GTI Racing : le coup de la panne

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
20 avril 2006 à 11h00
0
00F0000000296396-photo-gti-racing.jpg
Finalement assez passe-partout avec sa nouvelle dénomination, GTI Racing s'intitulait au départ Volkswagen Golf Racer et avec ce premier titre, l'intention du constructeur allemand était tout de suite plus évidente : se payer un jeu vidéo afin de faire un gros coup de publicité pour saluer le trentième anniversaire de son modèle le plus populaire, la Golf. Développé par les Polonais de Prominence, GTI Racing est basé sur le Chrome Engine, un moteur graphique mis au point par un autre studio polonais (Techland) et déjà utilisé sur Xpand Rally notamment.

Sortie de route...

Dès les premiers tours de roue, on ressent l'évidente parenté technique qui existe entre GTI Racing et Xpand Rally mais, hélas pour SdLL, le distributeur du titre en France, cette sensation s'estompe très rapidement. Il faut effectivement bien se rendre à l'évidence : alors qu'Xpand Rally était une simulation de rallye plus qu'honnête, GTI Racing fleure bon le ratage. Après l'installation des deux gigaoctets de données, le joueur a le choix entre le mode multijoueur, de classiques courses simples et une non moins classique carrière. Cette dernière est le passage obligé pour débloquer les différents circuits, véhicules et épreuves. On créé donc un petit profil, on sélectionne un niveau de difficulté (trois sont possibles) et on se lance sur la première piste au volant d'une « somptueuse » Golf de 1974. Indiscutablement, les Diablo et autres Viper de Need For Speed Most Wanted font davantage rêver, mais ce n'est pas là le vrai problème du jeu et quelques secondes de chargement plus tard, nous voici arrivés sur la piste pour constater toute l'étendue des dégâts.

00F0000000296397-photo-gti-racing.jpg
00F0000000296398-photo-gti-racing.jpg
00F0000000296399-photo-gti-racing.jpg

Si GTI Racing aurait pu être plus abouti techniquement parlant, c'est surtout au niveau du gameplay qu'il pêche

On reconnaît le Chrome Engine avec son utilisation si particulière des effets de lumière, mais en dehors de ça, il faut bien avouer que les petits gars de Prominence ne font pas du tout honneur au moteur de Techland. Les textures sont très peu détaillées et les décors fadasses : les véhicules sont un peu plus réussis, mais ils ont un aspect « majorette » assez spécial. Laissons cependant l'aspect technique, pas aux normes actuelles, pour nous concentrer sur la conduite qui n'est hélas pas plus efficace. Les voitures sont « lourdes », les contrôles ne répondent pas bien et la gestion des collisions / trajectoires est fantaisiste. Naïf, je me dis que les choses vont s'arranger et poursuis ma carrière. J'enchaîne donc les courses et, pas vraiment concentré, je remporte pourtant haut la main toutes les épreuves du premier coup, avec une confortable avance. Arrivé à 50 % du mode carrière, je décide de tout reprendre en passant la difficulté de « moyen » à « difficile », mais cela ne change pas grand-chose à l'affaire : GTI Racing est trop facile, les courses sont insipides et la réalisation franchement moyenne.

00F0000000296400-photo-gti-racing.jpg
00F0000000296401-photo-gti-racing.jpg
00F0000000296402-photo-gti-racing.jpg

Une bande-son insupportable, des options de personnalisation limitées et des bugs gênants : GTI Racing va avoir du mal à convaincre


Conclusion

Inutile de vous faire un dessin, notre rapide test est suffisamment éloquent pour que vous ne tentiez pas l'aventure GTI Racing. Sans doute développé assez rapidement, le titre de Prominence n'est pas une catastrophe comme a pu l'être Crazy Frog Racer par exemple, mais il n'est clairement pas au niveau d'une concurrence particulièrement rude et rappelle sur bien des points World Racing. L'aspect personnalisation du véhicule est trop limité, les compétitions ne sont pas assez gratifiantes, mais par-dessus tout, ce sont bien les courses qui torpillent le gameplay. Le contrôle est mollasson, les adversaires complètement à côté de leur sujet et les sensations de vitesse sont telles qu'on aurait plutôt l'impression de jouer à un improbable Lada Simulator... En un mot comme en cent, GTI Racing ne mérite pas votre argent et tant pis pour les sympathiques coccinelles.

GTI Racing

Les plus
+ Certains effets graphiques réussis
+ Plutôt pas cher
Les moins
- Niveau de difficulté beaucoup trop faible
- Gestion des trajectoires et de l'IA
- Manque de variété chronique
- On s'ennuie ferme !
Réalisation
Prise en main
Durée de vie
1

N'oubliez pas de jeter un oeil à notre vidéo exclusive. Elle regroupe différents véhicules et épreuves et vient confirmer les nombreuses critiques formulées au cours du test.


Ce jeu vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Comparer les prix de GTI Racing

00D2000000296406-photo-gti-racing.jpg
00D2000000296409-photo-gti-racing.jpg
00D2000000296410-photo-gti-racing.jpg
00D2000000296414-photo-gti-racing.jpg
00D2000000296421-photo-gti-racing.jpg
00D2000000296425-photo-gti-racing.jpg
00D2000000296430-photo-gti-racing.jpg
00D2000000296431-photo-gti-racing.jpg
00D2000000296433-photo-gti-racing.jpg
00D2000000296434-photo-gti-racing.jpg
00D2000000296437-photo-gti-racing.jpg
00D2000000296439-photo-gti-racing.jpg
Modifié le 20/09/2018 à 15h37
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

L’ONU tire le signal d’alarme sur la production massive de batteries de voitures électriques
Freebox Pop: retrouvez toutes les annonces présentées ce mardi !
La 5G, une technologie pour
Emmanuel Macron débarque sur... TikTok, pour féliciter les lauréats du bac 2020
Tesla continue de faire dans la pseudo-disruption et commercialise désormais des shorts...
YouTube : préparez-vous à voir davantage de publicités
Démarchage téléphonique : le parlement donne son feu vert contre les appels abusifs... ce qu'il faut retenir
Tesla : le niveau 5 d'autonomie des véhicules, le plus élevé, serait bientôt atteint, d'après Elon Musk
Cupra el-Born : la sportive électrique officiellement présentée, lancement en 2021
scroll top