...) basée sur l'univers de BattleTech. Ce dernier est un jeu de plateau traditionnel dans lequel vous contrôlez ces gigantesques robots (les BattleMechs) à la puissance de feu dévastatrice. Le gros problème de ce jeu est le nombre de règles et de tables de calculs à mémoriser. L'intérêt d'une adaptation micro est bien sûr évident.

Après Activision (MechWarrior 1 et 2) et Microprose (le n°3), c'est donc Microsoft qui s'y colle avec ce quatrième opus sous-titré Vengeance... Pourquoi Vengeance ? Tout simplement parce que vous interprétez Ian Dresari, héritier d'une des familles les plus importantes de l'Univers, et que ce pauvre jeune homme vient de perdre famille, trône et empire. Trahit par ses propres alliés, il ne cherche qu'une seule chose... La vengeance justement !


Les représailles

Pour parvenir à ses fins, notre beau (?) héros pourra compter sur quelques loyalistes et une armée de BattleMechs tout au long d'une campagne de 25 missions réparties en 6 théâtres d'opérations.

0096000000047229-photo-combats-dans-la-neige.jpg
0096000000047230-photo-guerilla-urbaine.jpg
0096000000047231-photo-ca-fuse-dans-le-d-sert.jpg

Cliquez sur les images pour agrandir

Si le jeu est assez simple à prendre en main, il est tout de même fortement conseillé de jeter un oeil au didacticiel pour ne pas se faire massacrer dès les premières secondes de jeu. Piloter un BattleMech n'est pas aussi simple que de contrôler une voiture et sans un minimum de pratique vous aurez tôt fait de vous déplacer à reculons sans comprendre pourquoi.

Ce didacticiel, par ailleurs très bien foutu, vous permettra donc de vous familiariser avec les déplacement du robot, mais surtout avec les subtilités engendrées par la dissociation jambes/torses. Il est ainsi tout à fait possible (et vivement conseillé) de se déplacer dans une direction alors que le torse est orienté vers une autre. La maîtrise de cette technique est absolument indispensable pour mener à bien les missions.

0096000000047227-photo-le-mechlab.jpg
Il vous offrira aussi la possibilité de définir le mode de contrôle que vous préférez : clavier seul (ça m'étonnerait !), clavier + souris ou, comme moi, clavier + joystick. Le nombre de commandes à contrôler est assez important (déplacement et armes multiples, , c'est un point qui pourrait en rebuter plus d'un, c'est pourquoi


Plan de bataille

Les 25 missions se dérouleront presque toujours selon le même schéma. Vous arrivez sur un nouveau théâtre d'opération, après une reconnaissance plus ou moins approximative on vous donne les objectifs à accomplir. Dès lors à vous de faire vos choix. Vous pourrez aller au MechLab pour personnaliser votre robots en fonction des équipements disponibles et vous déciderez de la composition de votre équipe. De l'avancement dans la campagne dépendront le nombre de robots et l'équipement disponibles, n'hésitez donc pas à retourner au labo pour apporter de nouvelles améliorations à votre configuration préférée.

0096000000047244-photo-un-choix-corn-lien.jpg
Le nombre de Mechs disponibles est assez impressionnant. On retrouve ainsi de vieilles connaissances (Cougar, Madcat ou Thor) mais ce sont surtout 7 nouvelles mécaniques qui font leur apparition parmi lesquelles se trouve une amélioration vraiment sympathique du MadCat : le MKII. Comme auparavant vous aurez à équilibrer votre équipement pour ne pas vous retrouver avec un engin doté d'une puissance de feu remarquable mais qui dissipe mal la chaleur et se trouve toujours en surchauffe. Vous pourrez aussi placer des petits gadgets très utiles comme un ECM ou un JetPack.

Il vous faudra choisir votre catégorie de Mech (léger, intermédiaire, lourd ou assaut) en fonction du type de mission à effectuer car si la difficulté n'est pas très élevée une erreur de sélection vous ferais immanquablement rater la mission. En règle générale les missions ne sont pas très difficiles à comprendre et leur difficulté devrait permettre à tous d'y trouver son compte. Les vieux brisquards regretteront toutefois l'absence de décisions à prendre sur la suite des opérations (on ne nous demande qu'une seule fois notre avis).

0096000000047232-photo-t-te-de-pont.jpg
0096000000047233-photo-mech-aquatique.jpg
0096000000047234-photo-un-de-moins.jpg

Cliquez sur les images pour agrandir

Le mode multi-joueurs n'est pas en reste et s'il n'offre que des modes de jeu très classiques, le fait de devoir manipuler ces BattleMechs renouvelle considérablement les affrontements. La plupart des tactiques utilisées dans les Quake-like classiques peuvent être reprises ici mais nécessitent une sacrée mise à niveau du fait de la maniabilité de ces monstres.
0096000000047238-photo-pyrothecniquement-impeccable.jpg

Beau comme un camion !

C'est une constante de la série des MechWarriors... Ils sont beaux ! Ce numéro 4 ne déroge pas à la règle et nous offre des paysages de grande qualité. L'emploi de toutes les dernières technologies graphiques n'est bien sûr pas étranger à cela. Le moteur du jeu fait feu de tout bois et exploite aussi bien le T&L, que des fonctions moins populaires comme le bump-mapping. Les effets de lumières sont également très réussis comme en témoignent les traînées laissées par les lasers.

En plus de cette aspect "technique", MechWarrior 4 est très riche. Les mondes sont variés et les missions vous conduiront à visiter des plaines glacées aussi bien que de denses cités ou des déserts... désertiques ! Les textures sont nombreuses, les décors fourmillent de détails et l'ensemble est très bien animé.


0096000000047235-photo-explosion-du-caboteur.jpg
0096000000047236-photo-combat-de-nuit.jpg
0096000000047237-photo-les-lasers-sont-r-ussis.jpg

Cliquez sur les images pour agrandir

Bien moins convaincante que la partie graphique, la bande son reste malgré tout assez réussie. Les voix (le jeu est intégralement en français) des nombreux personnages ne sont pas trop crispantes pour un jeu Microsoft (rappelez vous Starlancer) et les bruitages plutôt efficaces. La musique discrète ne gêne pas le moins du monde et les quelques moments plus bruyants renforcent très bien l'action.

Un reproche toutefois en ce qui concerne les vidéos. Non qu'elles soient de mauvaise qualité mais que c'est stéréotypé et mal joué ! Il faudrait vraiment qu'un effort soit fait de ce côté-là ou alors carrément les supprimer. Parce que là c'est tout à fait ridicule. Enfin ça donne encore plus envie de passer à la mission suivante !


0096000000047239-photo-la-nuit-est-chaude.jpg

Mises en garde

MechWarrior est un des jeux les plus réussis qui soient. Quelques mises en garde restent cependant indispensables pour ne pas risquer une déception synonyme de malaise financier !

La principale de ces mises en garde reprend bien sûr le propos de mon précédent paragraphe, à savoir la gourmandise du moteur 3D. C'est un fait MechWarrior est magnifique de réalisme, mais à moins d'avoir une machine de guerre au moins aussi costaud qu'un BattleMech, il ne vous sera pas possible d'en profiter. En dessous d'un processeur à 600MHz et d'une carte graphique récente (GeForce ou Radeon), vous devrez faire des compromis qui ne vous empêcherons certes pas de vous amuser mais vous priverons assurément de la débauche d'effets intégrés au bébé.

0096000000047241-photo-pas-tr-s-strat-gique.jpg
0096000000047240-photo-promenade-champ-tre.jpg
0096000000047242-photo-fasa-interactive.jpg

Cliquez sur les images pour agrandir

La seconde mise en garde est relative au type même du jeu. Joueurs des anciennes versions, ne vous méprenez pas. MechWarrior est toujours très intéressant mais l'ensemble a été sacrément simplifié et on lorgne plus volontiers vers l'action pure que vers la simulation d'autrefois... Le seul aspect stratégique de ce quatrième volet concerne la direction de votre équipe. Vous aurez en effet jusqu'à 3 coéquipiers avec vous en mission et vous pourrez leur attribuer un type de robot particulier en fonction de leurs compétences et de ce dont vous aurez besoin pour vous épauler.

Enfin et c'est plus un conseil de configuration, le jeu n'étant pas très difficile (pour les habitués), je vous conseille vivement de placer la barre assez haut pour ne pas risquer de le finir trop rapidement... Avouez que ça serait dommage...


0096000000047243-photo-une-difficilement-captur-e.jpg

Conclusion

Difficile pour moi d'être objectif lorsqu'il s'agit d'un MechWarrior. Fan absolu de l'univers dépeint dans ces jeux, je suis content rien qu'à l'idée de crapahuter dans ces mondes inhospitaliers. Il me semble toutefois que l'orientation plus arcade qu'à choisie Microsoft devrait permettre de faire connaître cette série à un plus grand nombre de joueurs. La qualité est au rendez-vous, de même que l'ambiance et la durée de vie. Il n'y a donc pas grand chose à redire, exception faite de la configuration nécessaire... Un incontournable !

Graphismes : 18/20
Sons/musiques : 16/20
Intérêt : 18/20
Durée de vie : 2-3 semaines (solo) - plusieurs mois (réseau)
Modifié le 20/09/2018 à 15h34
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

L'abandon du Coppermine-T
La fin des processeurs SECC2
Un Palm Michael Jordan ?
Un flipper basé sur le moteur 3D d'Unreal
Le chipset VIA PX266 retardé ou abandonné ?
Winamp 3.0 Alpha 2 disponible
Démo de Gunlok MAJ
Ericsson décide de sous-traiter la fabrication des ses téléphones
Ericsson décide de sous-traiter la fabrication des ses téléphones
Le gouvernement joue l'autruche avec l'UMTS
Haut de page