Le Radeon X1600 arrive dans nos mobiles !

06 décembre 2005 à 06h00
0

Radeon Mobility X1600 : les caractéristiques

Issu de la nouvelle génération Radeon X1000, le Radeon Mobility X1600 répond au doux nom de code M56, et reprend en grande partie l'architecture de son grand frère, le RV530. RV530 qui équipe les Radeon X1600 dédiés aux PC de bureau, et qui a donc servi de base à la conception de la nouvelle puce graphique mobile d'ATI. Dès lors, on retrouve sans grande surprise dans le Radeon Mobility X1600, l'architecture multi-threadée d'ATI qui peut gérer jusqu'à 128 processus simultanément. Comme le RV530, le M56 comporte trois Shader Cores, soit 12 pixels pipelines, et se voit accompagné de cinq unités de vertex et de quatre unités de texture. En ce qui concerne le bus mémoire, ATI propose un maximum de 128 Mo de mémoire GDDR3 interfacée via un contrôleur mémoire Ring Bus muni de deux voies de 128 bits. En matière de fréquences de fonctionnement ATI conseille 475 MHz pour la puce graphique et 470 MHz pour la mémoire. Soulignons que les constructeurs adoptant le Radeon Mobility X1600 dans leurs Notebook sont tout à fait libre de choisir les fréquences de leur choix, même si celles-ci sont inférieures aux recommandations d'ATI.

0000014000208769-photo-architecture-ati-radeon-mobility-x1600.jpg

Architecture ATI Radeon Mobility X1600


Gravée en 90nm la puce embarque tout de même 157 millions de transistors ce qui génère quelques contraintes. Se destinant au monde du mobile le M56 se doit en effet de répondre à un cahier des charges assez strict dont les lignes directrices sont de consommer le moins d'énergie possible, pour privilégier l'autonomie, tout en s'échauffant de manière maîtrisée. Pour cela ATI a recours a plusieurs techniques lors de la fabrication de la puce. L'utilisation d'interconnexions en cuivre est un premier atout tout comme l'utilisation du procédé « low-k » qui permet de réduire la perte d'électrons dans la grille d'un transistor. Plus globalement les courants de fuite sont un problème pour les VPU mobiles, puisque qui dit fuite d'électrons dit gaspillage au niveau de la consommation électrique. Pour tenter de résoudre ce problème ATI introduit le Back Bias, une technologie visant à réduire ce phénomène, que l'on connaît sous le nom de leakage en anglais. Mis en œuvre dès que le VPU entre en mode de veille, le Back Bias applique une polarisation inverse au transistor afin d'augmenter sa tension de seuil, que ce soit vers le haut ou vers le bas. En règle générale plus la tension est élevée, plus la fuite d'électrons est contenue. Ceci a en revanche pour effet collatéral d'augmenter le temps de bascule du transistor ce qui peut limiter la montée en fréquence. Mais d'après ATI les situations où les fuites d'électrons sont les plus importantes se produisent lorsque la puce tourne modérément. Cela explique donc pourquoi le Back Bias n'est actif qu'en mode veille. D'après ATI le Back Bias, ou polarisation arrière, peut offrir un gain de 20% sur la consommation totale de la puce. En outre ATI a, avec l'aide de la fonderie TSMC, mis au point le Mixed Vt qui consiste à mélanger dans une même puce des transistors aux caractéristiques différentes.

000000DC00208767-photo-ati-radeon-mobility-x1600-back-bias.jpg

Diagramme illustrant le Back Bias


Radeon Mobility X1600 : les fonctions

Côté fonctionnalités la puce offre le support du HDR, grâce à sa prise en charge du Shader Model 3.0, et permet l'application des filtres anticrénelage y compris lorsque les effets HDR sont utilisés, chose qui n'est pas possible chez NVIDIA. On retrouve également le moteur AVIVO qui offre diverses fonctions dédiées à la vidéo. Au premier rang desquelles la présence d'un moteur 2D traitant en interne toutes les couleurs avec une précision de 10-bits pour une plus grande fidélité et une meilleure qualité de rendu. Reste un petit souci la plupart des écrans plats de portables sont limités à 6-bits, ce qui implique que le Radeon Mobility X1600 appliquera un dithering en sortie, c'est-à-dire une juxtaposition de pixels de deux couleurs pour créer l'illusion d'une troisième. On retrouve également dans le package AVIVO un moteur de décompression vidéo capable de soulager le CPU lors du décodage des flux WMV9 et MPEG 2. C'est particulièrement beinvenue pour les Ordinateurs Portables où le Pentium M n'est pas forcément à son aise dès lors qu'il s'agit de traitement vidéo.

000000F000208766-photo-ati-radeon-mobility-x1600-pilotes-2.jpg
000000F000208765-photo-ati-radeon-mobility-x1600-pilotes-1.jpg

Le Radeon Mobility X1600 vu par le CATALYST Control Center


Pour tout ce qui concerne l'autonomie, le Radeon Mobility X1600 intègre la technologie PowerPlay, technologie chargée de trouver le meilleur compromis entre performances et autonomie. ATI en est à la version 6.0 et celle-ci dispose du DLCS ou Dynamic Lane Count Switching. Il s'agit ici de désactiver à la volée les voies PCI-Express inutiles afin de réduire la consommation électrique de la puce. L'interface PCI-Express du Radeon Mobility X1600 peut ainsi passer du mode 16x au mode 1x. En outre le Radeon Mobility X1600 dispose du clock gating qui permet, lors d'une utilisation strictement bureautique de désactiver le moteur 3D et de n'alimenter que la partie en charge de la 2D.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Volvo va brider toutes ses nouvelles voitures à 180 km/h pour lutter contre l'insécurité routière
Le navigateur Microsoft Edge s'enrichit de nouvelles fonctionnalités
La NASA vous explique pourquoi la montée des eaux est difficilement perceptible
Air France et l'Airbus A380 : c'est fini, et avec deux ans d'avance
Clap de fin pour Hadopi ? Le Conseil constitutionnel déclare ses pouvoirs contraires à la Constitution
Vers une possible suppression de la TVA sur les voitures électriques ?
À Singapour, une peine de mort prononcée... par ZOOM
DOOM Eternal : id Software annonce le retrait de l'anti-triche Denuvo
L'application de traçage des contacts d'Apple et Google est désormais disponible
scroll top