Destiny : le Roi des Corrompus, le renouveau du MMO de Bungie ?

Par
Le 21 septembre 2015
 0
Sorti en septembre 2014, Destiny, MMOFPS du studio américain Bungie, a bénéficié en un rien de temps de deux extensions destinées à étoffer le contenu du titre. La troisième, nommée Le Roi des Corrompus, est sortie le 15 septembre dernier, et en profite pour remettre à plat certaines mécaniques du jeu. Cette année 2, comme l'appelle Bungie, marque-t-elle un réel renouveau de Destiny ?

Destiny multiplie les paradoxes : beau et inspiré, le MMOFPS de Bungie ne renie pas son lien avec le studio qui a accouché de la franchise Halo. Et dans le même temps, Destiny se montre maladroit, en poussant rarement la narration malgré une histoire riche, mais qui nécessite de se connecter au site du jeu ou à son application mobile pour en lire le détail. Du coup, peu de temps après sa sortie en septembre 2014, Destiny a rapidement écopé d'une réputation de jeu fragmenté et répétitif, où refaire les mêmes missions encore et encore s'avère être la solution pour disposer d'un personnage au maximum de ses capacités.

Et ce ne sont pas ses deux premières extensions, Les Ténèbres Souterraines et La Maison des Loups, qui ont changé ce constat : si elles ont apporté du nouveau contenu en matière de missions de campagne, d'Assaut, de Raid, et de cartes multijoueur, la progression des personnages et les mécaniques de jeu n'ont jamais évolué. L'arrivée du Roi des Corrompus, troisième extension qui déboule à l'occasion du premier anniversaire du jeu, permet à Bungie de remettre les choses à plat. Mais malgré un constat de prime abord positif, on se rend rapidement compte que le studio ne peut pas s'empêcher de revenir à ses vieux travers.

Destiny, raconte-moi une histoire


Avant d'évoquer les mécaniques de jeu, parlons un peu du contenu : Le Roi des Corrompus, qui est-ce ? Il s'agit d'Oryx, qui n'est autre que le papa de Cropta, le boss de fin du raid La Chute de Cropta. Oryx n'est pas content que vous ayez participé au meurtre de son fiston, et a donc décidé de venir semer le trouble. Il se met à corrompre les races d'ennemis historiques des Gardiens (les joueurs) et investit les différentes planètes du système solaire.

0320000008175212-photo-destiny-le-roi-des-corrompus.jpg
Cayde-6 et Amanda Holliday prennent vie !

Pas très originale, l'histoire de cette nouvelle extension bénéficie cependant d'efforts de mises en scène jamais vues jusque-là dans Destiny. C'est un peu triste de l'écrire, dans la mesure où on se retrouve surtout face à des scènes cinématiques proposées entre les missions de la campagne ; en d'autres termes, le genre de contenu qu'on est largement en droit d'attendre dans toute trame qui se veut scénarisée. On découvre après avoir passé un an à parler à des PNJ sur la Tour sans trop savoir qui ils étaient, qu'ils ont une autre utilité que de nous vendre du matériel.

Du neuf, mais pas trop


Plus contextualisée, la campagne du Roi des Corrompus n'en est que plus agréable à suivre... tout du moins au début. Car sur la fin de la poignée de nouvelles missions scénarisées, que vous terminerez en à peine trois heures, les développeurs redeviennent fainéants et se contentent de faire communiquer les PNJ à distance. Si on enchaîne un peu moins les missions dans l'indifférence totale, l'engouement s'avère donc de courte durée.

Il en va de même pour les mécaniques de jeu présentes dans la campagne : dans les premières missions, le level design apporte des nouveautés bienvenues et demande un peu de réflexion supplémentaire par rapport aux précédentes missions. Il faut notamment utiliser le Spectre, petit compagnon volant du Gardien, pour repérer des plateformes et éviter de sauter dans le vide. Les améliorations semblent minimes, mais dans Destiny, se creuser un peu la cervelle pour avancer est généralement réservé aux raids. Mais une fois encore, on se retrouve très vite dans la mécanique de base, à savoir avancer, tuer des hordes d'ennemis bien plus puissants que vous, et continuer à avancer jusqu'à l'objectif.

0320000008175220-photo-destiny-le-roi-des-corrompus.jpg
Scanner des zones du Cuirassé permet parfois de révéler des passages secrets.

Et puis il y a l'aspect recyclage, malheureusement toujours présent dans cette extension : malgré la présence d'une nouvelle zone, le Cuirassé, gigantesque vaisseau d'Oryx, on se retrouve encore trop souvent à arpenter les mêmes lieux, à l'endroit, à l'envers, de jour, de nuit et ainsi de suite. Les développeurs réutilisent même des zones des raids, témoignant d'une tentative à peine masquée d'économie.

Sans surprise, le constat est le même du côté du bestiaire, et là encore le scénario semble justifier le fait de réutiliser les mêmes ennemis aux skins et caractéristiques légèrement modifiés : comme Oryx corrompt les races aliens pour se constituer une armée, attendez-vous à voir des Vex, des Cabals et autres Déchus zombifiés à tout va. Rien de bien neuf de ce côté-là, et on ne s'en étonne même plus.

0320000008175216-photo-destiny-le-roi-des-corrompus.jpg
Au fur et à mesure des missions, le Cuirassé se révèle.

Une Lumière pas si éteinte


Concernant les modifications du système de montée de niveau, l'une des évolutions les plus notables est la disparition des niveaux de Lumière. Jusque-là, le joueur montait d'une façon traditionnelle son personnage au niveau 20, en accomplissant des missions et en tuant des ennemis. Il pouvait ensuite monter jusqu'au niveau 34 en faisant évoluer le niveau de Lumière de ses différentes pièces d'armure. Pour ce faire, il fallait acquérir du meilleur matériel, le faire gagner de l'expérience et l'améliorer avec des objets spécifiques. Impossible de monter au niveau 34 sans effectuer les missions les plus périlleuses du jeu, notamment les Raid, accessibles à 6 joueurs.

La dernière mise à jour chamboule tout ce système : la montée de niveau traditionnelle se fait désormais jusqu'au niveau maximal, fixé à 40. Au fil des frags, du rendu de quêtes et de contrats, on accède assez rapidement au palier le plus élevé. A partir de là, ce sont les armes et les pièces d'armure qui permettent de distinguer la montée en puissance du joueur. La moyenne de la défense et de l'attaque donne alors.... un niveau de Lumière ! Si on est tenté de dire que Bungie a du mal à délaisser ses anciennes mécaniques de jeu, il faut reconnaître qu'il est plus logique de choisir son équipement en fonction de ses points d'attaque et de défense, que par rapport à des points de Lumière, nettement plus abstraits. Au final, cette progression, qui n'empêche pas de devoir farmer à tout-va pour s'équiper, s'avère plus cohérente. On note au passage l'arrivée de l'Infusion, un procédé permettant de fusionner certains équipements pour augmenter leurs caractéristiques.

0320000008175222-photo-destiny-le-roi-des-corrompus.jpg
Dans cette extension, il faut faire le deuil de son équipement Légendaire et Exotique...

Les débutants devraient y trouver leur compte, mais les joueurs de la première heure, s'ils s'y accommoderont sans doute rapidement, ne manqueront pas de sentir une pointe de frustration lorsqu'ils commenceront à looter des armes et pièces d'armures sans valeur issues de la nouvelle extension, dont les caractéristiques sont plus élevées que celles de leur rare et coûteux équipement Exotique récolté jusque-là...

L'extension du renouveau


Vendue plus chère que les extensions précédentes, Le Roi des Corrompus justifie son prix dans la finalité même si on peut en douter après avoir mis à peine trois heures à finir sa campagne. Mais force est de constater qu'on débloque par la suite de nombreuses quêtes annexes, trois nouveaux Assauts - quatre, si vous jouez sur Playstation, puisque La Chambre des Echos y est exclusive jusqu'en avril 2016 - ainsi qu'un Raid disponible depuis le 18 septembre et de nouvelles cartes et modes multijoueur. Du côté du PvP, ce sont pas moins de sept maps supplémentaires qui sont proposées, soit quasiment double des précédentes extensions. On regrette toutefois que Bungie n'ait pas amélioré le matchmaking dans cette partie.



Les trois classes bénéficient aussi chacune d'une nouvelle Doctrine, qui vient s'ajouter aux deux initialement proposées dans le jeu de base. De quoi offrir plus de choix aux joueurs, tout en donnant l'impression, en marge du rééquipement total que nécessite la progression dans l'extension, qu'on peut retravailler quasi-entièrement un personnage dont on pensait avoir fait le tour.

Cette réinvention de Destiny a un revers important : celui de rendre obsolète presque tout le contenu du jeu proposé jusque-là. Preuve en est du choix de Bungie de proposer de monter automatiquement un personnage au niveau 25, requis pour profiter du Roi des Corrompus. Certes, Destiny n'est pas le premier MMO à offrir une telle mise à niveau rapide - World of Warcraft le fait, notamment - mais le contenu initial du titre se consomme suffisamment vite pour éviter ce genre de montée express.

0320000008175226-photo-destiny-le-roi-des-corrompus.jpg
Le jeu bénéficie enfin d'un système de quêtes et d'un journal associé.

Difficile, en réalité, de ne pas avoir l'impression que Bungie cherche à reléguer le contenu de l'année 1 de Destiny dans un petit coin du jeu pour favoriser la nouveauté. D'un côté, on peut le comprendre compte tenu du renouvellement des mécaniques de gameplay. De l'autre, c'est aussi avouer de manière plutôt maladroite que l'intrigue du titre ne vaut pas trop la peine que l'on s'y attarde, puisque passer directement à la troisième extension ne semble pas, au regard des développeurs, être problématique.

Le bon moment pour commencer Destiny ?


Au regard de notre expérience de jeu à travers les missions, les Assauts et même le Raid du Roi des Corrompus, on ne peut pas nier que Destiny fait un bond en avant avec cette nouvelle extension. Contrairement aux deux premières, qui se contentaient d'étoffer le contenu de base (trop ?) bien connu des joueurs, on se trouve ici devant une remise à plat de certains fondamentaux du titre. Bungie a simplifié la plupart des mécaniques de quêtes et de montée de niveau, en prenant soin de ne pas toucher à la partie FPS du gameplay, toujours aussi simple et efficace.

0320000008175218-photo-destiny-le-roi-des-corrompus.jpg
La première rencontre avec Oryx est bien mise en scène.

Avec Le Roi des Corrompus, Bungie ne cache pas sa volonté d'attirer de nouveaux joueurs. Même si on pourrait croire qu'une troisième extension serait avant tout destinée à récompenser les aficionados du titre, on ne peut s'empêcher de penser, face à ses mécanismes revisités, qu'elle est là avant tout pour introduire l'univers de Destiny aux Gardiens en herbe. Se lancer dans l'aventure via la version vanilla du jeu, c'est-à-dire sans aucune extension, n'a désormais strictement aucun intérêt.

Mais il ne faut pas être dupe pour autant : derrière sa mue, le jeu ne sacrifie pas ses mécaniques répétitives et son farming constant et obligatoire. Et sur ce point, ceux qui n'étaient pas convaincus à la sortie du jeu initial l'année dernière ne seront probablement guère plus convaincus cette année.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Jeux vidéo

scroll top