MechWarrior 4 : Vengeance

Par
Le 27 janvier 2001
 0
0050000000055962-photo-s-lection-clubic-80.jpg
0096000000047228-photo-atterissage-d-un-atlas.jpg
Le MechWarrior nouveau est arrivé ! Youpi, youpi ! Pour certains, l'annonce du beaujolais est un des événements de l'année. Chacun son truc, moi je préfère les BattleMechs aux verres de rouge que voulez-vous ! Alors qu'il est disponible depuis deux mois aux Etats-Unis, le voilà enfin qui débarque en France. On va pouvoir nous aussi reprendre du service aux commandes de ces monstres mécaniques de près de 100 tonnes.


BattleTech, BattleMech et MechWarrior ?


MechWarrior, pour ceux qui ne connaissent pas est une série de jeux (4 donc...) basée sur l'univers de BattleTech. Ce dernier est un jeu de plateau traditionnel dans lequel vous contrôlez ces gigantesques robots (les BattleMechs) à la puissance de feu dévastatrice. Le gros problème de ce jeu est le nombre de règles et de tables de calculs à mémoriser. L'intérêt d'une adaptation micro est bien sûr évident.

Après Activision (MechWarrior 1 et 2) et Microprose (le n°3), c'est donc Microsoft qui s'y colle avec ce quatrième opus sous-titré Vengeance... Pourquoi Vengeance ? Tout simplement parce que vous interprétez Ian Dresari, héritier d'une des familles les plus importantes de l'Univers, et que ce pauvre jeune homme vient de perdre famille, trône et empire. Trahit par ses propres alliés, il ne cherche qu'une seule chose... La vengeance justement !


Les représailles


Pour parvenir à ses fins, notre beau (?) héros pourra compter sur quelques loyalistes et une armée de BattleMechs tout au long d'une campagne de 25 missions réparties en 6 théâtres d'opérations.

0096000000047229-photo-combats-dans-la-neige.jpg
0096000000047230-photo-guerilla-urbaine.jpg
0096000000047231-photo-ca-fuse-dans-le-d-sert.jpg

Cliquez sur les images pour agrandir

Si le jeu est assez simple à prendre en main, il est tout de même fortement conseillé de jeter un oeil au didacticiel pour ne pas se faire massacrer dès les premières secondes de jeu. Piloter un BattleMech n'est pas aussi simple que de contrôler une voiture et sans un minimum de pratique vous aurez tôt fait de vous déplacer à reculons sans comprendre pourquoi.

Ce didacticiel, par ailleurs très bien foutu, vous permettra donc de vous familiariser avec les déplacement du robot, mais surtout avec les subtilités engendrées par la dissociation jambes/torses. Il est ainsi tout à fait possible (et vivement conseillé) de se déplacer dans une direction alors que le torse est orienté vers une autre. La maîtrise de cette technique est absolument indispensable pour mener à bien les missions.

0096000000047227-photo-le-mechlab.jpg
Il vous offrira aussi la possibilité de définir le mode de contrôle que vous préférez : clavier seul (ça m'étonnerait !), clavier + souris ou, comme moi, clavier + joystick. Le nombre de commandes à contrôler est assez important (déplacement et armes multiples, , c'est un point qui pourrait en rebuter plus d'un, c'est pourquoi


Plan de bataille


Les 25 missions se dérouleront presque toujours selon le même schéma. Vous arrivez sur un nouveau théâtre d'opération, après une reconnaissance plus ou moins approximative on vous donne les objectifs à accomplir. Dès lors à vous de faire vos choix. Vous pourrez aller au MechLab pour personnaliser votre robots en fonction des équipements disponibles et vous déciderez de la composition de votre équipe. De l'avancement dans la campagne dépendront le nombre de robots et l'équipement disponibles, n'hésitez donc pas à retourner au labo pour apporter de nouvelles améliorations à votre configuration préférée.

0096000000047244-photo-un-choix-corn-lien.jpg
Le nombre de Mechs disponibles est assez impressionnant. On retrouve ainsi de vieilles connaissances (Cougar, Madcat ou Thor) mais ce sont surtout 7 nouvelles mécaniques qui font leur apparition parmi lesquelles se trouve une amélioration vraiment sympathique du MadCat : le MKII. Comme auparavant vous aurez à équilibrer votre équipement pour ne pas vous retrouver avec un engin doté d'une puissance de feu remarquable mais qui dissipe mal la chaleur et se trouve toujours en surchauffe. Vous pourrez aussi placer des petits gadgets très utiles comme un ECM ou un JetPack.

Il vous faudra choisir votre catégorie de Mech (léger, intermédiaire, lourd ou assaut) en fonction du type de mission à effectuer car si la difficulté n'est pas très élevée une erreur de sélection vous ferais immanquablement rater la mission. En règle générale les missions ne sont pas très difficiles à comprendre et leur difficulté devrait permettre à tous d'y trouver son compte. Les vieux brisquards regretteront toutefois l'absence de décisions à prendre sur la suite des opérations (on ne nous demande qu'une seule fois notre avis).

0096000000047232-photo-t-te-de-pont.jpg
0096000000047233-photo-mech-aquatique.jpg
0096000000047234-photo-un-de-moins.jpg

Cliquez sur les images pour agrandir

Le mode multi-joueurs n'est pas en reste et s'il n'offre que des modes de jeu très classiques, le fait de devoir manipuler ces BattleMechs renouvelle considérablement les affrontements. La plupart des tactiques utilisées dans les Quake-like classiques peuvent être reprises ici mais nécessitent une sacrée mise à niveau du fait de la maniabilité de ces monstres.
Modifié le 20/09/2018 à 15h34
scroll top