Mozilla licencie 250 personnes et réfléchit à un nouveau modèle économique pour ses services

12 août 2020 à 12h30
13

Impactée par la pandémie du coronavirus, l’entreprise Mozilla se voit dans l’obligation de réduire ses effectifs.

Elle annonce la fermeture de ses bureaux à Taipei et le licenciement d’environ 250 personnes, soit près d’un quart de ses employés.

"Changer le monde, Changer Mozilla"

On suppose que Mitchell Baker, qui a repris les rênes de Mozilla Corporation en avril dernier après les avoir lâchées en 2008, aurait aimé inaugurer son retour d’une autre manière. Malheureusement, dans une publication intitulée Changing World, Changing Mozilla, la P.-D.G. signale que 250 employés de l’entreprise vont être prochainement licenciés. Déjà, en janvier dernier, la firme avait dû se séparer de 70 personnes.

Selon Mitchell Baker, la pandémie de coronavirus "a eu un impact significatif" sur les revenus dégagés par l’entreprise. Celle-ci a rendu caduques les plans élaborés avant la crise. Ainsi, si le confinement a transformé nos usages sur Internet, Mozilla n’a, à l’évidence, pas su en profiter. Précisons que la majorité des revenus du navigateur Mozilla provient de redevances versées par les moteurs de recherche : Google aux États-Unis et en Europe, Baidu en Chine ou Yandex en Russie. La publicité ou encore les abonnements complètent le budget. En outre, sur le marché des navigateurs, largement dominé par Google Chrome, Mozilla Firefox avait souffert du lancement d’Edge en début d’année. Le navigateur de Microsoft n’avait mis que quelques semaines pour le devancer en matière de popularité.

Quoi qu’il en soit, ce congédiement de 250 personnes n’est pas anodin, que ce soit pour les individus concernés – essentiellement des employés travaillant dans les locaux de Mozilla à Taipei – mais aussi pour la société. En effet, cela représente un quart de ses effectifs. Par conséquent, Mozilla n’emploiera à l’avenir plus que 750 salariés.

L’ère du tout gratuit est révolue

Le billet détaille aussi l’orientation future de l’entreprise, articulée autour de cinq axes : produit, technologie, communauté, économie et nouvel "état d’esprit". La P.-D.G. réaffirme les valeurs de son entreprise, qui milite pour un "Healthy Internet" et qui souhaite "construire de nouvelles expériences que les gens aiment et désirent".

Sur l’aspect technologique, elle met notamment en avant le projet Alliance Bytecode censé "apporter la sécurité, l’ubiquité et l’interopérabilité du Web".

Enfin, Mitchell Baker n’hésite pas à qualifier la période au cours de laquelle "tout était gratuit" d’ancien modèle. Afin de consolider ses revenus, Mozilla s’appuiera sur des produits payants tels que son service Mozilla VPN ou encore Firefox Premium, une version du navigateur principalement destinée aux entreprises.

Source : The Verge

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
13
9
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Test Oddworld Soulstorm : une relecture sympathique, mais imparfaite de L'Exode d'Abe
15 classiques du cinéma à (re)voir en streaming sur Netflix, OCS et Amazon prime video
Vandenberg, de la brume et des fusées
Ce chargeur à induction sans fil Samsung est gratuit grâce à une double réduction 🔥
RED by SFR explose les volumes de data sur ses forfaits mobiles BIG RED
Chute de prix pour les écouteurs Apple AirPods 2 (2ème génération)
Brave, Minds, Filecoin... Les blockchains et les crypto-monnaies comme alternatives aux GAFA ?
Test Intel Rocket Lake-S :  le Core i5-11600K s'en sort très bien, le i9-11900K un peu moins
Les tweets de Trump en vente sous forme de NFT pour des bonnes causes (qu'il détestait)
Les meilleures applications Twitter pour Android
Haut de page