Hololens : Asobo Studio, les développeurs français à l'assaut des hologrammes

Par
Le 16 avril 2016
 0
Le studio bordelais Asobo travaille depuis plusieurs années avec Microsoft sur un projet qui a longtemps été tenu secret : Hololens. Habituée du Kinect, l'équipe a dû relever de nouveaux défis pour cette aventure, dans un esprit pionner. Visite d'un studio pas tout à fait comme les autres.

0226000008414200-photo-asobo-studio-welcome2.jpg

Située au cœur de Bordeaux, Asobo Studio est une entreprise dans laquelle on ne rentre pas sans montrer patte blanche. Et pour cause : le studio de développement, qui existe depuis 14 ans et abrite une centaine d'employés, travaille sur plusieurs projets actuellement secrets. Certaines de ses créations ne le sont plus depuis peu de temps : il s'agit de Fragments, Young Conker et Holotour, deux jeux et une application dédiés au casque Hololens de Microsoft.

Le studio bordelais est le seul, en dehors de l'Amérique du Nord, à disposer de kits de développement Hololens. Et les développeurs d'Asobo n'ont pas eu à attendre début avril pour posséder la précieuse machine, vendue 3 000 dollars pièce : ils l'ont obtenue directement de Microsoft, à un stade très précoce de la conception. « On ne peut pas vous montrer les premiers prototypes, mais c'était quelque chose... » plaisante Martial Bossard, lead designer au sein du studio. « On a fait du chemin depuis la première découverte d'Hololens. »


Pixar et Kinect, les origines


Ancien game designer au sein du studio Kalisto Entertainment, David Dedeine a cofondé Asobo en 2002. Lorsqu'on le lance sur le sujet Hololens, il est intarissable. Pourquoi Microsoft a choisi Asobo pour se lancer dans l'aventure du jeu holographique ? Cela tient aux précédentes expériences entre la firme américaine et le studio. Notamment sur un jeu dédié à Kinect : Kinect Héros.
« Réaliser un jeu Pixar où le joueur devait incarner des personnages de films était un vrai défi, car il fallait que les mouvements soient fidèles à la fois à la réalité du joueur, mais également au cahier des charges imposants fournis par Pixar. Se mouvoir dans la peau d'un super héros des Indestructibles, ce n'est pas la même chose que d'être dans la peau de Rémi, le rat de Ratatouille. Les résultats que nous avons obtenus ont convaincu Microsoft. C'est l'une des raisons pour lesquelles ils sont venus nous voir à propos d'Hololens. »

D'autres raisons sont un peu plus terre-à-terre : « En confiant un tel projet à un studio bordelais, il y avait moins de risques que des informations fuitent : Bordeaux, ce n'est pas Redmond » ajoute David Dedeine.

03e8000008414198-photo-fragments4.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Jeux vidéo

scroll top