L'adoption de Firefox en chute de 85%

24 septembre 2020 à 11h30
73

Mozilla annonçait le mois dernier le licenciement de près d'un quart de ses effectifs, soit 250 personnes ; aujourd'hui l'entreprise souhaite se restructurer. Mais est-il déjà trop tard ?

Le navigateur Mozilla Firefox est-il voué à l'extinction ? Ces dix dernières années, sa part de marché n'a cessé de chuter et les différents projets entrepris par la fondation ont tout bonnement été annulés.

Firefox en chute libre

Si l'on en croit les données de Statcounter, en novembre 2009, Firefox était utilisé par un tiers des internautes à travers le monde. Sa part de marché était plus précisément de 32,21 %. Toutefois, nous assistions en parallèle à l'arrivée d'un nouvel acteur sur la marché des navigateurs Web : Google Chrome, lancé en 2008.

Aujourd'hui, la part de marché de Firefox est de 8,34 %, soit à peine plus que celle de Safari sur macOS qui s'élève à 8,27 %. De son côté, Chrome frôle désormais les 70 % de part de marché, rien que sur ordinateur.

La fondation Mozilla a-t-elle été une victime collatérale de Google ? Ce n'est pas l'avis de Cal Paterson, un développeur britannique qui revient sur ses travaux en pointant, aussi, une mauvaise gestion interne.

Une mauvaise gestion financière

On le sait, les revenus de Mozilla fonctionnent grâce à ses divers partenariats avec les moteurs de recherche. Selon le pays, Mozilla configure un service différent par défaut, tout en prenant en compte les parts de marché géographique du moteur de recherche. La fondation perçoit une part des revenus générés par les liens sponsorisés sur ces services.

Aussi, si avec Chrome, Google est en concurrence directe avec Firefox sur le secteur des navigateurs, c'est donc également l'un des principaux sponsors de Mozilla. Cependant, au fur et à mesure que la part de marché de Firefox diminue, les revenus de Mozilla s'amenuisent.

Au cours des dix dernières années, Mozilla a ainsi entrepris un certain nombre de projets qui n'ont pas toujours été aboutis et dont la plupart ont été abandonnés. Parmi eux, on se souvient de :

  • Webmaker, une application mobile pour la création de site Internet.
  • BrowserID, un dispositif d'authentification universel.
  • Firefox Send, un service d'envoi de fichiers.
  • Firefox OS, son système d'exploitation pour mobile.
  • Firefox Lockwise, le système de gestion de mots de passe.
  • Le rachat de Pocket pour 25 millions de dollars.
  • Firefox Relay, pour protéger son adresse email…

Si aucune information n'est à ce jour connue quant au coût de ces projets, il est légitime de s'interroger sur la part des investissements directement alloués à Firefox.

Source : Cal Paterson

Modifié le 24/09/2020 à 14h53
73
52
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Forfait mobile : notre sélection des 10 meilleurs forfaits sans engagement du moment
Test du Google Pixel 4a 5G : il cachait (très) bien son jeu
Comment un antivirus détecte-t-il un virus ?
The Americans : l'espionnage en pleine guerre froide n'a jamais été aussi passionnant (et accessible)
Raspberry Pi : notre top 10 des projets les plus insolites
C'est officiel, le film Willow (de 1988) aura droit à une suite, sur Disney+
Road trip électrique : tout ce que vous devez savoir pour voyager sereinement
eToro (Avis 2020) : notre test de cette plateforme crypto alléchante mais risquée pour les débutants
Retour dans la matrice avec Matrix Reloaded, au delà des apparences
Après Lewis Hamilton, Nico Rosberg rejoint l'Extreme E
scroll top