Fennec : Mozilla ne compte pas développer de version Android de Firefox mobile

Alexandre Habian
12 novembre 2008 à 15h02
0
00C8000001763418-photo-logo-fennec.jpg
Du rififi entre les promoteurs de logiciels libres ? Alors que la première version alpha du navigateur web Fennec est disponible pour les tablettes de Nokia sous Linux, il semble que Mozilla ne soit pas particulièrement pressé de le rendre disponible également pour les smartphones sous OS Android de Google.

Et pourtant il est déjà annoncé pour être disponible à terme sur les smartphones sous Windows Mobile. Selon Jay Sullivan, le chef de produit Fennec de Mozilla, la première version alpha du navigateur web mobile de la marque se montre en effet compétitive au niveau de ses performances Javascript comparativement au navigateur d'Android ou de l'iPhone d'Apple.

Mais en revanche, il ne devrait pas être porté directement pour la plateforme mobile de Google dans la mesure où le géant américain de la recherche sur Internet ne permet pas le développement de programmes non écrits en Java. Il n'est en effet pas possible de développer des applications natives pour Android sans passer par le langage Java. Même si Android est un « système intéressant pour nous, nous devrons attendre de voir comment évolue Google sur ce plan », précise-t-il. Affaire à suivre.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
Allongé et endormi
PS5 : des jeux jusqu'à 79,99 €, soit 10 € de plus que sur l'ancienne génération ?!
Cyberpunk 2077 : CD Projekt RED dévoile les configurations PC requises
Microsoft Flight Simulator dévoile son plan de vol pour les futurs développements
Déjà en rupture de stock, les NVIDIA RTX 3080 se vendent à prix d'or sur eBay
La fin du pétrole ? Pour BP, la demande ne fera que baisser à partir de 2020
Xbox All Access : les tarifs français officialisés par Microsoft
L'ANFR simule l'exposition aux ondes causée par des antennes 4G et 5G et livre ses résultats
Boeing 737 MAX : le constructeur avait caché les défauts de conception aux pilotes et aux régulateurs
scroll top