Mad Tracks : les fous du volant ?

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
09 février 2006 à 17h45
0
00F0000000224205-photo-mad-tracks.jpg
Véritable révélation de la fin d'année 2003, Trackmania a depuis connu plusieurs suites sans que jamais le succès ne se démente. Une telle réussite a bien sûr fait des envieux et en regardant le Mad Tracks proposé aujourd'hui par Micro Application, difficile de ne pas penser au titre de Nadéo / Focus. Si l'inspiration est plus qu'évidente, les petits gars de chez Load Inc ont toutefois essayé de se démarquer en proposant un jeu globalement plus accessible, doté d'épreuves plus variées et finalement davantage grand public. Mad Tracks ne rappelle d'ailleurs pas uniquement Trackmania et les plus anciens y verront sans doute un sérieux clin d'oeil à Micro Machines ou bien encore à Re-Volt... là encore, deux sacrées références !

ReMad Micro-Voltracks ?

Pas question de commencer cet article en vous parlant des heures passées sur Micro Machines ou sur Re-Volt. Pas question non plus de vous parler des après-midi entiers passés à se « tirer la bourre » sur des circuits comme la table de la cuisine ou l'allée du garage. Non, même si Mad Tracks éveille assurément de nombreux souvenirs, nous allons aujourd'hui parler du jeu de Load Inc et de rien d'autre. Mad Tracks est donc édité par Micro Application et, premier bon point, l'éditeur a décidé de le rendre accessible à toutes les bourses en le commercialisant à moins de 30 euros. Malgré un tarif particulièrement bas et seulement 300 Mo occupés sur le disque dur, Mad Tracks propose un contenu tout ce qu'il y a de plus correct. Ainsi, le joueur se retrouve devant un menu permettant d'accéder à trois modes solos et au jeu en réseau.

00F0000000224206-photo-mad-tracks.jpg
00F0000000224207-photo-mad-tracks.jpg
00F0000000224208-photo-mad-tracks.jpg

Le mode aventure permet de découvrir / débloquer tranquillement les différentes épreuves

Avant de faire son choix, il faut déjà créer un petit profil dans lequel on peut définir son nom, un niveau de difficulté et surtout choisir un pays (Allemagne, États-Unis, France ou Royaume-Uni). De ce dernier dépend le trio de véhicules mis à notre disposition sur les différentes épreuves. Cela n'a pas une énorme importance, mais permet déjà de renouveler un peu le jeu puisqu'une fois tous les défis remportés sous une nationalité, il sera toujours possible de tenter sous une autre. Ensuite, le plus simple pour débuter est de choisir le mode aventure et de se lancer dans une série d'épreuves parfois un peu dingues. La présentation est, comme vous pouvez le voir sur les captures d'écran, assez simple. Le premier défi donne accès à quelques autres, qui eux-mêmes ouvrent ensuite les portes à d'autres épreuves et ainsi de suite.

00F0000000224209-photo-mad-tracks.jpg
Pour débloquer l'ensemble des défis proposés, il faut parvenir à décrocher un certain nombre de médailles d'or, alors que deux épreuves (celles les plus à droite du tableau) donnent en plus accès à une seconde série d'épreuves, le mode « pro ». Tout l'intérêt de Mad Tracks réside dans l'incroyable diversité des challenges proposés. Du billard au football en passant par le bowling, la « survie », le jeu de massacre ou bien une sorte de chat, on ne peut pas dire que la routine risque de s'installer, et ce, même si une bonne partie des défis est constituée de courses plus classiques. Certaines fonctionnent sur plusieurs tours, d'autres par checkpoints et d'autres enfin par éliminations successives des véhicules les plus lents. Chaque épreuve propose ainsi des objectifs différents (temps, points, destruction...) et un style de jeu propre.

Tôle froissée pour voitures à « frictions »

La manipulation de la voiture ne pose pas de problème. Que l'on utilise le clavier ou une manette, les commandes sont peu nombreuses et la seule originalité concerne la présence d'une jauge « ressort ». Nos voitures sont effectivement des engins à friction et cette jauge s'épuise tant que l'on accélère. Lorsqu'elle est vide, la voiture n'avance plus et il faut donc faire attention à laisser le ressort remonter de temps en temps. Pour cela, il suffit de relâcher l'accélérateur quelques petites secondes. Ce dosage entre accélération et récupération n'apporte en réalité pas grand-chose et après trois / quatre courses, le pli sera pris. Plus intéressant, Mad Tracks propose un système de bonus à récupérer tout au long des parcours. Missile, accélérateur, bouclier, bidon d'huile et décharge du ressort sont quelques-uns des accessoires que l'on peut ramasser.

00F0000000224210-photo-mad-tracks.jpg
00F0000000224211-photo-mad-tracks.jpg
00F0000000224212-photo-mad-tracks.jpg

Les armes / bonus sont nombreux et certaines courtes assez délirantes, mais dans l'ensemble Mad Tracks reste simple

De manière générale, ces bonus ne mettent pas complètement hors course la victime et il s'agit surtout de placer des petits bâtons dans les roues du meilleur. L'intelligence artificielle ne les joue d'ailleurs pas très bien et comme souvent sur ce genre de jeux, c'est en réseau que l'on prend le plus de plaisir. Il faut dire que les différents modes de jeu solo sont en fait très proches les uns des autres et l'arcade ne fait que reprendre (avec quelques options supplémentaires) les mêmes épreuves alors que le mode défi les regroupe par catégorie. Du coup, une fois terminé le premier, on préférera bien souvent découvrir le mode multijoueur pour, ensuite, se refaire quelques parties solo de temps en temps. Ces modes multijoueurs permettent des courses jusqu'à huit joueurs (LAN / Internet et jusqu'à quatre en écran partagé) et selon l'épreuve choisie cela va du correct au très bon.

00F0000000224213-photo-mad-tracks.jpg
Même si quelques parcours disposent de loopings et autres courbes particulièrement tortueuses, le plus gros reproche que l'on pourra faire aux différents circuits « course » est incontestablement le manque de vitesse. Les tracés vraiment rapides sont peu nombreux et on regrette un peu ce manque de folie sur les parcours traditionnels. C'est d'autant plus dommage que le défi billard ou celui du baby-foot sont plutôt bien trouvés. Enfin, il nous faut hélas terminer sur une note assez négative, car si la réalisation n'est pas le point le plus important d'un tel jeu, Mad Tracks aurait dû être plus beau compte tenu de la configuration exigée. Un Pentium 3 800 MHz épaulé par 256 Mo de mémoire et une carte graphique 64 Mo est notamment capable de faire tourner des voitures plus détaillées et des décors un peu plus riches.

Conclusion

Finalement assez éloigné du concept de Trackmania, Mad Tracks ne propose aucun outil de création de circuits et n'intègre pas non plus les multiples éditeurs qui ont fait la réputation de Nadéo. En réalité, il ressemble bien davantage à Micro Machines et à Re-Volt, des titres mythiques que Load Inc remet donc au goût du jour en intégrant un grand nombre d'épreuves : plus de vingt défis sont ainsi disponibles (billard, football, course de survie, bowling, course par checkpoints...) et répartis en une petite dizaine d'environnements (salle de bal, mini-golf, magasin de Jouets...). En solo, la durée de vie n'est toutefois pas aussi longue que prévu du fait d'une difficulté pas forcément très bien dosée. Trop simple en « facile » et en « moyen », le jeu devient vraiment très délicat en « difficile ».

À côté de cela, il faut bien avouer que le mode multijoueur est très bon. En LAN ou via Internet, et à condition bien sûr de pouvoir faire abstraction de la réalisation relativement sommaire, on s'amuse vraiment beaucoup avec ces voitures à friction. Les bonus et les collisions sont source de fous rires aussi bien que de hurlements alors que certains défis apportent une petite dimension stratégique pas désagréable. Les parties de football demandent par exemple de maîtriser l'adversaire pendant que l'autre tente de marquer alors que l'épreuve « domination » (plusieurs points de contrôle à capturer puis défendre pour remporter la victoire) rappellera d'excellents souvenirs aux amateurs de jeu FPS.

Dans l'ensemble et même si on ne retrouve pas tout à fait le même plaisir qu'en jouant à Re-Volt, Mad Tracks permet de passer de bons moments. Le jeu est simple à prendre en main, les bonus ou le système de friction se comprennent assez rapidement et la variété des épreuves évite la routine. Compte tenu en plus du prix de vente presque dérisoire, pourquoi se priver et ne pas profiter de ce jeu destiné, pour reprendre une formule célèbre, aux joueurs de 7 à 77 ans ?

Mad Tracks

6

Les plus

  • Variété des épreuves
  • Conduite accessible et bonus sympas
  • Mode multijoueurs réussi
  • Très bon marché

Les moins

  • Réalisation sommaire
  • Quelques épreuves « bizarres »

0

Réalisation4

Prise en main10

Durée de vie7


N'oubliez pas de jeter un oeil à nos trois vidéos exclusives qui vous permettent de voir plus en détail certaines épreuves du jeu (chamboule tout, course classique, survie).


Ce jeu vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Comparer les prix de Mad Tracks

00D2000000224277-photo-mad-tracks.jpg
00D2000000224287-photo-mad-tracks.jpg
00D2000000224309-photo-mad-tracks.jpg
00D2000000224301-photo-mad-tracks.jpg
00D2000000224293-photo-mad-tracks.jpg
00D2000000224279-photo-mad-tracks.jpg
00D2000000224306-photo-mad-tracks.jpg
00D2000000224280-photo-mad-tracks.jpg
00D2000000224275-photo-mad-tracks.jpg
00D2000000224272-photo-mad-tracks.jpg
00D2000000224294-photo-mad-tracks.jpg
00D2000000224291-photo-mad-tracks.jpg
Modifié le 19/02/2021 à 10h50
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Mad Tracks : frictions sur la route ?
SiS : chipsets AMD Socket AM2 et DDR2 667 MHz
Halo 2 sur PC : exclusivement pour Vista ! (màj)
Baisse de prix Intel au 23 avril prochain
Nouveau patch majeur pour Pacific Fighters
Mad Tracks : frictions sur la route ?
Janvier 2006 : nouveau record de fréquentation P2P
VIA lance le chipset P4M890 compatible DDR / DDR2
Un écran OLED totalement souple
Quelques détails sur les Sempron Socket AM2
Haut de page