Premier graveur Blu-ray : Pioneer BDR-101A

18 août 2006 à 16h25
0
00052169-photo-blu-ray-disc.jpg
Apparu pour la première fois en 1996, le format DVD a rapidement su s'imposer dans nombre de foyers. Non pas tant comme successeur du très populaire CD-ROM, mais comme un véritable support à part entière principalement dédié à la vidéo. Face au CD-ROM et ses 650 Mo de données, le DVD ou Digital Versatile Disc offre une capacité de stockage au minimum sept fois plus importante. Avec une qualité numérique, un accès instantané à son contenu et une résistance à l'âge nettement supérieure à la VHS, le DVD a vite connu son heure de gloire. Pourtant, il partait avec un handicap de taille : à son lancement aucun média enregistrable n'existait, si bien qu'il ne remplaçait qu'à moitié la VHS ! Avec le temps, la démocratisation des graveurs de DVD a permis l'apparition des lecteurs de salon enregistreurs de DVD comblant ainsi l'une des lacunes du DVD.

Moins de dix ans après la naissance du DVD, les industriels se proposent de lui donner un successeur. Seulement voilà, comme trop souvent les industriels en question n'ont pas réussi à se mettre d'accord et ce sont non pas un, mais deux formats qui se proposent de prendre le relais du DVD. Nous avons ainsi d'un côté le Blu-ray, emmené par Philips et Sony, et de l'autre le HD-DVD promu par Toshiba (entre autres). Les deux ont pour caractéristique principale d'offrir un espace de stockage beaucoup plus important que le DVD et ainsi de permettre l'avènement des films haute-définition. En attendant que ces films débarquent en Europe, nous nous proposons de tester le tout premier graveur Blu-ray pour PC, le Pioneer BDR-101A.

0000011800309784-photo-verbatim-blu-ray-hd-dvd.jpg

Blu-ray ou laser bleu : I'm blue dabadidabada...

000000B400343467-photo-verbatim-blu-ray-bd-r-25-go.jpg
Comme évoqué dans l'introduction le but numéro un des disques Blu-ray est d'offrir un espace de stockage plus important dans un format identique à celui des CD ou DVD, c'est-à-dire une galette de plastique de 12 centimètres et d'une épaisseur de 1,2 millimètre. L'avantage d'opter pour un format physiquement identique aux CD/DVD est bien entendu d'offrir aux lecteurs/graveurs Blu-ray une compatibilité descendante, en clair de leur permettre également de lire et écrire sur les anciens médias CD et DVD. Mais revenons-en à la densité même de ce nouveau média. Pour parvenir à augmenter la capacité de stockage, il n'y a pas de secret puisqu'il faut non seulement revoir la finesse du laser, mais également le composé chimique de la couche de stockage du disque. Cette couche a subi des changements importants puisqu'elle est plus fine que celle d'un DVD, avec une épaisseur de 0,1 mm (contre 0,6mm sur les DVD), alors que le matériau employé est du polycarbonate. C'est cette zone qui, lorsque le laser la frappera, réagira chimiquement avec l'apparition d'une empreinte correspondante aux données que vous gravez. Contrairement aux DVD ou même aux HD-DVD, la couche réservée au stockage des données sur les disques Blu-ray est beaucoup plus proche de l'extrémité de la surface du disque. Ce choix rendait d'ailleurs les premiers disques vulnérables à la poussière, mais également aux rayures, c'est pourquoi une couche de protection chimique a été ajoutée par-dessus la zone de stockage des données. TDK appelle cela la technologie Durabis, un nom tout de même un rien douteux pour nous autres français.

Du côté du faisceau lumineux, la technologie Blu-ray utilise un laser à lumière bleu/violet et non plus rouge comme sur les CD/DVD. La longueur d'onde du laser est de 405 nm, et la lentille optique affiche une ouverture de 0,85 NA (Numerical Aperture ou ouverture numérique). Ces deux spécifications rendent le laser plus précis et lui permettent de laisser des traces plus fines sur la zone de stockage du disque ce qui, in fine, se traduit par la possibilité de stocker plus de données ! Aujourd'hui les premiers disques Blu-ray peuvent contenir 25 Go de données pour les modèles simple-couche et 50 Go pour les versions double-couche. À l'avenir, la technologie devrait permettre de stocker un maximum de 100 Go sur un disque. Pour vous donner une idée de la capacité d'un disque Blu-ray simple couche, on peut préciser qu'il contient l'équivalent de 5 DVD ou encore de 6250 morceaux de musique.

0000011800113640-photo-philips-opu81-blu-ray.jpg

À l'heure actuelle, les disques Blu-ray sont proposés sous trois formats différents : le BD-ROM, le BD-R et le BD-RE. Les BD-ROM sont les disques en lecture seule, en gros il s'agit des disques que l'on trouvera dans le commerce. Le BD-R est le format enregistrable, alors que le BD-RE est le format réinscriptible. Si les disques BD-R et BD-RE commencent à arriver, aucun échantillon double-couche, c'est-à-dire offrant une capacité de 50 Go, n'est encore disponible. Les choses devraient cependant rapidement évoluer, Sony ayant tout juste annoncé la disponibilité des premiers médias. Du côté des débits, les BD-ROM peuvent diffuser du contenu à un taux avoisinant les 36 Mb/s contre 11 Mb/s pour les DVD. Ceci correspond à une vitesse de lecture de 1x, qui rapportée à celle des DVD équivaut les 3,25x.

Pioneer BDR-101A

0000007800055435-photo-logo-pioneer.jpg
Tout premier graveur Blu-ray à sortir des usines de Pioneer, le BDR-101A se destine à nos chers PC. Se présentant au format 5,25 pouces, comme tous les graveurs actuels, le dernier né de la firme nippone dispose d'une interface IDE. Avec une façade grise ressemblant à s'y méprendre à celles des graveurs DVD de la marque, le BDR-101A mesure une vingtaine de centimètres sur la longueur et semble donc particulièrement imposant face aux derniers graveurs dont les dimensions s'établissent plutôt autour des 17 centimètres. La façade héberge le minimum vital avec une diode, une fente de ventilation, un bouton d'éjection maintenant arrondi sans oublier le dispositif d'éjection d'urgence et le logo Blu-ray qui orne le tiroir. La connectique arrière est simplifiée avec, outre le connecteur IDE, un connecteur Molex, un cavalier de configuration (maître, esclave) et une sortie audio.

En ce qui concerne les caractéristiques techniques, le BDR-101A s'appuie sur un chipset maison, en l'occurrence le PD5912A ici épaulé par 8 Mo de mémoire cache. Précisons à ce sujet que si Pioneer dote son graveur de 8 Mo, cette quantité est uniquement réservée aux disques Blu-ray. Lors de la gravure des DVD, le BDR-101A n'offre que 2 Mo de mémoire tampon curieusement reconnus par Nero à hauteur de 1,6 Mo. En désossant la bête on s'aperçoit qui plus est que son circuit électronique affiche une taille impressionante, qui fait contraste avec les PCB des graveurs DVD habituels. Question mécanique, la tête de lecture du BDR-101A dispose d'une seule lentille laser capable de lire et d'écrire à la fois sur les DVD et sur les disques Blu-ray. Les autres parties mécaniques du BDR-101A sont grandement héritées des graveurs DVD de Pioneer avec un moteur à basse consommation ou encore un système dit Ultra-DRA qui vise à minimiser les vibrations.

000000F000316770-photo-graveur-blu-ray-hd-dvd-pioneer-bdr-101a.jpg

Graveur Pioneer BDR-101A

Incarnant la première génération des graveurs Blu-ray, le BDR-101A affiche des capacités un rien limitées, le graveur faisant complètement l'impasse sur les CD-ROM que ce soit en lecture ou en écriture ! Il demeure toutefois compatible avec les DVD en lecture et en écriture, mais ses vitesses sont loin d'égaler celles des ténors du genre. Pioneer annonce en effet une vitesse de 8x en écriture pour les DVD-R et DVD+R, contre 4x pour les DVD-RW et DVD+RW. Les DVD double couche sont gérés, mais il faudra se contenter de 2,4x en écriture pour les DVD+R et 2x pour les DVD-R. Côté vitesse de lecture, Pionner se borne à offrir du 8x pour les DVD-ROM, ce qui est un rien réducteur. Naturellement les premiers acheteurs du BDR-101A ne seront vraisemblablement pas sensibles aux limitations en ce qui concerne la partie DVD, les vitesses Blu-ray les intéresseront avant-tout. En la matière, Pioneer propose une vitesse d'écriture de 2x pour les BD-R et BD-RE, alors que les BD-ROM, BD-R et BD-RE seront lus à la même vitesse. Pas de quoi donc s'enthousiasmer outre mesure.

0186000000346934-photo-graveur-pioneer-bdr-101a.jpg

Le BDR-101A de face

Terminons en évoquant la problématique des protections. Il faut en effet préciser que le BDR-101A est doté de l'AACS, la technologie de protection du contenu vidéo qui vise à empécher toute copie. Celle-ci offre deux niveaux d'authentification. Non seulement le logiciel de lecture vérifie le statut AACS du disque, mais le disque vérifie à son tour le statut AACS du logiciel : une fois les deux statuts confirmés, la lecture vidéo peut démarrer. Le BDR-101A intègre également le standard MMC, qui fait partie des spécifications AACS et qui permet de réaliser des copies numériques des disques BD-ROM pour les visionner sur un Media Center, les diffuser sur le réseau de votre maison ou encore les transférer vers un lecteur portable. Et comme si tout cela ne suffisait pas, le graveur prend en charge le BD+, une fonction qui permet de mettre à jour la protection AACS au cas où celle-ci viendrait à être cassée, et ce, en diffusant une mise à jour silencieuse sur les nouveaux disques.

0000012C00347533-photo-pioneer-bdr-101a-le-pcb.jpg

Circuit électronique du BDR-101A : il y a du monde !

Le BDR-101A en pratique : Blu-ray(dhibitoire ?)

Une fois relié au système, le BDR-101A est reconnu comme n'importe quel graveur DVD par Windows XP. Pas besoin donc d'un pilote spécifique... En ce qui concerne les logiciels de gravure, l'auguste Nero, ici dans sa version 7.2.3.2, reconnaît notre Pioneer sans sourciller. À l'inverse, Easy Media Creator 8 ne le reconnaît pas, même dans sa version patchée. Il faudra attendre l'arrivée de Creator 9 pour que les graveurs Blu-ray soient pleinement gérés chez Roxio. En attendant, Roxio propose déjà un logiciel compatible avec DigitalMedia V7 alors que les autres éditeurs comme les français Droppix et VSO Software ou encore le taiwanais Cyberlink ne sont pas en reste.

000000C800346484-photo-blu-ray-pioneer-bdr-101a-1.jpg
000000F000346693-photo-pioneer-bdr-101a-nero-7-2-3.jpg

Pioneer BDR-101A vu par le gestionnaire de périphériques Windows, puis par Nero InfoTool

Concernant la gravure, les disques 25 Go ne peuvent en réalité contenir que 22,5 Go de données (environ), et utilisent par défaut le format de fichiers UDF ici en révision 2.5. Il est bon de préciser que les disques Blu-ray inscriptibles une seule fois, autrement dit les BD-R, peuvent héberger plusieurs sessions. On peut donc les graver en plusieurs fois. En ce qui concerne les médias réinscriptibles, les BD-RE, ils sont non séquentiels et les opérations de lecture, modification, écriture et gestion des défauts sont entièrement gérées par le graveur lui-même.

000000F000346691-photo-pioneer-bdr-101a-nero-7-2-1.jpg
000000F000346485-photo-blu-ray-pioneer-bdr-101a-2.jpg

Exemple de gravure Blu-ray(barbative) sous Nero 7

Nos expériences de gravures de disques Blu-ray furent plutôt laborieuses, la patience étant une vertu indispensable pour l'utilisateur de ces médias. Avec une vitesse de gravure de 2x (8990 ko à la seconde), il faut en effet près de 45 minutes pour venir à bout des 22 Go de données si tout se passe bien. Et l'utilisation multitâche du PC semble un rien compromise vu qu'elle ralentit considérablement la gravure : nous avons ainsi lancé une gravure de données (près de 22 Go) tout en nous adonnant au surf sur Internet, à la lecture des emails, aux Finances Personnelles ou encore au chat sur Windows Live Messenger : au bout de 3 heures, et alors que la gravure touchait à son terme, Nero nous a gentiment indiqué qu'une erreur était survenue rendant ainsi les derniers fichiers gravés sur le disque inutilisables... Difficile toutefois de cerner l'origine exacte de cette lenteur. Seule certitude le disque dur est hors de cause puisqu'il s'agissait dans ce test d'une pile de Raptor 150 Go en RAID 0.

000000DC00346516-photo-blu-ray-pioneer-bdr-101a-3.jpg

Gravure Blu-ray ou l'erreur qui fait voir rouge !
00051152-photo-configuration-compl-te.jpg
Pour conclure ce test Blu-ray nous avons bien entendu cherché à vérifier les performances du BDR-101A. Nous avons eu recours, pour ce faire, à la configuration dont le détail figure ci-dessous :
  • Carte mère Asus A8N SLI Deluxe,
  • Processeur AMD Athlon 64 3800+,
  • 2x512Mo Corsair TwinX 3200 XL,
  • Carte graphique PowerColor X1900 GT,
  • Disque dur Western Digital Raptor 36 Go, Serial-ATA 150
Doté de Windows XP Professionnel Service Pack 2, notre système utilisait les derniers pilotes disponibles à la date du test. Nous utilisons ici pour les mesures de débit et les tests de gravure Nero CD/DVD Speed.

Lecture DVD-ROM

0000010400346688-photo-pioneer-bdr-101a-gravure-dvd-rom.jpg

On démarre les tests avec une rapide vérification des aptitudes du BDR-101A en lecture de DVD. Nous avons ici recours à un DVD-ROM de l'Encyclopedia Universalis, en version 8. Comme on peut le voir, la vitesse de lecture n'est pas extraordinaire : 8x de maximum pour une moyenne de 6,2x. Les temps d'accès, sans être exceptionnels, ne sont pas exécrables avec 154 ms, alors que l'occupation processeur reste élevée à 17 % en 4x.

Gravure DVD+R

0000010400346684-photo-pioneer-bdr-101a-gravure-dvd-r.jpg
0000010400347485-photo-test-pioneer-bdr-101a-gravure-dvd-r-8x.jpg

Capable de graver les DVD, le BDR-101A est annoncé comme un modèle 8x. Pourtant, la gravure de notre média Ritek (Traxdata) certifié en 16x s'est effectuée en 4x soit à peu près 15 minutes pour venir à bout des environ 4 Go de données. Avec un disque Verbatim, les choses se passent nettement mieux. Avec une vitesse moyenne d'écriture de 6,53x, il ne faut plus que 10 minutes pour achever notre gravure sur un DVD+R.

Gravure DVD-R

0000010400346687-photo-pioneer-bdr-101a-gravure-dvd-r.jpg
0000010400347506-photo-test-pioneer-bdr-101a-gravure-dvd-r-8x.jpg

La gravure de DVD-R ne permet pas vraiment au BDR-101A de briller... Notre second disque de référence, certifié 16x et toujours signé Ritek, mais de type -R, étant gravé en 4x, pas plus... Nous avons donc eu recours à un média Verbatim, certifié 16x, ce qui nous a permis d'effectivement atteindre les 8x.

Gravure DVD+R DL

0000010400346779-photo-pioneer-bdr-101a-gravure-dvd-r-dl.jpg

Le BDR-101A a la bonne idée d'être compatible en écriture avec les DVD double couche de 8,5 Go qu'ils soient de type + ou -. Nous utilisons dans un premier temps un DVD+R Verbatim certifié à 2,4x : celui-ci fut gravé en 2,4x comme annoncé par Pioneer. En revanche, la patience est de mise : 44 minutes, c'est long !

Gravure DVD-R DL

0000010400347467-photo-test-pioneer-bdr101a-gravure-dvd-r-dl.jpg

Si la gravure du DVD+R DL fut un succès, celle du DVD-R DL a systématiquement échoué avec notre premier média Verbatim. Le graveur retournait une erreur au bout de 1 Go de données gravées. Avec un second média, toujours signé Verbatim nous avons toutefois pu procéder à la gravure pour nous apercevoir que les 2x annoncés par Pioneer pour les DVD-R double couche sont bel et bien respectés. Résultat : près de 55 minutes pour négocier les 8,5 Go du disque.

Gravure DVD+RW

0000010400346686-photo-pioneer-bdr-101a-gravure-dvd-rw.jpg

La gravure d'un DVD réinscriptible de type +RW se fait comme annoncé par Pioneer en 4x, soit un peu plus de quinze minutes.

Gravure DVD-RW

0000010400346690-photo-pioneer-bdr-101a-gravure-dvd-rw.jpg

Même test, mais cette fois-ci avec un DVD-RW et même résultat. Le BDR-101A affiche ici des performances qui respectent les spécifications du constructeur.

Gravure Blu-ray : BD-R 25 Go

0000010400346911-photo-pioneer-bdr-101a-gravure-bdr.jpg

Faute de média double couche 50 Go disponible, nous nous rabattons ici sur un BD-R de 25 Go. Le test a été effectué deux fois : la première avec un disque TDK, la seconde avec un disque Verbatim. Les résultats sont identiques avec une vitesse de gravure fixe de 2x. Il faut donc pratiquement 45 minutes au BDR-101A pour venir à bout des 22 Go de données du disque.

Qualité de gravure - DVD+R

0000011800347519-photo-pioneer-bdr-101a-test-de-qualit-dvd-r-8x.jpg

On referme cette page de tests avec un rapide coup d'oeil sur la qualité des gravures. On analyse ici le DVD+R 16x Verbatim gravé en 8x par le BDR-101A. Sans atteindre les meilleurs graveurs de DVD, on pense notamment au DVR111 que nous avions pu tester ici, le BDR-101A signe une gravure convenable avec un taux d'erreur qui reste acceptable et lui permet d'obtenir un score de qualité de 90%. On note toutefois que le taux d'erreur est particulièrement élevé en début de gravure où la vitesse n'est que de 4x. Le passage en 8x diminue de manière considérable le nombre d'erreurs.

Conclusion

000000B400347578-photo-disques-blu-ray-verbatim-bd-r-tdk-bd-re.jpg
Nous voici arrivés au terme de cet article dédié à la technologie Blu-ray et force est de reconnaître que comme à chaque nouvelle génération de disque optique, les débuts ne sont guère emballants ! Avec un graveur commercialisé dans les 800 euros et des médias qui se négocient dans les 25 euros, il est évident que le support Blu-ray a encore du chemin à parcourir avant de se démocratiser. D'autant que les temps de gravure actuellement relevés ont de quoi faire froid dans le dos alors que les 8 Mo de mémoire tampon semblent bien ridicules pour assurer une gravure sans erreur de 22 Go de données dans un environnement multitâche.

Saluons tout de même le fait que pour la première fois les industriels proposent en même temps, pour une nouvelle génération de médias, les lecteurs et les graveurs. Bien sûr, les nombreuses protections contre la copie du standard Blu-ray ne sont peut-être pas étrangères à cette première, protections dont on se serait volontiers dispensé. Du reste, les médias Blu-ray double couche capables de stocker 50 Go de données ne sont pas encore disponibles et si nous nous plaignons des 50 bonnes minutes nécessaires à la gravure d'un BD-R 25 Go, il faut bien réaliser qu'avec un disque de 50 Go le temps sera multiplié par deux, soit environ 1 heure et 40 minutes... N'oublions pas que le Blu-ray doit également faire face à la concurrence du HD-DVD, ces deux formats étant en guerre pour prendre la relève du DVD.

Enfin, le BDR-101A de Pioneer, s'il s'avère silencieux et s'installe sans problème, manque toutefois cruellement de polyvalence avec des vitesses de gravure en DVD que l'on ne connaissait plus alors que Pioneer se paye le luxe de faire l'impasse sur le CD-ROM ! Le constructeur devrait toutefois revenir avec une nouvelle génération de lecteurs, cette fois-ci compatible avec les CD-ROM : un minimum, surtout à ce tarif. Bref, en dehors d'une utilisation professionnelle bien précise, le Blu-ray fait aujourd'hui figure de vitrine technologique. En attendant la PS3 et les premiers films ?

Pioneer BDR-101A

2

Les plus

  • Premier graveur Blu-ray
  • Modèle silencieux
  • Compatible DVD

Les moins

  • Prix exhorbitant
  • Manque de polyvalence
  • Coût au Gigaoctet exhorbitant

0

Performances5

Fonctionnalités6

Qualité prix2




Ce graveur vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Comparer les prix du Pioneer BDR-101A
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Blu-ray: le BDR-101A de Pioneer en test sur Clubic
Téléchargez la démo multijoueur de  ParaWorld
Codemasters illustre son  F.C. Manager 2007
Apple reconnait des abus sur ses employés chinois
Les CATALYST 6.8 d'août sont en ligne
Microsoft Office sous Linux, sortie inévitable ?
  Warhammer : Mark Of Chaos  s'illustre à son tour
Un million de GPS vendus en 2006 ?
Images, pochette et vidéo de  Neverwinter Nights 2
Samsung : UMPC Q1 et disque mémoire Flash de 32 Go
Haut de page