MyFox Home Alarm et Security Camera : la surveillance clé en main

0
Les caméras IP de la vieille école et autres installations domotiques spécialisées vont aujourd'hui devoir faire face à une concurrence redoutable. La maison connectée en plein boom ouvre en effet aux fabricants qui le souhaitent les portes du grand public, avec des solutions potentiellement simples à mettre en route et efficaces. Est-ce le cas de l'offre de MyFox ? Nous avons testé la Home Alarm et la Security Camera.

La société française MyFox s'est fait une spécialité des solutions de surveillance basées sur le cloud. Il y a un peu plus d'un an déjà, nous testions leur caméra connectée. Là, c'est une nouvelle gamme de produits, présentée au CES début 2015, que sort enfin le versaillais. Plus que de la sécurité pure, Jean-Marc Prunet, Président de MyFox que nous avions rencontré lors du MedPi, préfère parler de bienveillance. Il s'agit d'un ensemble construit autour d'un boîtier qui fait office de chef d'orchestre.

Il comprend ici la sirène (Home Alarm) ainsi qu'une caméra de vidéosurveillance (Security Camera). Une offre qui s'inscrit dans la veine de ce que propose Netgear avec l'Arlo, avec quelques nuances tout de même.

035C000008133182-photo-myfox1.jpg

Présentation et installation

L'emballage est soigné, le contenu bien rangé. Dans la grosse boîte, celle de la Home Alarm, on découvre dans l'ordre le badge (qui fait également office de télécommande), la sirène, le Link (le cerveau de la bande) et l'IntelliTAG, c'est-à-dire le détecteur d'ouverture (porte ou fenêtre). La documentation se fait discrète, puisque toute l'installation s'accomplit via l'application MyFox Security, pour Android et iOS.

L'idée c'est de connecter le Link à son Wi-Fi domestique, puis de mailler chaque élément avec le Link, en fréquences radio 868 mHz bidirectionnelles pour les IntelliTAG et la sirène (portée de 300 m en champ libre), et en Bluetooth LE pour les badges (portée de 60 m). Le Link est le seul élément qui se branche sur une prise électrique ; le badge, les détecteurs d'ouverture et la sirène fonctionnent tous sur piles (fournies).

MyFox annonce 18 à 24 mois d'autonomie pour la sirène, et 12 à 18 mois pour les badges et IntelliTAG. Douze mois ça passe vite, les capteurs des solutions professionnelles tiennent souvent bien plus que cela (quatre à cinq ans, ça n'est pas rare). Pour pallier les risques de coupures d'électricité, MyFox a doté son Link d'une pile de secours, assurant 6 h d'autonomie. C'est plutôt symbolique, mais ça suffira pour prévenir les micro-pannes ou pour résister à une attaque avec mise hors service du réseau électrique préalable.

Contenu de la boîte de la Home Alarm
Les quatre éléments présents dans le système Home Alarm
La pièce maîtresse, à savoir la sirène
Sous la sirène, deux haut-parleurs sortant un son à 110 dB
Le cerveau de la bande, c'est le Link
Le Link se branche sur une prise électrique, et communique avec la box ou le routeur du réseau domestique, en Wi-Fi.
Le détecteur d'ouverture IntelliTAG joue un rôle crucial : sans lui, pas de sirène.
Petit, il se colle sur la porte d'entrée ou une fenêtre.
Tous les éléments du coffret sont affublés d'autocollants qui expliquent ce qu'il faut ou ne faut pas faire.
Enfin, le badge, qui sert à la fois de télécommande mais aussi de "clé" : quand son porteur approche du domicile, l'alarme se désactive automatiquement.


Et si c'était Internet qui venait à flancher ? Le Link, également muni d'une antenne Hautes Fréquences à longue portée (300 à 500 m en pleine ville), lancera alors « une bouteille à la mer », c'est-à-dire une alerte anonyme compréhensible par d'autres équipements MyFox voisins. Ils se chargeront eux de transmettre l'alerte au cloud de MyFox, qui en bout de chaîne sera en mesure de vous avertir grâce à l'identifiant unique de chaque équipement. Cette idée séduisante baptisée MyFoxAround n'est pas encore activée, elle le sera à l'automne après accord explicite des utilisateurs. En revanche, plus la mer est grande, moins la bouteille a de chance de rencontrer quelqu'un : comprenez que ça sera opérationnel dans les grandes villes avec une densité de population élevée, mais plus difficilement dans les zones rurales peu peuplées. En attendant, c'est l'application qui vous informera des problèmes de connexion éventuels avec votre Link, mais uniquement si vous cherchez à accéder à votre système.

Rien de spécifique à signaler sur ces objets en soi, sinon que le Link, assez gros, condamne une prise électrique, que la sirène (110 dB) peut être fixée au mur, et que la finition du badge, notamment la tige métallique qui le coupe en deux, n'est pas de grande qualité. Rien qu'en passant l'anneau porte-clés fourni, le matériau s'ébrèche. Bon point en revanche : le Link gère jusqu'à quatre caméras et cinquante IntelliTAG et badges.

Côté Security Camera il y a plus à dire. Dans la boîte, on trouve le bloc caméra, un socle aimanté (permet d'ajuster l'inclinaison haut-bas), un long câble USB (3m) et l'adaptateur secteur. Oui, cette caméra se branche sur le courant, mais en cas de panne ou de détérioration volontaire du réseau électrique, elle passe en fonctionnement sur batterie de secours - ou devrions-nous dire de survie - assurant 1 h d'autonomie sans restriction. C'est peu, mais ça n'est cela dit pas banal d'avoir une batterie sur une caméra HD connectée au cloud. Et si c'est Internet qui tombe, la caméra peut enregistrer ses flux 720p en H.264 à 30 im/s sur les 4 Go de mémoire interne : dès que le Wi-Fi revient, elle upload les rushes (uniquement les détections) sur les serveurs de MyFox, et les injecte dans la frise chronologique existante.

La caméra dans son packaging...
... et la caméra hors de son packaging. Le volet motorisé est fermé, un gros autocollant pour rappelle que, puisqu'il est précisément motorisé, il ne faut pas l'actionner à la main...
La caméra se pose sur un socle aimanté incurvé : on peut alors ajuster l'inclinaison.
Au coeur du dispositif d'imagerie, on trouve l'objectif et son capteur d'image, la cellule de détection par infrarouge et une LED infrarouge. Un filtre IR mécanique permet à la caméra de voir dans le noir.
La prise USB servant à l'alimentation et la grille du haut-parleur intégré se trouvent à l'arrière de la caméra.


Cette caméra, en plus d'être relativement esthétique, se montre assez complète :
  • capteur CMOS 1/3'' Full HD, permettant un zoom numérique 4X par recadrage ;
  • 130° de champ de vision ;
  • détection de mouvements couplant infrarouge et analyse d'image ;
  • vision nocturne avec filtre IR mécanique ;
  • microphone et haut-parleur avec gestion bidirectionnelle des flux.

Mais surtout, et c'est probablement la caractéristique majeure - puisqu'unique en son genre - de cette caméra : elle dispose d'un volet motorisé, qui va tranquilliser les personnes que l'objet met mal à l'aise. Même si un hacker venait à prendre le contrôle sur votre système, tant que le volet est fermé pas de risque d'être vu à son insu. Et si le hacker ouvrait le volet, vous vous en rendriez compte. Ce point est moins anodin qu'il n'y parait d'après MyFox.

En effet Jean-Marc Prunet nous confiait avoir observé que plus de 30% de ses clients retournaient ou débranchaient leur caméra tous les jours, de crainte d'être épiés. C'est effectivement radical pour dissiper les craintes, mais côté sécurité on a vu mieux. Et en même temps, si le volet fermé correspond au mode « vie privée », cela ne signifie-t-il pas qu'avec le volet ouvert la vie privée est mise à mal ?



L'installation en 20 minutes maxi

« La convivialité et la simplicité d'installation du système ont toujours été notre priorité. » peut-on lire dans le guide de MyFox. De ce côté, le pari est entièrement tenu. En s'attelant tranquillement à l'installation de la Home Alarm et de la Security Camera, tout en prenant le tant de faire des captures d'écran à chaque étape, nous avons mis 20 minutes pour rendre le tout opérationnel. Création d'un compte MyFox incluse. Rien à redire, c'est enfantin, chaque étape est décrite sans ambiguïté, et tout fonctionne du premier coup. Madame Michu n'aura pas d'excuse !

Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes
Installation du système MyFox en 34 captures et 20 minutes

La Home Alarm en action

Après avoir installé son système en seulement vingt minutes, on a tout le loisir de découvrir son potentiel via l'application MyFox Security. Et uniquement l'application d'ailleurs, puisque l'interface Web MyFox.me proposée avec la caméra de 2014 n'est plus utilisable ici. Jean-Marc Prunet n'a pas donné d'explication particulière sur ce point. Peut-être y en aura-t-il une nouvelle, peut-être pas...

Tout commence par l'écran d'accueil de l'application, qui reprend le design du badge à quatre boutons : alarme enclenchée, alarme désactivée, mode nuit et bouton panique. Ici, on constate tout de suite le statut de la protection, qu'on modifie d'une simple tape. Étant donné qu'on peut affecter les badges à des utilisateurs et que ces badges sont détectés par le Link, on voit également qui est présent ou parti du domicile. Pour le conjoint ça peut ressembler à du flicage, mais pour les enfants par exemple, ça rassurera quelques parents.

L'autre avantage du badge c'est qu'il désactive l'alarme à l'approche de la porte d'entrée, sans autre intervention de la main de l'Homme. Voilà qui évite tout mouvement de panique d'un propriétaire étourdi qui oublierait de désactiver l'alarme avant d'ouvrir sa porte. De toute manière, en cas de détection d'un IntelliTAG, un son plutôt musical précède la sirène 30 secondes avant. Le calme avant la tempête. Ça laisse le temps à l'utilisateur de bondir sur son badge ou de lancer son application pour désarmer la protection. Les 110 dB de la vraie sirène sont en revanche difficilement supportables. Notez que si l'arrivée d'un badge vers le domicile protégé désactive l'alarme, le départ d'un badge ne l'enclenche pas : l'activation reste une étape volontaire et manuelle.

010E000008133238-photo-capture-home-alarm.jpg
010E000008133314-photo-myfox-badge.jpg
010E000008133310-photo-myfox-badge.jpg

Qu'en est-il d'ailleurs de LA caractéristique fondamentale que MyFox met en avant, à savoir le fait de prévenir avant que les intrusions n'aient lieu ? Techniquement, tout repose sur l'IntelliTAG, censé savoir distinguer le choc d'un ballon des « vibrations uniques d'une tentative d'effraction ». Nous ne sommes pas des cambrioleurs, mais nous avons essayé de reproduire un crochetage pour générer les fameuses vibrations uniques, et rien du tout... Peut-être que l'algorithme fonctionne sur certains types de portes avec certaines sortes de serrures, mais sur notre vieille porte en bois massif et blindée, nada. En fait, les vibrations uniques dont parle MyFox sont celles d'un pied-de-biche ou d'une perceuse, comme nous le précise Stéphane Bacou, Responsable de l'Innovation chez MyFox. Ces scénarios déclencheront l'alarme avant que la porte de soit forcée, alors que le facteur ou le voisin qui tape à la porte ne produira pas de détection. Soit, mais on ne vérifiera pas ce point (la perceuse, pas le facteur)...

035C000008133338-photo-myfox-proactif.jpg

À propos des quatre fonctions du badge, il nous faut rapidement préciser le fonctionnement du mode nuit et du bouton panique. Le mode nuit maintient la détection de l'IntelliTAG pour surveiller les potentielles effractions, mais il désactive la caméra, puisque vous êtes supposés être au domicile. Quant au bouton panique (le pictogramme en forme de cloche), il sert à déclencher la sirène manuellement, en cas d'effraction en votre présence ou de malaise par exemple.

De part et d'autre de la représentation du badge, l'interface permet soit de sélectionner l'installation voulue (dans le cas d'un parc d'installations MyFox multiples), soit de consulter l'historique des activités récentes (entrées et sorties de badges, activations et désactivation d'alarme, détections de mouvements de caméra, etc.). Tout en haut à droite, un picto en forme d'œil permet de basculer sur la vue de la caméra (nous y reviendrons), et à gauche on déploie le panneau de réglages de l'application : accueil, utilisateurs, ma communauté, réglages, installation, mon compte, etc.

010E000008133348-photo-myfox-interface1-1.jpg
010E000008133350-photo-myfox-interface1-2.jpg
010E000008133352-photo-myfox-interface1-3.jpg

Le caractère collaboratif est une des forces de la solution MyFox, notamment parce qu'il est simple. On ajoute des utilisateurs (propriétaires, enfants ou invités) qu'on classe dans des communautés (famille et amis ou voisins). Selon les statuts et les groupes, les utilisateurs ainsi créés auront des droits plus ou moins limités. Un enfant ne pourra qu'activer ou désactiver l'alarme, un invité voisin sera averti par emails et notifications push (il devra installer l'application) en cas d'intrusion, il pourra alors contrôler le système pendant 30 minutes, mais pas accéder aux caméras (alors qu'un membre de la famille aura cet accès). Un propriétaire à tous les droits.

010E000008133368-photo-myfox-communaut-2.jpg
010E000008133370-photo-myfox-communaut-3.jpg
010E000008133366-photo-myfox-communaut-1.jpg

La section réglages comporte trois entrées : calendrier, vie privée et kids. Dans la première, on accède à la planification automatique de l'alarme, dans la seconde on peut afficher ou non la présence des utilisateurs dotés de badge sur l'accueil et fermer automatiquement le volet de la caméra quand on désactive l'alarme, tandis que la troisième propose d'envoyer une notification pour suivre départs et arrivées des enfants. Ce même menu nous informe que MyFox est compatible avec le thermostat Nest (qui peut commander une baisse du chauffage quand il sait que tout le monde a quitté le foyer).

010E000008133382-photo-myfox-reglages-2.jpg
010E000008133384-photo-myfox-reglages-3.jpg
010E000008133386-photo-myfox-reglages-4.jpg

Bizarrement, c'est dans la partie nommée « Installation » qu'on trouve les rares réglages matériels de ses équipements. Avec la sirène, on peut désactiver les sons et signaux lumineux de fonctionnement (ceux émis pour informer des changements de statut de la protection) et enclencher ou non l'auto-protection (la sirène se met à sonner si on manipule le boîtier quand elle est active). Côté IntelliTAG, on peut doser la sensibilité de détection. Au passage, l'application demande d'effectuer une calibration de l'IntelliTAG pendant l'installation, en effectuant une ouverture lente de l'ouvrant. Enfin, il est possible de régler la qualité du flux de la caméra (HD ou SD) et l'affichage ou non des voyants LED. Une chose est sûre, ce n'est pas dans le bidouillage de son système qu'on va perdre du temps !

Réglages offerts par l'application
Réglages offerts par l'application
Réglages offerts par l'application
Réglages offerts par l'application
Réglages offerts par l'application

La Security Camera en action

Du côté de la caméra, il y a du bon et du moins bon. Et clarifions tout de suite ce qu'il y a de plus négatif dans cette Security Camera : son prix, et le coût de l'abonnement. 199 € la caméra, c'est un budget. Puis 4,99 € par mois pour un jour d'enregistrement continu conservé sur le cloud de MyFox et 9,99 € pour sept jours, c'est conséquent pour un flux qui n'excède pas les 250 kbit/s en moyenne. D'autant que sur une journée, il y aura une bonne partie du temps où le volet motorisé sera fermé et l'enregistrement stoppé.

L'offre 7 jours est certes offerte pendant les deux premières semaines suivant l'achat, mais bon. Hors abonnement, il ne reste à l'utilisateur que les notifications et des captures photo. Autrement dit, le système perd tout son intérêt, un abonnement s'impose pour profiter pleinement de la caméra. Nest Aware, le service qui va avec la caméra de Nest (vendue également 199 €) est gratuit pendant 90 jours, puis il coûte 8,33 € par mois pour 10 jours de flux Full HD conservés ou 25 € par mois pour 30 jours (en abonnement annuel). Voilà, le porte-monnaie ayant pu pousser sa gueulante, reconnaissons maintenant qu'en matière d'usage, le système est bien pensé.

035C000008133434-photo-myfox-abonnement-cam-ra.jpg

Dans la fenêtre de visualisation, sous le flux vidéo de bonne qualité (du moins pour une caméra de vidéosurveillance), l'application propose une frise chronologique de la journée ou des sept jours écoulés selon l'abonnement. L'utilisateur se balade à sa guise dans cette frise et après une courte mise en mémoire tampon, la vidéo du moment choisi se lance. En gris, c'est la capture continue, en orange le mode vie privée (avec le volet fermé) et en violet les détections de mouvements. Une jauge permet de modifier l'échelle de temps.

010E000008133550-photo-myfox-direct.jpg
010E000008133506-photo-myfox-frise-et-zones.jpg
010E000008133508-photo-myfox-frise-et-zoom.jpg

Depuis les smartphones Android que nous avons utilisés pour les tests (Nexus 5 et BQ Aquaris M5 sous Lollipop), on constate malheureusement des zones blanches dépourvues d'enregistrement, assez fréquentes. MyFox a d'abord pensé qu'il s'agissait de moments où le débit montant sur la connexion Internet n'était pas suffisant. Bizarre, puisque nous utilisons une connexion fibrée, que le test de Speedtest évalue en Wi-Fi à un plus plus de 30 Mbps en ascendant. Des passages à vide qui sont autant de vidéos à la trappe ? Oui et non. Il y a déjà un bug évident de l'application Android MyFox Security puisqu'à un moment, nous avions carrément perdu toute notre frise chronologique, intégralement passée en orange. Il a fallu vider le cache et effacer les données de l'application pour retrouver notre frise et la médiathèque des détections. Ouf, les serveurs sont intacts !

0190000008134520-photo-speedtest.jpg
0190000008134518-photo-myfox-app-cache.jpg


Mais des zones blanches demeurent malgré tout. Très souvent, on les trouve juste après l'ouverture du volet, la caméra mettant un peu de temps à se connecter. Sans incidence. Mais parfois, ces zones blanches se logent au beau milieu d'une phase de fonctionnement normal, voire entre des détections. Là, c'est plus embêtant. Est-ce un problème confiné à Android ? Stéphane Bacou nous précise que l'application iOS est plus avancée que celle de l'OS rival. Et notamment le problème de mise en cache aurait déjà été corrigé. Toutefois, nous avons identifié les mêmes zones blanches aux mêmes endroits, qui ne sont pas liés au cache, mais à un dysfonctionnement dont MyFox ne sait pas nous expliquer la cause. Et sur iOS, des phases en mode vie privée (orange) apparaissent en zones blanches...

0190000008134500-photo-zones-blanches-2.jpg
0190000008134498-photo-zones-blanches-1.jpg

A gauche, la capture sous Android, à droite sous iOS : les zones blanches persistent


Dans un autre registre, nous nous sommes étonnés de constater que le témoin de réception du signal Wi-Fi pour la caméra était toujours faible (une barre sur trois), même quand on la plaçait à deux mètres du Link, lui même à côté de la box (deux barres sur trois, 63% au meilleur des cas d'après MyFox). Pire, en éloignant la caméra à environ 5 - 6 m du Link, le signal a chuté à zéro barre. Il faudra donc bien penser à l'endroit où vous songez installer la caméra, et adapter la position du Link pour qu'il reste plus ou moins à mi-chemin entre la caméra et la box.

012C000008134530-photo-myfox-pb-wifi.jpg

En dehors de ces zones blanches, n'importe quelle portion d'enregistrement sur le cloud de MyFox peut être téléchargée : il suffit de sélectionner le point d'entrée, la durée et de lancer le téléchargement.

010E000008133512-photo-myfox-t-l-chargement2.jpg
010E000008133510-photo-myfox-t-l-chargement.jpg
010E000008134528-photo-myfox-mediath-que.jpg

La rangée d'icônes entre la fenêtre vidéo et la frise sert à différentes actions : ouvrir ou fermer le volet motorisé, activer ou non l'écoute audio, parler à distance (la caméra est munie d'un haut-parleur), prendre une photo et consulter sa médiathèque d'événements. Une interface très bien pensée, mais qui mériterait d'être un peu plus rapide (comptez au mieux 15 s pour voir le flux vidéo en direct à partir du moment où vous lancez l'application en Wi-Fi, et 20 s si vous êtes en 4G) et de voir ses bugs de zones blanches rapidement corrigés.



La qualité d'image est relativement bonne, de jour comme de nuit (pour de la vidéo surveillance), le zoom numérique 4X pas trop destructeur puisqu'il fait un recadrage depuis une vidéo HD dans un capteur Full HD (encore une fois, tout est relatif). Petit bémol tout de même puisqu'on déplore là aussi un important manque de fluidité dans les manipulations, notamment lorsqu'il s'agit de dézoomer après avoir zoomé. Mais la caméra s'en sort très bien en matière de détection des mouvements : elle n'a pas donné lors de nos tests de faux positif. MyFox combine une détection de chaleur par infrarouge à une analyse d'images, là où la plupart des caméras concurrentes se contentent de la deuxième méthode. Un changement de luminosité est alors bien souvent interprété comme un événement, alors que là, non.



00DC000008134564-photo-myfox-notif.jpg
Et les alertes via notifications en push se montre réactives, mais attention il faut bien que l'alarme soit activée pour que les détections de mouvements vous soient signalées, et que l'application soit lancée en tâche de fond. Ce dernier point qui n'est pas valable sur iOS, où les notifications sont bien envoyées même si l'application est fermée. MyFox a pris le point et planche sur une résolution prochaine pour Android. Quid des SMS ? Seuls les événements liés à l'alarme en envoient (capital initial de 100 messages), pour l'instant l'option n'est pas proposée pour les détections de caméra (mais MyFox travaille dessus).

Notez qu'une détection de la caméra ne déclenche pas la sirène. Bon, c'est vrai que sur un faux positif, ça ferait désordre. Mais comme nous n'en avons pas eu, ce scénario pourrait être envisageable. Enfin, le volet motorisé est bel et bien une idée précieuse : l'objet se fait totalement insignifiant une fois le volet fermé. Surtout qu'il se rabat automatiquement à la désactivation de l'alarme et s'ouvre quand on l'enclenche.

Conclusion

MyFox décrit sa solution comme simple et efficace, on ne peut que lui donner raison. Simple elle l'est assurément : n'importe qui sera en mesure de mettre le système en route. Les seuls prérequis sont de savoir lire, d'avoir un smartphone sous Android ou iOS et de connaître sa clé Wi-Fi. L'installation est notamment facilitée par le recours quasi généralisé de l'alimentation sur piles. Sans fil, on dispose ses appareils plus aisément.

Efficace, elle l'est également, pour de la surveillance. La détection des IntelliTAG fonctionne bien, le désarmement automatique de la protection à l'approche des badges aussi. Sans oublier que les 110 dB de sirène ont de quoi faire déguerpir les intrus. Côté sécurité, MyFox a pensé à intégrer des batteries de secours dans les deux seuls éléments qui se branchent sur secteur (Link et caméra). Certes les autonomies sont faibles (6h et 1h respectivement), mais ça suffira dans le cas d'un vandalisme volontaire du réseau électrique par le voleur juste avant de passer à l'action. Avec le MyFoxAround qui devrait être implémenté à l'automne (la « bouteille à la mer »), cet ensemble MyFox sera paré à la plupart des éventualités (dans la limite du faisable).

035C000008133252-photo-myfox-logo-rect.jpg

MyFox propose par ailleurs une application ergonomique. L'aspect collaboratif de la communauté d'utilisateurs séduit, la possibilité d'être informé sur les entrées et sorties des possesseurs de badge rassure, l'accès facile à l'historique vidéo conforte (tant qu'on ne tombe pas dans ces satanées zones blanches). Tout cela, avec une qualité de flux correcte, une détection exempte de faux positifs et des alertes en push sur le qui-vive.

Assurément séduisante, la solution n'est pas idéale pour autant. D'abord tout le discours sur le caractère proactif, avec dissuasion avant intrusion, est à modérer. Ça dépend clairement du type de porte et de serrure, ainsi que de la méthode employée pour réaliser l'effraction. Un crochetage minutieux ? Un pied-de-biche ? Et comme la sirène ne retentit que 30 secondes après la détection, ça laisse un sursis au malfrat, même court. Donc le slogan « Empêchez l'effraction AVANT qu'elle n'arrive » nous laisse très circonspects. Seule une détection de mouvements à l'extérieur du domicile peut à notre sens permettre d'anticiper une possible effraction.

Ensuite, si l'éventualité d'une panne de courant est à peu près maîtrisée avec les batteries de secours (à peu près seulement puisque sans électricité, la box du fournisseur d'accès à Internet ne fonctionne plus...), le risque d'une coupure d'Internet n'a pour l'heure pas de solution efficace. Et comme dans la plupart des habitations anciennes, les gaines de réseau Internet sont facilement accessibles et sectionnables, la protection a des chances de défaillir. La sirène sonnera toujours, mais vous ne serez pas alerté (enfin pas tant que vous constaterez le problème de connexion en essayant de consulter à distance le statut de votre installation) et surtout le voleur pourra partir avec la caméra avant qu'elle n'ait pu charger ses vidéos sur les serveurs de MyFox. Le principe du MyFoxAround est intéressant, mais il ne fonctionnera que dans les grandes agglomérations, et si MyFox vend bien ses produits. Une vraie solution de sécurité doit reposer sur un centre de télésurveillance, voire de gardiennage professionnel, et sur un moyen de communication plus compliqué à neutraliser qu'Internet (du GSM par exemple). Bref, on constate vite qu'il s'agit d'une solution de surveillance - ou de bienveillance comme le dit lui-même le PDG de MyFox - plutôt qu'un véritable système de sécurité.

Et dans l'immédiat, la Security Camera souffre de lenteurs (affichage du flux direct pas toujours très véloce, zoom cahoteux, mises en mémoire tampon très présentes) et surtout de bugs gênants (zones blanches, c'est-à-dire défaillances d'enregistrement, signal Wi-Fi anormalement faible). Des correctifs sont en cours d'intégration pour les zones blanches, ces inconvénients devraient donc trouver rapidement des solutions. Et pour le Wi-Fi de la caméra, il n'est pas exclu que ça vienne de notre modèle de test, qui chauffe par ailleurs énormément. Soulignons également que ces lenteurs sont beaucoup moins présentes lorsqu'on consulte à distance depuis un terminal connecté en Wi-Fi, plutôt qu'en 3G / 4G. Dans nos conditions, nous avons compté 20-25 secondes en moyenne entre le lancement de l'application et la visualisation du flux vidéo en direct, en 3G / 4G, et 15 secondes en Wi-Fi.

Enfin, et c'est peut-être le plus gros défaut de cet ensemble, tout cela a un coût non négligeable : 300 € pour la Home Alarm, 200 € pour une caméra, 50 € par IntelliTAG additionnel et 30 € pièce le badge. Pour une famille de quatre personnes où chacun aurait son badge, avec deux caméras et trois IntelliTAG, la facture atteindrait 890 € ! Sans oublier l'abonnement à 4,99 € ou 9,99 € par mois pour disposer du nécessaire accès aux enregistrements vidéos, sur un ou sept jours. Grand public peut-être, mais c'est de la bienveillance pour grosses finances.

MyFox Home Alarm

8

Les plus

  • Simple / surveillance entrées/sorties de badges
  • Badge entrant désactive l'alarme
  • Eléments sur batterie / aspect communautaire
  • Sirène dissuasive / mode nuit / notif SMS

Les moins

  • Prix élevé / prix IntelliTAG et badge
  • Aspect proactif douteux
  • 30 s entre détection et sirène
  • 12 mois d'autonomie pour IntelliTAG

Installation9

Efficacité6

Ergonomie8



MyFox Security Camera

6

Les plus

  • Volet motorisé / batterie de secours
  • Qualité d'image (pour de la vidéo surveillance)
  • Détection précise / frise chrono des enregistrements
  • Audio bidirect. / simple à installer et utiliser

Les moins

  • Prix élevé / abo quasi nécessaire
  • Défaillances d'enregistrement (zones blanches)
  • Lenteurs (en 3G/4G) / pb signal Wi-Fi ?
  • Repose sur cloud MyFox

Qualité d'image8

Fonctionnalités8

Ergonomie5

Réglages2



Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Après la Chine, la Russie aurait à son tour hacké le Pentagone
Graava : filmez, son intelligence artificielle se charge du montage
Infos US de la nuit : Facebook s’impose dans le débat républicain pour la présidentielle
Gamescom 2015 - Rise of the Tomb Raider : Lara Croft en quête de trésors
Gamescom 2015 - Scalebound, quand PlatinumGames se met à l'action-RPG
Gamescom 2015 - Crackdown 3 et le cloud de Microsoft au service de la destruction massive
Chrome : Google sécurise un peu plus l'installation des extensions
Football : la Goal Line Technology fait ses débuts en Ligue 1
Gamescom 2015 - Piranaking, Spiders, Enigami et Amplitude : les Français à l'heure allemande
Cherry MX Silent et Corsair Strafe RGB : un clavier mécanique compatible avec une vie de couple
Haut de page