Alcatel réduit sa dette, son cours s'envole de 40%

Par
Le 30 octobre 2002
 0

Dans un contexte économique difficile, Alcatel rassure les investisseurs sur son endettement. Son cours s'envole de plus de 40% en clôture à Paris

Dans un contexte économique difficile, Alcatel rassure les investisseurs sur son endettement. Son cours s'envole de plus de 40% en clôture à Paris

Bientôt le bout du tunnel pour les équipementiers ? Alcatel a dévoilé aujourd'hui ses résultats trimestriels et, comme prévu, ils ne sont pas très bon en raison d'un fort recul des dépenses des opérateurs.

Le CA net d'Alcatel au T3 2002 est de 3508 M€ (contre 5613 M€ au T32001), le résultat d'exploitation est de -227 M€ (contre -215 M€ au T32001) et le résultat net s'effondre à -1352 M€ (contre -558 M€ en T3 2001) en raisons de provisions exceptionnelles...

Dans un communiqué de presse, Serge TCHURUK, Président Directeur Général d'Alcatel précise : ""Dans cet environnement particulièrement difficile, nous progressons dans la mise en place des actions qui permettront à Alcatel de sortir de cette crise dans une situation financièrement saine et fortement compétitive. Au cours du troisième trimestre, le niveau de trésorerie a continué de s'améliorer : le cash FlOw@jvfr (avant rachat de créances au fond de titrisation) a été fort pour le cinquième trimestre consécutif et le cash disponible, en augmentation, atteint 5,1 milliards d'euros, ce qui conduit à réduire l'endettement net à 1 milliard d'euros. De plus, s'agissant de la réduction des coûts, nous sommes en ligne avec nos objectifs : sur une base comparable , les coûts ont diminué de 10% par rapport au deuxième trimestre 2002 et de 26% par rapport à fin 2001. Au 4ème trimestre, nous prévoyons une croissance à deux chiffres de notre chiffre d'affaires par rapport au trimestre précédent. Le résultat opérationnel devrait s'améliorer sauf dépréciations ou provisions qui seraient dues à une détérioration des conditions de marché en 2003 plus importante que notre appréciation actuelle. Compte tenu de notre performance du troisième trimestre, l'endettement net à la fin de l'année devrait être inférieur à 2 milliards d'euros.

Nous sommes confiants dans le retour d'Alcatel à la profitabilité en 2003. En 2002, les pertes opérationnelles devraient être limitées à l'activité optique, qui fait actuellement l'objet d'une restructuration intense. Tous les autres segments d'activité sont autour de l'équilibre. En 2003, notre objectif est d'abaisser le point mort trimestriel de ventes à 3 milliards d'euros à la fin de l'année. Ce chiffre est inférieur d'environ 25% au niveau actuel de notre activité, et nettement au-dessous de notre estimation actuelle de l'activité de l'an prochain. Nous avons récemment constaté un regain d'intérêt pour nos produits d'accès large bande, spécialement en Europe et en Asie. Nous continuons aussi à gagner des parts de marché dans l'infrastructure mobile, une activité qui bénéficie d'un bon niveau de rentabilité même après le financement de la R&D dans la 3G . Les activités d'équipements de communication hors opérateurs ainsi que celles de logiciel, qui représentent plus d'un tiers de nos ventes, amortissent la baisse des investissements des opérateurs. Enfin, notre large présence géographique porte ses fruits, permettant de répartir les risques entre nos différents marchés et clients. Globalement, dans cet environnement très difficile, les équipes d'Alcatel ont accompli un travail remarquable en restant fortement mobilisées malgré les sacrifices consentis. ».

Après avoir pratiquement divisé par deux ses effectifs en un temps record, Alcatel entrevoit donc le bout du tunnel et rassure les investisseurs sur son et sa capacité à se désendetter et à retourner aux bénéfices dès 2003, probablement grâce au déploiement massif de la technologie DSL et à l'apparition des premiers réseaux UMTS européens.

En clôture à Paris, le cours affichait un bond spectaculaire de 40,54% à 5,20 €, traduisant l'optimiste des investisseurs pour une société qui a néanmoins perdu près de 73% de sa valeur depuis le 1er janvier...
Modifié le 20/09/2018 à 14h26

Les dernières actualités

scroll top